En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
pépites > Social
Montoir-de-Bretagne
Les Gilets jaunes ont bloqué brièvement une usine chimique classée Seveso en Loire-Atlantique
il y a 41 min 58 sec
décryptage > Sport
Euro 2020

France - Moldavie : Olivier Giroud se rapproche du record de buts de Michel Platini... ou pas

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Science
Espace

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Société
"Arabe de service", "nègre de maison" et autres joyeusetés

Pourquoi les militants qui traitent leurs adversaires issus de minorités de "native informant" ne sont ni démocrates, ni républicains

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Social
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

il y a 3 heures 48 min
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 17 heures 35 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 18 heures 30 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 19 heures 51 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 21 heures 11 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 2 min
décryptage > Politique
Sondages

Cette volatilité croissante de l'électorat qui renforce le risque de crise sociale

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Education
Comme les chemises brunes…

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Media
France Télévisions

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

il y a 2 heures 53 min
décryptage > High-tech
Maîtres des données personnelles

Ce que Margrethe Vestager ne semble pas comprendre à la phase 2 de la conquête du monde par les GAFAM

il y a 3 heures 33 min
décryptage > France
Politique territoriale

Cette case qui manque aux élites françaises pour trouver le remède à l’impuissance politique et à la crise de défiance généralisée

il y a 4 heures 11 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 18 heures 6 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 19 heures 33 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 20 heures 24 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 21 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 22 heures 50 min
© Reuters
© Reuters
Rechute

Le pétrole à la baisse, c'est reparti… jusqu’à quand ?

Publié le 25 juillet 2016
Depuis quelques mois, le prix du baril de pétrole tendait à augmenter. Mais jeudi dernier, celui-ci a de nouveau baissé, faisant craindre une nouvelle période de baisse durable dans le temps. Si cela venait à être le cas, les conséquences, déjà significatives pour les investisseurs et les raffineries, viendraient à s'aggraver.
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis quelques mois, le prix du baril de pétrole tendait à augmenter. Mais jeudi dernier, celui-ci a de nouveau baissé, faisant craindre une nouvelle période de baisse durable dans le temps. Si cela venait à être le cas, les conséquences, déjà significatives pour les investisseurs et les raffineries, viendraient à s'aggraver.

Atlantico : Jeudi dernier, le prix du baril de brut a de nouveau baissé à New York, de même qu'à Londres, passant respectivement à 44,75 dollars (-1 dollar) et 46,20 dollars (-0,97 cents). Ainsi, la baisse du prix du baril cumulée depuis juin est de 10%. Doit-on s'attendre à une nouvelle période durable de baisse des prix du baril ? 

Francis Perrin : Le prix du Brent pour le contrat de septembre était compris entre $45 et $46 par baril à Londres le vendredi 22 juillet en fin de journée et nous sommes effectivement dans une phase de baisse des cours de l'or noir. Rappelons qu'après le creux à moins de $30/b au début de cette année, les prix avaient vigoureusement rebondi entre février et mai pour dépasser légèrement le seuil des $50/b. 

La nouvelle phase de baisse des prix sera-t-elle durable ? Sans doute pas. Il y a en effet des facteurs haussiers qui restent importants, tels que l'augmentation de la consommation pétrolière mondiale, la baisse de la production des États-Unis depuis le printemps 2015 et le recul attendu de la production pétrolière non-OPEP en 2016. Cela n'exclut pas que la baisse actuelle se prolonge un peu mais il n'y a rien de commun, en termes de durée et d'ampleur, avec l'effondrement des prix du brut entre l'été 2014 et le début 2016.

Alors que le prix du baril de pétrole avait pu reprendre une tendance haussière depuis quelques mois, comment expliquer la nouvelle baisse observée depuis un mois, soit -10% ? Les causes de ce nouvel épisode sont-elles à rechercher dans un tassement de la demande, ou s'agit-il, à nouveau, d'une offre trop importante de la part des pays producteurs ? 

Il n'y a pas de tassement de la demande. On peut exclure ce facteur. L'effet Brexit a incontestablement joué un rôle avec des préoccupations sur la croissance économique, les incertitudes multiples qui découlent de ce référendum et qui ont fait chuter les marchés boursiers - ceux-ci ont entraîné les marchés pétroliers dans leur sillage - et la remontée du dollar (il existe souvent une relation inverse entre l'évolution du cours du dollar et celle des prix du pétrole). En termes d'offre pétrolière, la période récente a été marquée par des progrès au Canada, après les gigantesques feux de forêt dans l'Alberta, et au Nigeria ainsi que par quelques espoirs de redressement en Libye. Enfin, la surabondance des stocks pétroliers nord-américains et mondiaux constitue un autre facteur baissier. Cela dit, je ne pense pas que le Brexit aura un impact majeur sur les prix du pétrole même si les opérateurs de marché ou traders, qui sont souvent très "court-termistes", sont fortement marqués par le Brexit.

Quels ont été les impacts de la baisse observée depuis près deux ans sur le niveau d'investissements des entreprises pétrolières ? Cette baisse est-elle annonciatrice d'une nouvelle crise future ?

Selon l'IFP Énergies nouvelles (IFPEN), les investissements d'exploration-production de l'industrie pétrolière auraient chuté de 21% en 2015 à $540 milliards, contre $683 milliards en 2014. Pour 2016, l'IFPEN prévoit une nouvelle baisse de 10% à $485 milliards. Si ces projections étaient vérifiées, la baisse sur 2015-2016 serait de près de $200 milliards, soit environ 30%. 

Une chute de cette ampleur ne peut pas ne pas avoir de conséquences négatives sur la production future mais ce sera dans le moyen terme et pas dans le court terme que celles-ci se manifesteront. Cela pourrait se traduire par une insuffisance de l'offre vers 2020, ce qui pousserait à la hausse les prix du pétrole à moyen terme.

Comment évaluer la suite pour le marché pétrolier ? Où en sont les négociations au sein de l'Opep, et dans quelle mesure la Russie et l'Iran impactent-ils les actions de l'organisation ? Les décisions prises sont-elles rationnelles ? Certains pays producteurs sont-ils d'ores et déjà condamnés dans le cas où les prix se maintiendraient dans la fourchette actuelle ? 

Le scénario d'une remontée progressive des prix du pétrole jusque vers $60/b environ d'ici à 2017 reste assez probable car le marché pétrolier mondial est en train de se rééquilibrer du fait de l'accroissement de la demande mondiale et de la baisse de l'offre non-OPEP. Cela dit, l'OPEP ne joue pas un rôle très positif du fait de ses divisions internes, notamment de l'hostilité entre l'Arabie Saoudite et l'Iran. Sans unité, l'OPEP est complètement impuissante et l'organisation n'a d'ailleurs pris aucune décision de réduction ou de gel de sa production depuis le début de la chute des prix à l'été 2014. On ne voit d'ailleurs pas très bien ce qui pourrait permettre à l'OPEP de réagir de façon constructive au cours des prochains mois.

La Russie s'était dite prête en février et en avril 2016 à geler sa production pétrolière au cours de cette année en accord avec certains pays non-OPEP et la quasi-totalité des pays membres de l'OPEP. Mais ce projet d'accord est parti en vrille suite aux tensions croissantes entre l'Iran et l'Arabie Saoudite et au refus de ce dernier pays de faire la moindre concession à Téhéran lors de la réunion à Doha (Qatar) en avril.

Un niveau des prix du Brent de l'ordre de $45-46/b est certes très bas par rapport aux $100-110/b enregistrés entre 2011 et la fin du premier semestre 2014. À l'inverse, pour les pays producteurs, c'est beaucoup mieux que les $27-28/b du début 2016. Ils ont échappé au pire mais leur intérêt serait de parvenir à un minimum de consensus pour contribuer à accélérer et à conforter le rééquilibrage du marché entre l'offre et la demande. Mais les tensions politiques ne font pas forcément bon ménage avec la rationalité économique.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires