En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 56 min 44 sec
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 1 heure 37 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 3 heures 23 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 4 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 5 heures 55 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 7 heures 22 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 9 heures 13 min
décryptage > Politique
Atout majeur

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 1 heure 11 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 2 heures 56 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 4 heures 27 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 5 heures 19 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 7 heures 6 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 8 heures 55 min
décryptage > People
Miroir des réseaux sociaux

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

il y a 9 heures 23 min
décryptage > Europe
Solidarité européenne ?

Euro-panique ? L’Europe du Sud montre les dents, l’Europe du Nord tente de déminer, Bruxelles menace

il y a 10 heures 8 min
© Reuters
© Reuters
Stéréotype bien ancré

Débauche sexuelle à la française : les origines du mythe

Publié le 02 août 2016
Snog, pash, Zungenkuss… Chaque langue a son mot pour désigner ce que les anglophones appellent "French kiss", ou baiser avec la langue. Mais pourquoi associe-t-on ce contact intime aux Français ? Et pourquoi leur confère-t-on la réputation – du moins dans les cultures anglo-saxonnes – d’être décomplexés et audacieux sur le plan sexuel ?
Lecturer in Early Modern Literature, University of Kent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Una McIlvenna
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecturer in Early Modern Literature, University of Kent
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Snog, pash, Zungenkuss… Chaque langue a son mot pour désigner ce que les anglophones appellent "French kiss", ou baiser avec la langue. Mais pourquoi associe-t-on ce contact intime aux Français ? Et pourquoi leur confère-t-on la réputation – du moins dans les cultures anglo-saxonnes – d’être décomplexés et audacieux sur le plan sexuel ?

 

Quiconque a regardé Versailles, la série de la BBC2, aura appris que la fameuse cour du Roi Soleil était le théâtre quotidien de parties fines, de stratégies de séduction, de sexe… et d’encore plus de sexe. Le succès à la cour française, semble-t-il, supposait d’avoir autant d’ambition que d’appétit pour les pratiques sexuelles scandaleuses – pour l’époque. Mais les courtisans français étaient-ils plus aventureux, sexuellement parlant, que n’importe qui ? Sinon, d’où vient ce stéréotype d’une cour française dépravée et dangereuse ?

La personnalité qui incarne le plus les déviances et sournoiseries de la cour est sans doute la – tristement célèbre – reine Marie-Antoinette. Connue pour sa déclaration présumée « qu’ils mangent de la brioche », l’épouse de Louis XVI a été assassinée sans état d’âme par les révolutionnaires sanguinaires, qui l’accusaient dans d’innombrables écrits, gravures et chansons diffamatoires – en plus d’avoir trahi la France auprès de son ennemie l’Autriche, pays où elle est née – d’avoir organisé des orgies à Versailles, des rendez-vous lesbiens avec ses dames d’honneur, et même d’avoir commis l’inceste avec son propre fils.

Marie-Antoinette a subi tant d’accusations que l’Université de Stanford a consacré toute une section de ses Archives digitales de la Révolution française aux atteintes à la vie privée de la reine. Certains historiens soutiennent que ces incriminations calomnieuses ont contribué à une « désacralisation pornographique de la monarchie », cause directe de l’exécution du couple royal.

Kirsten Dunst joue Marie-Antoinette dans le film éponyme de 2006. Mary Alice/FlickrCC BY-NC-ND

Ce genre d’insinuations sur les courtisanes françaises sont en fait apparues 200 ans plus tôt. Nous retrouvons les mêmes motifs de perversion sexuelle au XVIe siècle pour attaquer les dames de compagnie de la reine-mère Catherine de Médicis, régente de France pendant les guerres de religion. Alors que le royaume sombrait dans la guerre civile entre les catholiques et les huguenots, Catherine essaya de trouver un terrain d’entente. Mais ses efforts entraînèrent l’effet inverse : chaque tentative d’apaiser une partie du conflit provoquait l’autre, et les deux côtés dénoncèrent son incapacité à restaurer la paix. Elle fut dès lors dépeinte comme une conspiratrice ambitieuse, indigne de confiance et machiavélique – par malheur pour elle en effet, Machiavel avait dédicacé son traité, Le Prince, à son père Laurent II de Médicis.

