En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

03.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

04.

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

07.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 9 heures 42 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 11 heures 16 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 12 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 14 heures 1 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 14 heures 24 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 15 heures 46 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 16 heures 24 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 16 heures 40 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 16 heures 57 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 17 heures 17 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 10 heures 37 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 12 heures 10 sec
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 12 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 14 heures 5 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 14 heures 40 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 17 heures 26 min
© Reuters
© Reuters
Une famille en or

Comment Jean-Marie Le Pen prépare sa revanche sur le Front national et sa fille pour les législatives de 2017

Publié le 02 septembre 2016
Alors qu'Europe 1 a révélé cette semaine que Jean-Marie Le Pen comptait investir plusieurs dizaines de candidats proches de lui lors des législatives de 2017, l'ex-patron du Front national a appelé dans la foulée à soutenir ses micro-partis. Reste à savoir désormais si une telle décision, si elle se confirmait, serait de nature à plomber sérieusement le parti de Marine Le Pen.
Journaliste indépendant, spécialisé dans l’étude des droites françaises, Bruno Larebière a été durant dix ans rédacteur en chef de l’hebdomadaire Minute. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Jean-Paul II (éd. Chronique, 1998) et De Gaulle (éd....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Larebière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste indépendant, spécialisé dans l’étude des droites françaises, Bruno Larebière a été durant dix ans rédacteur en chef de l’hebdomadaire Minute. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Jean-Paul II (éd. Chronique, 1998) et De Gaulle (éd....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'Europe 1 a révélé cette semaine que Jean-Marie Le Pen comptait investir plusieurs dizaines de candidats proches de lui lors des législatives de 2017, l'ex-patron du Front national a appelé dans la foulée à soutenir ses micro-partis. Reste à savoir désormais si une telle décision, si elle se confirmait, serait de nature à plomber sérieusement le parti de Marine Le Pen.

Atlantico : Ce jeudi, Europe 1 (lire ici) a affirmé que Jean-Marie Le Pen comptait créer un parti politique pour investir près de 60 candidats aux prochaines élections législatives, principalement en Paca et en Île-de-France. Les marques "Front National Libre" et "Front National Français" auraient même d'ores et déjà été déposées. Comment évaluer le potentiel de nuisance d'une telle décision ? Au niveau national, une voie dissidente au Front national peut-elle vraiment nuire à Marine Le Pen ? Au niveau local, y a-t-il des circonscriptions où un candidat FN pourrait être sérieusement concurrencé par un autre candidat de la droite "nationaliste" ?

Bruno Larebière : Jean-Marie Le Pen a, en effet, fait déposer deux marques auprès de l’Institut national de la propriété industrielle : d’abord celle de "Front National Français", le 18 février 2016, puis celle de "Front National Libre", le 10 mai 2016. Le deuxième intitulé, qui sous-entend que le Front national – le vrai, celui de Marine Le Pen – n’est pas libre, qu’il est enchaîné, marque tout de même une atténuation par rapport au premier intitulé, qui sous-entendait, lui, que le Front national n’est plus français ! On peut donc penser que, plus raisonnablement, Jean-Marie Le Pen a opté pour "Front National Libre", d’où ce dépôt en quelque sorte rectificatif.

A ma connaissance, la constitution en association de "Front National Libre" n’est encore qu’au stade de projet, et, de toute façon, l’agenda judiciaire lui impose d’attendre encore un peu. Car pour l’heure, Jean-Marie Le Pen, exclu du FN en août 2015, se considère toujours membre du Front national et même toujours président d’honneur du FN. Or ce n’est que début octobre que sera plaidée sur le fond, devant le tribunal de grande instance de Nanterre, la contestation de son exclusion. Les dépôts de marque à l’Inpi ayant été effectués par un tiers, il peut toujours arguer qu’il n’y est pour rien. En revanche, il ne peut pas ne pas apparaître dans la nouvelle structure associative. Disons qu’il a anticipé par procuration sur un jugement qui lui serait défavorable mais il ne peut pas encore aller jusqu’au bout, sauf à offrir un argument juridique à la partie adverse.

Ce "Front National Libre" est le prolongement des Comités Jeanne (ou comités Jeanne au secours selon l’intitulé officiel déposé à l’Inpi). Jean-Marie Le Pen est un politique mais c’est aussi un communicant. Il sait très bien que les Comités Jeanne, ça ne dit rien à personne, tandis que "Front National Libre" atteindrait rapidement un taux de notoriété important. Il est d’ailleurs vraisemblable que la direction du Front national ne manquerait pas de lui intenter un procès pour parasitage de marque.

