En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

04.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

05.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

07.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 45 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique",
il y a 54 min 2 sec
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 2 heures 8 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 4 heures 2 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 5 heures 9 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 5 heures 22 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 5 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 48 min 52 sec
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 1 heure 35 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 2 heures 58 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 4 heures 22 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 5 heures 22 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 5 heures 22 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 14 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 14 heures 31 min
© Allo-Ciné
© Allo-Ciné
Chambres à part

"L'économie du couple" : comment arriver à cohabiter (sans s'étriper) quand on est séparé mais obligé de vivre sous le même toit

Publié le 12 août 2016
A l'occasion de la sortie du film "L'Economie du couple" au cinéma, retour sur un phénomène de société qui prend de plus en plus d'ampleur en France, la faute à la crise, mais pas que.
Jean-Claude Kaufmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Claude Kaufmann est sociologue spécialiste des couples et de la vie quotidienne.Il est l'auteur de "Mariage, petites histoires du grand jour de 1940 à aujourd'hui" aux éditions Textuel et de "Un lit pour deux, la tendre guerre", Lattès,...
Voir la bio
Pascal Anger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Anger est psychologue, psychanalyste, psychothérapeute, sexothérapeute, systémicien et médiateur familial.Il est également chargé de cours à Paris VII. Il est l'auteur de Le couple et l'autre, livre publié aux éditions l'Harmattan.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la sortie du film "L'Economie du couple" au cinéma, retour sur un phénomène de société qui prend de plus en plus d'ampleur en France, la faute à la crise, mais pas que.

Atlantico : Quelles sont les raisons qui peuvent expliquer que de nombreux couples continuent à vivre ensemble sous le même toit alors qu'ils sont séparés ? Ce phénomène est-il en augmentation en France ?

Pascal Anger : Ce phénomène de société est apparu il y a environ une dizaine d'années, d'abord dans les banlieues défavorisées de Paris et des grandes villes comme Marseille ou Lyon, et s'est très fortement amplifié avec la crise économique ; au sein de mon cabinet, j'ai vu se multiplier les consultations de couples souhaitant se séparer mais qui n'y arrivent pas, faute de moyens financiers ou à cause de blocages d'ordre plus psychologiques. 

Concernant les problèmes financiers, il s'agit surtout de la difficulté à retrouver un logement décent, notamment pour les femmes, qui sont plus souvent sans travail ou à temps partiel, et moins bien payées que les hommes. 

Pour ce qui est des blocages psychologiques, un des membres du couple peut être moins favorable ou moinsbien préparé à une rupture que l'autre et faire traîner volontairement la séparation matérielle, en refusant de se mettre d'accord sur le prix de vente du logement commun, par exemple. 

Jean-Claude Kaufmann : Le phénomène qui est en plus fort développement en France actuellement est celui des couples qui se vident de l’intérieur, jusqu’à vivre l’enfer, mais sans parvenir à se séparer. Parfois pour des raisons matérielles (l’un se sent piégé mais ne peut financièrement s’enfuir), le plus souvent à cause de blocages psychologiques. On se sent incapable de partir, d’inventer une nouvelle vie, alors que la partenaire conjugal multiplie pourtant les phrases de mépris et de dénigrement. On n’ose pas, on a trop peur.

Cette peur de tout casser ce que l’on avait construit ensemble pour improviser une nouvelle existence que l’on imagine mal est en très forte augmentation depuis quelques années, alors on reste ensemble, en rêvant secrètement que demain sera un jour meilleur, mais c’est très rarement le cas. Le mouvement est si puissant qu’il s’étend aux couples qui avaient pourtant décidé de divorcer. Au moment de franchir le pas, on hésite. Là aussi parfois pour des raisons matérielles, mais également par peur de l’inconnu.

Quelles peuvent être les conséquences sur un couple confronté à cette situation et éventuellement sur les enfants qui y sont impliqués ?

