En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 48 min 59 sec
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 3 heures 50 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 4 heures 41 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 7 heures 58 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 10 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 heures 19 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 11 heures 53 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 1 heure 13 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 4 heures 16 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 6 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 7 heures 44 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 8 heures 17 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 9 heures 42 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 10 heures 19 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 11 heures 15 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 12 heures 11 min
© Reuters
© Reuters
Ravages bobos

Le paradoxe de San Francisco : comment la ville la plus progressiste des États-Unis s’est vidée de sa population noire et ce que la France a à en apprendre

Publié le 28 juillet 2016
Ville progressiste par excellence, San Francisco est en train de voir sa population noire diminuer à vitesse grand V. Une situation qui s'explique entre autres par un phénomène de gentrification et de reconquête des centre-villes par les catégories les plus aisées, également visible en France.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ville progressiste par excellence, San Francisco est en train de voir sa population noire diminuer à vitesse grand V. Une situation qui s'explique entre autres par un phénomène de gentrification et de reconquête des centre-villes par les catégories les plus aisées, également visible en France.

Atlantico : La ville de San Francisco, ville symbole de la révolution numérique, gouvernée sans interruption par le Parti démocrate depuis 1964, a vu sa population noire fondre de 13% du total à 6% aujourdhui, soit 40 000 personnes. Comment expliquer un tel paradoxe, entre une ville considérée comme la plus progressiste des Etats-Unis, et une quasi disparition de sa population noire ? Ce phénomène de gentrification est-il purement américain ou s'agit-il d'une tendance globale ?

Laurent Chalard : Ce paradoxe n’est qu’apparent, étant une conséquence typique des phénomènes de gentrification, même si elle n’est pas universelle comme cela a pu être montré dans une récente étude concernant Philadelphie. En effet, la commune de San Francisco, ville-centre de 850 000 habitants d’une métropole comptant dix fois plus d’habitants en 2015, offre un cadre de vie particulièrement recherché par les cadres internationaux travaillant, entre autres, dans les hautes technologies, qui l’a rendu plus attractive que les autres communes de la métropole pour ces populations, à l’origine d’une forte augmentation des prix de l’immobilier. Il s’ensuit que les populations pauvres présentes à San Francisco depuis la Seconde Guerre Mondiale, soit une large partie de la population noire, sont contraintes de déménager vers des banlieues ou des villes périphériques moins aisées, aux prix de l’immobilier moins prohibitifs. Cependant, on constate une évolution spécifique à la communauté noire, qui est le départ aussi des populations les plus aisées, qui préfèrent vivre dans une commune à forte population noire plutôt que d’être isolés au milieu de populations différentes.

Le phénomène de gentrification des villes-centres n’est pas spécifiquement nord-américain, même s’il y prend aujourd’hui une ampleur plus importante qu’ailleurs, source de débats passionnés dans la presse, car les villes-centres avaient été largement délaissées par les populations les plus aisées au profit des périphéries pavillonnaires après la Seconde Guerre Mondiale. Ce phénomène se constate dans de nombreuses grandes métropoles des pays développés, où les anciens quartiers dégradés des villes-centres à l’architecture attrayante sont plébiscités par les cadres.

Quelles sont les différences avec la France ? Peut-on envisager pareil phénomène sur le territoire français ? Quelles sont les zones, villes, qui peuvent être concernées ? 

La principale différence avec les Etats-Unis concerne la situation sociale des villes-centres. En France, les catégories aisées n’ont jamais totalement délaissé le cœur des grandes métropoles, la gentrification ne correspondant d’une certaine manière qu’à l’extension des quartiers bourgeois à une large partie de la ville-centre, à Paris et Lyon tout du moins, où ce processus est le plus marqué. A contrario, outre-Atlantique, les catégories aisées ayant complètement déserté les villes-centres après la Seconde Guerre Mondiale pour l’entre-soi des suburbs, il s’agit donc d’une véritable reconquête des villes-centres de certaines grandes métropoles américaines par les catégories sociales supérieures en recherche d’une plus grande urbanité, c’est-à-dire celles offrant le cachet historique et paysagé le plus attractif, ce qui est incontestablement le cas de San Francisco. En effet, à Detroit, cela ne fonctionne pas !

Comme nous venons de l’évoquer, le phénomène de gentrification des villes-centres se constate donc aussi en France, et ce, depuis plusieurs décennies. On peut même dire qu’il est apparu dans notre pays avant les Etats-Unis, puisqu’à Paris, la gentrification du Marais remonte aux années 1960, à une époque où les villes-centres nord-américaines traversaient une crise profonde.

