En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

05.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

Edward Reid, le nouveau Susan Boyle

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 3 min 32 sec
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 1 heure 57 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 2 heures 40 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 3 heures 21 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 3 heures 44 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 5 heures 2 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 5 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 17 heures 22 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 32 min 38 sec
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 2 heures 33 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 3 heures 8 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 5 heures 29 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 6 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 17 heures 10 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 17 heures 46 min
© Reuters
Fini les ateliers, il va y avoir une standardisation au niveau mondial de la manière de produire des biens. D'ici 10 ans, on pourrait avoir des applications commerciales, y compris dans l'industrie manufacturière, de l'impression 3D.
© Reuters
Fini les ateliers, il va y avoir une standardisation au niveau mondial de la manière de produire des biens. D'ici 10 ans, on pourrait avoir des applications commerciales, y compris dans l'industrie manufacturière, de l'impression 3D.
Adieu petit ouvrier cambodgien

Comment les pays d’Asie du Sud-est peuvent se préparer à la destruction par la technologie de deux tiers des emplois dans le secteur du textile

Publié le 09 septembre 2016
Selon un récent rapport de l'Organisation Internationale du Travail, l'automatisation et la robotisation pourraient détruire deux tiers des neuf millions d'emplois dans le secteur du textile en Asie du Sud-est. Pour limiter la déstabilisation tant économique (chômage) que géopolitique (migrations), les gouvernements des pays manufacturiers devront être prévoyants et préparer l'avenir en investissant notamment dans l'éducation.
Christopher Dembik
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un récent rapport de l'Organisation Internationale du Travail, l'automatisation et la robotisation pourraient détruire deux tiers des neuf millions d'emplois dans le secteur du textile en Asie du Sud-est. Pour limiter la déstabilisation tant économique (chômage) que géopolitique (migrations), les gouvernements des pays manufacturiers devront être prévoyants et préparer l'avenir en investissant notamment dans l'éducation.

Atlantico : Selon un récent rapport de l'Organisation Internationale du Travail (voir ici), sous l'effet de la technologie, deux tiers des emplois dans l'industrie du textile pourraient être détruits en Asie du Sud-est. Quels sont les risques économiques liés à ce phénomène ? Qui seront les premiers impactés ? A l'inverse, à qui cela profitera-t-il ?

Christopher Dembik : La destruction d'emplois dans l'industrie du textile en Asie est un phénomène inéluctable. L'Asie est en passe d'expérimenter ce que l'Europe a déjà connu des décennies auparavant. Si on veut schématiser, à partir des années 1990 et surtout 2000, il y a eu un transfert d'activité du secteur manufacturier des pays développés vers les pays émergents où le coût du travail était nettement plus bas, ce qui a abouti, en particulier en Europe, à des destructions d'emplois. Actuellement, c'est un nouveau phénomène auquel on assiste.

D'une part, il y a une délocalisation d'activités au sein même des pays émergents. On observe des départs d'industries du Brésil au profit de la Bolivie, ou de Chine vers le Vietnam pour des raisons de coût de la main-d'oeuvre. Il y a une forte concurrence qui s'est créée au sein de ce groupe de pays où les disparités salariales sont énormes.

D'autre part, à terme, la main-d'oeuvre devrait être remplacée par des robots, y compris dans les pays émergents. C'est justement ce point qui est évoqué par le rapport de l'Organisation Internationale du Travail. La robotisation du processus de production a deux avantages pour les industriels. Elle permet des gains de productivité, ce qui est normalement aussi favorable pour l'économie dans son ensemble en ayant un effet positif sur la croissance. En outre, elle permet de mettre un terme aux processus de délocalisations consistant à rechercher systématiquement le plus bas coût du travail. Il ne faut cependant pas craindre la robotisation de l'industrie manufacturière. Elle ne va pas survenir du jour au lendemain, ce qui devrait permettre aux gouvernements des pays concernés, s'ils sont suffisamment prévoyants, de mettre en place à temps des processus de reclassement et de remise à niveau de la main-d'oeuvre qui pourrait être amenée à connaître le chômage du fait de la robotisation. Il y aura bien sûr une partie de la population qui, en dépit de toutes les formations possibles, ne sera pas en mesure de se reconvertir professionnellement, comme l'avait déjà montré Alfred Sauvy dans les années 1970 au sujet de l'Europe. Pour autant, l'impact global net pour l'économie mondiale devrait être positif, surtout par l'intermédiaire de la hausse des gains de productivité. 

