En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

03.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

06.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

07.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 14 heures 15 min
pépites > International
Coronavirus
La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"
il y a 15 heures 51 min
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 19 heures 55 sec
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

il y a 21 heures 28 sec
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 21 heures 48 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 23 heures 17 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 1 jour 8 heures
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 1 jour 9 heures
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 1 jour 11 heures
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 15 heures 1 min
pépite vidéo > International
Immigration
Après la mort de 33 de ses soldats en Syrie, la Turquie décide de ne plus bloquer les migrants à sa frontière
il y a 17 heures 18 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 20 heures 44 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 21 heures 11 min
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 22 heures 15 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 23 heures 42 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 1 jour 10 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 1 jour 14 heures
© REUTERS/Pascal Rossignol
© REUTERS/Pascal Rossignol
Barbe-Noire

Surpêche : qui sont les nouveaux pirates des mers ?

Publié le 07 août 2016
De nombreux pays pauvres sont victimes de pêches illégales ou de surpêche de la part de grandes puissances de pêches. Ces dernières, en partie des pays du nord, exploitent des ressources auxquelles les pays côtiers ne peuvent pas ou plus accéder, faute de contrôle suffisant ou de populations de poissons devenues insuffisantes.
Frédéric Le Manach est directeur scientifique de l'association Bloom, qui oeuvre pour le bien commun en mettant en œuvre un pacte durable entre l’homme et la mer.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Le Manach
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Le Manach est directeur scientifique de l'association Bloom, qui oeuvre pour le bien commun en mettant en œuvre un pacte durable entre l’homme et la mer.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nombreux pays pauvres sont victimes de pêches illégales ou de surpêche de la part de grandes puissances de pêches. Ces dernières, en partie des pays du nord, exploitent des ressources auxquelles les pays côtiers ne peuvent pas ou plus accéder, faute de contrôle suffisant ou de populations de poissons devenues insuffisantes.

Atlantico : Qui organise ces réseaux de pêche intensive ? Quel est l’impact écologique et humain de cette surpêche sur dans cette zone géographique ?

Frédéric Le Manach : Le problème de la surpêche est assez global. Il n’y a pas que le large de la Guinée qui est touché, mais la Guinée et l’Afrique de l’est sont des zones ou ces problèmes de surpêche sont fréquents. On parle beaucoup de la Chine comme un des acteurs de cette surpêche, mais elle n’est pas la seule à la pratiquer. Il y a aussi beaucoup de pays européens, la Russie, ainsi que des pays asiatique comme la Corée, le Japon ou Taiwan. Il y a bien un impact environnemental car cela fragilise grandement l’écosystème et la population de poissons, et vu que ces populations servent à nourrir les populations côtières, il y a un problème de sécurité alimentaire. C’est ce dernier point qui soulève un problème humain et social. Les populations subsaharienne ou de la ceinture équatoriale, beaucoup plus pauvre que celles d’Europe ou des pays du nord, dépendent grandement de ces ressources.

Comment se prémunir d'effets irréversibles pour l’écosystème marin dans ces zones où la pêche est une activité vivrière essentielle ?

Pour se prémunir de ces impacts négatifs, il n'y a pas 36 solutions. Il s'agit de doter les pays victimes de surpêche, généralement pauvres, de moyens de surveillance efficaces, pour s'assurer que les bateaux européens ne fassent pas ce que bon leur semble. C'est le cas depuis une dizaine d'année, avec la mise en place d'un réseau de surveillance par satellite. Les bateaux qui pêchent de l'étranger doivent être équipés d'une balise pour les localiser.

En fonction de leur vitesse et de leur direction, on peut savoir s'ils sont en train de pêcher. La première mesure à prendre, c'est de savoir où sont les bateaux. Dans le cas de la Somalie, si ces pays pouvaient savoir où sont les bateaux qui pénètrent leurs eaux, ce seraient déjà un premier pas vers un meilleur contrôle, mais cela ne suffit pas. Il y a également des programmes d'observateurs, qui sont à bord d'environ 10% des bateaux européens pour observer les activités de pêche, les espèces capturées, les engins de pêche utilisés ou les zones exploitées. Tous ces éléments vont permettre de voir si l'exploitation qui est faite respecte les règles ou non. Mais ces observations ne concernent pas les bateaux chinois. Les Chinois n'en n'ont pas à bord de leurs bateaux . Le manque de moyens criant des pays africains les empêche de savoir ce qui se passe dans leurs eaux, et c'est ce qu'il faut régler en priorité. Donc, est-ce que ça doit être résolu avec des moyens humains, des moyens technologiques comme des caméras placées à l'avant des bateaux qui permettent aux citoyens et aux autorités de voir en streaming les activités de ces bateaux ou des drones ?

Ces moyens seraient beaucoup moins chers qu'un moyen humain. Plein d'options existent comme la surveillance par satellite ou par drones. Par exemple, le projet - Eyes on the sea – est un programme envisagé se servant des données satellites pour voir si il y a des activités de pêche locales dans des aires marines protégées. Il pourrait être généralisé pour encadrer les différents pays. C'est efficace car quand on connaît la direction et la vitesse d'un bateau, on peut savoir si il pêche ou non. Les bateaux en transit ont une signature différente des bateaux en train de pêcher. Dans le cadre de la pêche européenne en Afrique, les observateurs sont souvent à la charge du pays. Cela suppose pour les pays africains des coûts importants. Un programme – OCUT – vient d'être mis en place : un partenariat entre l'industrie, les secteurs scientifiques et les différents pays de l'océan indien pour permettre de créer un programme d'observateurs régionaux pour diminuer les coûts de ces observateurs et d'en former de manière assez homogène. Avec un observateur humain, beaucoup de problèmes se posent. C'est-à-dire qu'il peut être corrompu, ce qui n'est pas le cas de la technologie. Les observateurs ne peuvent également pas être partout, car sur un bateau de 90m de long en moyenne, ils peuvent être appelés à un autre endroit. Je dirais que l'humain et la technologie sont complémentaires pour lutter contre la surpêche, c'est-à-dire qu'un observateur dans un bureau peut très bien se servir des données recueillies par une caméra à l'avant du bateau pour les analyser, voir quels poissons sont ramenés à bord et si les algorithmes informatiques décèlent des activités illégales. Cela permet également de couvrir beaucoup plus de terrain grâce aux relevés satellitaires, chose qui est impossible avec des observateurs présents sur un bateau, car on ne peut pas en placer un sur chaque bateau. Et un observateur dans un bureau sera bien moins cher qu'un autre qui serait présent sur un bateau pendant 3 mois.

Quelles sont les autres zones maritimes dans le monde où l'on retrouve ce type de conflits ? Les Chinois sont-ils les seuls coupables ? N'y a-t-il pas un sommet pour éviter une trop grande prédation ?

Il n'y a pas énormément de pays développés qui font ce que l'on appelle de la pêche distante. Parmi ces pays-là, il y a la Chine qui a fortement développé ce type de pêche dans les années 90 et qui est vraiment devenue une superpuissance mondiale dans ce domaine.

Un rapport européen commandé en 2013 a permis de montrer que les bateaux chinois se trouvaient un peu partout sur le globe, même en Antarctique. Ils ont un fonctionnement un peu différent des Européens ou des Américains. La Russie est également une énorme puissance de pêche étrangère, mais extrêmement opaque, qui pêche des petits poissons en Afrique de l'ouest pour alimenter les filières d'aquaculture ou les exploitations de porcs et de poulets. On ne sait pas grand-chose de leurs activités de pêche, surtout au niveau du respect des droits de l'homme et de la biodiversité marine. Ce que l'on sait c'est qu'ils possèdent des énormes bateaux.

Les Européens sont très présents en Afrique de l'ouest et pèchent énormément au travers d'accords de pêche ou d'accords économiques qui sont signés entre la commission européenne et les pays africains, ou alors, dans les pays qui n'ont pas signé ces accords, il y a des contrats qui se négocient directement. Les Etats-Unis pêchent énormément dans l'océan indien et dans le pacifique.

Les pays d'Afrique de l'ouest sont vraiment l'épicentre du conflit entre pêche local et pêche étrangère. La Somalie, qui se situe à l'est de l'Afrique est une zone très importante pour le thon, ce qui a mené à beaucoup de pêche illégale dans les années 80/90. Ces activités sont en partie responsables de la montée de la piraterie dans les années 2000. La pêche illégale ou la surpêche est également très présente dans l'océan indien.

Ce genre de conflits entre surpêche et pêche traditionnelle est-il inéluctable ? Quelles sont les mesures les plus importantes à appliquer aujourd'hui ?

Il est inéluctable dans le modèle de la pêche actuelle. Il y a eu une surexploitation chronique et très rapide de nos ressources dans nos eaux après l'industrialisation de l'économie. L'Europe a financée la création de bateaux de pêches surpuissants à la fin de la seconde guerre mondiale, capables de pêcher des quantités énormes de poissons et les stocks se sont complètement effondrés.

Soit on pouvait réduire notre effort de pêche et la puissance des bateaux pour laisser à la population de poissons le temps de se reconstituer puis mener une exploitation plus mesurée pour avoir une exploitation plus durable. Soit on pouvait envoyer nos gros bateaux vers d'autres zones où la pêche industrielle n'était pas présente pour continuer à alimenter notre consommation de poisson. C'est ce dernier choix qui a été fait. C'est pour cela qu'il y a un conflit entre pêche locale et pêche étrangère car les deux ciblent les mêmes ressources, en particulier les espèces présentes sur les côtes.

Le contre-exemple est le thon exotique, qui est présent très au large et qui ne peut pas être exploité par les pêcheurs artisanaux, n'ayant pas les ressources nécessaires.

D'un point de vue européen, cette surpêche pourrait être évitée si on arrivait à reconstituer nos stocks. Nous avons appliqué des mesures qui donnent de l'espace à notre population de poissons et on voit un petit rebond. Les stocks se reforment lentement mais sûrement. Et à terme, on n'aura plus besoin d'aller les exploiter ailleurs. La solution ne viendra pas des pays d'Afrique, mais plutôt des pays comme l'Amérique du nord, l'Europe ou l'Asie. Comme je l'ai dit, un meilleur contrôle de pêche des pays africains ou de meilleurs partenariats pourraient permettre de diminuer la pêche illégale, en particulier si les Africains ne peuvent pas avoir accès à leurs populations de pêches. Il serait aussi très efficace de faire en sorte que les bateaux dont les activités illégales sont avérées ne soient plus assurés. C’est une aberration...

Propos recueillis par Thomas Gorriz

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

03.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

06.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

07.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 07/08/2016 - 14:35
Oui à la confiscation de l'assurance, pour les sur-pêcheurs!
Excellente idée!