Pascal Anger : Concernant les membres du couple, les conséquences sociales d'une séparation peuvent s'avérer désastreuses si l'un des deux est déjà dans une situation financière problématique (emploi précaire, endettement). Cela peut conduire très rapidement à devenir Sans Domicile Fixe. Psychologiquement, ce genre de situation peut générer de l'anxiété, des états dépressifs, des maladies psychosomatiques ou encore une forte perte de confiance en soi, notamment quand l'autre commence à reconstruire sa vie avant que la séparation matérielle soit effective.  

Concernant les enfants, une séparation non matérielle peut également générer une très forte anxiété, des maladies psychosomatiques ou encore un très fort sentiment de culpabilité. 

Jean-Claude Kaufmann : Quand il y a une insatisfaction parce qu’un couple s’est simplement un peu enfoncé dans la routine, les choses peuvent se rattraper. Par contre, quand une relation conjugale vire à une non-communication complète, émaillée de mépris et de harcèlement, l’engrenage pervers est enclenché et il n’y a pratiquement aucune chance pour qu’il soit retourné dans le bon sens. Le couple devient toxique, profondément destructeur pour les deux conjoints, ainsi que pour les enfants. Un divorce n’est jamais une situation facile pour ces derniers. Mais il n’y a rien de pire pour les détruire qu’un couple toxique.. 

Quelles peuvent être les solutions pour trouver une issue à ce type de situation et qui puissent satisfaire tous les parties ?

Pascal Anger : D'abord, et on n'en parle pas assez, il faut que les couples qui vont bien fassent l’effort d'anticiper une éventuelle séparation et se mettent d'accord sur son déroulement si elle devait se produire. Bien souvent, les couples qui vont mal n'arrivent plus à communiquer, ce qui explique en grande partie que la séparation matérielle prenne autant de temps à se concrétiser. 

Ensuite, il faut essayer au maximum de ne pas rompre la communication, même si la relation est très tendue.

Il est également nécessaire d'établir clairement un nouvel espace, à savoir d'essayer de faire en sorte que chaque membre du couple ait sa propre chambre, si possible. 

De plus, il faut établir des règles claires de cohabitation, notamment concernant tout ce qui touche à la nouvelle vie sentimentale de l'autre, si nouvelle vie il y a (convenir de ne pas ramener le ou la nouvelle amoureuse dans l'appartement, ne pas passer des heures au téléphone dans l'appartement ou sur Internet à tchater ou à chercher à faire de nouvelles rencontres...). 

Enfin, il ne faut pas hésiter à extérioriser la situation avec des amis ou de la famille, car en parler rend la séparation plus réelle et permet de s'y adapter plus rapidement. Si la cohabitation forcée dure plus de 10 mois, cela devient une situation d'ordre pathologique, qu'il faut résoudre en consultant des professionnels comme le thérapeute ou le médiateur familial. 

Pour ce qui touche aux enfants, il ne faut pas annoncer la séparation tant que la situation n'est pas claire dans la tête des adultes. Une fois que les enfants sont mis au courant de la situation, il faut bien veiller à être à l'écoute de leurs besoins, s'assurer qu'ils ne culpabilisent pas et leur promettre qu'une séparation ne signifie pas qu'ils se retrouveront sans toit et qu'ils recevront moins d'amour. Cela peut paraître tout bête, mais c'est important pour un enfant que cela soit formulé verbalement. 

Jean-Claude Kaufmann : La plupart du temps, le cœur des difficultés vient du fait que l’on n’arrive pas à avoir un regard lucide sur sa situation. Le plus important est vraiment de trouver quelqu’un à qui en parler en dehors du couple. Ce peut être bien sûr un psy ou un conseiller conjugal, mais aussi tout simplement un proche, un ami, un confident. Qui à la fois aidera à y voir plus clair, et redonnera confiance en soi. Car très souvent si l’on n’ose pas partir, c’est parce que à la suite de tant d’épreuves on se sent fatigué et l’on a perdu la confiance en soi.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires