En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

07.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

01.

L'Etat cherche de l'argent

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 10 heures 41 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 13 heures 22 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 15 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 16 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 16 heures 49 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 17 heures 48 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 44 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 19 heures 58 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 20 heures 30 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 21 heures 3 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 13 heures 3 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 14 heures 8 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 15 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 16 heures 40 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 17 heures 2 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 18 heures 13 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 20 heures 50 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 21 heures 36 min
© REUTERS/Pascal Rossignol
© REUTERS/Pascal Rossignol
Barbe-Noire

Surpêche : qui sont les nouveaux pirates des mers ?

Publié le 07 août 2016
De nombreux pays pauvres sont victimes de pêches illégales ou de surpêche de la part de grandes puissances de pêches. Ces dernières, en partie des pays du nord, exploitent des ressources auxquelles les pays côtiers ne peuvent pas ou plus accéder, faute de contrôle suffisant ou de populations de poissons devenues insuffisantes.
Frédéric Le Manach est directeur scientifique de l'association Bloom, qui oeuvre pour le bien commun en mettant en œuvre un pacte durable entre l’homme et la mer.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Le Manach
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Le Manach est directeur scientifique de l'association Bloom, qui oeuvre pour le bien commun en mettant en œuvre un pacte durable entre l’homme et la mer.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nombreux pays pauvres sont victimes de pêches illégales ou de surpêche de la part de grandes puissances de pêches. Ces dernières, en partie des pays du nord, exploitent des ressources auxquelles les pays côtiers ne peuvent pas ou plus accéder, faute de contrôle suffisant ou de populations de poissons devenues insuffisantes.

Atlantico : Qui organise ces réseaux de pêche intensive ? Quel est l’impact écologique et humain de cette surpêche sur dans cette zone géographique ?

Frédéric Le Manach : Le problème de la surpêche est assez global. Il n’y a pas que le large de la Guinée qui est touché, mais la Guinée et l’Afrique de l’est sont des zones ou ces problèmes de surpêche sont fréquents. On parle beaucoup de la Chine comme un des acteurs de cette surpêche, mais elle n’est pas la seule à la pratiquer. Il y a aussi beaucoup de pays européens, la Russie, ainsi que des pays asiatique comme la Corée, le Japon ou Taiwan. Il y a bien un impact environnemental car cela fragilise grandement l’écosystème et la population de poissons, et vu que ces populations servent à nourrir les populations côtières, il y a un problème de sécurité alimentaire. C’est ce dernier point qui soulève un problème humain et social. Les populations subsaharienne ou de la ceinture équatoriale, beaucoup plus pauvre que celles d’Europe ou des pays du nord, dépendent grandement de ces ressources.

Comment se prémunir d'effets irréversibles pour l’écosystème marin dans ces zones où la pêche est une activité vivrière essentielle ?

Pour se prémunir de ces impacts négatifs, il n'y a pas 36 solutions. Il s'agit de doter les pays victimes de surpêche, généralement pauvres, de moyens de surveillance efficaces, pour s'assurer que les bateaux européens ne fassent pas ce que bon leur semble. C'est le cas depuis une dizaine d'année, avec la mise en place d'un réseau de surveillance par satellite. Les bateaux qui pêchent de l'étranger doivent être équipés d'une balise pour les localiser.

En fonction de leur vitesse et de leur direction, on peut savoir s'ils sont en train de pêcher. La première mesure à prendre, c'est de savoir où sont les bateaux. Dans le cas de la Somalie, si ces pays pouvaient savoir où sont les bateaux qui pénètrent leurs eaux, ce seraient déjà un premier pas vers un meilleur contrôle, mais cela ne suffit pas. Il y a également des programmes d'observateurs, qui sont à bord d'environ 10% des bateaux européens pour observer les activités de pêche, les espèces capturées, les engins de pêche utilisés ou les zones exploitées. Tous ces éléments vont permettre de voir si l'exploitation qui est faite respecte les règles ou non. Mais ces observations ne concernent pas les bateaux chinois. Les Chinois n'en n'ont pas à bord de leurs bateaux . Le manque de moyens criant des pays africains les empêche de savoir ce qui se passe dans leurs eaux, et c'est ce qu'il faut régler en priorité. Donc, est-ce que ça doit être résolu avec des moyens humains, des moyens technologiques comme des caméras placées à l'avant des bateaux qui permettent aux citoyens et aux autorités de voir en streaming les activités de ces bateaux ou des drones ?

Ces moyens seraient beaucoup moins chers qu'un moyen humain. Plein d'options existent comme la surveillance par satellite ou par drones. Par exemple, le projet - Eyes on the sea – est un programme envisagé se servant des données satellites pour voir si il y a des activités de pêche locales dans des aires marines protégées. Il pourrait être généralisé pour encadrer les différents pays. C'est efficace car quand on connaît la direction et la vitesse d'un bateau, on peut savoir si il pêche ou non. Les bateaux en transit ont une signature différente des bateaux en train de pêcher. Dans le cadre de la pêche européenne en Afrique, les observateurs sont souvent à la charge du pays. Cela suppose pour les pays africains des coûts importants. Un programme – OCUT – vient d'être mis en place : un partenariat entre l'industrie, les secteurs scientifiques et les différents pays de l'océan indien pour permettre de créer un programme d'observateurs régionaux pour diminuer les coûts de ces observateurs et d'en former de manière assez homogène. Avec un observateur humain, beaucoup de problèmes se posent. C'est-à-dire qu'il peut être corrompu, ce qui n'est pas le cas de la technologie. Les observateurs ne peuvent également pas être partout, car sur un bateau de 90m de long en moyenne, ils peuvent être appelés à un autre endroit. Je dirais que l'humain et la technologie sont complémentaires pour lutter contre la surpêche, c'est-à-dire qu'un observateur dans un bureau peut très bien se servir des données recueillies par une caméra à l'avant du bateau pour les analyser, voir quels poissons sont ramenés à bord et si les algorithmes informatiques décèlent des activités illégales. Cela permet également de couvrir beaucoup plus de terrain grâce aux relevés satellitaires, chose qui est impossible avec des observateurs présents sur un bateau, car on ne peut pas en placer un sur chaque bateau. Et un observateur dans un bureau sera bien moins cher qu'un autre qui serait présent sur un bateau pendant 3 mois.

Quelles sont les autres zones maritimes dans le monde où l'on retrouve ce type de conflits ? Les Chinois sont-ils les seuls coupables ? N'y a-t-il pas un sommet pour éviter une trop grande prédation ?

Il n'y a pas énormément de pays développés qui font ce que l'on appelle de la pêche distante. Parmi ces pays-là, il y a la Chine qui a fortement développé ce type de pêche dans les années 90 et qui est vraiment devenue une superpuissance mondiale dans ce domaine.

Un rapport européen commandé en 2013 a permis de montrer que les bateaux chinois se trouvaient un peu partout sur le globe, même en Antarctique. Ils ont un fonctionnement un peu différent des Européens ou des Américains. La Russie est également une énorme puissance de pêche étrangère, mais extrêmement opaque, qui pêche des petits poissons en Afrique de l'ouest pour alimenter les filières d'aquaculture ou les exploitations de porcs et de poulets. On ne sait pas grand-chose de leurs activités de pêche, surtout au niveau du respect des droits de l'homme et de la biodiversité marine. Ce que l'on sait c'est qu'ils possèdent des énormes bateaux.

Les Européens sont très présents en Afrique de l'ouest et pèchent énormément au travers d'accords de pêche ou d'accords économiques qui sont signés entre la commission européenne et les pays africains, ou alors, dans les pays qui n'ont pas signé ces accords, il y a des contrats qui se négocient directement. Les Etats-Unis pêchent énormément dans l'océan indien et dans le pacifique.

Les pays d'Afrique de l'ouest sont vraiment l'épicentre du conflit entre pêche local et pêche étrangère. La Somalie, qui se situe à l'est de l'Afrique est une zone très importante pour le thon, ce qui a mené à beaucoup de pêche illégale dans les années 80/90. Ces activités sont en partie responsables de la montée de la piraterie dans les années 2000. La pêche illégale ou la surpêche est également très présente dans l'océan indien.

Ce genre de conflits entre surpêche et pêche traditionnelle est-il inéluctable ? Quelles sont les mesures les plus importantes à appliquer aujourd'hui ?

Il est inéluctable dans le modèle de la pêche actuelle. Il y a eu une surexploitation chronique et très rapide de nos ressources dans nos eaux après l'industrialisation de l'économie. L'Europe a financée la création de bateaux de pêches surpuissants à la fin de la seconde guerre mondiale, capables de pêcher des quantités énormes de poissons et les stocks se sont complètement effondrés.

Soit on pouvait réduire notre effort de pêche et la puissance des bateaux pour laisser à la population de poissons le temps de se reconstituer puis mener une exploitation plus mesurée pour avoir une exploitation plus durable. Soit on pouvait envoyer nos gros bateaux vers d'autres zones où la pêche industrielle n'était pas présente pour continuer à alimenter notre consommation de poisson. C'est ce dernier choix qui a été fait. C'est pour cela qu'il y a un conflit entre pêche locale et pêche étrangère car les deux ciblent les mêmes ressources, en particulier les espèces présentes sur les côtes.

Le contre-exemple est le thon exotique, qui est présent très au large et qui ne peut pas être exploité par les pêcheurs artisanaux, n'ayant pas les ressources nécessaires.

D'un point de vue européen, cette surpêche pourrait être évitée si on arrivait à reconstituer nos stocks. Nous avons appliqué des mesures qui donnent de l'espace à notre population de poissons et on voit un petit rebond. Les stocks se reforment lentement mais sûrement. Et à terme, on n'aura plus besoin d'aller les exploiter ailleurs. La solution ne viendra pas des pays d'Afrique, mais plutôt des pays comme l'Amérique du nord, l'Europe ou l'Asie. Comme je l'ai dit, un meilleur contrôle de pêche des pays africains ou de meilleurs partenariats pourraient permettre de diminuer la pêche illégale, en particulier si les Africains ne peuvent pas avoir accès à leurs populations de pêches. Il serait aussi très efficace de faire en sorte que les bateaux dont les activités illégales sont avérées ne soient plus assurés. C’est une aberration...

Propos recueillis par Thomas Gorriz

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

07.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

01.

L'Etat cherche de l'argent

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 07/08/2016 - 14:35
Oui à la confiscation de l'assurance, pour les sur-pêcheurs!
Excellente idée!