En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

04.

Coronavirus : L'Espagne premier pays européen à envisager un revenu universel

05.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

06.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

07.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Santé
Scandale
Une infirmière montre l'état catastrophique des nouvelles blouses reçues par son hôpital
il y a 11 heures 26 min
Surchauffe
Le mois de mars parmi les plus chauds jamais enregistrés
il y a 12 heures 40 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Confiner c’est mourir un peu. Ne pas le préparer, c’est mourir sûrement.

il y a 13 heures 15 min
Alerte
La WWF alerte sur les conséquences d'une reprise économique pouvant aggraver la crise climatique
il y a 14 heures 2 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945
il y a 16 heures 16 min
pépite vidéo > International
Israël
L'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem ferme pour cause de coronavirus
il y a 16 heures 42 min
décryptage > Société
Allah n’y est pour rien.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Société
Économie/société

Une autre stratégie : la bourse ET la vie

il y a 18 heures 21 min
décryptage > Santé
Covid19

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Politique
Forte tête

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

il y a 19 heures 40 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : L'Espagne premier pays européen à envisager un revenu universel
il y a 12 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Brigitte Kermel "Le secret d'Hemingway" : L’ “histoire vraie” romancée du mal-être du fils d’Hemingway. Un récit un peu décevant

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Commandant de sous-marin" François Dupont : Vingt mille mots sous les mers : un embarquement fascinant !

il y a 13 heures 19 min
pépites > Société
Piégées
Confinement : Castaner "confirme" la hausse des violences familiales
il y a 15 heures 58 min
pépites > International
Extension du virus
Coronavirus : Un mammifère d'un zoo de New-York contaminé
il y a 16 heures 32 min
décryptage > Economie
Menace économique

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Economie
Économie

La pandémie telle que vue et prévue par les marchés financiers

il y a 18 heures 1 min
décryptage > Economie
Économie

La France malade de sa désindustrialisation (et de l’euro...?)

il y a 18 heures 41 min
rendez-vous > Social
La minute tech
Coronavirus : l’impression 3D à notre secours
il y a 19 heures 14 min
décryptage > Economie
Économie

Relance budgétaire européenne : une imagination débordante de Bruxelles mais aucune mise en œuvre concrète. La faute à qui ?

il y a 19 heures 59 min
© Flickr
© Flickr
Cavalier solitaire

Et vous aviez peur des exportations chinoises ? Avec 343 milliards d’euros d’excédent commercial, le "profiteur" qui pèse sur l’économie mondiale est désormais... la zone euro

Publié le 20 septembre 2016
Avec un excédent de 342 milliards d'euros, la balance courante de l'Union européenne a de quoi inquiéter. A force de poursuivre cette stratégie (ou de la subir) des surplus commerciaux et financiers, l'Europe pourrait mourir riche.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec un excédent de 342 milliards d'euros, la balance courante de l'Union européenne a de quoi inquiéter. A force de poursuivre cette stratégie (ou de la subir) des surplus commerciaux et financiers, l'Europe pourrait mourir riche.

Atlantico : Selon les données publiées ce lundi 19 septembre par la BCE, la balance courante européenne a atteint un excédent de 342 milliards d'euros. Alors que la Chine est régulièrement considérée comme la manufacture mondiale, peut-on dire que l'Europe "inonde" la planète de ses biens ? Quels sont les risques inhérents à une telle stratégie économique ? Peut-on qualifier l'Europe de "passager clandestin" de l'économie mondiale ?

Mathieu Mucherie : Aucune stratégie là-dedans : une grosse crise de la demande agrégée (à peine à son niveau de 2007, une décennie perdue !), donc une tendance à générer des surplus commerciaux (ceinture sur les imports) et des surplus financiers (comportements frileux = épargne soutenue et, à la marge, renforcement du biais domestique des investissements de portefeuilles) :

La zone euro n’inonde pas la planète de ses biens : crise du commerce international depuis 2008, et poursuite de la perte de part de marché globale du Vieux continent. La zone euro inonde la planète de sa crise déflationniste, de sa sinistrose, de ses idées ineptes et de ses autojustifications pathétiques. Homme malade de l’économie mondiale, c’est peu dire qu’elle joue un rôle de passager clandestin : non seulement dans les affaires monétaires comme je m’use à le dire depuis des années (cf mes 80 derniers papiers pour Atlantico), mais aussi sur le plan technologique (les européens utilisent les innovations bien plus qu’ils ne les initient), militaire (on rouspète contre l’OTAN, on est bien content de ne pas compter sur les seules armées européennes), etc. Tout le vieux continent voyage en 1ère classe avec un ticket de 2e classe, ce qui ne peut se faire qu’au détriment des autres, et au détriment des enfants si on admet qu’un jour une note salée arrivera.

La Chine, elle, a multiplié le niveau de vie moyen par plus de 10 en 35 ans. Une transformation aussi radicale, et à cette échelle, ne peut pas être le fait d’une meilleure insertion dans les échanges mondiaux ; c’est, avant tout, une affaire domestique, une réforme en profondeur (quoique très imparfaite…) des institutions internes (principalement les droits de propriété, et dans une mesure moindre la gestion de la monnaie). Dans ce cadre, accuser (comme Trump) la Chine de piraterie néo-mercantiliste ou de manipulation FX, alors que son surplus ne se situe pas à 8,5 points de PIB comme en Allemagne ou aux Pays-Bas mais à 2,5 points, et alors que le Yuan depuis une décennie est une des très rares monnaies dans le monde à s’être apprécié contre le dollar, ce n’est pas sérieux.

L'excédent allemand, qui atteint presque les 9 points de PIB, masque de lourdes divergences au sein de la zone euro en matière de commerce extérieur. Quelles sont les conséquences de cette Europe à deux vitesses ?

La zone euro ressemble à une pièce de monnaie vichyste, avec un trou noir (déflationniste) en plein milieu. L’Allemagne n’a jamais autant joué son rôle de pompe aspirante, avec une épargne non-collaborative vis-à-vis de la zone, des mesures correctrices (budgétaires…) dérisoires, et surtout une influence monétaire mortifère. Ce pays capte des flux entrants qui sont ceux de la peur (et grâce à sa taille et à son statut de pays-ancre), laisse peu de flux sortants se faire (aucun plan Marshall en particulier vers les infortunés eurolandais qui ne peuvent plus dévaluer), et en prime donne des leçons aux autres (l’élixir universel et atemporel des réformes structurelles qui vont faire sauter comme par magie l’inertie des avantages comparatifs et des conventions sociales). Officiellement, à 6% de surplus, des sanctions sont déclenchées, mais les règles européennes ont ceci de particulier qu’elles ne s’appliquent pas à l’Allemagne, ni maintenant sur les échanges privés (enfin, pas si privés), ni il y a une douzaine d’années sur les déficits publics. C’est bien pratique.  

Ce que ce graphique signifie, c’est surtout la disparition de la mobilité des capitaux entre les pays de la zone euro, alors que l’unification monétaire servait précisément selon ses partisans à allouer optimalement l’épargne. L’euro peut survivre ou pas, peu importe puisqu’il ne sert pratiquement plus à rien. Devant ces réalités bien documentées et de moins en moins passagères, la réaction des officiels fait penser à des poisons rouges sous Tranxen 200, un peu à la façon de la boutade de lord Salisbury ("Les choses vont déjà si mal, vous ne voulez pas en plus les changer"). L’idéal serait bien entendu, depuis des années, qu’on se débarrasse d’un certain nombre de dettes improductives qui minent l’économie, la confiance et l’affectio societatis, en les annulant dans le bilan de la banque centrale : mais ce que la Bundesbank a fait pour les comptes douteux des banques régionales allemandes, elle ne veut pas l’autoriser pour les "citoyens" de la périphérie (NB : Kenneth Rogoff, qui ne passe ni pour un plaisantin ni pour un inflationniste, a écrit très récemment : “My preferred policy would have been to see the Europeans write down debt in all of the southern countries as I said back in 2009. And I would have liked to see the United States write down the debt of all the small subprime homeowners. Had we done both of those policies we would be growing much faster now than we are”).

