En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

04.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

07.

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

01.

Le tsunami bleu Marine emporte tout sur son passage

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Histoire belge
Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants
il y a 14 heures 16 min
pépites > Politique
Précarité
Coronavirus : Jean-Luc Mélenchon demande la suspension des loyers pour les particuliers
il y a 15 heures 40 min
pépites > Europe
Pertes
Chaque mois de confinement fera perdre "entre 2,5 et 3% de PIB" à l'Europe, prédit Thierry Breton
il y a 16 heures 48 min
pépite vidéo > Culture
Vogue
Un live inédit de Madonna, filmé à Nice en 1990, a été dévoilé
il y a 17 heures 24 min
pépite vidéo > France
Industrie
Plongée au coeur du premier fabricant français de gel hydroalcoolique, qui a multiplié sa production par neuf
il y a 18 heures 51 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX vient de dévoiler le guide d'utilisation du Starship ; Mars Helicopter : la genèse du premier engin volant dans l'atmosphère de Mars
il y a 20 heures 21 min
décryptage > France
Libertés publiques

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

il y a 20 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

​Voué aux chats

il y a 21 heures 14 min
décryptage > Economie
Ne rien cacher

La bourse ou la vie-rus ?

il y a 21 heures 29 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Le Coronavirus grippe (aussi) les énergies renouvelables
il y a 21 heures 49 min
pépites > Consommation
Coincés en France
Les ventes de tabac en hausse de 30%... à cause des frontaliers qui ne peuvent plus se fournir à l'étranger
il y a 14 heures 59 min
pépites > Politique
Solidarité
Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT
il y a 16 heures 8 min
pépite vidéo > Religion
Confiné
Le pape célèbre la messe des Rameaux sans fidèles, pour cause de Covid-19
il y a 17 heures 8 min
décryptage > Société
Nouveau monde

Vie par temps de pandémie : combien de temps mettons-nous à intégrer vraiment une nouvelle réalité ?

il y a 17 heures 34 min
pépites > Terrorisme
Ennemi intérieur
Attaque à Romans-sur-Isère : trois Soudanais en garde à vue
il y a 19 heures 26 min
décryptage > Terrorisme
Opportunisme

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

il y a 20 heures 36 min
décryptage > France
C'est quand même bien loin du Soudan

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

il y a 21 heures 8 min
décryptage > International
Et pendant ce temps-là...

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

il y a 21 heures 24 min
décryptage > International
L’étrange virus

Covid-19 : de la catastrophe à la crise

il y a 21 heures 37 min
décryptage > Société
Lourde casquette

Pourquoi qualifier les médecins et autres travailleurs du « front » de héros n’est pas forcément leur rendre service

il y a 21 heures 58 min
© Reuters
© Reuters
Réforme

Pourquoi un pacte avec l'islam ne pourra qu'échouer si on continue à le considérer comme le catholicisme du 19e siècle

Publié le 05 août 2016
La double déclaration de Manuel Valls et de 42 personnalités musulmanes dans le JDD du 31 juillet pose la question de l’incompatibilité de l'Islam avec les structures actuelles de la laïcité. Et montre qu'il est nécessaire de faire évoluer la laïcité pour la sauver face au défi que représente l'intégration de l'Islam.
Membre de l'Institut, professeur de philosophie à l'université Paris-I Panthéon-Sorbonne et à la Ludwig-Maximilians-Universitat de Munich, Rémi Brague est l'auteur de nombreux essais dont Europe, la voie romaine (1992), la Sagesse du monde ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de l'école X-Mines, Philippe d'Iribarne est directeur de recherche au Cnrs, spécialisé dans la diversité des cultures politiques. Auteur de quatorze ouvrages, dont L'islam devant la démocratie (Gallimard, 2013), il a notamment...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Brague
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Membre de l'Institut, professeur de philosophie à l'université Paris-I Panthéon-Sorbonne et à la Ludwig-Maximilians-Universitat de Munich, Rémi Brague est l'auteur de nombreux essais dont Europe, la voie romaine (1992), la Sagesse du monde ...
Voir la bio
Philippe d'Iribarne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de l'école X-Mines, Philippe d'Iribarne est directeur de recherche au Cnrs, spécialisé dans la diversité des cultures politiques. Auteur de quatorze ouvrages, dont L'islam devant la démocratie (Gallimard, 2013), il a notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La double déclaration de Manuel Valls et de 42 personnalités musulmanes dans le JDD du 31 juillet pose la question de l’incompatibilité de l'Islam avec les structures actuelles de la laïcité. Et montre qu'il est nécessaire de faire évoluer la laïcité pour la sauver face au défi que représente l'intégration de l'Islam.

Atlantico : Les propositions simultanées de Manuel Valls et des 42 personnalités musulmanes dans le JDD du 31 juillet laissent penser que la solution se trouverait dans une représentation légitime, un clergé de l'islam en France. N'est-ce pas illusoire de le penser ? Dans quelle mesure cette idée peut-elle illustrer l'erreur qui consiste à calquer notre compréhension de l'islam sur le christianisme ?

Rémi Brague : Le mot même de religion est trompeur. Tous, même athées, nous nous faisons de ce que doit être une religion une image calquée sur le christianisme. Nous y incluons donc des "rites", la prière, etc., alors que nous en excluons le droit. Et le christianisme n’a pas d’autre morale que la morale commune du Décalogue. L’islam, lui, est essentiellement un système juridique à fondement divin. La mystique, la piété individuelle, y sont permises, mais facultatives. L’obéissance aux commandements "divins" y est en revanche obligatoire. La laïcité française, comme d’autres systèmes dans d’autres pays, a été rendue possible par une séparation qui est essentielle au christianisme et qui est absente de l’islam. 

A lire aussi : La longue liste des impensés et des non-dits qui se dressent sur la route de l’intégration harmonieuse des musulmans de France

Philippe d'Iribarne : Les propositions visant à faire évoluer l’islam de France se multiplient dans des directions très diverses. Celles qui concernent son organisation en font partie. Elles n’offrent sûrement pas la solution unique aux difficultés qui marquent les rapports entre l’islam et la société française. La manière dont le message de l’islam est compris par les musulmans est à coup sûr plus essentielle. Mais cela ne veut pas dire que les questions d’organisation sont négligeables. Il serait bon qu’une autorité responsable soit en mesure de mettre fin aux fonctions d’imams prêchant un islam incompatible avec les valeurs de la société française, ou encore ait une certaine autorité pour élaborer une vision de l’islam qui soit en harmonie avec ces valeurs. Est- ce possible ? Traditionnellement une telle autorité existe dans l’islam chiite mais non dans l’islam sunnite alors que celui-ci est pratiquement hégémonique en France. Mais on peut concevoir, par exemple, qu’une mesure tendant à lier l’autorisation administrative de construire une mosquée à un agrément d’une autorité centrale de l’islam de France puisse donner du poids à celle-ci. En matière d’organisation, le christianisme comme l’islam n’obéit pas à un modèle unique. On ne retrouve pas dans le protestantisme le fonctionnement centralisé de l’Eglise catholique. Il est sûr, en tout cas, que l’organisation de l’islam de France aura du mal à prendre ce fonctionnement comme modèle.

A lire aussi : L’islam face à la modernité : les raisons théologiques et historiques pour comprendre pourquoi les musulmans ont tant de mal à faire évoluer leur religion

Mis à part le manque de structure du personnel religieux, sur quels autres points l'islam se distingue-t-il du christianisme ou du judaïsme ? Quelles questions nouvelles cela pose-t-il pour le législateur ?

Rémi Brague : Notre notion de "religion" est calquée sur le christianisme. Nous distinguons ainsi des activités que nous considérons comme religieuses, par exemple la prière, le jeûne, le pèlerinage, et d’autres qui, pour nous, ne relèvent pas du religieux, comme certaines règles de vie : interdictions alimentaires, vestimentaires, rapports entre sexes, etc. Or, pour l’islam, ce sont là des parties intégrantes de la religion. Ce qu’ils appellent "religion", c’est avant tout un code de comportement, une démarche à suivre (c’est le sens du mot sharia). Il en est ainsi parce que le Dieu de l’islam n’entre pas dans l’histoire, soit par alliance (judaïsme), soit en poussant l’alliance jusqu’à l’incarnation (christianisme), mais y fait entrer la manifestation de Sa volonté, sous la forme de commandements et d’interdictions. Le message divin est soit une répétition des messages précédents (un seul Dieu, qui récompense et punit), soit une législation la plus précise possible. Le judaïsme connaît lui aussi un code de conduite très précis, mais ce code ne vaut que pour les Juifs. L’islam, lui, dit que tout homme doit s’y conformer.

