En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

03.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

04.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

05.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

06.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 3 heures 2 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 4 heures 16 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 5 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 6 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le mystère Abd el-Kader" de Thierry Zacone : Un livre savant pour les spécialistes de l’Islam et de la Franc-maçonnerie

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 10 heures 7 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 11 heures 49 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 3 heures 38 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 4 heures 56 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 5 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 45 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 10 heures 14 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 11 heures 3 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 11 heures 52 min
En sous-main

Au-delà du scandale des e-mails démocrates piratés aux Etats-Unis, Poutine est-il en train de se réinventer en grand manitou masqué des élections occidentales ?

Publié le 29 juillet 2016
Alors que le piratage des emails du parti démocrate fait beaucoup jaser aux Etats-Unis, l'influence de la Russie dans les élections occidentales passées ou à venir est sujette à de nombreuses interrogations. Si Vladimir Poutine possède assurément des soutiens en France notamment, il convient de ne pas surestimer l'influence de ce dernier dans le processus électoral.
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le piratage des emails du parti démocrate fait beaucoup jaser aux Etats-Unis, l'influence de la Russie dans les élections occidentales passées ou à venir est sujette à de nombreuses interrogations. Si Vladimir Poutine possède assurément des soutiens en France notamment, il convient de ne pas surestimer l'influence de ce dernier dans le processus électoral.

Atlantico : Juste avant la Convention du Parti Démocrate devant entériner la candidature d'Hillary Clinton à l'élection présidentielle américaine, près de 20 000 mails internes au parti ont fuité sur le site Wikileaks, semant la discorde dans le parti et déstabilisant la candidate. De nombreux médias pointent aujourd'hui la responsabilité de la Russie dans cette fuite. Ce "coup politique" est-il plausible de la part de Vladimir Poutine selon vous ?

Cyrille Bret : Une précaution tout d'abord : Wikileaks a bien annoncé qu'il ne souhaitait pas et ne pourrait pas connaître la source véritable des mails publiés. C'est d'ailleurs à la base de son fonctionnement. Deuxièmement, les mails publiés indiquent que la candidature d'Hillary Clinton dans cette primaire démocrate aurait été favorisée par rapport à celle de Bernie Sanders. Cela conviendrait à la fonction fondamentale des deux grands partis américains : constituer un vivier de candidats et tenir la balance égale dans la compétition interne qu'ils se livrent.

Quant à l'origine de ce coup, je ne la connais pas précisément et il faut prendre des pincettes avec ce que les médias relaient. Ce qui est certain, c'est que le bilan d'Hillary Clinton en tant que Secrétaire d'État dans la première partie de l'administration Obama a été assez largement hostile à la stratégie et aux prises de positions russes (en Europe et au Moyen-Orient). Ce fut en soi une position très classique : Hillary Clinton a été une fervente partisane de l'Otan et d'une stratégie réactive de celui-ci en Europe. Son positionnement a été clairement défavorable à la géostratégie russe.

Pour finir, il faut tout de même garder en tête que la position de la Russie en matière de circulation de l'information et des mails est à géométrie variable. La Russie a donné asile à Edward Snowden au moment où il a fait fuiter un certain nombre de correspondances confidentielles voire secrètes, mais pour ce qui est de la liberté de l'information à l'intérieur de la Russie, les autorités sont beaucoup moins libérales !

Florent Parmentier : il est certain que Vladimir Poutine a une attitude hostile envers Hillary Clinton, dans la mesure où il lui attribue les manifestations de décembre 2011. Selon le Président russe, ces dernières étaient en réalité manipulées par le Département d’Etat. Cette affaire pourrait donc marquer la revanche de Vladimir Poutine sur Hillary Clinton, et ce d’autant plus que Donald Trump lui semble de loin préférable.

Donald Trump n'a pas caché son ouverture envers Vladimir Poutine lors de la campagne des primaires, se démarquant de la ligne traditionnellement en place ces dernières années à la Maison Blanche. En France, quels sont les partis qui relaient le plus les intérêts politiques de la Russie ? Qui pourrait-il être tenté de favoriser ? Parmi les présidentiables français actuels, lesquels présenteraient le plus d'avantages pour la Russie s'il était élu ?

Cyrille Bret : Premièrement, Donald Trump se donne des airs de bons partenaires pour la Russie, mais la ligne qu'il défend peut très facilement devenir atlantiste. Quand il demande aux Européens d'assumer eux-mêmes le coût de leur défense, il ne réclame rien d'autre qu'un renforcement des capacités européennes au sein de l'Otan, donc un renforcement de l'Otan. Ce n'est pas du tout une ligne que la Russie souhaite voir aboutir. Ce qu'il a déclaré en tant que candidat, c'est simplement qu'il admire Vladimir Poutine. En réalité, il y a fort à parier qu'une fois au pouvoir, sa politique sera assez peu différente de la politique d'Hillary Clinton, voire plus musclée.

