En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Nouvel épicentre de la pandémie

L’Union européenne en réanimation : pronostic vital engagé

il y a 4 min 24 sec
décryptage > Société
Contagion

Petites prévisions sur l’impact du Coronavirus sur les inégalités

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Santé
Crise silencieuse

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Politique
Stratégie offensive

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

il y a 2 heures 37 min
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 12 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 15 heures 19 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 16 heures 49 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 18 heures 27 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 19 heures 45 min
décryptage > International
Campagne électorale

Les élections américaines face à l’émergence d’un nouveau candidat : le coronavirus

il y a 42 min 35 sec
décryptage > International
Il paraît que c’est de l’humour

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Consommation
Mesures barrières... contre les kilos

Déjeuner chez soi par temps de confinement : attention surpoids

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Santé
Drame de la désindustrialisation

Vaccins contre le Covid-19 : mais qui sera capable de produire les dizaines de millions de doses nécessaires ?

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Environnement
Alimentation

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 14 heures 57 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 15 heures 50 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 17 heures 54 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 18 heures 50 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 20 heures 52 min
© Reuters
© Reuters
Pompier pyromane

Alerte sur le front des inégalités : le rectorat de Paris lance son algorithme contre le manque de mixité sociale au mépris de tous les retours d'expérience

Publié le 16 septembre 2016
Plusieurs jours après la rentrée scolaire, le recteur de Paris a décidé d'utiliser pour 2017 un nouvel algorithme du nom d'Affelnet pour répartir les élèves lorsqu'ils passent du CM2 à la 6ème. Son objectif ? Enrayer la ségrégation sociale dans la capitale. Pourtant, le même système mais pour le passage du collège au lycée a montré quelques défaillances : le lycée Turgot, situé dans l'est de Paris affiche par exemple 83% d'élèves boursiers, soit un niveau bien supérieur aux autres.
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs jours après la rentrée scolaire, le recteur de Paris a décidé d'utiliser pour 2017 un nouvel algorithme du nom d'Affelnet pour répartir les élèves lorsqu'ils passent du CM2 à la 6ème. Son objectif ? Enrayer la ségrégation sociale dans la capitale. Pourtant, le même système mais pour le passage du collège au lycée a montré quelques défaillances : le lycée Turgot, situé dans l'est de Paris affiche par exemple 83% d'élèves boursiers, soit un niveau bien supérieur aux autres.

Atlantico : Le rectorat de Paris a récemment annoncé son intention d'utiliser un algorithme à compter de 2017 pour mieux répartir les élèves qui passent du CM2 à la 6ème, en fonction de leurs origines sociales notamment. En quoi cette méthode d'affectation peut-elle être considérée comme inappropriée au regard de la question centrale qui est celle de la ségrégation territoriale ? 

Laurent Chalard : Par définition, les résultats d’un algorithme reposent sur un choix de critères de répartition des élèves effectué par l’administration qui sont ensuite entrés dans l’ordinateur. Donc, le résultat est loin d’être parfait si ces critères ne correspondent pas réellement à ceux permettant une réelle mise en place d’une mixité sociale, ce qui est le cas à Paris avec les trois critères retenus : un critère géographique (quatre secteurs : est, ouest, sud et nord), un critère de méritocratie (les résultats scolaires) et un critère d’origine sociale (le fait d’être boursier). En effet, les deux premiers critères vont à l’encontre d’un processus de mixité sociale. Par exemple, le critère géographique fait qu’étant donné la relative homogénéité sociale dans certains secteurs de la capitale (l’ouest en particulier), cela ne change pas grand-chose à la composition sociale moyenne des lycées dans les différents secteurs. En effet, à moins d’obliger les élèves de l’ouest à se déplacer à l’autre bout de la capitale, il ne peut y avoir de modifications radicales des caractéristiques de recrutement social des établissements scolaires parisiens. En conséquence, cet algorithme reproduit, parfois de manière différenciée de celui originel, comme c’est le cas pour l’exemple cité du lycée Turgot, des phénomènes de concentration de jeunes peu favorisés au sein du secteur est, où les boursiers sont les plus nombreux. 

A quels effets pervers ce type de politique peut-il aboutir ? Quels sont les risques, à terme, qui risquent de se matérialiser ? Le remède ne risque-t-il pas de renforcer le mal ?

