En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

03.

Le mystère du lac de Starnberg : comment est vraiment mort Louis II de Bavière

04.

Carla B. vole au secours de Brigitte M., Jenifer de son mari (mais là, c’est face à la mafia); Céline Dion ne vend plus, Kanye West vend tout (et n’importe quoi); Britney Spears veut qu’on lui laisse voir ses enfants; Kate Middleton enceinte du 4ème ?

05.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

06.

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

07.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Emotion
Clémence Botino, Miss Guadeloupe, a été élue Miss France 2020
il y a 45 min 19 sec
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

La Silicon Valley chinoise : Shenzhen, la ville d'adoption de Huaweï, véritable atout pour l'innovation, la stratégie et le rayonnement mondial de l'entreprise

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

La clé de la réussite pour une stratégie efficace face à la radicalisation : la nécessité de lutter contre la source du recrutement djihadiste

il y a 5 heures 5 min
décryptage > Politique
Et maintenant le "Jewxit" !

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Economie
Sommet

Sous les BRICS, la Chine

il y a 14 heures 3 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que les modifications de nos régimes et de nos modes de production alimentaires peuvent changer pour la planète. Ou pas
il y a 14 heures 52 min
décryptage > Politique
Discours de l’anti-méthode

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

il y a 16 heures 53 sec
décryptage > France
Usual Suspects

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

il y a 16 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le roman des Goscinny, naissance d'un gaulois" de Catel Muller : un parcours tendre et souriant aux sources de l'inspiration du père d'Astérix et Obélix

il y a 1 jour 2 heures
pépites > Défense
Solidarité et soutien envers nos soldats
Emmanuel Macron sera avec les militaires français en Côte d’Ivoire pour les fêtes de fin d’année
il y a 1 jour 3 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Mars : de la glace détectée à 2,5 cm seulement sous la surface ; Science décalée : on boit plus d’alcool dans les pays froids et sombres
il y a 1 heure 38 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

La délicate question des terroristes étrangers et de leurs nationalités

il y a 4 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Si je t'oublie" de Morgan Sportès : le captif amoureux

il y a 12 heures 41 min
décryptage > France
Wiki Agri

Le Sénat se penche (enfin) sur le suicide des agriculteurs

il y a 13 heures 38 min
décryptage > International
Bras de fer

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Culture
N’oublie pas leurs petits souliers

Petit (riche) papa Noël : mais au fait, que rapportent les tubes de Noël chaque année à leurs auteurs ?

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Europe
"Get Brexit Done"

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

il y a 16 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Jeune homme à la Mule" : quand Michel Orcel chausse la lorgnette de Stendhal…

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Raymonda" de Rudolf Noureev d'après Marius Petipa : la perfection classique pendant trois heures d’horloge… Et on en redemanderait…

il y a 1 jour 2 heures
pépite vidéo > Religion
Huit mois après
Chantier de Notre-Dame de Paris : France 2 dévoile des images de l'intérieur de la cathédrale
il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
© Reuters
Serpents de mer

Bientôt une nouvelle épidémie de choléra en Europe ? Ces bactéries mortelles qui prolifèrent et traversent de plus en plus les océans à cause de la montée en température des eaux du globe

Publié le 26 août 2016
Une nouvelle étude scientifique publiée par le PNAS démontre que l'augmentation de la température des océans due au réchauffement climatique entraîne une prolifération de bactéries océaniques mortelles, comme par exemple la vibrio choléra, responsable de 142 000 décès dans le monde chaque année.
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une nouvelle étude scientifique publiée par le PNAS démontre que l'augmentation de la température des océans due au réchauffement climatique entraîne une prolifération de bactéries océaniques mortelles, comme par exemple la vibrio choléra, responsable de 142 000 décès dans le monde chaque année.

Atlantico : Une nouvelle étude scientifique publiée par le PNAS (Voir ici) démontre que l'augmentation de la température des océans due au réchauffement climatique entraîne une prolifération de bactéries océaniques mortelles, comme par exemple la vibrio choléra, responsable de 142 000 décès dans le monde chaque année. Pouvez-vous expliquer un peu plus précisément les tenants et les aboutissants de cette nouvelle étude ?

Stéphane Gayet : Cette publication des Actes de l’Académie nationale des sciences des États-Unis d’Amérique (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America ou PNAS) a effectivement de quoi faire frémir. On a longtemps considéré que la gigantesque masse des océans représentait une inertie thermique capable de s’opposer aux variations de température du globe terrestre. On a dû reconnaître que ce véritable "continent hydrique" de près de 1400 millions de km3 d’eau était en réalité dépassé et que la température des océans avait bel et bien commencé de s’élever (d’environ 1,5 °C dans les eaux océaniques de surface au cours des 54 dernières années, ce qui est loin d’être négligeable). On a en effet constaté que la masse des calottes glaciaires avait diminué et qui plus est que le processus s’était accéléré depuis une dizaine d’années.

Par voie de conséquence, des perturbations sont apparues au sein de la flore et de la faune des océans. Car la température est un facteur essentiel du maintien des espèces vivantes en état d’équilibre. C’est ainsi que l’on a observé des modifications (changements de comportement, migrations…) parmi les mammifères, les oiseaux, les poissons et les végétaux.

Mais jusqu’ici, l’on ne s’était pas tellement intéressé aux espèces planctoniques qui sont microscopiques. Le plancton désigne l’ensemble des organismes vivants minuscules ou même microscopiques qui sont en suspension dans l’eau de mer et qui constituent la nourriture de bien des espèces animales, mais aussi végétales. Il est constitué de végétaux minuscules (phytoplancton), d’animaux minuscules (zooplancton) et de certaines bactéries. Avec ce type d’étude du PNAS, l’on commence à étudier les répercussions de l’élévation thermique des océans sur les organismes minuscules ou microscopiques du plancton. Et il semble bien que l’on aille de surprise en surprise. Il est utile de rappeler que les microorganismes sont, avec les Insectes, les plus importants concurrents de l’homme sur terre.

Les bactéries nous ont déjà prouvé leur édifiante adaptabilité, avec l’évolution de leur résistance aux antibiotiques qui nous dépasse. Parmi l’immensité du monde bactérien, le genre Vibrio mérite une attention toute particulière dans ce contexte de réchauffement des océans. En effet, les espèces bactériennes appartenant à ce genre sont remarquablement adaptées à la vie en milieu hydrique et tout particulièrement marin, ainsi qu’au réchauffement de ce milieu. L’espèce la plus connue de ce genre bactérien est Vibrio cholerae, l’agent du choléra, une maladie infectieuse épidémique redoutable, car elle est très contagieuse et souvent mortelle. Mais cette espèce doit être distinguée des autres espèces au sein de ce genre bactérien.

Comment expliquer le lien de cause à effet entre l'augmentation de la température des océans et la prolifération de bactéries océaniques mortelles ?

Le corps humain a une grande exigence de température : pour que les tissus de nos organes fonctionnent correctement, notre température corporelle doit rester très proche de 37 °C. Nos capacités d’homéostasie (régulation physiologique) nous permettent de nous adapter à de basses températures, mais au prix d’une importante dépense énergétique et moyennant des vêtements épais et isolants. Dans une atmosphère à 10 °C, nous devons faire travailler nos muscles, ce qui nous réchauffe (thermogénèse), manger et boire plus et plus chaud, ainsi que nous emmitoufler. Mais nous ne pouvons pas vivre durablement à une telle température. Dans une atmosphère à 45 °C, nous devons nous protéger du soleil, boire plus et des boissons plus salées, faire le moins possible travailler nos muscles et nous dénuder. Mais nous ne pouvons pas vivre durablement à cette température.