Ce "Front national Libre" – ou tout autre intitulé que Jean-Marie Le Pen déciderait de lui substituer – n’entend pas être un parti politique au sens classique. Jean-Marie Le Pen a bien précisé qu’il n’entendait pas mener "une action de développement national". Ce sera un peu comme une franchise, que Jean-Marie Le Pen accordera selon son bon vouloir à des candidats qui pourront s’en prévaloir pour les élections législatives de 2017. Mais comme l’a précisé Jean-Marie Le Pen, "investir, cela ne veut pas dire présenter des candidats", du moins pas nécessairement. Investir, c’est soutenir. Investir, c’est autoriser le candidat à se réclamer de la formation qui lui a accordé son investiture.

Cette précision est importante car, parmi les candidats investis par Jean-Marie Le Pen, il y aura trois cas de figure : les candidats issus des Comités Jeanne, a priori anciens du FN, en ayant été exclus ou en ayant démissionné, et ne jurant que par Jean-Marie Le Pen ; ceux qui, appartenant à une autre formation politique, auront sollicité cette investiture en pensant faire un score supérieur en se présentant sous cette franchise ou en l’adjoignant à leur propre appartenance ; et des candidats officiels du Front national, auquel Jean-Marie Le Pen aura décidé d’apporter son soutien ! Ce dernier cas sera le plus problématique car j’imagine mal le Front national accepter que tel ou tel de ses candidats bénéficie de l’imprimatur de Jean-Marie Le Pen ! Mais rien n’empêche Jean-Marie Le Pen de tenter l’expérience.

Dans un communiqué publié ce jeudi sur son site Internet (lire ici), Jean-Marie Le Pen appelle par ailleurs ses partisans à adhérer aux comités Jeanne, créés pour le soutenir. Alors que le Front national n'a peut-être jamais été aussi populaire en France, Jean-Marie Le Pen peut-il vraiment espérer créer un élan derrière lui, en opposition au FN ?

Cette annonce d’une "franchise Le Pen" pour les législatives de l’an prochain est à rapprocher de la volonté du Parti de la France (PDF) de Carl Lang, ancien secrétaire général du FN, de présenter des candidats à ce scrutin, ainsi que je vous l’avais indiqué en mai dernier, avec l’espoir d’atteindre les critères requis pour bénéficier du financement public : obtenir 1 % des suffrages dans au moins 50 circonscriptions. Il est probable que les candidats du PDF bénéficieront de ce label, qui peut les aider à obtenir de meilleurs résultats qu’aux législatives de 2012. A l’époque déjà, une soixantaine de candidats issus du PDF, du MNR et de la Nouvelle Droite populaire s’étaient présentés aux législatives, regroupés sous un intitulé commun et éphémère, à vocation purement électorale, Union de la droite nationale, et seuls une vingtaine d’entre eux avaient dépassé les 1 %.

Je ne vois personne pouvant "sérieusement concurrencer" un candidat FN, mais cela ne veut pas dire que des candidats labellisés par Jean-Marie Le Pen seront dépourvus de tout pouvoir de nuisance. Je vais vous donner un exemple.

Aux législatives, se qualifient pour le second tour les candidats ayant recueilli 12,5 % des suffrages des électeurs inscrits – ou, à défaut, les deux candidats arrivés en tête, quel que soit leur score. En 2012, dans la 6e circonscription de Moselle, Florian Philippot avait obtenu 26,34 % des voix au premier tour, mais il ne s’était qualifié pour le second tour que parce qu’il était arrivé deuxième (juste devant le candidat UMP, avec 25,02 %). Ses 26,34 % ne représentaient que 12,40 % des électeurs inscrits ! Or, à ce scrutin, il y avait un candidat dissident, soutenu par l’Union de la droite nationale, qui avait obtenu 4,09 % des voix, soit 1,92 % des électeurs inscrits ! Comme quoi de petites candidatures peuvent avoir de grands effets, mais cela, on le sait depuis la présidentielle de 2002 et les moins de 200 000 voix qui ont manqué à Lionel Jospin pour se qualifier pour le second tour du fait de la candidature de Christiane Taubira. Pour la petite histoire, ce candidat dissident qui aurait pu empêcher Florian Philippot d’être au second tour s’appelait Eric Vilain, et il est aujourd’hui conseiller régional d’Acal et proche collaborateur… de Philippot !

