En direct
Best of
Best Of
En direct
"Have a break, have a Kit Kat"
Séparation ou réconciliation ? Ces mois de l'année au cours desquels vous avez le plus de chances de divorcer
Publié le 02 septembre 2016
Une nouvelle étude menée par Julie Brines et Brian Serafini de l'université Washington démontre que le nombre de demandes de divorce varie fortement en fonction des périodes de l'année. Explications.
Pascal Anger est psychologue, psychanalyste, psychothérapeute, sexothérapeute, systémicien et médiateur familial.Il est également chargé de cours à Paris VII. Il est l'auteur de Le couple et l'autre, livre publié aux éditions l'Harmattan.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Anger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Anger est psychologue, psychanalyste, psychothérapeute, sexothérapeute, systémicien et médiateur familial.Il est également chargé de cours à Paris VII. Il est l'auteur de Le couple et l'autre, livre publié aux éditions l'Harmattan.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une nouvelle étude menée par Julie Brines et Brian Serafini de l'université Washington démontre que le nombre de demandes de divorce varie fortement en fonction des périodes de l'année. Explications.

Atlantico : Pouvez-vous décrire un peu plus précisément les tenants et les aboutissants de cette nouvelle étude (voir ici) ? 

Pascal Anger : Ces deux chercheurs ont analysé chaque dépôt de demande de divorce dans l'État de Washington, entre 2001 et 2015. Il ont constaté que chaque année, le nombre de demandes de divorce était au plus haut en mars et en août, et au plus bas en décembre et janvier.

(Cliquez sur le graphique pour l'agrandir)

Deux pics sont atteints en mars et en août (voir le graphique ci-dessus), alors que le nombre de demandes est quasiment nul en décembre et janvier. Est-ce un phénomène que vous pouvez constater au cours de vos consultations ? Comment expliquer ces très fortes variations du nombre de demandes de divorce au cours de l'année ?

Il faut faire attention, car c'est une étude américaine, qui ne se base donc pas exactement sur le même calendrier saisonnier, festif ou vacancier que la France. 

Néanmoins, il est clair que les thérapeutes spécialisés dans le couple constatent de fortes variations du nombre de demandes de divorce au cours de l'année.

D'abord, le nombre de demandes de divorce est au plus bas pendant les fêtes de Noël et du nouvel an. Ce sont des moments qui, en France, invitent au rassemblement familial, donc des moments où l'on n'a pas envie d'être seul, car on ne rentrerait alors plus dans la norme, ce qui est une situation que les hommes et les femmes cherchent à éviter de façon assez naturelle et automatique. Le mois de juillet est aussi une période où très peu de demandes de divorce sont déposées, tout simplement parce que, pendant l'été, les instances judiciaires françaises sont fermées pour la plupart, ou tournent au ralenti.

Ensuite, le nombre de demandes de divorce est au plus haut au mois de juin et au mois de septembre. En effet, les premières démarches administratives pour concrétiser une séparation sont en général entamées au mois de juin, car cela permet au membre du couple concerné de franchir un pas vers le divorce, tout en se laissant la période des vacances estivales comme délai de réflexion et de maturation de la décision. En septembre, si les vacances n'ont rien arrangé ou ont empiré les choses (ce qui est un cas de figure très courant), les demandes de divorce sont maintenues et se concrétisent. La rentrée peut aussi donner un élan, une envie de changement (d'appartement, d'habitudes, de partenaire, etc.) qui peut pousser un couple fragilisé à se séparer.

Pour ce qui est du pic du mois de mars, je l'explique tout simplement par le changement de saison. C'est en effet le premier mois où l'on commence à sortir de l'hiver, période au cours de laquelle on est plus replié sur soi et son cocon familial. Globalement, toute source de changement crée des tensions dans un couple. Ce changement peut être le fruit du calendrier, mais pas que. 

Y a-t-il des périodes de l'année au cours desquelles vous déconseillez au couple de divorcer ? 

Oui.

De manière générale, je déconseille aux couples de divorcer au cours de périodes qui peuvent affecter de manière trop brutale les enfants, à savoir la période de Noël, où tout le monde est censé être en famille et heureux, et la rentrée scolaire, où les enfants ont déjà beaucoup de nouvelles choses à assimiler.

Savoir que le nombre de demandes de divorce varie fortement en fonction des périodes de l'année est-il bon pour un couple ? 

Oui, c'est très important pour un couple d'avoir conscience que certaines périodes de l'année peuvent être source de tensions, afin de pouvoir prendre du recul et surmonter les conflits en vue de jours meilleurs. Si les disputes et incompréhensions sont d'origine conjoncturelle (vacances avec la belle-famille, par exemple), il est important de ne pas céder à la facilité en se séparant. 

 

En revanche, si les problèmes sont structurels, il ne suffit pas de faire le dos rond ; il est alors nécessaire de demander de l'aide extérieure au couple, amicale ou professionnelle. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Samedi de violences : l’Etat manque-t-il des moyens pour maintenir l’ordre ou ce gouvernement enchaîne-t-il les erreurs de stratégie ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires