En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Reuters
Un génocide peut en cacher un autre
Plus de cent ans après les faits, Berlin va s'excuser officiellement pour "son autre génocide"
Publié le 23 août 2016
Lors de la campagne coloniale allemande menée en Afrique de la fin du XIXème au début du XXème siècle, le général Lothar von Trotha a mené un plan d'extermination à l'encontre de deux tribus locales de Namibie, les Héréros et les Namas.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de la campagne coloniale allemande menée en Afrique de la fin du XIXème au début du XXème siècle, le général Lothar von Trotha a mené un plan d'extermination à l'encontre de deux tribus locales de Namibie, les Héréros et les Namas.

Nous somme sur le point d'entendre les excuses que l'Allemagne doit à la Namibie, rapporte le site Quartz. Le 14 juillet 2016, le porte-parole du gouvernement allemand a annoncé que des excuses seraient prochainement formulées pour le génocide qui a coûté la vie à plus de 100 000 Africains entre 1884 et 1911, relate The Telegraph. Les crimes de guerre perpétrés à l'encontre des deux tribus locales, les Héréros et les Namas, ont souvent été occultés par l'Holocauste juif mené par le régime nazi. Ce massacre est d'ailleurs considéré comme précurseur de la Shoah en raison de son caractère ethnique et de ses exterminations systématiques. Retour sur le premier génocide du XXème siècle.

Colonisation

Alors qu'à la fin du XIXème siècle, le continent africain est déjà largement colonisé par des puissances comme la France et le Royaume-Uni, le Deuxième Reich décide de se placer à son tour sur l'échiquier africain. L'Empire allemand se voit accorder en 1884 quatre zones qui feront partie du Sud-Ouest africain allemand : Togoland (Togo), Ostafrika (Tanzanie, Rwanda, Burundi), Kamerun (Cameroun) et Südwestafrika (Namibie). Jusqu'à la fin du siècle, les colons allemands s'installent sur ces terres. De leur côté, les Héréros et les Namas se mènent une guerre interethnique pour le contrôle des pâturages et des points d'eau.

Les émissaires allemands qui se succèdent pour discuter d'un éventuel protectorat avec les tribus essuient les refus, et ce n'est qu'en 1888 que les premiers soldats allemands sont dépêchés sur place pour prendre le contrôle des territoires tribaux par la force. Dans la nuit du 12 avril 1893, près de 200 soldats, dont des Basters – enfants de relations entre femmes africaines et colons néerlandais de la Colonie du Cap – massacrent quatre-vingts hommes, femmes et enfants d'un clan nama. Un accord protectoral est finalement signé avec les Héréros. Durant dix ans, la colonisation s'accélère, et un traité de paix est même entendu avec les Namas.

Rébellion et répression

Mais les Héréros ont du mal à subsister, alors que leurs meilleures terres sont sous le contrôle des Allemands et qu'ils ne peuvent plus effectuer leurs transhumances. Leur chef, Samuel Maharero mobilise alors son peuple et attaque une garnison le 11 janvier 1904. Lui et ses hommes détruisent les infrastructures et tuent près de 200 colons, en épargnant femmes et enfants. Mais la répression à ce soulèvement est terrible : cinq mois plus tard, 15 000 soldats des troupes coloniales allemandes ainsi qu'un véritable arsenal d'artillerie sont déployés sur le territoire, sous la direction du très redouté Lothar von Trotha, qui s'était déjà illustré pour avoir maté la révolte des Boxers en Chine. Trois ans d'enfer vont ensuite suivre pour les Héréros puis les Namas.

Von Trotha rassemble les Héréros sur le plateau de Waterberg avant de les encercler de trois côtés. Il commande à ses soldats de les mitrailler sans épargner quiconque. Les survivants n'ont d'autre choix que de fuir dans le désert du Kalahari, le plus aride au monde. Mais la cruauté du général allemand ne s'arrête pas là. Il fait empoisonner les rares points d'eau et dresse des miradors à intervalles réguliers qui se doivent de tirer à vue. L'ordre est le suivant : "Chaque Héréro trouvé à l'intérieur des frontières allemandes, armé ou non, en possession de bétail ou pas, sera abattu. Je n'accepterai pas non plus de femmes ou d'enfants". Des dizaines de milliers de Héréros meurent de soif. Ceux qui se constituent prisonniers sont conduits dans six camps de concentration : 8 000 d'entre eux y périront. Les détenus sont condamnés aux travaux forcés, et chargés d'écorcher puis de bouillir les têtes des autres membres de la tribu. Des expérimentations sont alors menées sur les crânes en vue de démontrer la supériorité de la race aryenne sur la race africaine.

Une douleur encore ancrée

Bien que non bélligérants, les Namas font tout de même les frais de leur insoumission : quelques 20 000 d'entre eux périssent soit par les armes, soit à la suite de mauvais traitements (travaux forcés, faible alimentation, torture). Le 7 janvier 1908, le kaiser Guillaume II décide de gracier les Héréros et Namas survivants. Un acte nullement empreint d'une quelconque pitié : la décision a été prise en raison des ralentissements des chantiers menés dans la colonie en raison du manque de main d'œuvre. Au total, ces crimes de guerre entraînent la mort de 80% des Héréros, de plus de la moitié du peuple Nama. Plus de 100 000 Africains ont perdu la vie durant cette campagne d'extermination.

Si ces excuses ne comprennent aucune réparation financière, Berlin compte tout de même allouer des fonds pour le développement du pays, dont la croissance se porte bien, notamment grâce aux diamants dont le sol est riche. Les crânes de Héréros étudiés par les Allemands avaient été retournés en 2004. Ils avaient provoqué la colère de la population namibienne. De quoi rappeler à Berlin que ce génocide ne méritait pas un devoir de mémoire moins important que celui de la Shoah.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
04.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
05.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
06.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
07.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
03.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 23/08/2016 - 17:19
oups ! désolé !
ce qu'elle VA trouver dessous ! ne réveillezzZ pas ! Bon j'vais me reposer un peu !
langue de pivert
- 23/08/2016 - 17:12
Planète arc-en-ciel ☺
Le massacre à Madagascar en 1947 par l'armée française de milliers de Malgaches n'est pas très connu non plus ! Bon ce n'était pas un génocide - pas plus qu'une guerre - mais du maintien de l'ordre ? ☺ Ça règle le problème ! Au sortir de la deuxième guerre mondiale ! Pas assez de morts ? C'était bien la peine de faire la morale aux nazis ! La première peste fut la peste blanche, la deuxième rouge, la troisième brune, la quatrième est verte ! Les trois premières étaient européennes pure sucre. La quatrième devrait s'en souvenir car à force de gratter le vernis de civilisation qui nous recouvre ce qu'elle trouver dessous l'anéantira avant qu'elle ne comprenne ce qui lui arrive. Ne réveiller pas LA BÊTE, car vous serez balayés ! Parole d'ennemi !
Marie-E
- 23/08/2016 - 13:16
@Rodmcban
ce qui est constructif, c'est que :
- l'Allemagne reconnaisse le génocide en replaçant la situation dans le contexte de l'époque pour que le monde entier puisse en tirer les enseignements pour le présent et le futur (pour éviter que cela se reproduise)
- ces excuses ne comprennent aucune réparation financière mais que Berlin compte tout de même allouer des fonds pour le développement du pays, dont la croissance se porte bien, notamment grâce aux diamants dont le sol est riche.
Déjà ce qui était la moindre des choses les crânes des malheureux Héréros étudiés par les Allemands avaient été retournés en 2004 dans leur pays