En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 7 heures 4 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 8 heures 38 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 9 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 11 heures 23 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 11 heures 46 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 13 heures 46 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 14 heures 3 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 14 heures 39 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 8 heures 5 sec
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 9 heures 22 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 9 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 11 heures 28 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 12 heures 3 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 14 heures 48 min
© Reuters
Entreprise de sidérurgie allemande.
© Reuters
Entreprise de sidérurgie allemande.
Kamikaze

Comment l'Allemagne a littéralement euthanasié l'industrie européenne (y compris la sienne !)

Publié le 07 février 2012
En restreignant son marché intérieur pour aller chercher sa croissance à l'exportation, entre autres par des importations massives de produits intermédiaires provenant de pays émergents, l'Allemagne a détruit son industrie. Elle est ainsi devenue plus compétitive avec ses produits finaux, mais au prix de la disparition de ses emplois industriels. Elle n'est donc pas un modèle à suivre pour sauver ceux de l'Europe...
Jean-Luc Schaffhauser, Consultant international est Président de l’Académie européenne, ancien Délégué Général du Fonds Capec, Secrétaire Général du Forum démocratique qui vient de de se constituer en France et qui regroupe des intellectuels de gauche...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Schaffhauser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Schaffhauser, Consultant international est Président de l’Académie européenne, ancien Délégué Général du Fonds Capec, Secrétaire Général du Forum démocratique qui vient de de se constituer en France et qui regroupe des intellectuels de gauche...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En restreignant son marché intérieur pour aller chercher sa croissance à l'exportation, entre autres par des importations massives de produits intermédiaires provenant de pays émergents, l'Allemagne a détruit son industrie. Elle est ainsi devenue plus compétitive avec ses produits finaux, mais au prix de la disparition de ses emplois industriels. Elle n'est donc pas un modèle à suivre pour sauver ceux de l'Europe...

Face aux pays émergents, tous les pays de la zone euro perdent des emplois industriels et l’Allemagne, en partant d’un niveau d’emplois industriels plus élevé, perd tout autant d’emplois industriels que la France.

Certes l’Allemagne exporte plus que la France, mais ses excédents d’exportation sont faits essentiellement dans l’Union européenne (86% en 2009) ; l’Allemagne est déficitaire dans son commerce avec la Chine quasiment du même montant que la France (19 milliards de déficits avec la Chine pour 22 milliards pour la France en 2009) ; elle est également déficitaire par rapport à tous les pays émergents et même par rapport au Japon de plus de 7 milliards.

Donc, ne nous trompons pas ! L'Allemagne n’est pas un modèle pour tenir les emplois industriels face aux pays émergents, pays dont la part dans le commerce mondial est passée de 23% en 1999 à 39% en 2011. Certes, elle suit la croissance du commerce mondial tirée par ces pays, elle vend ainsi plus à la Chine que la France, mais en important également plus. Elle devient ainsi plus compétitive dans ses produits finaux made by Germany, avec des productions intermédiaires chinoises, mais pour mieux prendre des parts de marché dans l’Union européenne… L’Allemagne n’est donc ni un modèle pour tenir ses emplois industriels face aux pays émergents, ni un modèle pour tenir les emplois industriels européens.

En effet, si tous les pays européens suivaient le modèle allemand de restriction de leur marché intérieur pour aller chercher leur croissance à l’exportation, entre autres par des importations plus massives des émergents pour prendre ainsi des parts de marché dans les autres pays européens, le marché intérieur de la zone euro diminuerait et serait encore plus ouvert aux produits industriels émergents. Il en résulterait un jeu à somme négative ; une récession que nous sommes d’ailleurs en train d’organiser à vouloir suivre les exigences allemandes mais également une destruction de notre industrie encore plus importante pour deux raisons.

Première raison, la plupart de nos entreprises ayant leur marché d’abord au niveau national et européen ; la diminution de la demande européenne les fragilisera encore plus ; elles verront leurs débouchés diminuer ce qui aggravera donc leur rentabilité et poussera un grand nombre à la fermeture, avec la récession. Deuxième raison, la poursuite du modèle allemand d’importations massives des pays émergents pour gagner des parts de marché sur le voisin européen amplifiera évidemment ce processus de destruction pour les entreprises industrielles subsistantes.

