En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

07.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 4 min 58 sec
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 51 min 4 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 1 heure 37 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 13 heures 30 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 19 heures 17 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 20 heures 51 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 21 heures 20 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 22 heures 12 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 22 heures 45 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 22 min 11 sec
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 1 heure 49 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 18 heures 33 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 19 heures 29 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 20 heures 45 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 21 heures 3 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 21 heures 51 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 22 heures 41 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 22 heures 58 min
Bonnes feuilles

Pourquoi Jésus n'est pas du tout le patriarche ou le macho qu'on veut faire de lui

Publié le 06 août 2016
Cet ouvrage propose une introduction aux études de genre et à leurs enjeux. Le genre suscite des renouvellements et pose des questions capitales. Ce livre le montre autour de trois thématiques : la compréhension des sociétés ; les identités corporelles ; la tradition chrétienne. Il permet donc de se situer dans de multiples controverses. La contribution des catholiques y a toute sa place. Extrait de "Penser avec le genre : Sociétés, corps, christianisme", de Hervé Legrand et Yann Raison Du Cleuziou, éditions Lethielleux 1/2
Hervé Legrand, ecclésiologue et oecuméniste, Professeur émérite à l'Institut Catholique de Paris, vice-président de Confrontations et de l'Académie internationale des sciences religieuses. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yann Raison Du Cleuziou, politiste, Maître de conférences à l'Université de Bordeaux, chercheur au Centre Émile Durkheim.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Legrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Legrand, ecclésiologue et oecuméniste, Professeur émérite à l'Institut Catholique de Paris, vice-président de Confrontations et de l'Académie internationale des sciences religieuses. 
Voir la bio
Yann Raison Du Cleuziou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yann Raison Du Cleuziou, politiste, Maître de conférences à l'Université de Bordeaux, chercheur au Centre Émile Durkheim.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cet ouvrage propose une introduction aux études de genre et à leurs enjeux. Le genre suscite des renouvellements et pose des questions capitales. Ce livre le montre autour de trois thématiques : la compréhension des sociétés ; les identités corporelles ; la tradition chrétienne. Il permet donc de se situer dans de multiples controverses. La contribution des catholiques y a toute sa place. Extrait de "Penser avec le genre : Sociétés, corps, christianisme", de Hervé Legrand et Yann Raison Du Cleuziou, éditions Lethielleux 1/2

De façon très originale, Jésus a sapé le patriarcalisme et est resté étranger à tout androcentrisme

Jésus a refusé le patriarcalisme de son milieu juif

Dans la société juive très patriarcale, la femme avait un statut juridique de mineure perpétuelle, soumise à son père puis à son mari, dans un modèle familial admettant la polygamie et la répudiation (Dt 24,1-4): « Si elle ne marche pas au doigt et à l’œil, sépare toi d’elle et renvoie-là », lit-on dans Si 25, 26. Son statut économique est très précaire: veuve, elle n’hérite pas de son mari (Nb 27, 8 sv), d’où la loi du lévirat qui en fait l’épouse de son beau-frère, si elle n’a pas de fils; statut qui se dévoile par les recommandations insistantes d’aider les veuves, à l’instar des orphelins et des étrangers. Certes Judith, Esther et Suzanne sont de grandes héroïnes féminines, mais ce sont des personnages de conte qui ne corrigent pas le rude patriarcat que Jésus récusera en actes et en paroles.

Jésus entre ainsi en conflit sérieux avec sa famille qui l’accuse d’être hors de sens (Mc 3, 21), ce qui l’amène à récuser les liens du sang quand sa parenté vient le chercher: «Qui est ma mère, et qui sont mes frères? Quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi, frère, sœur et mère» (Mc 3, 31-35). Pour le suivre, il faut quitter «maison, femme, frères, parents, enfants» (Lc 18, 29-30 et par. ; Mt 19, 27-29; Lc 18, 28-30). Il dit lui-même être venu apporter la division «père contre fils, fille contre mère, bru contre belle-mère» (Mt 19, 34-36; Lc 15, 51-53). Celui que Jésus appelle à le suivre ne doit pas dire au revoir à son père (Lc 9, 61), ni même enterrer son père mort (Mt 8, 21-22 ; Lc 9, 50-60). Peux-ton récuser plus nettement le patriarcalisme ?

Jésus reste étranger à l’androcentrisme de l’Ancien Testament

La Bible est toujours écrite du point de vue des hommes, même en ses textes les plus favorables comme en Gn 2, 18, où Dieu dit «Il n’est pas bon pour l’homme d’être seul. Je veux lui faire une aide qui lui soit accordée». Adam est ici un terme générique. Il ne peut exister en solitaire. Quand il acquiert un nom propre, il a besoin d’une aide (ézer); ce sera Ève, heureusement déclarée être son vis-à-vis (kenègedô). De même n’est-il pas dépréciatif pour Ève d’être issue de la côte d’Adam: cela souligne son identité avec lui, car elle vient de sa chair. Pourtant quand l’histoire se termine, le vis-à-vis se dégradera en soumission: «Tu seras soumise à ton mari» dit Dieu en punissant Ève pour sa transgression plus fortement qu’Adam. Seul le merveilleux Cantique des Cantiques chantera le vis-à-vis. Pour le reste, la Bible s’écrit au masculin, comme dans les écrits de Sagesse: «Qui a trouvé une femme a trouvé le bonheur; il a obtenu une faveur du Seigneur» (Pr 18, 22) ou Si 26, 1: «Femme bonne fait un mari heureux et double le nombre de ses jours (à lui!)». On insiste sur le fait qu’elle n’est pas toujours bonne (vv. 13-26 et au ch. 26, vv. 6-12), et on se tait sur l’ambivalence masculine. Et surtout on déclare que «La femme est à l’origine du péché, et c’est à cause d’elle que tous nous mourrons» (Si 25, 24).

