En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Faux départ
Pourquoi la réforme des lycées souhaitée par François Hollande est déjà bien mal partie
Publié le 02 septembre 2016
Après l'école primaire et le collège, François Hollande a annoncé qu'il voulait réformer le lycée. Pour autant, le projet de réforme n'est pas des plus rassurants.
Jean-Rémi Girard est vice-président du SNALC-FGAF (Syndicat National des Lycées et Collèges). Il tient le blog sur l'Education nationale "Je Suis en retard" : http://celeblog.over-blog.com
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Rémi Girard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Rémi Girard est vice-président du SNALC-FGAF (Syndicat National des Lycées et Collèges). Il tient le blog sur l'Education nationale "Je Suis en retard" : http://celeblog.over-blog.com
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l'école primaire et le collège, François Hollande a annoncé qu'il voulait réformer le lycée. Pour autant, le projet de réforme n'est pas des plus rassurants.

Atlantico : En déplacement à Orléans à l'occasion de la rentrée scolaire, François Hollande a déclaré qu'une réforme du lycée générale et professionnel était "la prochaine étape", après les rythmes scolaires et le collège. Alors que toute réforme de ce type peut sembler périlleuse pour chaque gouvernement, avec ses risques de mobilisations lycéennes, est-il réellement envisageable de débuter une telle réforme à l'aube d'une campagne électorale ?

Jean-Rémi Girard : Je suis convaincu que le ministère a déjà une réforme du lycée dans ses cartons, du moins dans ses grandes lignes. En revanche, il est peu probable que le chantier soit lancé juste avant l'élection présidentielle. On a déjà vu que la réforme du collège suscite, et ce pour d'excellentes raisons pédagogiques, un très fort rejet chez la majorité des professeurs : il n'est pas certain que le gouvernement ait envie de renouveler l'expérience. D'autre part, la précédente réforme date de 2010 : peut-être pourrait-on laisser un peu souffler les collègues avant de leur faire avaler de force une nouvelle louche de la même potion amère ?

Toutefois, après la présidentielle, il est très probable que l'on y ait droit, quelle que soit la couleur politique du président ou de la présidente élu(e). La technostructure du ministère fonctionne toute seule, et propose en la matière les mêmes réformes, que le gouvernement soit de droite ou de gauche. C'est une très belle illustration de la "réformite" dans l'Éducation nationale : les cadres du ministère ne cessent de réformer leur réforme précédente, empirant chaque fois un peu plus le fonctionnement de l'École.

Que pourrait annoncer le gouvernement dans cette nouvelle réforme du lycée ? Existe-t-il d'ores et déjà des pistes de travail en ce sens ? Quels effets pourrait-elle avoir ?

On sent bien que l'objectif premier est, une fois encore pour des raisons budgétaires, de faire une classe de seconde indifférenciée entre voies générale, technologique et professionnelle, retardant davantage encore l'heure des choix et de l'orientation. Le Baccalauréat est lui aussi dans la ligne de mire, car il coûte cher aux yeux du ministère. On pourrait, sinon le supprimer, du moins y multiplier les épreuves "locales" non anonymes type "épreuves en cours d'année" ou "contrôle en cours de formation", qui sont une horreur à mettre en place sur le terrain.

On craint évidemment, comme avec la réforme du collège, une attaque contre les options et les sections, notamment le latin, le grec et les sections européennes. Enfin, nul doute qu'on tentera ne nous refourguer une fois encore la grande idée de l'interdisciplinarité forcée… en attaquant les horaires disciplinaires. 

Dans l'optique d'une réforme du lycée, quelles seraient aujourd’hui les priorités à suivre ? Quels sont les maux qui méritent d'attirer l'attention du gouvernement ?

Le diagnostic est assez simple : on bat des records de réussite au bac… et le taux d'échec dans le supérieur, notamment à l'université, est colossal. La priorité serait justement de mieux préparer les élèves à ce qui se passe après le bac, et de redonner à ce dernier un rôle déterminant dans les choix de poursuite d'études. Cela passe par exemple par un système de majeures et de mineures dès la classe de seconde, qui permettra aux élèves d'acquérir de solides connaissances dans les matières qu'ils continueront par la suite. Il faut également arrêter d'éparpiller les horaires dans une multitude de dispositifs (accompagnement personnalisé, enseignements d'exploration, travaux personnels encadrés…) qui empêchent de se concentrer sur l'essentiel. Il convient enfin de bien définir les débouchés de la voie technologique et  de la voie professionnelle. Dans cette dernière, les élèves les plus en difficulté doivent pouvoir faire des parcours en 4 ans, car ils en ont besoin pour raccrocher les wagons.

C'est autour de ces idées que mon syndicat, le SNALC, proposera avant novembre une réforme complète du système éducatif, de la maternelle à l'université. Car il ne faut pas se voiler la face : une part de l'échec au lycée a des causes profondes, et qui datent d'avant l'entrée en seconde.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
02.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
07.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires