En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© REUTERS/Umit Bektas
Oups
Faut-il s’inquiéter du stock d’armes nucléaires entreposé par l’Otan sur le sol turc ?
Publié le 19 août 2016
Depuis le début du conflit syrien, la base aérienne turque d'Incirlik, qui sert de support aux opérations de l'Otan, est l'objet de toutes les attentions. En effet, près d'une cinquantaine d'armes nucléaires américaines y sont stockées. Un récent rapport s'alarme du risque que celles-ci puissent tomber entre les mains de groupes djihadistes comme Daech.
Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Docteur en Histoire, il a soutenu sa thèse en 2015 à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-Marseille Université....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Docteur en Histoire, il a soutenu sa thèse en 2015 à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-Marseille Université....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le début du conflit syrien, la base aérienne turque d'Incirlik, qui sert de support aux opérations de l'Otan, est l'objet de toutes les attentions. En effet, près d'une cinquantaine d'armes nucléaires américaines y sont stockées. Un récent rapport s'alarme du risque que celles-ci puissent tomber entre les mains de groupes djihadistes comme Daech.

Atlantico : Un rapport du think tank Stimson Center paru ce lundi (voir ici) met en garde contre le danger que représente la base d'Incirlik située en Turquie, à une centaine de kilomètres de la frontière syrienne. Environ 50 bombes nucléaires B-61 y sont stockées. Quelle est l'utilité de cette base et à quoi servent ces armes précisément ? 

Roland Lombardi : Avec la base d’Izmir sur la côte occidentale de la Turquie, Incirlik, est la seconde base de l’Otan sur le territoire turc. Elle fait partie des plus grandes bases stratégiques américaines dans l’impressionnant réseau de bases du Pentagone à travers la planète. Elle est située dans le sud du pays, à une dizaine de kilomètres à l’est de la ville d’Adana et surtout, il est vrai, à une centaine de kilomètres de la frontière syrienne. Dans le cadre de l’Otan, depuis les années 1960 et la Guerre froide (mais encore aujourd’hui), son rôle était de menacer le flanc sud de l’Union soviétique (et donc aujourd’hui, la Russie) avec ses avions de combat et surtout son arsenal nucléaire estimé à environ une cinquantaine de bombes B-61, qui sont essentiellement des armes thermonucléaires tactiques.

Au-delà de son rôle, toujours effectif dans la stratégie américaine et de l’Otan, de dissuasion envers la Russie, cette base est hautement stratégique puisqu’elle est principalement utilisée aujourd’hui par l'armée turque mais également et surtout, par l'aviation américaine (mais aussi britannique), dans le cadre de la coalition internationale menée par Washington contre l'Etat islamique.

Atlantico : Un rapport du think tank Stimson Center paru ce lundi (voir ici) met en garde contre le danger que représente la base d'Incirlik située en Turquie, à une centaine de kilomètres de la frontière syrienne. Environ 50 bombes nucléaires B-61 y sont stockées. Quelle est l'utilité de cette base et à quoi servent ces armes précisément ? 

Roland Lombardi : Avec la base d’Izmir sur la côte occidentale de la Turquie, Incirlik, est la seconde base de l’Otan sur le territoire turc. Elle fait partie des plus grandes bases stratégiques américaines dans l’impressionnant réseau de bases du Pentagone à travers la planète. Elle est située dans le sud du pays, à une dizaine de kilomètres à l’est de la ville d’Adana et surtout, il est vrai, à une centaine de kilomètres de la frontière syrienne. Dans le cadre de l’Otan, depuis les années 1960 et la Guerre froide (mais encore aujourd’hui), son rôle était de menacer le flanc sud de l’Union soviétique (et donc aujourd’hui, la Russie) avec ses avions de combat et surtout son arsenal nucléaire estimé à environ une cinquantaine de bombes B-61, qui sont essentiellement des armes thermonucléaires tactiques.

Au-delà de son rôle, toujours effectif dans la stratégie américaine et de l’Otan, de dissuasion envers la Russie, cette base est hautement stratégique puisqu’elle est principalement utilisée aujourd’hui par l'armée turque mais également et surtout, par l'aviation américaine (mais aussi britannique), dans le cadre de la coalition internationale menée par Washington contre l'Etat islamique.

Atlantico : Un rapport du think tank Stimson Center paru ce lundi (voir ici) met en garde contre le danger que représente la base d'Incirlik située en Turquie, à une centaine de kilomètres de la frontière syrienne. Environ 50 bombes nucléaires B-61 y sont stockées. Quelle est l'utilité de cette base et à quoi servent ces armes précisément ? 

Roland Lombardi : Avec la base d’Izmir sur la côte occidentale de la Turquie, Incirlik, est la seconde base de l’Otan sur le territoire turc. Elle fait partie des plus grandes bases stratégiques américaines dans l’impressionnant réseau de bases du Pentagone à travers la planète. Elle est située dans le sud du pays, à une dizaine de kilomètres à l’est de la ville d’Adana et surtout, il est vrai, à une centaine de kilomètres de la frontière syrienne. Dans le cadre de l’Otan, depuis les années 1960 et la Guerre froide (mais encore aujourd’hui), son rôle était de menacer le flanc sud de l’Union soviétique (et donc aujourd’hui, la Russie) avec ses avions de combat et surtout son arsenal nucléaire estimé à environ une cinquantaine de bombes B-61, qui sont essentiellement des armes thermonucléaires tactiques.

Au-delà de son rôle, toujours effectif dans la stratégie américaine et de l’Otan, de dissuasion envers la Russie, cette base est hautement stratégique puisqu’elle est principalement utilisée aujourd’hui par l'armée turque mais également et surtout, par l'aviation américaine (mais aussi britannique), dans le cadre de la coalition internationale menée par Washington contre l'Etat islamique.

Atlantico : Un rapport du think tank Stimson Center paru ce lundi (voir ici) met en garde contre le danger que représente la base d'Incirlik située en Turquie, à une centaine de kilomètres de la frontière syrienne. Environ 50 bombes nucléaires B-61 y sont stockées. Quelle est l'utilité de cette base et à quoi servent ces armes précisément ? 

Roland Lombardi : Avec la base d’Izmir sur la côte occidentale de la Turquie, Incirlik, est la seconde base de l’Otan sur le territoire turc. Elle fait partie des plus grandes bases stratégiques américaines dans l’impressionnant réseau de bases du Pentagone à travers la planète. Elle est située dans le sud du pays, à une dizaine de kilomètres à l’est de la ville d’Adana et surtout, il est vrai, à une centaine de kilomètres de la frontière syrienne. Dans le cadre de l’Otan, depuis les années 1960 et la Guerre froide (mais encore aujourd’hui), son rôle était de menacer le flanc sud de l’Union soviétique (et donc aujourd’hui, la Russie) avec ses avions de combat et surtout son arsenal nucléaire estimé à environ une cinquantaine de bombes B-61, qui sont essentiellement des armes thermonucléaires tactiques.

Au-delà de son rôle, toujours effectif dans la stratégie américaine et de l’Otan, de dissuasion envers la Russie, cette base est hautement stratégique puisqu’elle est principalement utilisée aujourd’hui par l'armée turque mais également et surtout, par l'aviation américaine (mais aussi britannique), dans le cadre de la coalition internationale menée par Washington contre l'Etat islamique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
02.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Libéraux en peau de lapin : pourquoi la polémique autour de François-Xavier Bellamy en dit long sur le raidissement des soit-disant « modérés »
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
06.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
07.
Mort du Comte de Paris : et la porte du placard de l’Histoire se ferma sur les Orléans
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lémire
- 04/09/2016 - 18:55
bombe sale
Ne jamais oublier que l'objectif de terroristes serait de récupérer l'uranium ou le plutonium, à partir de quoi on peut faire des bombes "sales" (dispersant des produits radioactifs). Les conséquences seraient dévastatrices sur la stabilité mondiale (crise financière, représailles...).
vangog
- 17/08/2016 - 20:18
Selon moi, le danger provient d'avantage d'Erdogan...
la CIA américaine anticipe l'arrivée de Trump, qui ne sera plus aussi naïf et complaisant avec les turco-islamistes que la paire Clinton-Obama, grand adorateur du dieu Bilderberg...Mais il est impossible, diplomatiquement, d'affirmer que les américains ne vont plus se laisser rouler dans la farine par Erdogan, alors, finement, ils invoquent le risque qu'a fait courir le coup d'état, risque totalement évacué par l'épuration qui a suivi, n'est-ce pas?
Paulquiroulenamassepasmousse
- 17/08/2016 - 15:56
L'OTAN doit devenir une armée strictement Européene....
Ce qui nécessite :
1/ un gouvernement Européen pour toute décision d'engagement.
2/ de virer la Turquie de l'OTAN et de ne plus l'associer aux discussions avec l'Europe.
3/ de se rapprocher de la Russie pour à terme elle puisse participer à une défense Européenne.
Avant que l'OTAN ne se disloque définitivement.