Catherine de Médicis : pas vraiment l’incarnation d’une cour française débridée.

La prochaine étape, logiquement, consistait à l’accuser de dépravation sexuelle. Mais depuis le décès prématuré de son mari – le roi Henri II, mort en 1559 –, Catherine portait toujours des vêtements de deuil noirs, pas vraiment de quoi renvoyer d’elle l’image d’une « veuve lascive ». Ses détracteurs ont donc visé ses servantes en accusant la régente de tenir un harem de belles jeunes femmes dont elle se servait pour séduire les gentilshommes influents. Ce mythe de « l’escadron volant » – l’équipe de choc des pions sexuels de la reine – n’est rien d’autre qu’un fantasme d’homme hétérosexuel, réduisant les négociations sans relâche de Catherine aux actes d’une femme puissante qui utilisait « le sexe comme une arme ».

Cette idée est aussi ancienne que la littérature elle-même : la Renaissance, qui connut le « renouveau » des idéaux et doctrines de l’Antiquité, raviva aussi les travaux misogynes d’écrivains comme Juvénal, dont la Satire VI prétendait que les femmes étaient si folles de désir que tous les hommes mariés se faisaient inévitablement cocufier.

Une importation de l’étranger ?

L’ironie dans cette histoire, c’est que les Français du début de l’époque moderne ne se seraient jamais considérés eux-mêmes comme des assoiffés de sexe. Ils auraient plutôt désigné les Italiens, que l’on croyait être les importateurs – via la famille de Catherine de Médicis – de tous types de pratiques et d’appétit sexuels déviants.

Les Français étaient ainsi persuadés que la sodomie venait d’Italie, et alors que la syphilisétait surnommée « French pox » dans beaucoup de pays, eux pensaient qu’elle avait été contractée par des soldats lors des guerres d’Italie. Ronsard, le plus célèbre poète français de la Renaissance, a écrit des poèmes obscènes sur le fils de Catherine – le roi Henri III –, le décrivant comme un sodomite pédéraste qui entretenait des relations homosexuelles avec des garçons. L’artiste affirmait que ce penchant était dû aux origines florentines de sa mère. Donc, si Florence a été le berceau de la Renaissance, elle a aussi donné son nom au terme français désignant le baiser avec la langue, qu’évoquait Apollinaire en 1913 :

Amour vos baisers florentins
Avaient une saveur amère
Qui a rebuté nos destins

Si les Français pensaient que les Italiens étaient les vrais romantiques enflammés, que pouvons-nous déduire des récits comme ceux de Versailles ? La vérité, c’est qu’aucune nation ou culture ne peut prétendre à une plus grande tendance vers des pratiques sexuelles scandaleuses que toute autre culture – bien que les Français semblent avoir fait les frais de cette fausse idée reçue.

Chaque pays perpétue des mythes sur ses plus proches ennemis, des légendes qui n’ont souvent aucune base dans la réalité et qui proviennent d’ailleurs (je me rappelle avoir ri quand des amis anglais m’ont informé du « fait » que les Allemands avaient tendance à monopoliser les bains de soleil en vacances en Méditerranée – aucune autre culture ne partage cette croyance, au passage). La façon dont nous menons notre vie sexuelle est un choix privé et individuel, et ni l’apparence, l’accent ou l’origine d’une personne ne saurait être un moyen fiable de savoir ce qu’elle se plaît à faire dans l’intimité.

Traduit de l’anglais par Diane Frances.

La version originale de cet article a été publiée en anglais.

Cet article a été publié sur le site The Conversation

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 02/08/2016 - 10:07
Le Français était l'ennemi
il "fallait" qu'il soit dépravé. La propagande libertine-libérale-post moderne (dans l'ordre d'apparition chronologique) a en outre fait l'éloge de la dépravation en ringardisant le mot pour en faire un critère d'accomplissement individuel (tant pis pour les trompés, abusés, violés, enfants sans parents et autres victimes collatérales du SurMoi sexuel).