La plupart des villes-centres des grandes métropoles françaises sont concernées entièrement, ou la plupart du temps partiellement (seulement sur le "centre-ville" à proprement parler), par les processus de gentrification, qui parfois débordent sur les banlieues, Marseille en constituant une exception notable, la gentrification du centre-ville, voulue par la municipalité dans le cadre du projet Euroméditerranée, ayant du mal à prendre. En Île-de-France, la commune de Paris est concernée dans sa quasi-totalité, les poches de pauvreté du nord-est parisien ayant tendance à se réduire aux zones de logements sociaux. Le phénomène déborde désormais du Boulevard Périphérique sur certains quartiers des communes limitrophes, facilement accessibles par les transports en commun et offrant un tissu urbain attractif après rénovation, comme l’ensemble de la commune de Montrouge, le Bas-Montreuil à Montreuil, le centre-ville des Lilas… En Province, à Lyon, les deux quartiers populaires, anciens lieux de résidence privilégiés des ouvriers de l’industrie du textile, que sont la Croix-Rousse et Vaise, se sont fortement embourgeoisés depuis les années 1980. Des processus identiques se retrouvent à Lille dans le vieux-Lille puis désormais dans le quartier de Wazemmes, ou à Bordeaux, dans la partie méridionale du centre-ville et maintenant dans le quartier Saint Michel.

Faut il y voir le signe que le couple prospérité-diversité ne correspond pas à la réalité ? Quels sont les remèdes à apporter afin de rectifier cette situation ? En quoi l'intervention politique est-elle essentielle en l'espèce ?

Il est évident que prospérité économique et diversité socio-ethnique ne font pas bon ménage dans les grandes métropoles, pour la bonne raison que les différences sociales recouvrent aussi, bien souvent, des différences ethniques. En Europe, les populations autochtones sont bien plus riches que les immigrés extra-européens, alors qu’aux Etats-Unis, les Blancs non hispaniques et les asiatiques, nouveaux venus qui ont réussi, sont bien plus aisés que les Noirs et les Hispaniques.

Jusqu’ici, aucun remède n’a permis de rectifier cette situation, puisque les processus de gentrification réduisant la diversité sociale, et bien souvent la diversité ethnique lorsqu’elle recouvre la première, paraissent plus ou moins inéluctables, d’autant qu’ils sont encouragés aussi bien par les dynamiques d’un marché immobilier peu régulé que par les pouvoirs publics, qui voient d’un bon œil l’amélioration de l’habitat de leur commune. Le seul moyen qui pourrait éventuellement contrecarrer partiellement le phénomène serait que les communes périphériques réussissent à proposer une meilleure urbanité, les rendant plus attractives pour les catégories aisées.

Dans ce cadre, le rôle des édiles locaux est primordial car ce sont les seuls qui peuvent engager des politiques d’urbanisme permettant de rendre plus attractif des territoires qui manquent cruellement d’urbanité. En effet, malheureusement, de trop nombreux dirigeants politiques des communes périphériques des grandes métropoles négligent la qualité urbaine de leur territoire d’élection, ne comprenant pas le rôle de l’impact visuel et de l’atmosphère qu’offre une ville ou un quartier dans les choix résidentiels des habitants. Une meilleure formation en la matière serait nécessaire. Trop d’élus privilégient le quantitatif (c’est-à-dire le nombre de logements construits) au qualitatif (l’esthétique des nouvelles constructions et leur insertion urbaine), la politique actuelle du logement dans le cadre du Grand Paris, qui cherche à faire du chiffre, en étant malheureusement un exemple-type.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 29/07/2016 - 16:31
Sur la côte Ouest des USA nous pouvons constater cela.
Dans Portland et Seattle, je n'ai guère vu de noirs durant mon dernier voyage. Dans l'Oregon et l’État de Washington la présence de noirs est minime. En revanche, dans l’État de Washington beaucoup de latinos vers Yakima pour travailler dans les exploitations agricoles.
emem
- 29/07/2016 - 15:23
Inverse à Paris
Si j'ai bien compris, à San Francisco, c'est l'élévation du prix des loyers et des habitations qui éloigne les populations pauvres.
Mais avec les socialistes français c'est impossible car même les riches arrondissements, comme le 16ème ou me 17ème, doivent construire des logements sociaux. Bien plus, à Paris, on établit un camp de migrants au Bois de Boulogne.
La présence de ces gens pauvres risque fort d'éloigner les riches.
boulegan
- 29/07/2016 - 13:35
Ah bon ?
Le cout de la vie augmente à SF c est vrai la proximite de la silicon valey fait monter le cors de l immobilier c est vrai aussi mais alors comment expliquer que les quartiers chinois peuples de gens à faible revenu. ne voient pas leur population diminuer ? pour ce que j en sais ces asiatiques bossent prennent tous les boulots aiment travailler sont fiables et ne se plaignent jamais les enployeurs la bas savent tous ça .....