En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© www.flickr.com/photos/124247024@N07/14089974985
Bonnes feuilles
Pauvre langue française pourtant si riche : hommes politiques et journalistes, rois des formulations qui ne veulent plus rien dire...
Publié le 27 août 2016
Fautes d’accord, de conjugaison, de genre, pléonasmes, pataquès, anglicismes, barbarismes, solécismes polluent quotidiennement la langue de Molière, de Chateaubriand, de l’olympisme et des droits de l’Homme ! Notre belle langue française est chaque jour un peu plus défigurée par ces fautes commises bien involontairement par des élites (journalistes, politiques…) de moins en moins regardantes ! Extrait de "Langue française - Le massacre continue", de Jean Maillet, aux éditions de l'Opportun 1/2
Grammairien et lexicographe passionné, Jean Maillet est l’auteur de plusieurs livres sur la langue française dont Donner de la confiture aux cochons et Langue française : arrêtez le massacre ! aux Éditions de l’Opportun.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Maillet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grammairien et lexicographe passionné, Jean Maillet est l’auteur de plusieurs livres sur la langue française dont Donner de la confiture aux cochons et Langue française : arrêtez le massacre ! aux Éditions de l’Opportun.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fautes d’accord, de conjugaison, de genre, pléonasmes, pataquès, anglicismes, barbarismes, solécismes polluent quotidiennement la langue de Molière, de Chateaubriand, de l’olympisme et des droits de l’Homme ! Notre belle langue française est chaque jour un peu plus défigurée par ces fautes commises bien involontairement par des élites (journalistes, politiques…) de moins en moins regardantes ! Extrait de "Langue française - Le massacre continue", de Jean Maillet, aux éditions de l'Opportun 1/2

Janotismes médiatiques

Hommes politiques et présentateurs de journaux télévisés donnent fréquemment mais involontairement dans ces constructions à double sens. On peut au moins leur savoir gré de nous faire rire. Voici quelques exemples de janotismes et amphibologies récemment colportés sur les ondes hertziennes. J’ose les assortir de quelques commentaires satiriques – mais explicatifs – que les épinglés voudront bien me pardonner.

« Quand vous avez des policiers qui arrêtent des délinquants et qu’ensuite ils ne sont pas condamnés par la justice, c’est tout le moral de la police qui est sapé. »

(Laurent Wauquiez, France 2, Télématin du 14 octobre 2015, Les 4 vérités)

L’esprit de justice plus fort que le corporatisme ? À moins que celui qui fut le plus jeune député français n’ait pas précisément dit ce qu’il pensait, par confusion syntaxique; en effet, qui sont donc ceux dont le vice-président de l’UMP regrette qu’ils ne soient pas condamnés par la justice : les policiers ou les délinquants ? Ainsi énoncée, la phrase ne le précise pas et «ils» peut faire référence aux uns comme aux autres.

Monsieur Wauquiez semble d’ailleurs plutôt réfractaire à la concordance sujet-verbe comme le montre cette autre citation relevée sur son site Internet :

« Marié à Charlotte, et père de deux enfants, Baptiste et Louise, ma famille vit en Haute-Loire où habite aussi ma mère. »

Le sujet implicite du verbe au participe passé (en l’occurrence, « marié ») doit être le même que celui du verbe conjugué de la proposition principale (ici, « vit »). Jouons les naïfs : qui donc est marié à Charlotte ? La famille de Laurent Wauquiez. C’est du moins ce que nous laisse entendre la phrase ainsi (mal) tournée, même si «marié» est orthographié sans « e » final. Cette même famille endosse ipso facto la paternité de Baptiste et Louise. Incohérent !

Le 5 janvier 2016, plusieurs plaques commémoratives furent dévoilées à Paris pour honorer les victimes des attentats dits de Charlie Hebdo.

Celle du boulevard Richard-Lenoir est ainsi libellée :

« À la mémoire du policier Ahmed Merabet assassiné en ce lieu le 7 janvier 2015 victime du terrorisme dans l’accomplissement de son devoir. »

Qui donc a accompli son devoir ? Le policier assassiné ou le terrorisme assassin ? Quelques virgules judicieusement placées – au moins une après « terrorisme » – auraient pu éviter cette bien malencontreuse amphibologie.

« Ce sont des collègues qui l’accompagnent matin et soir pour se rendre à son travail. »

(13h de France 2, reportage sur l’autisme réalisé par Lætitia Legendre et diffusé le 2 avril 2015.)

D’un point de vue strictement syntaxique, « accompagnent » et « se rendre » ont le même sujet : « des collègues », ce qui donne à la phrase un aspect totalement absurde, l’adjectif possessif « son » (3e personne du singulier), ne pouvant d’ailleurs pas se rapporter à « collè- gues » (3e personne du pluriel). Toute équivoque aurait été évitée si la phrase avait été ainsi exprimée :

> « Ce sont des collègues qui l’accompagnent matin et soir pour qu’il se rende à son travail » ou « quand il se rend à son travail ».

On passera sur le fait que, le soir, l’intéressé ne se rend probablement pas à son travail : il en revient plutôt.

Même faute, même punition pour Frank Mazoyer qui, commentant un reportage sur l’option « surf » du bac, nous dit, dans cette même édition du 13h de France 2 :

« Ce candidat est venu avec son père surfeur pour l’aider à affronter l’océan. »

Ainsi énoncée, la phrase nous apprend que c’est le fils qui aide son père et non l’inverse. Monsieur le journaliste me copiera cent fois : « Je dois veiller à bien identifier le sujet des verbes que j’emploie. »

Le commentaire doit être ainsi corrigé :

> Ce candidat est venu avec son père surfeur pour que celui-ci (ce dernier) l’aide à affronter l’océan.

Extrait de "Langue française - Le massacre continue", de Jean Maillet, publié aux éditions de l'Opportun, août 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Voulez-vous savoir quand la droite est entrée en agonie ? En 2010, quand Nicolas Sarkozy supprima le ministère de l'Identité nationale, qu'il avait lui-même créé !
05.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Angela Merkel a été victime d'une nouvelle crise de tremblements
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
05.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 28/08/2016 - 05:40
Les virgules sont des accessoires inutiles pour les trotskystes
À quoi bon s'encombrer de l'histoire grammaticale, alors que ces orgueilleux croient pouvoir tout recréer à partir de zéro?
JMAndré
- 27/08/2016 - 19:58
Appauvrissement des esprits
Le fond des choses est que la Modernité a inoculé le refus des règles, ici grammaticales, orthographiques ou syntaxiques, en affirmant implicitement que les règles empêchent l'homme de s'épanouir. A chacun donc de juger des règles (et de la vérité) qui lui conviennent. La conséquence est que si vous faites l'effort de parler et d'écrire correctement, c'est-à-dire de penser correctement : a) vous êtes en situation d'isolement parce qu'on ne vous comprend plus, ou de travers, b) et de rejet parce que vous "culpabilisez" la masse des gens qui a renoncé à cet effort de culture personnelle, qui est aussi un effort de civilisation.
pasdesp
- 27/08/2016 - 10:36
Tout aussi grave
des mots vidés de leur sens pour justifier une idéologie comme par exemple "réfugiés"