En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Préservatifs: le Vatican change de ton

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 2 min 39 sec
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 49 min 38 sec
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 1 heure 27 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 1 heure 41 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 3 heures 11 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 15 heures 33 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 18 heures 15 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 20 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 21 heures 17 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 14 min 25 sec
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 1 heure 13 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 2 heures 45 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 3 heures 22 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 17 heures 55 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 19 heures 1 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 20 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 21 heures 32 min
Niantic est le véritable fabriquant du jeu et Niantic est aujourd'hui la filiale de Google spécialisée dans la réalité virtuelle.
Niantic est le véritable fabriquant du jeu et Niantic est aujourd'hui la filiale de Google spécialisée dans la réalité virtuelle.
Atlantico Business

Pokémon Go va gagner des milliards de dollars mais Nintendo ne va pas en profiter, c'est Google qui va ramasser la mise

Publié le 26 juillet 2016
La folie Pokémon a envahi la France. Depuis ce dimanche 24 juillet, sur Android et sur iPhone, l'application a déjà fait des millions d'adeptes, mais le plus étonnant c'est que Nintendo ne va pas en profiter. Les boursiers grognent et demandent des explications.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La folie Pokémon a envahi la France. Depuis ce dimanche 24 juillet, sur Android et sur iPhone, l'application a déjà fait des millions d'adeptes, mais le plus étonnant c'est que Nintendo ne va pas en profiter. Les boursiers grognent et demandent des explications.

Nintendo a dérapé en bourse de près de 18% à Tokyo ce dimanche, après avoir indiqué que le jeu pour smartphones Pokémon Go, qui connaît un énorme succès dans le monde, n'aurait qu'un impact limité sur ses résultats.

Dans un communiqué, le groupe japonais a dit avoir déjà intégré les revenus anticipés de son Pokémon Go Plus - un accessoire porté au poignet et qui avertit de la présence de monstres à chasser dans les environs - et a ajouté qu'il ne prévoyait pas de modifier ses prévisions pour l'ensemble de l'exercice. Grosse déception !

Nintendo a ajouté que sa filiale Pokémon Co recevait des royalties du concepteur du jeu, Niantic, mais que ces revenus seraient limités. Parce que Niantic est le véritable fabriquant du jeu et Niantic est aujourd'hui la filiale de Google spécialisée dans la réalité virtuelle.

En clair, les actionnaires de Nintendo, qui ne connaissaient pas ces détails et qui s'étaient précipités sur le titre, en sont pour leurs frais. Il va y avoir des explications de gravures entre la société et les autorités boursières parce que la communication de Nintendo n'avait jamais donné ce type de précisions. La spéculation a dû profiter à quelques-uns. Mais passons.

Cette déconvenue boursière n'enlève rien au potentiel de revenus de ce nouveau jeu. Mais dont le fonctionnement préfigure un changement radical sur le marché de la publicité.

Pokémon a en effet déclenché très vite un déferlement mondial puisque le jeu est désormais praticable dans plus de 200 pays sur la planète. Sur tous les continents, des millions de joueurs ont chargé l'application de jeu (couplée à un système de géolocalisation), sur iPhone et Android. Cette appli Pokémon Go est bâtie sur la plate-forme de jeu en monde réel de Niantic et utilise des emplacements réels pour encourager les joueurs à découvrir des Pokémon dans leur région.

Le concept est connu. Avec cette appli, le joueur va à l'extérieur pour trouver et attraper des Pokémons sauvages. Il peut explorer les villes et les villages autour de chez lui où même dans le monde entier pour capturer autant de Pokémons que possible.

Quand on approche de la petite bestiole, le smartphone se met à vibrer. Après avoir aperçu un Pokémon, on le vise avec l'écran tactile du smartphone et on lance une Pokéball pour l'attraper. On peut aussi rechercher des Pokémons situés près de certains endroits tels que des créations artistiques publiques et des monuments historiques, où vous pouvez obtenir des Pokéballs et autres objets.

A partir de ce fonctionnement de base, le joueur peut accéder à une multitude d'options ou de formules, jouer en équipe, acquérir des points qui lui permettent d'acheter des super Pokéballs, des munitions qui seront plus efficaces, etc.

Un monde virtuel se crée dans un décor et un environnement réel.

La chasse au Pokémon est partout : en ville, en campagne, sur la plage, dans le métro, dans les magasins ou les restaurants, les musées ou les lieux touristiques. Bref, la folie ludique n'a ni barrières ni frontières, à partir du moment où il y a du réseau et si possible de la 4G.

Ce qui est étonnant, c'est que si le jeu est gratuit, il va rapporter énormément d'argent. D'où la spéculation sur le titre.

Le jeu rapporte déjà des millions de dollars en bourse. On croyait Nintendo, la firme japonaise, condamnée, parce qu'on croyait le jeu vidéo classique sur console fatigué et passé de mode... Nintendo a prouvé en quelques semaines qu'en distribuant le jeu dans la rue, on pouvait convertir des masses de joueurs nouveaux.

L'enthousiasme mondial a été tellement rapide que le cours de bourse a explosé. La capitalisation boursière, qui était tombée à 17 milliards de dollars, est remontée à plus 40 milliards en juillet. Jusqu'à aujourd'hui, où l'on vient d'apprendre que Nintendo ne sera pas le premier bénéficiaire.

Le pactole ira aux petits génies de Niantic, c'est-à-dire dans la poche de Google.

Ce qui est extraordinaire, c'est qu'en dépit de sa gratuité, le jeu est un porte-avion capable de générer de vraies sources cachées de revenus.

D'abord, il y a des achats intégrés ou dérivés. En bref, on peut, moyennant quelques euros, acheter des pokepièces qui permettent d'acheter du matériel de chasse, afin de capturer plus facilement les bestioles virtuelles. Au moins 2 millions de dollars par jour, en ventes de produits intégrés ou annexes.

Ensuite, il y a comme, dans toute application Internet, la vente de bannières publicitaires, mais les joueurs n'aiment pas, parce que ces bannières retardent le jeu et occultent l'écran. Niantic devrait donc les abandonner.

Surtout, et c'est la troisième source de revenus, Pokémon a commencé à monétiser son audience par des emplacements qui seront sponsorisés.

C'est l'idée qui vaut de l'or.

Dans la plupart des cas, les Pokestops ou les arènes (dans la langue Pokémon, ce sont des stades virtuels où sont stockés des armées de Pokémon) sont des lieux publics. Le parvis d'une église, le hall d'une gare, un carrefour de la ville... Mais on peut très bien imaginer que les Pokémons soient cachés dans des magasins, des restaurants, ou des musées. Dans ce cas, le magasin, le restaurant ou le musée paiera une redevance.

McDonald's est la première chaîne de restauration rapide à avoir signé avec Pokémon. L'idée n'est pas seulement d'attirer les joueurs dans les McDo, mais aussi de les inciter à commander tel ou tel menu.

Les grands musées comme le MoMA ou le Louvre étudient des contrats pour abriter et cacher des Pokémons dans leurs salles.

Rien n'empêche aussi un annonceur de glisser des panneaux publicitaires dans le décor où le joueur évolue pour le diriger vers un repère de Pokémons.

Cette nouvelle forme de publicité n'apparaît pas comme telle pour le joueur, et pourtant c'est bien le cas.

D'après les spécialistes de la publicité, cette forme insidieuse a un potentiel considérable. Plusieurs milliards de dollars. Il ne s'agit plus de coller au consommateur comme dans la relation client digitale classique, il s'agit de l'attirer vers le produit.

Dans un modèle classique, l'annonceur vous géolocalise et vous envoie une publicité vous prévenant qu'à proximité, il existe un magasin qui vous intéressera directement. C'est ce que fait déjà Google.

Avec le modèle Pokémon, on vous entraîne vers une cible qui est, en fait, commerciale alors que vous étiez dans un jeu.

On peut s'étonner d'une telle innovation, on peut s'en inquiéter aussi, mais on ne peut pas l'ignorer. Les Pokémons sont partout. Et si les Pokémons sont la ligne avancée des troupes de Google, on peut penser que ça ne va pas s'arrêter là.

Ce n'est pas un jeu vidéo que Nintendo a mis en ligne, c'est une véritable révolution sur le marché de la publicité que Google a initiée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Préservatifs: le Vatican change de ton

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
C3H5.NO3.3
- 27/07/2016 - 02:03
Reretard
"Avec le modèle Pokémon, on vous entraîne vers une cible qui est, en fait, commerciale alors que vous étiez dans un jeu.

On peut s'étonner d'une telle innovation, on peut s'en inquiéter aussi, mais on ne peut pas l'ignorer."

Innovation ? Bonjour Madame. Vous avez gagné un superbe service à poisson. Mais pour le recevoir, il faut venir dans notre magasin, ou on va vous enfermer des heures jusqu'à ce que vous achetiez le canapé en faux cuir à 8 000 euros.
C3H5.NO3.3
- 27/07/2016 - 02:00
En retard Jean-Marc
"Ce qui est extraordinaire, c'est qu'en dépit de sa gratuité, le jeu est un porte-avion capable de générer de vraies sources cachées de revenus.

D'abord, il y a des achats intégrés ou dérivés. En bref, on peut, moyennant quelques euros, acheter des pokepièces qui permettent d'acheter du matériel de chasse, afin de capturer plus facilement les bestioles virtuelles"

ou : comment JM Sylvestre découvrit le Free-to-Play.
C3H5.NO3.3
- 27/07/2016 - 01:58
Non et non
"Nintendo a prouvé en quelques semaines qu'en distribuant le jeu dans la rue, on pouvait convertir des masses de joueurs nouveaux."

Non, c'est à reculons que Nintendo à quitté sa niche, et ils ne s'attendaient certes pas à ce succès. D'ailleurs, il n'est toujours pas question de porter ses licences sur smartphone.