En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Arbre qui cache la forêt ?
Et en dehors du terrorisme, quelles sont les autres causes qui participent à la chute du tourisme en France ? (et quelles sont les actions à mettre en oeuvre pour y remédier)
Publié le 26 août 2016
Au-delà de la menace terroriste, les causes de la diminution du tourisme en France sont nombreuses : blocages et grèves à répétition, sécurité et qualité de l'accueil laissant parfois à désirer, mauvaise communication... S'il est impossible de garantir le risque zéro en matière d'attentats, des mesures peuvent être prises pour revaloriser la destination France aux yeux des voyageurs étrangers.
Didier Arino est directeur de Protourisme, cabinet d'études et de conseil en tourisme.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Arino
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Arino est directeur de Protourisme, cabinet d'études et de conseil en tourisme.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au-delà de la menace terroriste, les causes de la diminution du tourisme en France sont nombreuses : blocages et grèves à répétition, sécurité et qualité de l'accueil laissant parfois à désirer, mauvaise communication... S'il est impossible de garantir le risque zéro en matière d'attentats, des mesures peuvent être prises pour revaloriser la destination France aux yeux des voyageurs étrangers.

Atlantico : Au-delà des inquiétudes liées à la menace terroriste en France, quelles sont les autres causes de la diminution du tourisme dans l'Hexagone ? À quelles destinations cela profite-t-il ? 

Didier Arino : Les dramatiques attentats à intervalles réguliers ont certes fait fuir les touristes mais les images négatives de la destination liées aux grèves multiples parfois violentes, aux blocages des raffineries avec son corollaire la pénurie de carburant au printemps, les incidents entre taxis et vtc, les touristes asiatiques détroussés, ont contribué à fortement dégrader l'image touristique de la France. Cette défiance des clientèles est bien plus forte pour les clientèles lointaines asiatiques et américaines mais elle a également dans une moindre mesure touché les plus fidèles clientèles européennes. La crise économique de certains pays comme la Russie ou le Brésil ne nous a pas aidé. 

Ce climat d'insécurité sous ses différents aspects a pour conséquence un recul de 7% des clientèles étrangères depuis le début de l'année alors que dans le même temps nos concurrents européens profitent d'une croissance entre 5 et 12%. Les clientèles que nous avons perdues, nous les retrouvons en Espagne, au Portugal, dans le sud de l'Europe en général mais aussi en Angleterre qui bénéficie de surcroît de la baisse de la livre sterling post Brexit. 

Si la France reste la première destination touristique mondiale, peut-on considérer qu'elle se "repose sur ses lauriers" ? Dans quelle mesure une qualité d'accueil laissant à désirer ou des prix parfois exorbitants dans les zones touristiques ont-ils pu entraîner la désaffection de certains voyageurs ? Le climat actuel, lié au terrorisme, ne conduit-il pas à masquer d'autres causes, moins avouables, de cette crise ?

Le chiffre de 84 millions de touristes est un alibi car nous comptons tous ceux qui traversent notre pays sans réellement y séjourner. Cela masque une réalité, la perte de parts de marché de la France depuis de nombreuses années. En nombre de nuitées marchandes et de recettes, nous sommes largement distancés par les Etats-Unis, l'Espagne et la Chine et de nombreux pays comme l'Allemagne ou le Royaume-Uni qui n'ont pas nos atouts nous rattrapent voire nous devancent sur de nombreuses filières. Notre croissance ces dernières années est environ deux fois inférieure à celle de nos concurrents, quant à cette année nous sommes les seuls à régresser fortement !  

Quelles sont les mesures permettant de relancer la destination France aux yeux des touristes étrangers ?        