D'un point de vue géopolitique, quel est le potentiel de déstabilisation de cette mutation du secteur du textile ? Peut-on s'attendre à une hausse des migrations économiques ? Au départ de quels pays ? 

L'accentuation du phénomène migratoire sera inévitable dans les prochaines décennies, soit pour des raisons économiques, soit du fait du changement climatique. Les pays riches doivent s'y préparer mais, au regard de la gestion de la crise des migrants en Europe, ou du débat actuel sur l'immigration dans le cadre de la présidentielle américaine, tout indique que les responsables politiques ne sont pas prêts pour y faire face. La mutation technologique en Asie pourrait notamment entraîner des départs massifs des pays historiquement manufacturiers vers les zones en plus fort développement du continent, à l'instar de la Chine, de la Corée du Sud ou encore en direction de l'Océanie. De telles migrations sont, j'oserais dire, normales puisque l'Europe a connu le même phénomène il y a déjà plusieurs décennies de cela. Pour limiter l'impact négatif pour l'économie, les pays manufacturiers doivent, dès à présent, préparer l'avenir, ce qui passe par l'éducation. Souvent, dans bien des cas, le premier pas à franchir est d'offrir à tous un accès gratuit aux études supérieures. Comme on le constate, ce ne sont pas du tout les mêmes problématiques d'éducation qu'en Europe. En parallèle, les gouvernements doivent façonner le marché du travail et leur économie en la faisant monter en gamme, ce qu'ont par exemple réussi à faire la Corée du Sud ou Taïwan à partir des années 1970/1980. Ce n'est donc pas une mission impossible. Il faut simplement des responsables politiques éclairés.

Quels sont les différents processus technologiques qui impacteront le secteur du textile ?

Dans un premier temps, il va être question d'une automatisation du processus de production où l'être humain n'intervient que pour contrôler la machine. Il va y avoir une standardisation au niveau mondial de la manière de produire des biens. Mais, dans quelques années, peut-être même d'ici 10 ans, on pourrait avoir des applications commerciales, y compris dans l'industrie manufacturière, de l'impression 3D. Des chercheurs du MIT travaillent sur cette problématique depuis des années. Imaginez qu'on puisse quasiment tout reproduire grâce à l'impression 3D. Cela aurait des conséquences inimaginables sur le processus de production et sur le rôle de l'être humain à ce niveau. Nous allons vers une société qui est de plus en plus dépendante de la machine et où l'homme aura de moins en moins besoin d'intervenir. Cela suppose de réfléchir au partage du temps de travail, à l'encadrement des activités de la robotique et aussi à la relation homme-machines au quotidien. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 08/09/2016 - 18:52
Voici un article qui nous
Voici un article qui nous interroge sur le futur du Sud-est asiatique ! Il suffit de parcourir les commentaires des lecteurs d'Atlantico, pour se rendre compte qu'ils sont avant tout des retraités de droite, uniquement préoccupés par la préservation de leur pension. Même la question du chômage, de la pauvreté et des inégalités dans leur propre pays, ils n'en ont rien à foutre ! De plus, une forte proportion d'entre eux sont persuadés, au plus profond d'eux-même, que depuis la mort du Communisme, notre avenir est simple et lumineux : il n'y a plus aucune autre alternative que le Capitalisme ! Ce système va régner en maître incontesté sur notre planète pendant au moins le prochain millénaire. Ceux qui sont chrétiens ajouteront même, jusqu'à ce que Jésus-Christ réapparaisse pour le Jugement Dernier. Il ne faut donc pas espérer engager une discussion raisonnable avec ces zombies. On peut simplement leur faire tinter de temps en temps une clochette aux oreilles pour un bref éclair de lucidité. Le moment venu, il faudra organiser des soins palliatifs et de dé-radicalisation...