En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

Excès de vitesse pour Charlie Sheen... escorté par la police

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

ça vient d'être publié
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 41 min 16 sec
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 3 heures 53 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 4 heures 28 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 4 heures 49 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 5 heures 43 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 6 heures 27 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 21 heures 35 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 1 heure 27 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 4 heures 2 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 4 heures 45 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 5 heures 22 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 6 heures 49 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 7 heures 32 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 21 heures 49 min
© Pixabay
© Pixabay
Les Grecs le traitaient déjà

De la mélancolie au burn-out : comment notre approche de la "fatigue mentale" a évolué au travers des âges

Publié le 02 septembre 2016
Le burn out tel qu'on le conçoit aujourd'hui, à savoir un épuisement avant tout mental et émotionnel, n'est pas le même que celui que nos ancêtres pouvait ressentir. Mais il tire tout de même de profonds liens avec la mélancolie et l’épuisement professionnel liés au quotidien éreintant de nos ancêtres.
François Baumann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Baumann est médecin généraliste, fondateur de la Société de Formation Thérapeutique du médecin Généraliste (SFTG). Intéressé par toutes les dimensions des Sciences Humaines et Sociales qui participent à une meilleure santé des hommes, il a...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le burn out tel qu'on le conçoit aujourd'hui, à savoir un épuisement avant tout mental et émotionnel, n'est pas le même que celui que nos ancêtres pouvait ressentir. Mais il tire tout de même de profonds liens avec la mélancolie et l’épuisement professionnel liés au quotidien éreintant de nos ancêtres.

Atlantico : En quoi le "burn-out" est-il une maladie "moderne", qui serait exclusivement due aux aspects anxiogènes de nos sociétés actuelles ?

François Baumann : Le burn-out est selon moi une maladie moderne en rapport avec les aspects anxiogènes de notre société et de notre mode de vie économique et sociale. Cela correspond à une définition et à des syndromes très précis qui s'appellent le "trépied du burn-out". C'est-à-dire un épuisement psychique, physique, émotionnel et une déshumanisation de nos relations et un désinvestissement de soi. Et c'est en ça qu'elle est décrite comme une maladie moderne, car décrite avec des éléments récents.

Par exemple, la notion d'épuisement émotionnelle est quelque chose de moderne. Cela est dû à des sociétés qui ont beaucoup moins d'activités physiques que n'en n'avaient les autres auparavant. Notre société sollicite d'avantage le cérébral et le mental que les sociétés d'il y a cent ou deux cents ans. 

Quand le burn-out a-t-il commencé à devenir le problème de santé tel que nous le définissons aujourd'hui ?

C'est devenu un problème de santé aux Etats-Unis dans les années 70. Le burn-out a été décrit dans des circonstances très précises et était généralement mis en lien avec des personnes "aidants", comme des aides-soignants pour des enfants en fin de vie ou en lien avec des choses terribles. Ces personnes présentaient des symptômes particuliers que l'on ne retrouvait pas ailleurs.

Comment les sentiments d'épuisement professionnel étaient-ils perçus et "traités" auparavant au regard des différentes théories de l'époque sur le sujet ? A quoi ce phénomène pouvait-il être du ?

Le burn-out est particulier et ne peux pas se produire à toutes les époques comme je l'ai expliqué. Cela est possible mais nous n'y sommes attentifs que maintenant.

Certains individus souffraient d'épuisement professionnel dans la mesure où leurs métiers étaient beaucoup plus physiques. Mais les cas d'épuisement mentaux/intellectuels sont très peu documentés. Il n'y a donc pas ce trépied moderne de l'épuisement mental et de la déshumanisation comme on le constate aujourd'hui.

On mentionnait la mélancolie - la théorie des humeurs - chez Hipocrate, ou plus récemment dans la littérature, ce qui a donné un synonyme de la dépression. Je pense qu'on la traitait comme on traitait les maladies avant l'avènement de la médecine scientifique, qui est très récente.

Il existait par exemple des formes de psychothérapie en Grèce qui étaient basées sur la parole et la communication. On faisait raconter les rêves du patient qui souffrait.

Il y avait véritablement un effort de réflexion et je pense que cela était surtout basé sur la relation avec l'autre.

Enfin, comprendre ce phénomène aux travers de la fatigue physique et mental de nos ancêtres peut-il nous aider à mieux l'appréhender tel qu'il apparaît aujourd'hui ?

Le burn-out, autrement dit l'épuisement mental et physique, est très particulier car il est en rapport avec notre société et son évolution. On ne retrouvait pas, par exemple, des causes informatiques, de surmenage par le rendement ou le surmenage intellectuel il y a une centaine d'année. L'individualisme n'était également pas aussi  important que maintenant.

La seule utilité que l'on peut avoir dans la comparaison, c'est de voir qu'elle était la mentalité des différentes époques et leur rapport au travail et à la communauté. Cela permet de remettre en perspective des notions, comme la compétition ou l'individualisme, qui sont relativement récentes et favorisent l'épuisement d'un individu car elles se superposent les unes aux autres.  

Propos recueillis par Thomas Gorriz

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires