En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 20 min 49 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 54 min 18 sec
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 3 heures 4 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 3 heures 49 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 5 heures 18 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 5 heures 50 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 6 heures 57 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 7 heures 21 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 7 heures 50 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 7 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 40 min 14 sec
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 1 heure 36 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 3 heures 37 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 5 heures 7 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 5 heures 19 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 6 heures 52 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 7 heures 8 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 7 heures 28 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 8 heures 9 min
© Reuters
© Reuters
En péril ?

Dérapages en vue à l'Est : l'Europe saura-t-elle garantir le respect de la démocratie dans tous ses Etats membres ?

Publié le 31 juillet 2016
La Commission européenne a engagé un procédure contre Varsovie au sujet du respect de l'Etat de droit. En effet, les actions du nouveau gouvernement polonais dirigé par Jaroslaw Kaczynski ont fragilisé les contre-pouvoirs. Or il n’est pas certain qu’une pression extérieure dissuade la Pologne de tordre le bras aux valeurs européennes : l’UE doit également être capable de montrer que les valeurs qu’elle défend sont également celles de ses citoyens.
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Michael Begorre Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michael Begorre Bret est un économiste basé à Paris et à Budapest, mathématicien et statisticien. Ancien expert de l'OCDE et de l'Institute for Fiscal Studies, il a dirigé le département recherche thématique de la banque d'investissement AXA...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Commission européenne a engagé un procédure contre Varsovie au sujet du respect de l'Etat de droit. En effet, les actions du nouveau gouvernement polonais dirigé par Jaroslaw Kaczynski ont fragilisé les contre-pouvoirs. Or il n’est pas certain qu’une pression extérieure dissuade la Pologne de tordre le bras aux valeurs européennes : l’UE doit également être capable de montrer que les valeurs qu’elle défend sont également celles de ses citoyens.

Atlantico : Ce mercredi 27 juillet, la Commission européenne a donné trois mois à Varsovie pour revoir le fonctionnement de son tribunal constitutionnel. Dans quelle mesure l'Etat de droit a-t-il été dégradé en Pologne depuis l'arrivée au pouvoir du chef du parti conservateur, Jaroslaw Kaczynski ?

Cyrille Bret : La Pologne est traditionnellement très pro-européenne mais sourcilleuse en ce qui concerne le respect de sa souveraineté par les institutions de l’Union européenne. En réalisant cette démarche à l’égard des pouvoirs publics polonais, l’Union européenne souhaite éviter les erreurs commises lors du passage du FPÖ au gouvernement en Autriche au début des années 2000 : la Commission émet un avis, et le Parlement européen une résolution pour alerter la société civile, l’administration et la classe politique polonaises. Les Polonais sont aujourd’hui très présents à Bruxelles : c’est aussi un message des Polonais de l’extérieur aux Polonais restés au pays.

Florent Parmentier : La Commission européenne est dans son rôle lorsqu’elle veille au respect des valeurs fondamentales, parmi lesquelles se trouve le respect de l’Etat de droit, qui permet la défense des Droits de l’homme autant que la responsabilité gouvernementale. Sans l’Etat de droit, un régime pluraliste, dans lequel des partis peuvent se présenter au suffrage universel, ne saurait être au mieux qu’une démocratie illibérale.

Il est certain que le nouveau gouvernement polonais a mauvaise presse, du fait de ses actions qui fragilisent les contre-pouvoirs ; le PiS rappelle à qui veut l’entendre que sa légitimité démocratique doit l’affranchir de certaines règles. Le suffrage électoral et le soutien d’une partie importante de la population permet à des autorités élues de dénoncer les injonctions européennes comme des injonctions étrangères, et non comme des rappels aux engagements internationaux.

Dans ce contexte, s’il est vrai que la Pologne ne deviendra pas un régime autoritaire du jour au lendemain, les autorités polonaises ont toutefois joué avec les règles, et non plus selon les règles, en ce qui concerne l’Etat de droit. Longtemps, les populations centre-européennes ont considéré que l’Europe leur permettait de vivre à l’abri de tentatives autoritaires nationales. Aujourd’hui, une partie des opinions publiques européennes s’est persuadée que le contrôle qu’exercent les institutions européennes constitue un problème démocratique et de souveraineté. 

Michael Begorre Bret : On assiste depuis la fin 2015 à un véritable bras de fer politico-juridique en Pologne. Ce n'est pas un simple dialogue de sourds mais bien un affrontement entre les plus hautes institutions du pays : d’un côté, le tribunal constitutionnel et, de l’autre côté, le gouvernement de Beata Szydło et le Parlement. C’est un affrontement entre les pouvoirs judiciaire d’un côté et politique de l’autre (exécutif et législatif). Quoi qu'on pense de la légitimité de chaque position, l'Etat de droit souffre car la plus haute juridiction du pays ne peut tout simplement pas fonctionner : sa marche est paralysée. Le Parlement a, quant à lui, réalisé deux réformes institutionnelles d’ampleur en six mois ce qui diminue largement le temps qu'il peut passer à la rédaction de réformes moins médiatiques mais dont le pays a grandement besoin. Et le gouvernement construit son capital politique en rassemblant le plus grand nombre possible de corps intermédiaires pour s'indigner officiellement contre les déclarations allemandes, et en s’affichant contre les positions de l’Union européenne. On appréciera particulièrement l’interview de Jaroslav Kaczynski dans Bild déclarant que l'Union crée des problèmes là où il n'y en a pas. Effectivement, le pays a peu de difficultés économiques : la Pologne s’est placée en tête de l’Union européenne par le taux de croissance en 2015 (2,2%). Mais il a des problèmes politiques lourds à résoudre notamment pour l’équilibre de développement entre régions.

 

Ces atteintes à la démocratie sont-elles comparables à celles observées au sein de la Hongrie de Viktor Orban ? Sinon, dans quelle mesure se distinguent-elles ?

Cyrille Bret : Viktor Orban en Hongrie, le PiS en Pologne, Fico en Slovaquie aujourd’hui, et le FPÖ de Norbert Hofer peut-être demain en Autriche, poursuivent tous le même but : garder certaines formes de la démocratie (notamment la tenue régulière d’élection) et réduire les garanties accordées aux minorités, qu’elles soient politiques, sociales, ethniques, linguistiques ou encore médiatiques. La "démocratie" illibérale souhaite infléchir le paradigme bruxellois.

Michael Begorre Bret : Dans leur esprit, les démarches sont très proches puisque l'objectif clairement affiché est de changer l'équilibre des institutions en faveur de l'exécutif, et de limiter les contre-pouvoirs. Dans leur habillage politique également puisque le débat politique vise à présenter les alternatives comme le parti de la fierté nationale contre le parti de l’étranger, plutôt que comme deux visions de l'organisation des pouvoirs. Cependant, le détail de la mise en œuvre est assez différent puisque le gouvernement polonais de PiS (Droit et Justice) a d'abord choisi l'affrontement direct : il a annulé dès le 2 décembre l'élection de cinq juges constitutionnels alors qu’il s’avérait que seule la nomination de deux juges posait problème. Puis il a passé une première réforme constitutionnelle limitant le pouvoir et retardant le travail du Tribunal constitutionnel. Il a ensuite refusé de publier un arrêt du tribunal concluant à l’inconstitutionnalité de la réforme qu’il avait fait voter. Le gouvernement hongrois a choisi quant à lui une tactique de plus longue haleine, en réduisant progressivement les différents contrepouvoirs et en renouvelant les responsables en parallèle, sur une longue durée.

Florent Parmentier : Viktor Orban a en effet été le champion de la "démocratie illibérale", avant même la Pologne, cumulant respect des élections et déclin de l’Etat de droit. Derrière, ce sont également la Slovaquie et la Croatie qui menacent de suivre très étroitement ces exemples.

Attention toutefois, il n’y aurait pas d’un côté une Europe qui s’enfoncera dans un déclin démocratique, sabordant l’Etat de droit, et de l’autre une Europe des valeurs. La lutte contre le terrorisme, l’Etat d’urgence, l’affaiblissement de l’indépendance des médias, l’empiètement sur les libertés et les données privées ne sont pas l’apanage des Etats centre-européens.

Les dérives actuellement observées en Pologne sont comparables à celles de la Hongrie, mais il faut bien prendre garde à ne pas en exagérer l’ampleur ; Varsovie n’est pas Minsk. Il existe de nombreuses forces qui s’indignent de la régression et qui se manifesteront ultérieurement. 

De quels moyens l'Europe dispose-t-elle pour exercer une pression sur ces pays ? Est-ce efficace ? Quel est le risque que des sanctions européennes radicalisent davantage les positions de Viktor Orban et de Jaroslaw Kaczynski sur un certain nombre de sujets comme l'accueil des réfugiés ? Comment faire alors pour que les principes démocratiques et l'Etat de droit soient respectés ? 

Michael Begorre Bret : Il est certain que le mode actuel de pression, par voie de résolution du Parlement européen et de demandes de la Commission, n’est pas suffisant pour faire bouger le gouvernement du PiS, au contraire : une nouvelle réforme constitutionnelle passée le 22 juillet a modifié certains points marginaux qui avaient été pointés par l’Union. Non seulement elle n’a pas changé le coeur de la première réforme, mais elle est aussi allée plus loin en rendant encore plus long le travail du Tribunal constitutionnel et en changeant le statut du ministère public. La démarche du Parlement européen est censée être le premier pas vers ce qui pourrait être une suspension du droit de vote de la Pologne dans l’Union, mais la menace est totalement dénuée de crédibilité puisqu’il faudrait l’unanimité des autres membres de l’Union. On voit mal la Hongrie ou même d’autres pays y prêter la main. Le budget de l’Union est un levier potentiellement puissant. Mais croire que des réactions externes malvenues radicaliseraient les positions de PiS ou du Fidesz est fantaisiste. La ligne de ces partis est fixée en fonction de l’opinion publique intérieure et d’une conception du pouvoir bien précise. Il faut distinguer des réactions opportunistes à des réactions internationales et un mouvement de fond qui s’en soucie peu.

Florent Parmentier : La question est effectivement de savoir si la Commission européenne peut effectuer une pression efficace pour contraindre un gouvernement déjà à l’intérieur de l’Union européenne à respecter ses engagements internationaux ; elle dispose évidemment de davantage de leviers quand un pays est candidat.

Il n’est pas certain cependant qu’une pression extérieure suffise à dissuader les Etats concernés de tordre le bras aux valeurs européennes : l’UE doit également être capable de montrer que les valeurs qu’elle défend ne sont pas seulement les siennes, mais celles de citoyens. Elle ne peut pas faire l’économie d’une plus grande implication du Parlement européen.

La radicalisation des positions de Viktor Orban et de Jaroslaw Kaczynski n’aura pas lieu sur la question des migrants (leur position étant déjà très tranchée), mais sans doute plutôt sur le débat institutionnel : le groupe de Visegrad entend mettre en avant le concept d’Europe des nations, rejetant une trop grande influence de la Commission. Dans le même temps, cette position est inconfortable car une Europe où la Commission recule engendrerait également un recul du pouvoir des Etats de taille modeste.

Ainsi que je l’avais montré dans mon ouvrage Les chemins de l’Etat de droit (Presses de Sciences Po, 2014), la formation de l’Etat de droit est un processus du temps long et dépend souvent de l’alliance entre des organisations de la société civile, de groupes sociaux et de soutien de l’extérieur face à des autorités qui doivent accepter de limiter leur propre pouvoir. La démocratie illibérale pose donc un problème renouvelé et montre que les chemins de l’Etat de droit ne sont pas linéaires. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 01/08/2016 - 07:27
A vangog
Tout à fait ok avec vous, je connais bien la Pologne et suis passé par la Hongrie , je peux vous dire qu'il ne faut plus parler du communiste, le mot capitalisme n'est pas un gros mot, leur niveau de vie a explosé depuis la chute du mur, c'est bien pour ça qu'il se sont vite " accrochés" à l'OTAN et l'UE ayant peur de leurs puissant voisins . Seusl les retraités souffrent. Il faudrait en France une vraie droite, et c'est là que je fait pas confiance au FN. Pas une manif, contre les attentâts, il y a eu des paroles et encore tres mesurées et il tente d'avoir un vote musulman.
vangog
- 31/07/2016 - 22:07
Confondre les minorités lobbyistes avec des contre-pouvoirs...
voila qui est digne de sciences-pipologues! On n'assiste pas à la dérive de l'état de droit, mais à la dérive de ces corps intermédiaires, manipulés par des minorités lobbyistes. Et l'état de droit, en Pologne et en Hongrie, représentant la majorité, ne fait que tenter de contrôler cette dérive en s'y opposant...quoi de plus normal? On peut voir en France, un état faible, soumis à la dictature des minorités, partisans d'une justice hyper-laxiste, manipulateurs Trotskystes des médias, féministes hystériques, LGBT etc...et cette dérive dictatoriale est beaucoup plus préoccupante pour la démocratie que le sursaut salutaire des pays de l'Est ayant connu les dictatures socialistes d'avant-mur...
Anguerrand
- 31/07/2016 - 21:00
Le droit, mais lequel ?
Le droit polonais est il connu de ces deux loustiques ? Il n' est peut être
pas contre l'état de la Pologne et que ce soit les polonais, où les hongrois ils ont connus toutes les guerres, les envahisseurs, peut être n'ont il pas envi de se faire envahir par les musulmans. Bravo nous devrions faire pareil avec les musulmans, leur interdire l'entrée en France, rapatrier tous les illégaux, et les obliger à connaitre et s'adapter à NOS VALEURS.