Le modèle allemand conduit donc à la destruction industrielle de l’Europe sans même sauver l’Allemagne qui verra elle-même le marché européen, où elle fait ses excédents, se restreindre et fermer à ses productions pour cause de déficits commerciaux excessifs de ses partenaires ; l’Allemagne se retrouvera ainsi bientôt seule, par destruction du marché européen, seule face à la Chine et aux autres pays émergents où elle fait des déficits. Tout vainqueur finit par être vaincu…

Pour sortir de ce cercle vicieux, il faut sortir du modèle allemand. C’est un modèle de ‘’guerre économique’’ conduisant à la tutelle des plus puissants et à la fin de la démocratie exprimée désormais clairement : refus du droit de vote du pays assujetti au Conseil européen, négation de sa souveraineté par le droit du plus fort…

Comment ? Les excédents des pays du Nord de l’Europe doivent être investis, par l’Allemagne appuyant une initiative française, italienne et espagnole de relance par l’investissement rentable, pour créer de nouvelles richesses dans les pays du Sud, dont la France. Il s’agit de satisfaire par de nouvelles productions locales la demande intérieure des pays dont le commerce extérieur est déficitaire et de renforcer également les exportations des entreprises performantes. Le savoir-faire industriel allemand contribuera à construire des usines performantes au Sud de l’Europe dans le cadre de fonds d’investissement, l’excédent d’épargne du Nord s’investira pour diminuer les déficits du Sud, et les industries performantes des pays déficitaires et les grands travaux rentables soutiendront la croissance. Il s’agit ainsi d’aboutir au développement économique harmonieux et durable de la zone euro et de l’Europe.

Nous retrouverons ainsi l’esprit de la Charte de la Havane, et l’esprit de coopération qui a conduit à la construction européenne juste après-guerre. La charte de Havane, approuvée par 53 pays mais non ratifiée à cause des États-Unis, dit qu’aucun pays ne doit être en situation de déficit ou d’excédent structurel de sa balance des paiements, car cette situation ne rend pas le commerce durable. Les excédents comme les déficits doivent être pénalisés. S’il s’agit de prendre des sanctions, l’Allemagne se verrait alors sanctionnée et mis au ban de l’Europe comme la Grèce, en même temps que la Grèce ; ce qui à mon avis devrait tempérerait l’esprit de domination pour retrouver l’esprit de coopération…

Tableau montrant que l’emploi manufacturier a baissé en Allemagne et en France de manière parallèle, la France perdant plus d’emplois à partir de 2008

Tableau montrant que les pays du Nord et du Sud de la zone euro se désindustrialisent de manière parallèle, les pays du Nord partant d’un niveau plus élevé

Tableau montrant que l’Allemagne suit la progression du commerce mondial en termes d'exportations. La France se situe elle sous l’Espagne

Extraits des statistiques officielles d’Allemagne de 2010, p 478 sur le commerce extérieur : importation et exportation de l’Allemagne des différents pays. Dans le dernier tableau, on voit que le solde est négatif pour la Chine, les Bric (Brésil, Russie, Inde, Chine), le Japon… On y voit aussi que l’excédent le plus important vient de la France.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Benvoyons
- 08/02/2012 - 09:44
Encore un débile qui ne connaît rien à l'industrie qui n'a
jamais été dans l'industrie qui fait croire que sa connaissance de l'économie lui donne un pouvoir d'analyser. Déjà que les économistes sont bien dans d’impossibilités de prévoir quoi que se soit de réaliste et non jamais fait de prévisions crédibles. Même les Dieus DSK et Attali n' ont prévu les crises alors Shaffhauser????????
Pour le moment les Allemand et les pays du Nord sont crédibles en économie mais pas les anglos saxons ( US et UK ).
brennec
- 07/02/2012 - 19:53
Pompier pyromane
Encore un ultra-neo-Keynesien qui avec ses copains du même tonneau nous ont conduit vers le mur qui s'approche a vitesse V et qui vient donner des conseils, je suppose pour continuer. La relance consiste a pédaler plus fort quand on approche du mur, ou comme le disait Jacques Rueff c'est un plan d'irrigation pour après le déluge. Les investissements rentables ne sont pas le fait des états, qu'on se le dise et qu'on laisse la société civile le faire, beaucoup mieux. S'il suffisait de faire marcher la planche a billets pour 'créér des richesses' ça se serait vu depuis longtemps, après tout nous avons un déficit de 1600 milliards, ce n'est pas rien! mais on peut voir que la croissance, elle, n'est pas grand chose.
Quand a la charte de la havane, il y avait jusqu'en 1971 un mécanisme qui dispensait des chartes et autres blablas concernant l'équilibre des échanges. Ce mécanisme a été abandonné par Nixon sans que personne, hormis de Gaulle, n'ait trouvé a y redire. Ce n'est pas une charte, agréée ou non par les états unis, qui nous permettra de revenir a cette époque bénie des 30 glorieuses.
cqoiqéqon
- 07/02/2012 - 19:26
l'Europe n'a été souhaitée
l'Europe n'a été souhaitée que par des esprits libres, instruits et innovants. Elle à été définie pour le bien commun de peuples ignards, feignants, racistes et en tous cas nationalistes.
Qui plus est cette population vieillissante est celle qui vote.
les 20-35 ans qui ne se trimballent plus les relands neauseabons de deux guerres sont absents et font la part belles aux extrêmes.
Les élections Françaises à venir vont êtres critiques pour l'avenir de l'Europe. Assurez vous que tous vos jeunes aillent voter. Leur avenir en dépend.