En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 24 min 56 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 1 heure 38 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 3 heures 35 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 4 heures 21 sec
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 4 heures 32 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 5 heures 2 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 6 heures 9 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 1 heure 16 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 2 heures 39 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 4 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 4 heures 52 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 5 heures 23 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 6 heures 20 sec
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 6 heures 15 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 7 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 7 heures 49 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Le rêve secret de Najat Vallaud-Belkacem : changer la jeunesse en une armée de voyeurs regardant par le petit trou de la serrure

Publié le 04 septembre 2016
La destruction de l'École peut se dire en quelques mots : notre École est devenue une École-méduse, une École gélatineuse, aux professeurs et instituteurs changés en animateurs socio-culturels et gentils organisateurs du vivre-ensemble, bref en urgentistes du libéralisme. À travers un discours lucide et constructif Robert Redeker aborde le sujet de l'école et de la crise de la transmission : il n'y a pas d'École sans d'abord une pensée de l'homme et de la société - pensée qui aujourd'hui fait défaut. C'est cette absence de pensée qui définit la crise de la vie, cause véritable de la crise de l'École. Extrait de "L'école fantôme", de Robert Redeker, aux éditions Desclée de Brouwer 2/2
Robert Redeker
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robert Redeker est né le 27 mai 1954 à Lescure dans l'Ariège. Agrégé de philosophie, il est l'auteur de nombreux livres et collabore à diverses revues et journaux. Il a notamment publié Le Progrès ou l'opium de l'histoire (2004), Egobody...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La destruction de l'École peut se dire en quelques mots : notre École est devenue une École-méduse, une École gélatineuse, aux professeurs et instituteurs changés en animateurs socio-culturels et gentils organisateurs du vivre-ensemble, bref en urgentistes du libéralisme. À travers un discours lucide et constructif Robert Redeker aborde le sujet de l'école et de la crise de la transmission : il n'y a pas d'École sans d'abord une pensée de l'homme et de la société - pensée qui aujourd'hui fait défaut. C'est cette absence de pensée qui définit la crise de la vie, cause véritable de la crise de l'École. Extrait de "L'école fantôme", de Robert Redeker, aux éditions Desclée de Brouwer 2/2

À l’enseignement de la littérature, base des humanités, les réformes des dernières décennies, toutes inspirées des délires de la secte pédagogiste, ont substitué une technologie d’analyse des textes littéraires, pour reprendre leur formule. S’il y a des textes, c’est qu’il n’y a plus de livres. Le texte est une machine à déclasser le livre, à délégitimer la littérature, à la détruire. Et l’École, en employant ce jargon de la textualité, participe de bon cœur à cette destruction. Il lui semble qu’elle continue d’arracher les pavés pour les lancer à la figure de la société. Il lui semble continuer Mai soixante-huit. Elle s’offre le plaisir de se croire émeutière. L’ensemble de ce dispositif consiste à aborder en classe la littérature comme si elle n’en était pas, à transformer l’enseignement de la littérature en exercices de communication dont «un texte littéraire», comme ils disent, ne fournit que l’occasion. L’approche pédagogiste de la littérature, par laquelle l’élève, plutôt que de lire, est sommé de classer, d’étiqueter, de trier (le fameux tri de textes), de s’orienter dans un document comme un rat dans un labyrinthe, trahit le behaviorisme comportementaliste de ses promoteurs. On peut illustrer ce comportementalisme par les mutations de vocabulaire: les pédagogistes, de plus en plus suivis par l’administration de l’Éducation nationale, ne disent plus élève, ce qui suppose d’élever, d’instituer, ce qui suppose un savoir à transmettre, ce qui suppose un idéal humain, mais ils disent désormais apprenant, terme qui indique une fonction. L’élève était un vrai nom, un substantif habité par une philosophie, à l’instar du mot instituteur, qui lui répondait à merveille, remplacé depuis la loi Jospin par professeur des écoles: la mort de l’élève, au profit de l’apprenant, fait système avec la mort de l’instituteur au profit du beaucoup plus vague professeur des écoles. Élever et instituer, deux verbes rayés du vocabulaire de l’administration scolaire! L’apprenant n’est qu’une fonction: le nom d’élève était orienté vers l’avenir, il comportait une idée d’accomplissement, tandis que celui d’apprenant désigne un individu à l’avenir incertain cloué au présent, d’où la substitution de ce participe présent substantivé au substantif. De même – les enjeux de vocabulaire étant les enjeux réels de pouvoir – la production de textes a, dans cette optique, remplacé l’écriture: on ne dit plus qu’un élève écrit, on dit qu’il produit des textes.

