En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Pixabay
Bonnes feuilles

La France porte une vision et des propositions pour trouver l'équilibre entre l’ouverture des données et la protection de la vie privée

Publié le 16 août 2016
L'action publique semble aujourd'hui faire face à une équation impossible, entre réduction des moyens et multiplication des mécontentements. Les approches traditionnelles de la réforme sont mises en échec. A cette approche décliniste, L'Etat en mode start-up oppose une autre vision, celle d'une action publique réinventée, plus agile et collaborative, "augmentée" par l'innovation technologique et sociale. Extrait de "L'Etat en mode start up", de Thomas Cazenave et Yann Algan, aux éditions Eyrolles 2/2
Yann Algan est doyen de l'École d'affaires publiques de Sciences Po et professeur d'économie, spécialiste de l'économie numérique et collaborative.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Cazenave est inspecteur des finances, directeur de cabinet adjoint du ministre en charge de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, enseignant à Sciences Po et à l'Ena.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yann Algan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yann Algan est doyen de l'École d'affaires publiques de Sciences Po et professeur d'économie, spécialiste de l'économie numérique et collaborative.
Voir la bio
Thomas Cazenave
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Cazenave est inspecteur des finances, directeur de cabinet adjoint du ministre en charge de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, enseignant à Sciences Po et à l'Ena.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'action publique semble aujourd'hui faire face à une équation impossible, entre réduction des moyens et multiplication des mécontentements. Les approches traditionnelles de la réforme sont mises en échec. A cette approche décliniste, L'Etat en mode start-up oppose une autre vision, celle d'une action publique réinventée, plus agile et collaborative, "augmentée" par l'innovation technologique et sociale. Extrait de "L'Etat en mode start up", de Thomas Cazenave et Yann Algan, aux éditions Eyrolles 2/2

L’ambition française en matière d’ouverture des données publiques

L’administration française est, à bien des égards, pionnière dans la production et la gestion des données publiques. La statistique publique, l’Institut géographique national, le service du Cadastre ou encore le Service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM) pourraient en témoigner. Si elle n’a revendiqué officiellement son entrée dans le mouvement open data que deux ans après les États-Unis, elle l’a fait avec une ouverture sans pareille à la contribution citoyenne, grâce à un portail accueillant les données comme les réutilisations de tous les citoyens. Elle a également été le premier pays au monde à créer la fonction de chief data officer (Administrateur général des données de l’État), quelques mois avant l’Angleterre et les États-Unis. La création de cette fonction doit permettre d’exprimer tout le potentiel des données de l’État en organisant leur diffusion, en favorisant la création et le partage de référentiels au sein de l’administration et en s’assurant que l’État lui-même les utilise.

La France est écoutée sur la scène internationale et porte des convictions en matière de transparence des données. Un an après la Conférence de Paris sur l’open data et le gouvernement ouvert, et l’annonce de son adhésion à l’Open Government Partnership (avril 2014), la France a été choisie pour présider l’organisation de l’automne 2016 à l’automne 2017. Elle y pousse par exemple à l’ouverture des données sur le climat pour faire avancer le débat et les accords pour préserver l’environnement, et à la mobilisation de la société civile pour appliquer les conclusions de la COP 21. Elle porte aussi une vision et des propositions pour trouver le difficile équilibre entre l’ouverture des données et la nécessaire protection de la vie privée ou des autres secrets légaux.

Le gouvernement s’est doté d’une stratégie complète de l’open data : transparence, open data social (data. gouv.fr notamment), ouverture des modèles de décision (illustré par le projet OpenFisca), concertation, contribution et création de biens communs informationnels (comme le projet Base Adresse Nationale, inauguré en avril 2015 et qui a pour vocation de recenser l’intégralité des adresses sur le territoire fran- çais sous un format standardisé, avec la possibilité de les télécharger, de disposer d’outils d’aide à l’utilisation de données dont un géocodeur et d’outils pour enrichir et améliorer la base). La loi sur l’égalité des chances économiques organise un open data sur les transports, pour mieux réguler et pour dynamiser ce secteur d’activité. Au cours des débats sur la loi pour une République numérique, les parlementaires examinent des notions innovantes, comme les données d’intérêt général et le service public de la donnée.

Extrait de "L'Etat en mode start up", de Thomas Cazenave et Yann Algan, publié aux éditions Eyrolles. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

02.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

06.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

07.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires