En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Bonnes feuilles

Quand Alain Juppé préferait Edouard Balladur à Jacques Chirac

Publié le 21 octobre 2016
Avec Bruno Dive
Portrait de l'homme politique par un journaliste du quotidien "Sud Ouest" à travers son parcours, les épreuves traversées, ses différentes fonctions, jusqu'à sa participation aux primaires à droite en novembre 2016. Extrait de "Alain Juppé, l'home qui revient de loin", de Bruno Dive, aux éditions de L'Archipel 1/2
Bruno Dive est journaliste politique et éditorialiste à Sud Ouest, spécialiste de la droite française et auteur de plusieurs livres politiques dont "La métamorphose de Nicolas Sarkozy" (Jacob-Duvernet) en 2012 et "Au coeur du pouvoir : l'exécutif...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Dive
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Dive est journaliste politique et éditorialiste à Sud Ouest, spécialiste de la droite française et auteur de plusieurs livres politiques dont "La métamorphose de Nicolas Sarkozy" (Jacob-Duvernet) en 2012 et "Au coeur du pouvoir : l'exécutif...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Portrait de l'homme politique par un journaliste du quotidien "Sud Ouest" à travers son parcours, les épreuves traversées, ses différentes fonctions, jusqu'à sa participation aux primaires à droite en novembre 2016. Extrait de "Alain Juppé, l'home qui revient de loin", de Bruno Dive, aux éditions de L'Archipel 1/2
Avec Bruno Dive

« C’est vrai que j’ai eu par moments des doutes sur la victoire de Chirac, reconnaît Alain Juppé. Mais je n’en ai jamais eu quant à mon engagement à ses côtés. » Le ministre des Affaires étrangères va surtout déployer des trésors de diplomatie et s’efforcer de jouer les Casques bleus. Dès octobre 1994 il déclare sur RTL que « si en janvier ou février, il apparaît que l’un des candidats est très en avance sur l’autre dans les sondages, il faudra se poser des questions ». C’est aussi l’époque où il sermonne son adjoint au RPR, Jean-Louis Debré. « Balladur ne te supporte plus ; il veut que tu démissionnes », lui lance-t-il un jour, alors que le député de l’Eure en a un peu trop fait contre le Premier ministre. Mais Chirac met son veto : il était lui-même l’inspirateur de la phrase… Et Juppé ne peut que transmettre ce refus à Balladur.

Vers la fin de l’année 1994, avec des sondages à 14 ou 15 % qui ne décollent pas, le maire de Paris se trouve dans une situation désespérée. Comment le lui dire ? Comment lui expliquer qu’il faudrait peut-être songer à ne pas insister ? Juppé tente d’enrôler les plus fidèles d’entre les fidèles pour accomplir cette pénible mission.

« Chirac est mal parti. Il ne sera pas élu, confie-t-il à Debré. Profite de ton voyage avec lui à la Réunion pour lui parler. Explique-lui qu’il faut peut-être qu’il arrête.

— Va le lui dire toi-même ! »

Juppé entreprend ensuite Jacques Toubon :

 « Qu’est-ce qu’on fait si Chirac ne décolle pas en janvier ou février ?

— On continue, évidemment. »

Faute de trouver des volontaires pour demander à Chirac de se retirer, Alain Juppé fait passer, notamment par l’intermédiaire de François Bayrou, quelques messages aux balladuriens. « Le jour où il faudra dire à Jacques Chirac de se retirer, c’est moi qui irais », leur fait-il savoir. Mais sa démarche suscite des éclats de rire et moqueries à Matignon. Sait-il que « les deux Nicolas », Bazire, le directeur de cabinet du Premier ministre, et Sarkozy, le surnomment entre eux « Jupette » ? À l’heure où la victoire de Balladur semble inéluctable, Nicolas Sarkozy s’est déjà mis en tête d’être lui-même Premier ministre.

Alain Juppé n’est pas loin de flancher. La séduction balladurienne semble à son tour opérer sur lui. En février 1995, quelques journalistes qu’il reçoit à déjeuner, et qui en restent stupéfaits, l’entendent dire : « L’un sera toujours un agité ; l’autre est déjà un homme d’État. »

Dans la seconde quinzaine de février, les sondages frémissent enfin pour Chirac, et début mars, les courbes s’inversent entre Balladur et lui. Juppé est en quelque sorte sauvé par le gong. Accaparé par sa fonction ministérielle et la présidence européenne, mais aussi par sa campagne à Bordeaux pour les élections municipales de juin, il ne jouera pas un rôle de premier plan dans la campagne de Jacques Chirac, comme il a pu le faire en 1981 et 1988. C’est seulement lors d’un meeting à Bordeaux, le 24 mars, qu’il entre véritablement en campagne. Ce jour-là, il reçoit devant ses parents, sa sœur et Isabelle l’onction de Chaban pour la mairie… et celle de Chirac pour Matignon. Il n’y a déjà plus beaucoup de doutes sur le nom du prochain Premier ministre, même si, bien sûr, rien n’est formalisé. La foule, en tout cas, ne s’y trompe pas, qui dans les réunions publiques scande : « Juppé à Matignon ! » Les mauvaises langues, qui ne manquent pas, notamment Philippe Séguin, feront remarquer qu’à partir de ce moment-là, Chirac a de nouveau baissé dans les sondages…

À Jean-Louis Debré qui l’aidait pour la rédaction de ses Mémoires, Jacques Chirac confiera en 2009 : « Juppé ne m’a jamais trahi. »

« C’est vrai, reconnaît Debré. Il était tiraillé entre sa fidélité à Chirac, qui était sincère, et le bonheur d’être ministre. Il a peut-être eu des doutes, il a hésité, mais il n’a jamais franchi le pas. Il n’a jamais fait la démarche de demander à Chirac de se retirer. »

« Je ne m’en serais pas senti le droit », assure a posteriori Alain Juppé. Mais peut-être a-t-il pensé un moment que ce serait son devoir.

Extrait de "Alain Juppé, l'homme qui revient de loin", de Bruno Dive, aux éditions de L'Archipel, le 31 août 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici

@ L’Archipel, 2016

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

02.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Fini les trésors à déterrer : comment les missions archéologiques françaises à l'étranger sont devenues plus anthropologiques

07.

D’Emmanuel Macron à Benjamin Griveaux : les petites phrases sur lesquelles on se borne au détriment des sujets de fond

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

04.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JMAndré
- 27/08/2016 - 20:10
Titre
J'allais commenter le titre de l'article mais je vois que cela est déjà fait... Cela rejoint et illustre le sujet d'un article voisin consacré au livre "Le massacre (de la langue) continue"
lexxis
- 27/08/2016 - 18:53
MARRE DE VOS TITRES STÉRÉOTYPÉS
D'accord avec Calumet et en plus ces titres lourdement stéréotypés manquent absolument de spontanéité. La moindre des choses serait de diversifier le recrutement, de manière notamment à ce que de temps à autres, vos titres correctement orthographiés ou exprimés surprennent. Est-ce vraiment trop demander?
Calumet
- 27/08/2016 - 14:50
Et vous quand choisissez-vous d'écrire le français?
On ne choisit pas quelqu'un à quelqu'un d'autre, changez de métier.