Les mesures à prendre pour relancer la destination sont avant tout structurelles car n'oublions pas : dans le secteur touristique c'est l'offre qui crée la demande. Il faut un grand plan d'investissement, de mise à niveau de notre offre d'hébergement et de création d'infrastructures adaptées et sécurisées pour favoriser l'expérience client, revoir notre organisation institutionnelle pour la rendre plus efficace, repenser la formation, aider les start-up dans le domaine du numérique pour sortir de la dépendance absolue aux plateformes et autres applications numériques, réguler cette concurrence déloyale d'acteurs destructeurs de recettes fiscales et sociales, baisser les charges sur le travail, sortir de normes rigides et contreproductives pour les rendre plus efficientes d'un point de vue social et environnemental, drainer l'épargne vers les projets touristiques créateurs de richesse et d'emplois.

Un certain nombre de mesures conjoncturelles doivent être prises avec la création immédiate d'une police touristique pour éloigner la petite délinquance des lieux touristiques, repenser notre communication en privilégiant les réseaux sociaux et les prescripteurs pour faire de nos visiteurs des ambassadeurs à l'instar de l'intelligente campagne post attentat  mise en place par le CRT Riviera ces derniers jours. En résumé, sortir des discours creux "le tourisme priorité nationale" pour passer aux actes et à un autre échelon que le bricolage budgétaire. Pour donner une idée des échelles : quand le gouvernement parle d'un plan de soutien aux investissements pour aboutir à 1 milliard d'euros sur plusieurs années, la Chine a investi plus de 100 fois plus sur le seul premier semestre 2016 ! 

Les prix pratiqués en France sont certes parfois -mais pas toujours- plus élevés que chez nos concurrents mais le problème est plus un problème de rapport qualité-prix car nos charges et nos contraintes nous interdisent de pratiquer des prix bas. La productivité et la compétence des salariés français n'a rien à envier à nos concurrents mais nous péchons souvent par manque de service, d'empathie et de maîtrise des langues.

Si le gouvernement ne prend pas la mesure des difficultés du secteur et de ce qui se joue dans ce secteur, ce sont des milliers d'emplois qui seront détruits et bien au delà une part de notre exception culturelle qui s'amenuisera avec pour conséquence des investisseurs étrangers qui accélérerons le rachat de nos fleurons. Nos principaux groupes sont déjà rachetés, avec une prise de participation étrangère ou dans la ligne de mire des fonds de pension anglo-saxons ou autres investisseurs chinois liés au pouvoir politique. Peu réjouissant et que disent nos multiples politiques candidats aux primaires ? Rien car ils n'ont pas d'idées sur le sujet au delà des poncifs habituels. Vivement un salutaire débat sur ces sujets.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
03.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
04.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
L’économie française, bouée de sauvetage de la zone euro ?
07.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Indignez-vous… en permanence ! Stéphane Hessel et Twitter ont-il étranglé la démocratie ?
06.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paul Emiste
- 27/08/2016 - 08:26
La faune locale?
Comme ça au hasard...
ISABLEUE
- 26/08/2016 - 13:47
Paris capitale de la crasse
Depuis qu'elle a des maires socialistes. Et ce sont les parisiens qui vous le disent
vangog
- 26/08/2016 - 12:36
"Sortir des normes rigides et contre-productives"?...
Donc, lui aussi, cet auteur est d'accord avec le Front National: il faut sortir de l'UE! Car ces normes débiles sont, le plus souvent, concoctées par des ecolo-décroissants, dans le but précis de casser la croissance et provoquer la régression économique. Voies cyclables inutilisées qui restreignent les accès aux centre-villes, et obligent les clients à s'approvisionner dans des grandes surfaces déshumanisées...normes hôtelières qui condamnent les plus beaux fleurons de l'industrie hôtelière d'antan, et obligent à en bétonner de nouveaux aux normes contraignantes...loi littorale, qui va faire disparaître plus de la moitié de l'offre touristique sur les plages de la côte d'azur...normes bâtiments écolos qui renchérissent le prix de toute construction, et détourne cet argent dès investissements en infrastructures routières etc...la dictature de l'écologisme est un handicap pour le tourisme, on peut s'en apercevoir dans les villes les plus soumises à cette dictature, comme Paris. Ces normes, c'est l'UE et les très bêtes écologistes qui nous les imposent...il faut en sortir, si on veut sauver le tourisme!