Alors qu’au contraire, les bactéries s’accommodent d’assez grandes variations de température. Chaque genre bactérien est caractérisé, entre autres, par les conditions les plus favorables à sa vie : en fait de vie, une bactérie ne fait pratiquement que se multiplier et cela de façon asexuée, c’est là son activité essentielle. C’est en se multipliant au sein du corps humain, dans un foyer infectieux, qu’elle provoque des dégâts tissulaires (ce sont, avec la production de toxines, les deux aspects de son pouvoir pathogène). Le corps humain étant pris pour référence de température, les bactéries dont la plage de température la plus favorable pour leur multiplication est proche de la température du corps humain (vers 37 °C) sont dites mésophiles : c’est bien sûr le cas de la grande majorité des bactéries pathogènes pour l’homme (colibacille, staphylocoque…). Alors que les bactéries du genre Vibrio sont dites psychrotropes, ce qui signifie que leur multiplication est optimale vers 30 à 35 °C, mais qu’elle reste active quoique ralentie jusqu’à 5 °C. Entre 5 et 35 °C, leur vitesse de multiplication augmente progressivement avec la température. Au sein de ce genre Vibrio, il faut bien distinguer Vibrio cholerae, l’agent du redoutable choléra, des autres vibrions tels que Vibrio parahaemolyticus et Vibrio vulnificus, donnant des formes moins sévères, sauf toutefois le second qui peut être également létal. Ces deux groupes diffèrent par leurs conditions de vie. Vibrio cholerae préfère des températures un peu supérieures (il est plus adapté au corps humain qui constitue son vrai réservoir) et une eau moins salée (il est dit halotolérant, alors que les deux autres sont dits halophiles, ce qui signifie "aimant le sel").


 

Le rapport du PNAS présente l’étude de l’évolution de la composition planctonique de l’eau océanique de 1958 à 2011, dans neuf zones de l’océan Atlantique nord et de la mer du Nord. Il s’agit d’une étude appelée "Traçabilité du plancton" (Plankton recorder) qui collecte des échantillons depuis 1958 avec une méthode permettant d’y distinguer tous les éléments constitutifs du plancton. Or, ce travail montre que la proportion des vibrions parmi les autres éléments du plancton augmente de façon très significative avec la température de l’eau de surface. Sur la carte de la NASA, on voit que la température de surface de l’eau de l’océan atlantique nord et de la mer du Nord se situe schématiquement entre 5 à 12 ° C. Cette plage de température est plus basse que la plage la plus favorable pour la multiplication des vibrions marins, qui est de 30 à 35 ° C. Nous avons vu que la vitesse de multiplication des bactéries et en particulier celle des vibrions augmentait avec la température quand on passait de 5 à 35 °C. Sur cette même carte, on voit que la température de surface des eaux équatoriales est de l’ordre de 35 °C, celle des eaux intertropicales de l’ordre de 28 °C et celle des mers tempérées de l’ordre de 20 °C. L’effet - sur la vitesse de multiplication des vibrions - du réchauffement de l’eau de surface est en toute logique surtout important quand on part d’une valeur de 5 à 12 °C, plage où la multiplication est faible. Alors que dans les eaux équatoriales et tropicales, les conditions sont déjà très proches de l’optimum pour les vibrions, du moins en ce qui concerne la température.

Concrètement, quels types de maladies sont susceptibles d'être transmises par la prolifération de bactéries océaniques mortelles?

Le choléra est une maladie de début brutal. Il est responsable d’une diarrhée très abondante, aqueuse, et de vomissements violents, sans fièvre. Il y a également des douleurs abdominales et un affaiblissement considérable lié en grande partie à une importante chute de la pression artérielle. Des crampes musculaires complètent ce tableau. La diarrhée n’a pas d’odeur, elle est claire et ressemble à de l’eau de riz. Le malade se déshydrate et, quand la mort survient, elle est liée uniquement à la déshydratation d’aggravation particulièrement rapide. Le sujet est très contagieux par ses vomissures, sa diarrhée et ses mains. La maladie commence cinq jours après la contamination.

Vibrio parahaemolyticus donne quant à lui une diarrhée aqueuse et des vomissements, mais cette fois avec de la fièvre. Cette atteinte n’a pas la sévérité du choléra. Alors que le vibrion du choléra se transmet surtout de personne malade à personne saine, Vibrio parahaemolyticus se transmet par consommation de coquillages non cuits (huîtres et autres), ainsi que de poissons crus et de crustacés peu cuits (crabe).