Etant donné l’importance du critère géographique, les effets pervers de cette politique ne peuvent exister que dans le secteur est de la capitale, à la population socialement mélangée. En effet, jusqu’ici, il y existait de bons lycées, avec plus de mixité sociale qu’à l’ouest, qui risquent de voir leur niveau décliner, étant donné le caractère aléatoire de la nouvelle répartition des élèves. L’affectation au lycée public apparaissant comme une forme de loterie, les catégories sociales les plus aisées, qui détestent le hasard, risquent de les déserter privilégiant l’enseignement privé, non concerné par la mesure, ou trouvant des moyens, à travers, entre autres, le choix des options, pour inscrire leurs enfants dans les autres secteurs de la capitale. On risque d’arriver dans l’est parisien à la même situation qu’aux Etats-Unis dans les années 1960 où les politiques de busing ont conduit à l’effondrement du système scolaire public des grandes villes américaines, très rapidement déserté par les classes moyennes blanches. A terme, il existe un risque de disparition des bons lycées de l’est parisien, avec à la clé une désaffection des enseignants pour ces lycées.

Le remède risque effectivement de grandement renforcer le mal, réduisant fortement l’attractivité, aussi bien pour les élèves que pour les enseignants, des lycées de l’est parisien, qui avaient, jusqu’ici, des résultats très honorables. Se défausser sur la machine de la difficile question de la constitution d’établissements scolaires à mixité sociale n’est pas vraiment la solution !

Quelle est alors selon vous la part d'aveuglement politique sur le sujet ? Doit-on continuer à chercher de nouveaux mécanismes (ou ajuster ceux qui existent déjà) ou faut-il se résoudre à certaines réalités en la matière ? Quelles sont les solutions envisageables ?

La part d’aveuglement politique est totale, soit par naïveté, soit par cynisme. Les politiques de mixité sociale, qui s’apparentent, rappelons-le, simplement à une politique de mixité ethnique dans les grandes métropoles, n’ont jamais fonctionné, mais les dirigeants politiques français continuent malgré tout de les prôner en faisant une sorte de panacée à tous les problèmes sociaux du fait de leur incapacité à proposer de nouvelles solutions à un problème ancien, qui s’est accentué au fur-et-à-mesure du temps. Il n’y a pas de réelle volonté politique de régler ces problèmes, les politiques de mixité sociale mises en œuvre servent surtout à faire croire au reste de la population que l’on fait quelque chose.

Non, il faut complètement abandonner les politiques de mixité sociale totalement inefficaces et les remplacer par des politiques de justice spatiale, qui au niveau éducatif permettent à chaque enfant d’avoir les mêmes chances de réussite quel que soit l’établissement scolaire d’où il vient, qu’il soit composé d’enfants très favorisés ou peu favorisés. Pour cela, il faut que le niveau de sécurité et d’exigence de résultats comme celui du personnel encadrant soit le même partout, ce qui passe par plus de moyens dans les secteurs scolaires défavorisés. En effet, on ne peut malheureusement aller contre des processus d’entre soi inhérents à l’espèce humaine. Gouverner demande d’être pragmatique et non idéologique !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Baleine91
- 14/09/2016 - 11:20
Refus des réalités
Comme d'habitude, la démagogie de la gauche n'engendrera que des souffrances pour tous. L'enfant d'immigrés qui a du mal à s'en sortir ne recevra pas la formation dont il a besoin pour réussir en France (base : lire, écrire et compter) et l'enfant brillant sera freiné dans ses études. C'est ça le socialisme, l'échec pour tous.
Anouman
- 13/09/2016 - 19:45
mixité sociale
La conclusion de l'article est pertinente: il faut arrêter ces conneries.
Quand les nuls qui nous gouvernent se seront aperçus que l'échec scolaire n'a rien à voir avec l'origine sociale mais tout avec le patrimoine génétique ils arrêterons leur merdier. Mais bon, droite et gauche nient la réalité.
Fredja
- 13/09/2016 - 16:05
@Alain Proviste
complètement d'accord avec vous. Ma fille qui est en classe bilangue vit ça actuellement : on éclate toute la classe, et on impose le mélange avec les élèves "musulmans" (pour rester poli), et le niveau de la classe est tel qu'elle est revenue en me disant qu'ils étaient "tous bêtes" dans sa classe. Heureusement que j'ai un établissement privé pas loin, si la situation dégénère, je serai obligé de changer... Je trouve que c'est absolument lamentable d'en arriver là. Et le problème est connu à la source : le refus total de faire des classes de niveau en élémentaire, et de faire acquérir les fondamentaux avant l'arrivée au collège. Couplé à l'interdiction du redoublement, on voit le résultat aujourd'hui. Mais que ce soit nos enfants qui subissent ça, ça fait vraiment mal au coeur... Pour moi, idéologie socialiste = niveller tout le monde par le bas pour mieux manipuler le peuple = politique de république bananière (ou d'état islamique, c'est le même principe).