Nous avons du mal à le comprendre, mais l’islam est avant tout un système de règles qui doivent avoir force de loi dans une communauté. Ces règles peuvent être appuyées par l’Etat si celui-ci est musulman, auquel cas on aura une police spéciale pour assurer, par exemple, le respect du jeûne du ramadan ou la vêture des femmes. Mais si la pression sociale (parents, grands frères, etc.) ou la force de la coutume y suffisent, tant mieux. L’islam distingue une invocation de Dieu qui peut se faire en privé, et une prière publique, avec des formules et des gestes déterminés. C’est elle qui constitue l’un des cinq "piliers" de l’islam.

La laïcité, notre vache sacrée, n’est pas elle-même une idée très claire. C’est une cote mal taillée, produit d’un compromis entre deux instances localisées et historiquement datées : l’Etat français du XIXe siècle et l’Eglise catholique. L’appliquer telle quelle à l’islam, à la mesure duquel elle n’a pas été taillée, entraîne des mécomptes. Le christianisme a l’habitude de séparer la religion et les règles juridiques ; pour l’islam, le seul législateur légitime est Dieu. 

Philippe d'Iribarne : Un ouvrage entier suffirait difficilement à expliciter ces différences, d’autant plus qu’il y a des islams ; qu’il faut pour le moins distinguer l’élan fondateur de l’islam, lié au Prophète et au Coran, des multiples figures que celui-ci a pris au cours de l’histoire dans des courants plus ou moins syncrétiques (ainsi avec l’hindouisme en Indonésie ou l’animisme en Afrique). Et il y a aussi, à bien des égards, des christianismes et des judaïsmes. Si l’on veut s’en tenir à l’essentiel, concernant les questions actuellement posées au législateur, un point central est que, dès l’origine, l’islam est porteur, si l’on prend nos catégories, d’un projet politique en même temps que religieux. Il accorde une place centrale à l’unanimité d’une communauté et à la certitude dont elle est garante, ce qui rend particulièrement problématique l’acceptation de la liberté de conscience – on le voit bien dans les pays musulmans. De plus, en tout cas dans l’islam qui a pris corps dans les pays arabes, on trouve une méfiance très grande par rapport à la liberté des femmes et une forte tendance à les mettre à part, sans oublier qu’une musulmane ne peut épouser un non-musulman, ce qui interdit une pleine intégration des musulmans dans une société non musulmane (un élément essentiel d’une telle intégration, nous disent les anthropologues, étant ce qu’ils appellent l’échange des femmes entre groupes jusque-là étrangers l’un à l’autre).

Financement des mosquées, formation des imams voire instauration d'une taxe Halal.... Doit-on considérer que la loi de 1905 soit ajustée pour l'islam ? Quelles évolutions et adaptations de la loi de 1905 vous semblent-elles nécessaires ?

Philippe d'Iribarne : La loi de 1905 a été conçue dans un contexte où il s’agissait de limiter l’emprise du clergé catholique sur les consciences, au premier chef en limitant sévèrement son rôle dans l’enseignement, et en assurant la neutralité de l’Etat, notamment en interdisant la présence de symboles religieux – en fait chrétiens – dans les bâtiments publics. Un point central d’affrontement a été de savoir à qui, entre la hiérarchie catholique et les fidèles de base, allait être confié l’usage des bâtiments du culte (églises, cathédrales) que l’Etat s’était approprié mais restaient mis à la disposition des fidèles. Après une période de tension, il a été admis que cet usage resterait placé sous l’autorité de la hiérarchie catholique. La construction de nouveaux lieux de culte était privée de tout financement public. Avec la fin du Concordat, la nomination et la formation des ministres du culte échappait à l’emprise de l’Etat, un certain modus vivendi ayant cependant fini par s’établir entre le Vatican qui nommait les évêques et l’Etat français qui était consulté, au moins informellement. Le comportement des fidèles n’était pas visé. Dans leur manière de vivre au quotidien,  ils partageaient un certain style français, marqué par une certaine discrétion dans la manifestation des opinions, notamment religieuses. Et il allait de soi que les catholiques faisaient pleinement allégeance à la France, aimaient la France et que si ils étaient prêts à prendre les armes c’était pour la défendre.

