En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Tendance
Start-up du droit : phénomène de mode ou révolution ?
Publié le 15 août 2016
Le monde du droit est depuis peu interpellé par le développement de projets alternatifs, principalement numériques, qui modifient profondément l’accès aux services juridiques. L’émergence des start-up du droit (on parle de "legaltech") a surpris par sa rapidité et son ampleur.
Pierre Aïdan est cofondateur de legalstart.fr.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Aïdan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Aïdan est cofondateur de legalstart.fr.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le monde du droit est depuis peu interpellé par le développement de projets alternatifs, principalement numériques, qui modifient profondément l’accès aux services juridiques. L’émergence des start-up du droit (on parle de "legaltech") a surpris par sa rapidité et son ampleur.

Toutes les activités juridiques semblent aujourd’hui concernées : automatisation des tâches documentaires, extraction, analyse, stockage et sécurisation des données, outil prédictifs, e-arbitrage, etc. Le phénomène est relativement nouveau en France. Aux Etats-Unis, des acteurs très importants ont émergé au cours des dix dernières années : Avvo sur la mise en relation avocats/utilisateurs (650 millions de dollars de valorisation en 2015)  ou encore Legalzoom sur le logiciel documentaire B2C (start-up dans laquelle le fonds Permira a investi 200 millions de dollars en 2014) . L’offre digitale affecte toute le chaine de valeur et tous les acteurs : services aux professionnels du droit (Lex Machina sur la recherche documentaire, Ravel law sur la comptabilisation des heures facturables, etc.), résolution de litiges (Modria), etc.

Même si l’exercice est difficile et invite à la circonspection, certaines études prévoient que le marché de droit pourrait se chiffrer à plus de 800 milliards de dollars d’ici 2017 , ce qui laisse penser que les start-up du droit vont susciter de plus en plus d’intérêt de la part des investisseurs et poursuivre leur développement.
 
Qu’en est-il exactement ? Quelles sont les perspectives réelles de croissance des nouveaux acteurs du droit ?
 
Il convient tout d’abord de relativiser l’ampleur actuelle du phénomène. A titre d’illustration, le montant total des levées de fonds cumulées de la legaltech américaine serait plus de 10 fois inférieur à celui du secteur financier . Même si les besoins capitalistiques ne sont pas du tout comparables, l’indicateur est intéressant d’autant plus que la situation est encore plus déséquilibrée en France.
 
Le secteur juridique est en effet souvent présenté comme très en retard en matière d’innovation technologique. Différents facteurs sont généralement avancés pour l’expliquer, en particulier la forte résistance des acteurs traditionnels et une adoption plus lente des innovations technologiques liée à l’interdépendance avec des acteurs publics et parapublics. 
 
Toutefois si l’on adopte une approche plus prospective, la vision change radicalement.
 
Il faut tout d’abord garder à l’esprit que le phénomène est très récent, la plupart des acteurs ayant moins de 2-3 ans d’existence. Par ailleurs, la collaboration des plateformes et autres acteurs du numériques avec les acteurs traditionnels (avocats, notaires, huissiers, CPI, etc.) est encore balbutiante, le passé se caractérisant par un rapport plus ou moins antagoniste.
 
Aujourd’hui, la concurrence induite par les nouveaux entrants poussent l’ensemble de secteur à s’interroger sur la pertinence et l’utilité des certaines solutions numériques. Ceci s’inscrit dans un contexte où entreprises et particuliers essaient de réduire leurs coûts juridiques et se tournent de plus en plus volontiers vers des solutions d’optimisation.
 
Par ailleurs, la legaltech est un marché émergent, encore en grande partie latent.  En particulier, la démarche de standardisation et d’automatisation adoptée sur des démarches juridiques simples est encore limitée et le marché largement sous-développé. De nombreux domaines sont ignorés : surendettement, droit des étrangers, droit de la famille, droit routier, etc. De la même manière, la transition vers l’automatisation de documents et démarches plus complexes à destination des entreprises et des professionnels semble inéluctable.
 
Une étude conjointe du Boston Consulting Groupe (BCG) et de la Bucerius Law School publiée en début d’année prédit une transformation structurelle du marché du droit à l’horizon 2020-2025 du fait notamment de l’explosion de la Legaltech.  L’impact de l’innovation dans le secteur juridique sera en effet probablement très important dans les années à venir tant pour les utilisateurs que les avocats et autres professionnels du droit.  Il ne faut pas craindre ce changement mais plutôt le comprendre en accompagnant le développement d’une legaltech française véritablement compétitive.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
03.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
04.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
05.
Pourquoi la fonte du permafrost pourrait avoir des conséquences encore pires que prévues
06.
Notre-Dame : quand du recueillement on passe au cirque !
07.
Les vrais objectifs de la sulfureuse ONG Qatar Charity
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier K.
- 15/08/2016 - 22:30
IA tjrs bancale
Actuellement les IA qui assistent fans le domaine juridique sont très faibles, au mieux se sont des moteurs de recherche améliorés. Par contre lorsqu'une réelle IA sera développé, le rôle des hommes dans le juridique ne sera plus justifié si ce n'est que dans les cours!! Il faut changer le modèle social économique et politique rapido, la technique n'attend pas!