Vibrio vulnificus est également responsable d’une maladie sévère. Il s’agit d’une fièvre d’apparition brutale, avec diarrhée et vomissements. Des plaies se forment spontanément au niveau des doigts et des orteils ; elles s’étendent rapidement et évoluent vers la nécrose (mort) des parties touchées. Plus de la moitié des personnes atteintes décèdent dans un tableau d’infection généralisée (septicémie) foudroyante. C’est vraiment une maladie dramatique et impressionnante, encore mal comprise sur le plan de son mécanisme.

On connaît d’autres bactéries halophiles (vivant en eau de mer) et pathogènes pour l’homme. Mais celles du genre Vibrio sont les plus préoccupantes, celles qui donnent les maladies les plus graves.

À côté des bactéries, d’autres éléments planctoniques de l’eau de mer se développent avec la chaleur et peuvent donner des maladies très sérieuses. Les Dinoflagellés, aussi connus sous le nom de Dinophycées, prolifèrent dans les eaux salées et tempérées ou chaudes. Certains produisent de puissantes toxines responsables de fièvre, vomissements, diarrhée et même paralysies. C’est en général en mangeant des coquillages crus que l’on se contamine. La sévérité de l’atteinte peut parfois nécessiter une hospitalisation. Des cas de décès ont été rapportés.

Quels sont les pays / continents qui sont les plus menacés par la prolifération de bactéries océaniques mortelles ? Doit-on s'attendre au retour d'anciennes épidémies aujourd'hui endiguées ?

Sur la carte de la NASA, on voit que le delta du Gange, haut lieu de foyer persistant de choléra, est sous le Tropique du Cancer. La température de l’eau de mer s’y situe aux alentours de 28 °C et elle doit être supérieure dans l’estuaire du fleuve. Etant donné que l’eau des estuaires a une faible salinité, c’est un milieu excellent pour la pullulation des vibrions du choléra quand elle est de surcroît chaude.

Mais l’effet du réchauffement des eaux océaniques de surface se fera surtout sentir dans les mers froides et tempérées. Heureusement, beaucoup de bactéries sont sensibles au sel et ne se développent pas bien dans l’eau de mer (principe de la salaison dans les conserveries alimentaires). L’étude du PNAS porte avant tout sur les vibrions et ce sont effectivement des bactéries avec lesquelles il faut s’attendre à une augmentation de maladies. Il est probable qu’il y en ait d’autres, que l’on en découvre d’autres. Mais on a déjà suffisamment de souci à se faire avec le genre Vibrio.

En matière d’épidémies que l’on avait maîtrisées, il y a déjà et avant tout le choléra. D’autres maladies transmises de la même façon, comme les fièvres paratyphoïdes et les diarrhées à salmonelle, sont également susceptibles d’augmenter en fréquence. Il est aussi possible que la fièvre typhoïde, grave et susceptible d’être mortelle, fasse sa réapparition dans des contrées où elle avait disparu (c’est le cas de la France, entre autres). Toutes ces bactéries ont un lien avec l’eau et l’alimentation.

Comment lutter contre la prolifération des bactéries océaniques mortelles et comment s'en protéger ?

Le train est en marche et il semble à dire vrai difficile d’arrêter le réchauffement des océans. Tout au plus devrait-on arriver à le ralentir, ce qui serait déjà très bien. L’augmentation de la température de surface des mers s’accompagne d’une augmentation de leur pollution et d’une diminution de l’oxygène dissous (plus une eau est chaude et moins elle contient d’oxygène, schématiquement). Mais beaucoup de bactéries, comme les vibrions, sont parfaitement à l’aise dans un milieu sans oxygène, car ce sont des bactéries aéro-anaérobies, c’est-à-dire qu’elles vivent très bien sans oxygène comme en présence d’oxygène. Un élément favorable tout de même : l’augmentation de la température de surface des océans s’accompagne de leur acidification. Or, les bactéries du genre Vibrio préfèrent les milieux légèrement alcalins, c’est-à-dire basiques. Piètre consolation tout de même.

Concernant la prévention des intoxications alimentaires par les coquillages, crustacés et poissons, il faudra prendre l’habitude de les cuire et suffisamment. D’autres préféreront peut-être s’abstenir d’en consommer. Régulièrement, déjà sur les côtes françaises, surviennent durant les mois de consommation des coquillages des alertes aux Dinoflagellés. Les éleveurs de coquillages, de crustacés et de poissons devront être de plus en plus stricts quant à la qualité de l’eau de leur élevage. De nouvelles réglementations seront immanquablement édictées concernant les contrôles et les mesures à prendre en cas d’alerte. Il est certain que tout cela a et aura un coût que le consommateur devra payer.

S’agissant de la prévention du choléra, elle relève surtout de l’hygiène individuelle et collective (l’hygiène bien comprise et appliquée et non pas la simple propreté). On dispose d’un vaccin contre le choléra : il est bien toléré et protège à environ 90 % dans les six mois qui suivent la vaccination. L’immunité chute ensuite à 50 % et y demeure dans les trois ans qui suivent. Ce vaccin s’administre par voie orale à raison de deux doses à 15 jours d’intervalle. Chez les enfants âgés de moins de six ans, dont l’immunité est moins efficace, on doit administrer non pas deux doses, mais trois. Ensuite, des doses de rappel sont recommandées tous les deux ans. Chez les enfants âgés de moins de six ans, c’est tous les six mois, pour la même raison.

Enfin, la prévention ne se conçoit plus sans une surveillance épidémiologique très régulière, de façon à informer au plus vite les autorités sanitaires en cas de nouveau foyer épidémique. Nous avons changé le Monde et avons généré de nombreux nouveaux risques que nous ne maîtrisons pas toujours, pour ne pas dire pas souvent. Il faut accepter d’être à présent sur le qui-vive tous les jours et s’apprêter à réagir et agir en cas d’alerte. C’est ainsi. Mais ne nous inquiétons pas, nous nous y habituerons très bien, car l’homme a un énorme potentiel d’adaptation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

03.

Le mystère du lac de Starnberg : comment est vraiment mort Louis II de Bavière

04.

Carla B. vole au secours de Brigitte M., Jenifer de son mari (mais là, c’est face à la mafia); Céline Dion ne vend plus, Kanye West vend tout (et n’importe quoi); Britney Spears veut qu’on lui laisse voir ses enfants; Kate Middleton enceinte du 4ème ?

05.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

06.

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

07.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jipebe29
- 26/08/2016 - 08:37
Quelques précisions ...
Le GIEC/IPCC, l'OMS et l'OMM sont des satellites du Grand Machin. Or c'est le Grand Machin qui a lancé le GIEC et l'alarmisme climatique, qui trouve sa source dans de la science fausse, de la manipulation (ONU, OMM, ...) des mensonges (voir Al Gore, par exemple), et des âneries (F Hollande, pour qui les tsunamis ont pour cause le réchauffement climatique)

Je vous recommande ces deux documents :

Problématique climatique : http://dropcanvas.com/a1djk

Climat 22 vérités qui dérangent : en version récente "light" : http://dropcanvas.com/7f78y

et en version complète plus ancienne : http://dropcanvas.com/ezr2a

Bonne lecture !
gayet.stephane@chru-strasbourg.fr
- 24/08/2016 - 11:25
Rapport 2015 de l'Organisation météorologique mondiale (OMM)
Il s'agit ici du rapport 2015 de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), organisme qui est rattaché à l'Organisation des nations unies et siège à Genève : http://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-26457-OMM-etat-climat-mondial-2015.pdf
Il n'est nullement question du GIEC dans ce rapport, cet organisme n'étant même pas cité une seule fois.
gayet.stephane@chru-strasbourg.fr
- 24/08/2016 - 10:36
L'évolution du continent Antarctique
Il est exact que le continent Antarctique a gagné en superficie, mais j’ai cru comprendre qu’il avait en réalité perdu en épaisseur, il se serait en quelque sorte étalé. Quoi qu’il en soit, toutes les données numériques sont par nature discutables, car leur précision n’est pas signe d’exactitude. Mais nous aurons dans les mois et les années à venir d'autres résultats d’études et donc des données supplémentaires qui permettront de savoir ce qu’il en est. Il n’y a heureusement pas que le GIEC, il existe bien d’autres organismes qui se penchent sur l’évolution climatique du globe terrestre. A propos de l’Antarctique, il y a cette information qui est je crois à prendre en considération et qui va dans le sens de son étalement: http://www.Atlantico.fr/node/2800219