A noter que la position allemande ne repose pas sur de bons fondamentaux, juste sur un effet de volume et sur un consensus social très fort autour de l’idéologie de la Bundesbank : sur la démographie comme sur les gains de productivité (depuis au moins 9 ans dans l’industrie, graph’ ci-dessous, depuis plus longtemps et dramatiquement dans les services), la performance allemande n’est pas glorieuse, et relève de la fable du borgne au pays des aveugles.  

Les Etats-Unis sont le premier pays à alimenter l'excédent européen. A quel point l'économie européenne peut être considérée comme dépendante du partenaire américain ? Cette situation est-elle tenable ? Les Etats-Unis peuvent-ils manifester leur désapprobation, ou s'agit-il, pour eux, d'une situation normale ?

Les américains sont plutôt cool sur ce sujet (alors que le débat français ne manque jamais de s’orienter vers leur protectionnisme supposé dès qu’il s’agit pour nous de tenter une échappée vers des mesures nationalistes idiotes) ; il y a peu de complaintes américaines sur le thème de leur déficit commercial vis-à-vis de nous. La raison est simple : ils souhaitent que la 2e économie mondiale prospère, pour ne pas avoir à y retourner avec des chars ou avec des colis de la croix rouge. Ils ont beaucoup investis en Europe, ils souhaitent que ça se passe bien, sans dislocation de l’euro, sans trop de montée des populismes, en bref : la continuité des chaines de valeur globales et transatlantiques, et les intérêts des banques US, priment largement sur les petites guéguerres liées au Traité commercial avorté ou à l’amende d’Apple en Irlande. Hélas ils constatent que depuis 2011 la zone euro ne suit plus, même sur le terrain manufacturier qui pourtant est logiquement celui de la synchronisation ("détail" amusant, le graph’ ci-dessous ressemble beaucoup au décrochage, au même moment, des indices boursiers). La zone euro décroche, dans de nombreux domaines y compris les plus mondialisés, voilà qui fait de plus en plus peur à l’investisseur américain. 

Mettez-vous quelques instants dans la peau d’un investisseur US. Sur l’obligataire, la zone euro n’est plus fréquentable (taux nuls ou négatifs, et peu de perspectives d’avenir avec la déflation organisée à Francfort) (si j’avais tort et que la BCE était accommodante depuis 2007, les taux seraient à 4%). Sur les actions, c’est presque aussi net, du moins tant que les valeurs bancaires continueront à être dirigées depuis la BCE (l’investisseur américain expérimenté ne manque pas de faire le parallèle avec le Japon des années 1990). L’immobilier européen est hors de prix, à moins d’une improbable dévaluation massive. La main d’œuvre idem. Dans le même temps, les risques politiques, réglementaires et fiscaux, montent... et le meilleur reste à venir en 2017. Restent : des consommateurs (c’est pour cela qu’Amazon crée massivement des emplois en France, pas pour célébrer notre modèle économique), quelques beaux actifs (musés, paysages, diplômés bilingues), et quelques rares segments porteurs, mais… le projet jadis presque raisonnable d’un partenariat entre égaux s’éloigne de plus en plus, et moins en raison d’un axe protectionniste Bush/Obama/Trump qu’en raison de nos échecs. Si la FED monte ses taux dans 48 heures ou dans trois mois, ce sera mauvais pour l’Amérique car inutile (il n’y a pas d’inflation), mais ce sera encore plus mauvais pour une zone euro décidément de plus en plus dépendante des banquiers centraux indépendants.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

04.

Coronavirus : L'Espagne premier pays européen à envisager un revenu universel

05.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

06.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

07.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 20/09/2016 - 10:57
discours savant mais biaisé !
Je ne vois pas l'intérêt de sortir autant de chiffres si c'est pour oublier que l'européen n'existe pas ... par contre il y a des allemands, des français, des italiens. L'Allemagne a peut être un excédent conséquent avec la chaine mais quid de la France et de la plupart des autres pays ? Donc oui, le protectionnisme n'est jamais en faveur d'un pays en économie forte qui a su trouver les bons créneaux (machines outils, voitures de luxes) ... mais il est dévastateur pour la plupart des autres économies dont la France.