Avec l’islam, on a affaire à des problèmes bien différents. Ce n’est pas le pouvoir d’une institution qui fait problème, mais la manière d’être d’une communauté, le fait que nombre de ses membres refusent de faire allégeance à la France, cherchent à construire une contresociété fondée sur d’autres règles, d’autres conceptions sociales, que celles qui régissent la société française, sont engagés dans une forme de projet conquérant visant à étendre l’emprise de l’islam. Ce qui menace la liberté de conscience des musulmans n’est pas l’autorité d’une institution mais la capacité d’intimidation d’une communauté. La loi de 1905 n’est pas du tout conçue pour traiter ces questions. Il ne s’agit pas tant de la modifier que de concevoir, à côté d’elle, des outils juridiques de lutte contre une telle emprise. Et surtout on peut espérer que viendra des musulmans eux-mêmes une pleine allégeance à la société française avec tout ce que cela implique. Des voix s’élèvent en ce sens au sein du monde musulman. Espérons qu’elles seront largement entendues par celui-ci. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

04.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

07.

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

01.

Le tsunami bleu Marine emporte tout sur son passage

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 03/08/2016 - 01:27
@Marie Harel - lois occidentales
""L'islam est multiple, soit, la chrétienté aussi. Mais c'est la seconde et non le premier qui a sécularisé la société moderne, et impulsé la dynamique qui a donné naissance à la DEMOCRATIE MODERNE."""
Le christianisme n'a pas aboli la civilisation antique, il s'est plaqué comme morale sur la civilisation greco-latine qui a ainsi continué à évoluer.
Par ailleurs, le Christ ne s'est jamais présenté comme un Législateur, Mahomet si. Nos lois modernes ont donc comme bases des principes et des lois antiques modifiées par la morale chrétienne - code Théodore, code Justinien - ainsi que des lois barbares également modifiées c'est à dire atténuées par la morale chrétienne. L'Eglise quant à elle cherchait à promouvoir le code Justinien sur les lois barbares; se considérant comme l'héritière de la civilisation romaine, elle le considérait en effet comme plus civilisé.
L'Islam n'est pas seulement une religion, c'est un tout, un code de bonne conduite en société et dans le privé, un code civil et pénal, une langue, celle des bédouins arabes,
Les peuples qui ont été soumis par les guerriers islamiques ont alors purement et simplement changé de civilisation.
padam
- 02/08/2016 - 17:53
"Occidento delenda est": NON!
Face à la clarté limpide de monsieur Brague (en qqs phrases simples, tout est dit), on peut regretter une certaine confusion dans l'exposé de monsieur d'Irbarne. Quoi qu'il en soit, et de quelques façons qu'on aborde la question, la conclusion qui s'impose à l'évidence est que l'islam est incompatible avec la culture occidentale et les lois qui régissent depuis Athènes et Rome les sociétés occidentales, entre temps christianisées. Ce fut la grande chance de l'Europe, puis des divers Etats qui en sont issus de par le monde. Ne cédons pas pas aux imprécations des Valls and co, de tous les dhimmis de tous poils, mais défendons sans la moindre concession cet héritage sacré. Ce devrait être d'ailleurs la préoccupation majeure d'une UE digne de ce nom...
D'AMATO
- 02/08/2016 - 17:10
Ce pauvre Monsieur Valls...
....qui dans tous les domaine additionne faute sur faute... et manque de perspicacité sur incompréhension..... Pauvre France avec ces apprentis sorciers!!!!....Aucune sensibilité, aucune perception....Uniquement de la verve, doublée d'une bonne dose de fausse assurance....