A noter aussi qu’aux élections régionales de 2010, une liste "Non aux minarets en Lorraine" avait recueilli dans cette région 3 % des voix. Je prends cet exemple pour dire que des candidatures dissidentes bien menées, sur une ligne politique clairement affirmée, peuvent trouver leur électorat. Qui plus est avec l’imprimatur de Jean-Marie Le Pen.

Dans le climat anti-islam que nous connaissons, et alors que le Front national vient de réitérer son désir que toutes les religions, y compris le christianisme, soient traitées de façon égale, au nom de la laïcité, il y a un espace politique pour des candidats résolus à réclamer un traitement différencié de la religion musulmane – ou, de façon positive, un traitement privilégié pour la religion chrétienne, consubstantielle à notre civilisation – et à défendre "la France éternelle", menacée de "submersion". C’est d’ailleurs ce que disait en substance Jean-Marie Le Pen ce jeudi sur LCI, en refusant d’entrer dans la polémique sur le burkini, qui n’est pour lui qu’une "petite conséquence" de l’ "immigration massive qui peut être mortelle pour notre pays".

Toujours selon Europe 1, le Vaucluse ne serait pas concerné par les intentions de Jean-Marie Le Pen de présenter des candidats aux législatives, ce dernier ne souhaitant pas faire de l'ombre à sa petite-fille Marion Maréchal-Le Pen. Ce "soutien" n'est-il pas, quelque part, à double tranchant pour la députée frontiste ? Si sa popularité parmi l'électorat de droite qui soutient encore Jean-Marie Le Pen peut lui être utile, ne pourrait-elle pas également se mettre à dos certains cadres du FN, franchement hostiles aujourd'hui au fondateur du parti ?

Le focus a été mis sur le Vaucluse, parce que c’est le fief de Marion Maréchal-Le Pen, mais ce ne sera pas le seul endroit où Jean-Marie Le Pen n’investira pas de candidat. Il n’a ni la volonté, ni les moyens, d’être représenté dans les 577 circonscriptions, et il y a d’autres cadres du Front national qu’il n’entend pas handicaper, sous réserve bien sûr qu’ils reçoivent l’investiture de leur parti. En tout état de cause, il faut attendre de connaître la liste des candidats investis par le FN pour voir quelles seront les circonscriptions épargnées et, surtout, quels seront les candidats FN ciblés comme étant à faire battre.

Cela étant, Marion Maréchal-Le Pen n’échappera pas à un délicat problème, qui a pour nom Gérald Gérin. Homme de confiance de Jean-Marie Le Pen, assistant de celui-ci au Parlement européen, il est celui qui a effectué, sous son nom, les dépôts de marque "Front National Français" et Front National Libre" à l’Inpi, en plus d’avoir déjà déposé le nom de "Jeanne au secours". Or Gérald Gérin est conseiller régional de Paca. Sa présence en 11e position sur la liste des Bouches-du-Rhône, qui lui assurait d’être élu même en cas de défaite des listes conduites par Marion Maréchal-Le Pen, avait même été la principale exigence de Jean-Marie Le Pen lors des conversations qu’il avait eues avec sa nièce à l’époque où il menaçait de faire des listes dissidentes…

Marine Le Pen avait fermé les yeux sur cet arrangement dans la mesure où il lui évitait des déconvenues bien supérieures, mais, si Jean-Marie Le Pen parraine des candidats face à ceux du Front national, elle ne pourra que trancher le cas Gérin, et cela fera donc un conseiller régional de moins dans le groupe de Marion Maréchal-Le Pen.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

03.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

04.

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

07.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MIMINE 95
- 04/09/2016 - 13:54
TRISTE NAUFRAGE
Ce vieux réac devient pathétique.
Yves3531
- 28/08/2016 - 17:55
Le vieux lion...
aura t il assez de burnes suffisamment longtemps pour empêcher MLPhillippot de nuire et arracher ce parti à la melanchonite ...
Anguerrand
- 28/08/2016 - 13:48
Bravo JMLP
Il n'y a que quelques crédules pour croire que le FN est encore un parti de droite, voire d'extrême droite. Le FN est devenu sous l'impulsion du pingouin Philippot un parti de gauche qui tente de conserver les électeurs de droite àlors qu'il va recruter à gauche, dans les banlieues islamiques ( voir aux dernières élections municipales le recrutement fait en banlieues)
JMLP est malheureusement âgé mais il reste contrairement à MLP à droite. Que son parti reste une vraie droite meme sans JMLP. La vraie droite autrement n'est plus représentée actuellement sinon le Burkina ne serait plus un probleme par crainte.