En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 23 min 40 sec
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 2 heures 48 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 4 heures 2 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 5 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 6 heures 38 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 7 heures 37 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 8 heures 21 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 8 heures 53 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 9 heures 17 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 9 heures 52 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 2 heures 26 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 3 heures 13 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 5 heures 13 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 6 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 8 heures 17 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 8 heures 38 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 9 heures 10 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 9 heures 23 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 9 heures 52 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Comment différencier le pédagogisme et la pédagogie

Publié le 03 septembre 2016
La destruction de l'École peut se dire en quelques mots : notre École est devenue une École-méduse, une École gélatineuse, aux professeurs et instituteurs changés en animateurs socio-culturels et gentils organisateurs du vivre-ensemble, bref en urgentistes du libéralisme. À travers un discours lucide et constructif Robert Redeker aborde le sujet de l'école et de la crise de la transmission : il n'y a pas d'École sans d'abord une pensée de l'homme et de la société - pensée qui aujourd'hui fait défaut. C'est cette absence de pensée qui définit la crise de la vie, cause véritable de la crise de l'École. Extrait de "L'école fantôme", de Robert Redeker, aux éditions Desclée de Brouwer 1/2
Robert Redeker
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robert Redeker est né le 27 mai 1954 à Lescure dans l'Ariège. Agrégé de philosophie, il est l'auteur de nombreux livres et collabore à diverses revues et journaux. Il a notamment publié Le Progrès ou l'opium de l'histoire (2004), Egobody...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La destruction de l'École peut se dire en quelques mots : notre École est devenue une École-méduse, une École gélatineuse, aux professeurs et instituteurs changés en animateurs socio-culturels et gentils organisateurs du vivre-ensemble, bref en urgentistes du libéralisme. À travers un discours lucide et constructif Robert Redeker aborde le sujet de l'école et de la crise de la transmission : il n'y a pas d'École sans d'abord une pensée de l'homme et de la société - pensée qui aujourd'hui fait défaut. C'est cette absence de pensée qui définit la crise de la vie, cause véritable de la crise de l'École. Extrait de "L'école fantôme", de Robert Redeker, aux éditions Desclée de Brouwer 1/2

Évitons de confondre le pédagogisme avec la pédagogie. Si proches lexicalement, ces deux mots sont tout opposés réellement. Tout lecteur du grand livre de René Descartes, le Discours de la méthode, paru en mille six cent trente-sept, constate qu’il parcourt des yeux et de la pensée un traité de pédagogie. Nulle part pourtant – pas même dans l’exposé des règles de la méthode, qui n’occupent que quelques lignes – cette pédagogie ne s’exhibe toute nue, toute décharnée, externe à un contenu de savoir. La pédagogie est inhérente au savoir – d’où les mathématiques. C’est en apprenant les mathématiques – et certainement pas en apprenant à les apprendre – que nous bénéficions de la pédagogie immanente aux mathématiques. C’est en plongeant directement dans la lecture de Hegel que nous acquérons les instruments nous rendant aptes à penser avec Hegel, non en nous y préparant et en tournant autour – la pédagogie loge dans la chose même, nulle part ailleurs. Après avoir fustigé les manies de la pédagogie, en particulier celle qui consiste à « apprendre sans contenu», Hegel dit avec justesse qu’«en prenant connaissance du contenu de la philosophie, on ne fait pas qu’apprendre à philosopher, mais on philosophe aussi déjà effectivement ». Le savoir n’est pas extérieur à la pédagogie, contrairement à la vulgate répandue urbi et orbi à cor et à cri par les pédagogistes des vingtième et vingt-et-unième siècles. Autrement dit, c’est en enseignant un savoir consistant que l’on enseigne en même temps le moyen d’acquérir du savoir nouveau.

Les pédagogistes imaginent un savoir technique – un savoir composé de techniques d’enseignement – séparé et antérieur à toutes les disciplines, que l’on pourrait appliquer indifféremment quels que soient les contenus. Les instituteurs et professeurs, par suite, n’auraient plus besoin d’être des maîtres. Il leur suffirait d’être des techniciens bien formatés, dont la docilité servile serait la qualité la mieux récompensée par une administration entièrement occupée à les caporaliser. La pédagogie ainsi conçue accéderait au statut de ce que fut la mathématique universelle (la fameuse «mathesis universalis») chez Descartes ou la science suprême (la sociologie) chez Auguste Comte, voire, plus anciennement, la théologie. Mais alors que cette mathématique, cette sociologie et cette théologie, sont de vraies sciences, devant lesquelles l’esprit s’incline respectueusement, aptes à remplir le rôle architectonique imposé par leur position dominante, la pédagogie tendance Meirieu n’occupe cette position que de façon parodique, involontairement comique, incapable, du fait de son manque de contenu, de lier ensemble les sciences et de les organiser en un système cohérent. L’ambition architectonique de la pédagogie, telle que nous pouvons la diagnostiquer dans l’œuvre de Philippe Meirieu, est vouée à l’échec. Cette pédagogie, placée au-dessus de toutes les matières d’enseignement et de toutes les sciences, fausse technique des techniques et fausse science des sciences à la fois, n’est qu’une forme carnavalesque de théologie dont la justification profonde ne tient que dans le pouvoir qu’elle confère aux Trissotins qui s’en réclament.

Le pédagogisme – l’arme utilisée dans la guerre contre l’École, l’arme du crime – est une perversion de la pédagogie. Plus précisément: il est la pédagogie vidée du savoir, la pédagogie vidangée, la forme vide et creuse de la pédagogie. Soyons encore plus précis: il est la pédagogie sans transmission, la pédagogie sans message ni héritage. Soit: il est la simili-pédagogie instituant des inhéritiers. Tout son édifice repose sur un préjugé affirmant la possibilité de séparer la pédagogie de ses contenus, venant renforcer la croyance obscurantiste en l’existence d’une sorte de pédagogie pure. La promotion du pédagogisme poursuivait une double fin, à la fois anthropologique et politique: alors que la pédagogie traditionnelle, dont les lettres de noblesse remontaient jusqu’à Platon, transmettait, reliait au passé, insérait les nouveaux arrivants au monde dans une longue chaîne, le pédagogisme s’attelle exactement, à l’inverse, à empêcher toute transmission. Il n’est pas excessif de signaler un penchant polpotien dans l’inconscient qui sous-tend sa pratique – dans la mesure où l’idéologie des Khmers rouges, en miroir à celle de la Révolution culturelle chinoise, professait la haine de l’intelligence, la haine des intellectuels. Adrien Barrot rapproche la mainmise du pédagogisme sur l’École, par exemple à travers l’instauration des Travaux personnels encadrés, ces ancêtres des Enseignements pratiques interdisciplinaires, de «la folie de la révolution culturelle chinoise ». Très curieusement cette haine qui dans le pédagogisme est d’origine et d’essence collectiviste s’articule à un individualisme absolu. La singularité de cet individualisme, qui le différencie de ses formes antérieures, tient dans son rapport au temps: il refuse d’insérer l’individu humain dans le passé culturel et intellectuel de la nation à laquelle il appartient. À ses yeux, cet individu ne doit pas être redevable envers le passé, il doit en ignorer les richesses intellectuelles et spirituelles. Cette haine porte un nom: le fanatisme de la table rase.

La proposition d’apprendre à apprendre, si chère aux théoriciens de l’École nouvelle, porterait Descartes à rire s’il revenait parmi nous. À l’inverse de la démarche pédagogique authentique, ce pédagogisme, qui sépare l’apprentissage de ses contenus, ne poursuit qu’un seul et unique but: que la transmission ne se fasse pas. Qu’elle n’ait pas lieu. Effacer l’histoire résume sa raison d’être. Il n’est pas indifférent que cette idéologie se soit développée principalement chez d’anciens révolutionnaires d’extrême-gauche qui, à la suite de leur échec politique, ont déporté leur soif de destruction vers l’enseignement. Pour satisfaire leur vision fantasmatique du devenir de l’humanité, il importait à tout prix pour eux que chaque enfant fût un point de départ absolu. Qu’il n’ait pas de passé. Que de son passé table rase ait été fait. Qu’il n’ait pas de terre ni de terroir. Ainsi, point d’héritage et point d’héritiers. Ainsi, espèrent-ils, l’École dénoncée par Bourdieu et Passeron quittera le paysage national.

Extrait de "L'école fantôme", de Robert Redeker, aux éditions Desclée de Brouwer, septembre 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 04/09/2016 - 00:43
L'idéologie pedagogiste...
Déjà, en 2012, le programme du Front National de Marine Le Pen proposait de retirer leur pouvoir aux idéologues pedagogistes qui polluent l'enseignement français, et de réapprendre aux enfants Francais les savoirs fondamentaux, lire, écrire, compter ( seulement en chiffres arabes, pas plus!)...cinq ans plus tard, même Bruno Le Maire l'islamophile est d'accord avec ce programme de 2012 du FN...un comble, non?