En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Pixabay
Il existe deux types de maladies très différentes en rapport avec le gluten. La première est l’intolérance au gluten également appelée maladie cœliaque, la seconde est l’allergie alimentaire au blé.
Cherchez l’erreur
Mais pourquoi les régimes sans gluten sont-ils en croissance exponentielle alors que les allergies au gluten, elles, n’augmentent pas ?
Publié le 09 septembre 2016
Selon de nouvelles recherches, le nombre d'Américains qui suivent un régime sans gluten a triplé entre 2009 et 2014, alors que le nombre de personnes intolérantes au gluten est resté stable sur la même période. Une paranoïa collective qui touche aussi la France et qui n'a pourtant, selon les professionnels de santé, aucun lieu d'être.
Le Dr Florence Trébuchon est médecin allergologue. Elle a fondé l'École de l'asthme au service des maladies respiratoires de l'hôpital Arnaud-de-Villeneuve, à Montpellier. Elle est l'auteur de Vaincre l'asthme et les allergies aux...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florence Trébuchon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Dr Florence Trébuchon est médecin allergologue. Elle a fondé l'École de l'asthme au service des maladies respiratoires de l'hôpital Arnaud-de-Villeneuve, à Montpellier. Elle est l'auteur de Vaincre l'asthme et les allergies aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon de nouvelles recherches, le nombre d'Américains qui suivent un régime sans gluten a triplé entre 2009 et 2014, alors que le nombre de personnes intolérantes au gluten est resté stable sur la même période. Une paranoïa collective qui touche aussi la France et qui n'a pourtant, selon les professionnels de santé, aucun lieu d'être.

Atlantico : Pouvez-vous détailler  les tenants et les aboutissants de la nouvelle étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (voir ici) ? Comment expliquer que le nombre d'Américains qui suivent un régime sans gluten a triplé entre 2009 et 2014, alors que le noblémbre de personnes intolérantes au gluten est resté stable sur la même période ? Peut-on observer le même paradoxe en France ?

Florence Trébuchon : Cette nouvelle recherche a démontré que le pourcentage d'Américains suivant un régime sans gluten avait augmenté de 50% entre 2009 et 2014, alors que le pourcentage d'Américains souffrant d'une intolérance au gluten, appelée aussi maladie cœliaque, a baissé de 0,70% en 2009 à 0,58% en 2014. Par ailleurs, l'analyse des données du moteur de recherche de Google montre que, au cours des sept dernières années, le "régime sans gluten" est le mot le plus cherché de tout ce qui concerne l'alimentation.

 

 

Ces chiffres signifient tout simplement que les personnes non allergiques au gluten se mettent à suivre un régime sans gluten pour d'autres raisons. Ce phénomène, d’un point de vue médical, est assez surprenant. Il est habituel en médecine d’être confronté à des patients qui ont des difficultés à accepter leur maladie, et c’est compréhensible. Ici, c’est exactement l’inverse : des personnes se diagnostiquent elles-mêmes intolérantes aux gluten, alors qu'elles ne le sont pas !

 

On observe le même paradoxe aux Etats-Unis comme en France, ce qui agace beaucoup les professionnels de santé, consternés par cet effet de mode alimentaire. Il m’arrive régulièrement de recevoir des personnes qui se sont auto-diagnostiquées allergiques ou intolérantes au gluten sur la base de divers symptômes qui seraient soulagés pas le régime. Ces patients sont en demande d’une confirmation médicale et pourtant, quand le verdict tombe - pas d’allergie ni d’intolérance au gluten - elles décident la plus part du temps de poursuivre leur éviction.

 

Parmi les personnes prônant un régime sans gluten, beaucoup affirment que leurs problèmes de santé ont disparu. Au-delà des constats empiriques, que sait-on scientifiquement des effets du gluten sur notre santé ? Qu'est-ce qui est prouvé, et quelles questions restent en suspens ?

Il existe deux types de maladies très différentes en rapport avec le gluten. La première est l’intolérance au gluten également appelée maladie cœliaque, la seconde est l’allergie alimentaire au blé.

La maladie cœliaque provoque des troubles digestifs importants : diarrhées chroniques, douleurs abdominales, fatigue, amaigrissement. Il s’agit d’une impossibilité pour le tube digestif d’assimiler le gluten contenu dans le blé, le seigle ou l’orge. Cette intolérance digestive entraîne une inflammation chronique du tube digestif à l’origine des symptômes. Le diagnostic de la maladie repose sur la recherche de certains anticorps dans le sang et il est confirmé après biopsie lors d’une coloscopie.

L’allergie au blé met en jeu le système immunitaire qui va fabriquer des anticorps appelés IgE dirigés contre les protéines du blé. En cas d’ingestion de l’aliment, il y aura une réaction immédiate potentiellement sévère : urticaire, oedeme de Quinck, choc anaphylactique. Le diagnostic se fait grâce au bilan allergologique. Cependant, l’allergie au blé est rare.

Comment expliquer que l'on attribue au gluten des problèmes qui n'ont a priori rien à voir avec ce dernier ? 

De plus en plus de personnes rendent le gluten responsable de divers maux : douleurs articulaires, fatigues, migraines, ect. Elles  affirment qu’un régime sans gluten a été efficace.

Ce qui est ennuyeux, c’est que ces personnes ont un bilan strictement normal : pas de traces d’anticorps de la maladie coeliaque, coloscopie avec biopsie normale, bilan allergologique négatif. Les soignants qui encouragent ces régimes sans preuve d’une quelconque maladie rétorquent : "on peut avoir la maladie sans les anomalies". On peut avoir la maladie sans être malade finalement !

Dans ce contexte, les bénéfices constatés des régimes sans glutens sont très subjectifs et on peut imaginer la participation d’un effet placebo.

Je préconise dans ce cas une grande prudence. L’éviction non justifiée d’un aliment est préjudiciable, en particulier chez l’enfant, car elle l’expose à une marginalisation dans sa vie quotidienne (en particulier à la cantine) et  peut conduire à un déséquilibre alimentaire.

Dans ce cas, en quoi cette "anti-gluten mania" est-elle révélatrice des angoisses de notre époque ? Pourquoi cette frénésie ?

J’ai du mal à comprendre cette diabolisation du blé. Il symbolise probablement pour certains le passage à l’ère de l’industrie agroalimentaire avec tous ses dangers : malbouffe, OGM, pesticides etc. Je pense qu’il y a des combats à mener pour une alimentation plus saine, mais le blé n’est pas le bon combat.

C’est très réducteur et c’est peut être cela qui explique l’engouement des régimes sans gluten : un seul aliment responsable de tous nos maux, c’est plus facile à gérer pour avoir l’impression de protéger sa santé.

Même le blé complet serait mauvais pour la santé selon le cardiologue américain William Davis, dont le livre Pourquoi le blé nuit à votre santé est un best-seller. Est-il possible que le blé ait évolué au fil du temps ? Pourquoi ?

La plupart de nos aliments ont évolué au fil du temps : les poulets sont élevés en batterie, les salades poussent dans des serres, les fraises poussent sur l’eau… C’est une question intéressante mais globale. Je pense que les pesticides que nous mangeons à notre insu quotidiennement sont mauvais pour la santé, il y a des preuves scientifiques, ça c’est un vrai combat. Pour le blé, je n’ai pas connaissance d’une publication scientifique sur les effets toxiques spécifiques au blé.

Quels sont les effets pervers des régimes appauvris en gluten ? 

J’ai constaté chez des personnes qui faisaient des régimes sans gluten non justifiés qu’au bout d’un certain temps ils présentent des difficultés à digérer le blé quand il font une entorse à leur régime.

Ils se plaignent de douleurs abdominales, de ballonnement, alors qu’auparavant ils mangeaient du blé sans problème digestif. C’est comme si leur tube digestif avait oublié cet aliment et qu’il avait des difficultés à le digérer.

Y a-t-il d'autres aliments sur lesquels on projette les mêmes psychoses que sur le gluten ?  

Oui, l’autre aliment diabolisé est le lait, particulièrement chez les enfants. Je vois souvent des enfants qui ne mangent aucun produit laitier sans aucune raison médicale. C’est très dommageable à plusieurs titres : déficit de calcium pour un organisme en pleine croissance, impact sur la qualité de vie, marginalisation dans la vie quotidienne.

Le plus paradoxal, c’est que le plus souvent les produits laitiers sont remplacés par des produits à base de soja, très riches en phytoestrogènes, hormone formellement déconseillée chez les enfants.

Cela prouve bien l’aspect totalement irrationnel de certaines évictions alimentaires non justifiées.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
02.
Sauver la France en travaillant plus, pourquoi pas… Pourquoi le diagnostic initial ne correspond que de loin à la réalité vécue par les Français
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
05.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
06.
Les médecins de Britney Spears dévoilent la vérité sur son hospitalisation
07.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
05.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
05.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
06.
Tous addicts à la polémique : votez-vous encore pour ce que les candidats se proposent de faire ou uniquement pour ce qu’ils sont ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ChristineG
- 09/09/2016 - 21:42
Oui, je sais, mais ...
Extrait d'une lettre de Santé Corps Esprit :

"Ceux qui suivent ce régime [...] en constatent les effets sur leur santé !

Et la science leur donne raison.

Car le blé d’aujourd’hui n’est pas le même qu’au début du 20ème siècle. Par croisements génétiques, le blé moderne contient 42 chromosomes, là où le blé ancestral n’en avait que 14.

Et l’un des effets de ce blé « mutant » est qu’il contient beaucoup plus de gluten qu’avant !

Or la gliadine du gluten produit un effet désastreux sur votre intestin : il le rend plus perméable, plus poreux [Effect of gliadin on permeability of intestinal biopsy explants from celiac disease patients and patients with non-celiac gluten sensitivity, Hollon J. et al. ].

C’est dangereux, car votre intestin laisse passer dans le sang des bouts d’aliments, ce qui peut déclencher des réactions inflammatoires, des douleurs, et même des maladies auto-immunes."

Je viens de passer 3 mois à l'étranger sans pratiquement manger de pain. Retour en France, et ruée sur la baguette (miam miam !) : résutlat, ventre de femme enceinte. Ca ne prouve rien, mais quand même ...
Anouman
- 09/09/2016 - 20:03
gluten
Gluten ou autre il suffit que les médias lancent un truc pour que de nombreuses personnes non concernées s'en emparent. Mais ces gens n'ont pas besoin d'un allergologue mais plutôt d'un psychiatre.
valencia77
- 09/09/2016 - 17:54
pale rider
you say it better than I can.