Cette conception de l’enseignement des lettres développe une désastreuse pédagogie du soupçon. D’une part, elle discrédite la littérature aux yeux de l’élève, lui arrachant son aura. Une telle stratégie de la méfiance devant les écrivains ne peut, chez la plupart des élèves, qu’entraîner le dégoût de la lecture. Il est probable que le but poursuivi par les instructions officielles et les pédagogistes soit le suivant: rendre impossible le ré-enchantement du livre par l’élève, la magie et le bonheur de la lecture. Les effets de la terrible loi du soupçon que les pédagogistes font peser sur la littérature se manifestent: interdire à jamais, chez le futur adulte qu’est l’élève, le plaisir de la littérature. Souvenons-nous d’une parole de Hegel :

Il n’y a pas de héros pour son valet de chambre; mais non pas parce que le héros n’est pas un héros, mais parce que le valet de chambre est un valet de chambre, avec lequel le héros n’a pas affaire en tant que héros, mais en tant que mangeant, buvant, s’habillant, en général en tant qu’homme privé dans la singularité du besoin et de la représentation.

Ces cours transforment l’élève en valet de chambre. Ne craignant ni le ridicule ni l’abject, Najat Vallaud-Belkacem rêve de changer la jeunesse en une armée de voyeurs regardant par le petit trou de la serrure : il faut, pense-t-elle, préciser dans les manuels scolaires l’orientation sexuelle des personnages historiques. La clique pédagogiste rêve de rabaisser l’élève au rang du valet de chambre hégélien : de même que pour ce dernier il n’existe pas de grand homme, de même le grand écrivain ne doit pas exister pour l’élève. Clarté criminelle du message suggéré aux élèves: d’une part Flaubert, Proust, Stendhal, ne sont que des écrivants, pour reprendre le célèbre mot dépréciatif de Roland Barthes, des producteurs de textes, quand d’autre part, dans la mesure même où ils ne sont que des écrivants, leurs productions ne valent pas fondamentalement mieux que celles des élèves dont elles ne diffèrent pas ontologiquement, dont elles se différencient uniquement par accident. L’effet de ce dénigrement subliminal est également d’interdire la pensée; on inculque à l’élève un regard technique sur les livres, attirant son attention exclusivement sur les procédés de construction dont on lui laisse supposer qu’il est capable de les reproduire à son tour.

Or, la pensée nécessite un fonds inépuisable d’émerveillement – Aristote, il y a bien longtemps, l’a signalé – présent dans tous les livres forts, que cette pédagogie du désenchantement s’ingénie à évacuer. Pour Descartes l’admiration était la première des passions, la passion fondamentale6 . Ainsi, ce criminel enseignement du soupçon, promu par les sectes pédagogistes qui se sont emparées de l’École, est une trivialisation de la littérature qui instaure chez ses victimes, nos enfants et petits-enfants, transformées en laquais indiscrets, un double interdit: de lire et de penser. On peut comparer cet enseignement des lettres à la pornographie. De même que la pornographie rend impossible l’amour en déchirant le voile de mystère qui nimbe la sexualité, en la trivialisant et la technicisant, de même le nouvel enseignement des lettres, agissant dans le même esprit que la pornographie, désertife l’âme et le cœur humains en rendant impossible cet autre amour, l’amour de la littérature.

Extrait de "L'école fantôme", de Robert Redeker, aux éditions Desclée de Brouwer, septembre 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paul Emiste
- 06/09/2016 - 18:03
@ Anguerrand
Je pense aussi que le choix de Philippot a été une erreur stratégique énorme. Bien qu´ayant deux amis proches député FN, un en France et un à Bruxelles, je ne vote pas FN (surtout avec Philippot) mais j´aime beaucoup Marion, j´espère qu´elle recadrera ce parti, et que l´on pourra avoir une certaine unité de la droite qui a toujours été majoritaire en France.
Vincennes
- 06/09/2016 - 14:51
Franchement les "rêves" de Bécassine la teigneuse on s'en fout
car pour nous, se sont des cauchemars. Aussi, qu'elle dégage sans oublier son petit Chefton et son coiffeur (d'ailleurs, ils doivent avoir le même) ......si possible avant les 8 mois impartis..... BEAT IT
vangog
- 06/09/2016 - 12:02
@Anguerrand la "vraie droite", comme vous écrivez, a gouverné..
pendant des dizaines d'années, et a promu et facilité l'aventure pedagogiste que tous les Francais lucides dénoncent aujourd'hui. Oh certes, c'était pour "éviter la guerre civile" avec la gauche, et lui donner quelques os à ronger...mais, aujourd'hui, quel résultat de quarante années de pedagogisme, qui étaient dans le programme de votre "vraie droite, comme dans celui de la "vraie gauche"?...un massacre de l'éducation dénoncé par le FN (programme Marine Le Pen 2012...vérifiez!). Aujourd'hui, vous vous ralliez à son programme, mais peut-on faire confiance à ceux quI ont adoré le pedagogisme, pour le détester, aujourd'hui?...