Pour ce qui est de la France, il ne faut pas nécessairement raisonner en termes de partis, mais plutôt en groupes d'influences. Il y a des parlementaires qui ont fait voter ou ont voté durant le premier semestre des résolutions à l'Assemblée nationale puis au Sénat demandant la levée des sanctions économiques à l'égard de la Russie, sanctions qui ont été maintenues récemment. Cette position n'est clairement pas en accord avec la position des pouvoirs publics et de la diplomatie française. Ces parlementaires soutiennent moins les intérêts russes que les intérêts français et européens dans le commerce avec la Russie.

Ils appartiennent largement au groupe Les Républicains, et notamment tous ceux qui sont apparentés au courant de Thierry Mariani, qui favorise depuis très longtemps le dialogue franco-russe, essaye de développer au maximum les liens entre les deux pays et adopte une position classique de la diplomatie française : la Russie est un partenaire naturel de la France en Europe.

Il y a d'autres courants, à gauche, favorables à ce que la souveraineté russe soit respectée et hostiles aux sanctions prises au niveau européen.

Il est de notoriété publique depuis deux ans que le Front national a reçu de la part d'une banque proche du Kremlin un prêt pour l'aider à financer ses activités politiques. Il n'est pas fortement représenté au Parlement, mais il se fait régulièrement l'écho d'une coopération plus poussée entre la France et la Russie. Certains de ses leaders considèrent même que la présidence russe doit servir de modèle pour le président français.

Il est nécessaire de citer ici le livre de Nicolas Hénin, sorti il y a deux mois, sur les relais d'influence russes en France et en Europe (ndlr : La France russe, Fayard, 2016). Il faut bien entendu prendre en compte la puissance de ces réseaux, mais il ne faut pas non plus se faire d'illusions. D'autres pays partenaires de la France (Chine, États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Inde, Australie…) ont aussi des réseaux d'influence et les développent. C'est une caractéristique traditionnelle du soft power à l'échelon international.

Florent Parmentier : la figure de Vladimir Poutine réveille dans l’imaginaire politique français le bonapartisme, en mettant l’accent sur l’établissement d’un Etat national à exécutif fort et centralisé. Au-delà du Front national, financé directement par des banques russes, François Fillon et Nicolas Sarkozy partagent un désir de se rapprocher politiquement de la Russie, davantage par exemple qu’Alain Juppé. La Russie a moins de soutien à gauche, à l’exception d’une personnalité comme Mélenchon et d’anciens mitterrandiens, qui saluent l’homme capable de défier le système international dominant. Dans ces conditions, et au vu du scrutin à deux tours, il est vraisemblable que la Russie pourrait être tentée de soutenir plusieurs candidats à la fois pour ne pas insulter l’avenir…

Si jamais Vladimir Poutine était tenté d'influencer également une élection française, comment cela pourrait-il se manifester (prêts financiers, soutien public…) ?

Cyrille Bret : Tout d'abord, le président russe n'est pas la seule figure publique russe à avoir une influence en France. Il y a aussi des oligarques, des penseurs, des lobbyistes qui ont leur propre agenda et qui ne sont pas forcément venus du Kremlin. Ce qui pèserait éventuellement dans une campagne électorale française, ce n'est pas nécessairement la volonté directe de Vladimir Poutine.

Une fois dit cela, il est certain que les relais d'influence du pouvoir russe sont bien connus : forte stratégie de soft power et de rayonnement par l'intermédiaire des médias. Les journaux en ligne russe se sont tous dotés de rédactions francophones qui peuvent avoir une influence sur l'opinion française. Il ne faut pas non plus surestimer cette influence-là : les Français n'ont évidemment pas les yeux rivés sur les médias russes francophones.

L'influence peut aussi se manifester par le biais du financement des partis, mais il faut ici s'astreindre au respect de la loi française qui est assez contraignante sur ce sujet. Je ne doute pas que d'un point de vue politique et juridique, des financements excessifs ou illégaux de partis seraient évidemment mis en évidence.

Enfin, il faut savoir que les autorités russes sont depuis très longtemps au fait du caractère ambigu de l'influence. Cette dernière peut ainsi très vite se retourner contre les relais d'influence. Un acteur qui apparaîtrait comme pro-russe et télécommandé par la Russie serait très rapidement décrédibilisé dans une élection nationale.

Je ne pense pas que les Russes baisseront la garde pour les élections à venir, ils seront présents en France, en Allemagne, etc. Mais ils ne pourront évidemment pas faire l'élection.

Florent Parmentier : Comme d’autres pays, la Russie suivra les élections françaises. Cependant, la Russie n’aura pas forcément énormément d’influence sur le scrutin ; il n’y a pas un vote communautariste russe en France, ni même pour l’Eglise orthodoxe. Un soutien public pourrait avoir un effet contre-productif, comme cela avait été le cas en Ukraine en 2004, où le candidat Viktor Ianoukovitch ne l’avait finalement pas emporté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

03.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

04.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

05.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

06.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires