En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Renault en plein chaos post Ghosn

06.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

07.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 4 min 51 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 1 heure 16 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 3 heures 29 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 5 heures 49 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 6 heures 8 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 18 heures 47 min
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 20 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 5 heures 10 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 5 heures 32 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 6 heures 18 sec
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 6 heures 45 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 20 heures 20 min
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 21 heures 7 min
© Reuters Pictures
© Reuters Pictures
DAILY BEAST

Comment les baby-boomers débauchés ont élevé la génération la plus sage de l’histoire contemporaine

Publié le 02 septembre 2016
Fêtards invétérés, les baby-boomers se montrent plus tolérants que leurs aînés à l’égard des drogues et de l’alcool. Contre toute attente, cette attitude libérale pourrait bien s’avérer payante en matière d’éducation et de prévention.
Jared Keller est journaliste pour The Daily Beast.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jared Keller
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jared Keller est journaliste pour The Daily Beast.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fêtards invétérés, les baby-boomers se montrent plus tolérants que leurs aînés à l’égard des drogues et de l’alcool. Contre toute attente, cette attitude libérale pourrait bien s’avérer payante en matière d’éducation et de prévention.

Copyright The Daily Beast – Jared Keller (traduction par Julie Mangematin)

De nos jours, quelque chose ne tourne pas rond avec les enfants : selon une série d’enquêtes d’envergure menées tous les deux ans par le gouvernement américain, ils forment peut-être la génération la plus sage de l’histoire contemporaine.

De plus en plus, nos ados jurent de ne pas toucher à l’alcool, aux cigarettes, aux drogues comme le cannabis de synthèse, mais aussi aux antalgiques sous prescription, d’après la dernière enquête "Monitoring the future" (MFT) de l’Institut national des toxicomanies, menée sur plus de 50 000 élèves de 4ème, seconde et terminale. Quant à certaines substances illicites comme la cocaïne et l’héroïne, leur consommation a atteint un record historiquement bas depuis le lancement de l’enquête MFT en 1975 (la baisse des stéréotypes autour de la marijuana pourrait être responsable de sa popularité relativement stable malgré son déclin). La dernière enquête sur les conduites à risque des jeunes ("Youth Risk Behavior Survey", ou YRBS) montre que la consommation de cigarettes a atteint son plus bas niveau depuis 24 ans – 11% en 2015, après 28% en 1991. Les taux de rapports sexuels entre mineurs, de grossesses prématurées, de VIH et autres maladies sexuellement transmissibles ont également chuté, selon une enquête du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) qui a interrogé 16 000 élèves. Les enfants, apparemment, se portent bien.

Mais pourquoi ? Le bon sens populaire pourrait anticiper un phénomène inverse. Cette nouvelle génération construit ses repères sur les traces des parents baby-boomers, ces 76 millions d’Américains nés entre 1946 et 1964, vétérans de la révolution sexuelle et de la mode psychédélique des sixties et seventiesceux-là même qui ont inauguré la tendance des comportements à risque. Selon la SAMHSA (la Direction des services de santé mentale et de la prévention des toxicomanies aux USA), les baby-boomers, plus que toute autre génération, ont maintenu leur train de vie dévergondé à travers les années.

L’attitude des parents face à l’addiction n’y est pas pour rien. Des recherches suggèrent que les enfants de parents toxicomanes sont plus enclins à rencontrer des problèmes d’addiction – à la fois par mimétisme et par manque d’encadrement. Une récente étude longitudinale conduite entre 1994 et 2008 sur des adolescents confirme que les parents à l’attitude permissive tendent à engendrer des comportements autodestructeurs chez leurs enfants ; à l’inverse, les enfants de parents autoritaires auraient "40% moins de risques de boire jusqu’à l’ivresse, 38% moins de risques de pratiquer le "binge drinking", 39% moins de risques de fumer des cigarettes, et 43% moins de risques de consommer du cannabis".

Alors pourquoi les jeunes d’aujourd’hui résistent-ils à l’appel du binge drinking et des drogues illicites qui séduisaient tant leurs parents boomers ? Ce sont peut-être précisément les expériences de débauche des baby-boomers qui conduisent leurs enfants à éviter l’abus de drogues. Et ce n’est pas seulement par dégoût pour les histoires racontées par leurs parents pour les inciter à la prudence. Grâce à leur adhésion enthousiaste au modèle du "parent hélicoptère", aux modes de parentalité progressistes, cajoleurs et centrés sur l’estime de soi, les parents baby-boomers pourraient bien être mieux équipés pour intervenir de façon préventive (mais aussi en aval) pour vacciner leurs enfants contre les risques de l’abus de drogue.

Ces progrès s'expliquent en partie par notre meilleure compréhension du type d’interventions efficaces pour lutter contre la consommation de drogue. Dans les années 1980, la célèbre campagne de Nancy Reagan "Just Say No" ("Dites simplement non") a catalysé les préoccupations autour de l’usage de stupéfiants par les ados. Mais les approches uniquement basées sur l’abstinence ou la punition s’avéraient souvent inefficaces (par exemple, la présence d’un policier armé à chaque session DARE – "Drug Abuse Resistance Education", un programme de prévention tolérance zéro, ndlr). Les programmes centrés sur la menace disciplinaire"tu vas te faire arrêter, suspendu ou être étiqueté comme un criminel d’une façon ou d’une autre" dissuadent les jeunes de solliciter une aide de la part des figures d’autorité en perpétuant la stigmatisation des addictions, creusant alors un fossé entre les jeunes et leurs parents.

En 2014, une évaluation des programmes "Just Say No" par Scientific American a révélé que les programmes de prévention les plus efficaces mettent l’accent sur des interactions positives entre les éducateurs et les étudiants, afin de développer des compétences sociales et des normes comportementales pour aider les jeunes à résister à la pression sociale qui les pousse à expérimenter les stupéfiants. Le développement de compétences, parmi lesquelles la communication, la négociation et la définition d’objectifs, sont les outils essentiels à mobilier dans la lutte contre les toxicomanies, selon le docteur Stephanie Zaza, directrice au CDC de la division des adolescents et de la santé à l’école (DASH) qui supervise la YRBS. "Quand les étudiants sont confrontés à un environnement qui regorge de tentations, ils doivent être capables de poser des questions, de tout mettre à plat par la discussion, et de s’affirmer", explique-t-elle.

Autrement dit, le même élan qui a inspiré la rébellion enthousiaste des baby-boomers – le désire de mettre à bas les traditions et les institutions trop strictes de leurs parents – a aussi provoqué un tournant dans les modes d’éducation. Les baby-boomers ont intégré leur point de vue plutôt permissif sur l’alcool et la drogue dans un mode de parentalité moins autoritaire que celui qu’ils connurent eux-mêmes enfants. Des démarches plus constructives (pensez à "parler de drogue à vos enfants") ont émergé comme méthodes de prédilection. Elles ont été largement embrassées par des boomers ouverts d’esprit, dotés d’une expérience de première main des comportements à risque qu’ils souhaitent prévenir. Après tout, les boomers ont toujours été "moins moralisateurs à l'égard de la drogue" et plus prompts à blâmer la société pour leurs maux que leurs parents, comme l’a souligné le sociologue Robert Putnam en 2001 : la consommation de drogue est un problème à résoudre, pas un comportement à punir. Les parents boomers tendent à s’inquiéter davantage du harcèlement scolaire et de la dépression que de l’abus de drogues, à en croire les données recueillies par le centre de recherche Pew en 2015.

Ce changement d’approche semble porter ses fruits : en 2010, une étude longitudinale des pratiques parentales sur trois générations (les enfants de la génération X et les millennials, leurs parents boomers et leurs grands-parents de la "génération grandiose"), publiée dans Developmental Psychology, a montré que la discipline stricte et la surveillance autoritaire que les boomers ont subies tendent à catalyser des comportements externalisants comme "un mauvais contrôle des pulsions et un comportement oppositionnel, agressif, ou délinquant". Quand cette discipline stricte est reproduite par les baby-boomers, elle favorise les conduites à risque chez leurs enfants. Mais la génération du baby-boom, par contraste, a aussi investi d’autres formes de contrôle parental (l’observation, les conversations franches, etc.) qui n’ont pas les mêmes conséquences délétères. Ces interventions plus délicates ont un effet médiateur entre les baby-boomers et leurs enfants, créant un type de rapports unique, absent de la relation entre les baby-boomers et leurs parents.

Chez les baby-boomers, le "contrôle parental" prend la forme de l’ouverture et de la confiance, une propension à nouer le dialogue avec leurs enfants plutôt qu’à se contenter de les discipliner ou les aliéner avec des programmes autoritaires tels que DARE ou autres Scared Straight (programme de réhabilitation des jeunes délinquants, ndlr). Selon une étude emblématique menée par la psychologue Diana Baumrind à UC Berkeley (publiées dans The Journal of Early Adolescence en 1991), c’est cet équilibre entre une attitude exigeante (centrée sur la discipline et le contrôle) et une attitude réceptive (encouragent l’individualité et l’autorégulation) qui détourne les jeunes de la consommation de drogue tout en les dotant des compétences sociales efficaces pour éviter les comportements à risque en l’absence de supervision parentale constante. Cette démarche est souvent disqualifiée comme relevant d’une parentalité hélicoptère intrusive ou d’une condescendance débilitante. Pourtant, ce style s’accompagne aussi d’un fort niveau d’empathie, d’une ouverture d’esprit, et d’une implication qui aident les enfants à comprendre et intégrer les conséquences de l’abus de drogues.

"Ce que le CDC sait du rôle des parents et de l’école est simple : plus vous discutez de ces problématiques avec les enfants, moins ils ont tendance à sauter le pas", résume le docteur Zaza.

Il faut plus qu’un simple bad trip au collège (ou alors un vraiment, vraiment gros bad trip) pour inciter les parents à revoir leur façon de communiquer avec leurs enfants à propos des substances illicites. Les attentes ambitieuses de réussite sociale nourries par les parents boomers aident certainement à maintenir leur progéniture à l’écart des addictions. Selon SAMHSA, la crainte de décevoir ses parents constituerait un facteur dissuasif de plus en plus fréquent. En revanche, les parents qui se montrent soit moins exigeants (les parents permissifs) ou moins à l’écoute (les parents autoritaires) seraient moins à même de protéger leurs enfants contre les drogues. Enfin, par le recours à l’intervention des paires, plus proches des jeunes que les figures d’autorité, les parents améliorent leurs chances d’offrir à leurs enfants les compétences sociales décisives pour éviter les problèmes de drogue.

Bien sûr, tous les parents baby-boomers ne sont pas naturellement équipés pour intervenir auprès de leurs ados simplement parce qu’ils auraient fumé quelques joints à Woodstock. Ironiquement, une étude de 2001 a révélé que 94% des parents affirment avoir discuté des conséquences de la consommation de drogue avec leurs enfants, tandis que 39% de leurs ados déclaraient que ces conversations n’avaient jamais eu lieu. Une trop grande indulgence peut aussi devenir un sérieux problème : un manque de limites et de règles chez un parent trop permissif peut accroitre le risque d’un abus de drogue ou d’alcool. De quoi nous rappeler que "laisser les enfants boire dans un environnement sûr", comme à la maison, n’est probablement pas la meilleure idée.

Mais, pour les enfants d’aujourd’hui, discuter avec leurs parents qui furent autrefois fous et sauvages pourrait être la meilleure thérapie dans la lutte contre la toxicomanie. En grandissant, je savais que, quoi que j’expérimente en matière de drogue et d’alcool, je pouvais toujours me tourner vers mes propres parents baby-boomers pour trouver de l’aide et du soutien si j’avais des ennuis. Un accord tacite qui, d’une certaine façon, a été le socle de notre relation durant mes turbulentes années d’adolescence. Je savais qu’ils pourraient réellement comprendre de quoi je parlais. Bien que les baby-boomers aient leurs propres problèmes avec les substances illicites, ils possèdent, plus que toute autre génération précédente, l’expérience et la compassion utiles pour aider les futures générations à se préparer au dangereux monde de drogues et d’alcool qui les attend. Les boomers ont peut-être traversé un trip long et étrange, mais il n’a pas besoin de durer éternellement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Renault en plein chaos post Ghosn

06.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

07.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier K.
- 20/08/2016 - 09:34
Génération qui a biaisé démocratie
Depuis 30 ans, ils profitent de leur poid démographique pour faire balancer la république a leur avantage. La dette de l'État a était contracté lorsqu'ils étaient majeur, ce sont leurs enfants qui paient, ils ont peu cotisés pour la retraite de leurs aïeux, les jeunes doivent leur offrir des retraites exorbitante, du au fait que leur salaires étaient sans comparaison avec ceux des travailleurs actuels, soumis à la concurrence européenne et internationales. Mais qui bénéficient de cette pression sur les salaires, ... Les rentiers qui sont les plus vieux donc encore une fois les baby boomers. Quand ils étaient ils ont fait mourir leur vieux dans la misère, maintenant qu'ils sont vieux ils veulent faire crever les jeunes dans la misère pour continuer de profiter de leurs énormes retraites. Et quel capital au pays. Rien qu'une pure spéculation immobilière, plus d'entreprise, des services qui ne vivent que grâce a la dette et à une croyance des créancier internationaux qui va brûler le jour où ils se rendront compte que nos compétences techno n'ont pas évolué depuiscompétencesaby boomer qui ont eu des diplomes dans des pochettes surprise sont aux manettes.
Lafayette 68
- 19/08/2016 - 10:49
Baby boomer et baby boomer
Je fais partie des baby boomers mais pas de la masse des baby boomers débiles et autocentrées décrite plus haut dont je suis très fier de m'être toujours fortement démarqué .
Deudeuche
- 19/08/2016 - 09:36
Après leur trip
les boomers reviennent à la raison. Ces salauds ont tout cassé et veulent de l'ordre pour leurs vieux jours. Doit on citer Boris Vian et son incontinence urinaire nécrophile?
Jared tu veux parler de la blonde de l'Arkansas?