De cet androcentrisme biblique, Jésus ne garde rien. Il ne renvoie jamais les femmes à la figure d’Ève: ce sont pour lui des « filles d’Abraham» (Lc 13, 16), tout comme les hommes. Très présentes dans son langage, il ne les identifie jamais à leur rôle conjugal ou maternel; dans le mariage, elles ont un statut égal à celui de l’homme, au point que les disciples s’exclament que, dans ce cas, «mieux vaut ne pas se marier» (Mt 19, 10). Il entre tout naturellement en contact avec les femmes, ce qu’un juif pieux s’interdisait: c’est ainsi qu’il ignore l’impureté légale de l’hémorroïsse, parle avec la Samaritaine, ce qui étonne les apôtres, et laisse une pécheresse lui essuyer les pieds de sa chevelure. Mieux, parmi les disciples qui le suivent, il y a des femmes dont les noms ont été conservés; certaines se voient confier, avant les apôtres, l’annonce de sa Résurrection, alors que la société juive n’acceptait pas leur témoignage devant les tribunaux. Au plan du salut, rien ne distingue les femmes des hommes: pour elles comme pour eux, il s’agit d’écouter la parole de Dieu, de la garder et de suivre le Maître.

L’institution du groupe des Douze serait-elle l’unique occasion où Jésus aurait traité les femmes différemment des hommes? Pour les exégètes, cet acte symbolique a une tout autre signification: Jésus annonce ainsi qu’il vient rassembler les douze tribus jusqu’alors divisées. De plus, en attribuant à ces Douze le rôle de juges eschatologiques (“Ils siégeront sur les douze trônes”, Lc 22, 30), il entend souligner que le Jugement aura pour critère l’attitude prise par rapport à sa personne et à sa parole. Ce geste symbolique aurait perdu son sens si Jésus avait inclus dans le groupe une femme, ou un samaritain d’ailleurs… Jésus souligne certes sa liberté dans le choix des apôtres, mais croire que cette liberté avait pour objet leur appartenance au sexe masculin plutôt qu’au sexe féminin relève de l’imaginaire. Aucun évangéliste, aucun écrit du Nouveau Testament, n’attribue une telle motivation à Jésus.

Extrait de "Penser avec le genre : Sociétés, corps, christianisme", de Hervé Legrand et Yann Raison Du Cleuziou, publié aux éditions Lethielleux. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

07.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 07/08/2016 - 14:40
@ clint Je tente de juger avec neutralité
Je pense, en effet, que ce « retour en arrière » était une erreur, peut-être avec une arrière-pensée de se mieux concilier les Réformés. L'Église étant une organisation strictement humaine, j'ai noté un échec certain depuis le Concile. Je ne lis des paroles de Jésus que « En vérité, je vois le dis... » qui veut dire à mon sens qu'il est là pour changer l'ancienne mentalité de l'AT, voire l'abroger. Un vieil entêtement qui nous a valu des épisodes ridicules comme la réprobation d'un Galilée... En conséquence, je n'y vois pas le même dieu des deux côtés. Que les psaumes et autres sont bonnes prières et incantations, soit (il est difficile d'innover...) ; mais théologiquement on n'avance pas. J'ai pu connaître de vieux théologiens (depuis longtemps disparus) qui tenaient l'apôtre Paul comme le grand apôtre, l'apôtre du renouveau (l'apôtre des gentils), le premier à être sorti de la judéité, trop présente, trop prégnante. Je penche donc l'esprit d'un Marcion, injustement traité d'hérétique.
clint
- 07/08/2016 - 00:48
@jurions : Jésus n'existe que par l'ancien testament !
Vous ne devez pas fréquenter beaucoup l'église catholique car depuis Vatican 2 il y a au moins lecture d'un texte de l' AT. Ce n'est pas un reproche que je vous fais. Jésus a toujours dit qu'il n'était pas venu pour abroger la loi de Moïse mais pour l'accomplir. Certes les protestants peuvent donner l'impression de parfois préférer l' AT, mais n'oublions pas que dans les monastères on commence la journée par les Psaumes .
jurgio
- 06/08/2016 - 18:11
Une ambiguïté qu'on aime à entretenir
où s'engouffrent les prétendus athéistes. Trop facile de ne juger que sur des détails disparates. Il me semble que les catholiques considèrent aujourd'hui les livres de l'Ancien testament comme de simples récits symboliques et que leurs anecdotes ne servent plus que d'exemples, car ces livres sont très diversement riches. Le christianisme a, au départ, forcément été influencé par les traditions juives puisque tous les disciples d'un juif étaient juifs et instruits depuis l'enfance dans cette tradition. Mais je ne trouve rien dans le Credo actuel de l'Église et on n'entend pendant les offices que des lectures extraites du Nouveau testament. On confond catholicisme et protestantisme. Comme on confond aussi l'Ancien testament et la Torah.