En direct
Best of
Best of du 5 au 11 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

05.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

06.

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

07.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Beatrice Dalle & Anthony Delon épousent des jeunesses; Julie Gayet & Francois H. s’engueulent en regardant le foot; Angelina veut pourrir la vie de Brad Pitt, Jade Hallyday commence à pourrir celle de sa mère; Yannick Noah fait ses besoins dehors

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

04.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 1 heure 54 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 4 heures 34 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 6 heures 57 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 8 heures 26 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 8 heures 44 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 9 heures 15 min
pépites > Santé
Luttre contre le coronavirus
Covid-19 : Olivier Véran a détaillé la nouvelle stratégie du gouvernement
il y a 23 heures 14 min
pépites > Terrorisme
ONG Acted
Niger : l'Etat islamique revendique l'assassinat des six humanitaires français et de deux Nigériens
il y a 1 jour 18 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 2 heures 20 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 6 heures 45 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 6 heures 58 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 7 heures 46 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 8 heures 17 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 8 heures 34 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 9 heures 1 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 9 heures 52 min
light > Media
Présentatrice du "13 heures" de France 2
Marie-Sophie Lacarrau va officiellement remplacer Jean-Pierre Pernaut au JT de 13h sur TF1
il y a 23 heures 42 min
pépites > Histoire
Education
Deux tiers des jeunes Américains ignorent l'existence de la Shoah
il y a 1 jour 42 min
© Reuters
© Reuters
Mort par là où il a péché

David Cameron et la revanche de la Big Society

Publié le 22 juillet 2016
Adepte du référendum et, de manière plus générale, de la participation citoyenne, David Cameron en a même fait sa marque de fabrique. Il a exercé sa pratique tout au long de ses mandats... sans nécessairement réaliser que ces initiatives le rendaient vulnérable aux populismes.
Agnès Alexandre-Collier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Alexandre-Collier est professeur de civilisation britannique. Elle enseigne à l'université de Bourgogne.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adepte du référendum et, de manière plus générale, de la participation citoyenne, David Cameron en a même fait sa marque de fabrique. Il a exercé sa pratique tout au long de ses mandats... sans nécessairement réaliser que ces initiatives le rendaient vulnérable aux populismes.

Que retiendra-t-on de David Cameron ? À l’heure actuelle, il semble que la réponse se résume à deux choses : le Brexit et le programme d’austérité budgétaire mené depuis 2010. Pourtant il n’y a pas si longtemps, il incarnait encore, disait-on, la jeunesse, la modernité et l’espoir, à l’image de Tony Blair auquel il était comparé.

À l’origine, un audacieux programme de modernisation sociale

Lorsqu’il est élu à la tête du parti, en décembre 2005, Cameron peu soutenu par les députés sort vainqueur du scrutin grâce au soutien massif des adhérents. C’est d’ailleurs grâce à ce mandat qu’il construit un programme audacieux de modernisation sociale, visant à redonner du pouvoir aux individus en les responsabilisant et en les incitant à prendre en charge eux-mêmes leurs écoles, dispensaires ou leurs bibliothèques.

C’est ce programme qu’il vend aux eurosceptiques majoritaires de son parti qui finissent par le soutenir, à charge pour lui de répondre à leurs attentes. Sous l’influence du fameux discours prononcé en 2002 par l’actuelle première ministre, Theresa May – discours fondateur dans la construction du mythe modernisateur de Cameron – Cameron comprend qu’il faut se débarrasser de l’image de méchant parti (nasty party) miné par un Thatchérisme indifférent, inhumain. Il faut restaurer un conservatisme compassionnel, bienveillant, dans la pure tradition victorienne dite « One Nation » de l’ancien Premier ministre Benjamin Disraeli, mais également progressiste sur les questions sociétales et morales.

Mais si le message de la Big Society deviendra plus tard l’alibi honteux d’un désengagement massif de l’État dans les services publics, le slogan électoral intrigue alors les Britanniques qui attendent d’en savoir plus.

Une fois élu, Cameron étend son programme de modernisation jusqu’à son style de leadership qu’il inscrit dans la continuité du Blairisme. Le pays est entré dans une « ère post-bureaucratique », déclare-t-il dès mai 2009 et le dirigeant conservateur promet que son parti incarnera cet « esprit de glasnost » et engagera une « redistribution massive du pouvoir de ceux qui ont le pouvoir vers ceux qui ne l’ont pas, de l’élite politique vers l’homme et la femme de la rue ».

Une petite révolution participative

C’est ainsi que Cameron décide de placer la participation citoyenne au cœur de sa pratique gouvernementale. Dès 2010, il multiplie, comme aucun autre avant lui, l’usage du référendum (sur le mode de scrutin en 2011, l’indépendance de l’Écosse en 2014 et l’appartenance à l’Union européenne en 2016), dans un système pourtant peu adapté à ce dispositif et considéré comme le berceau de la démocratie parlementaire. Un système où les électeurs n’ont pas pour habitude d’être consultés directement et délèguent leur voix à leurs représentants.

Il offre la parole précisément à toute cette Big Society qui, face à l’extrême rigueur budgétaire, se sent abandonnée par l’État, livrée à elle-même, muselée par le système et avide de boucs-émissaires.

Chemin faisant, Cameron poursuit sa petite révolution participative jusqu’au cœur de son parti qu’il ouvre, au moment de la campagne de 2015, à des milliers de sympathisants mobilisés dans des réseaux officiels de supporters, sans doute dans l’espoir qu’ils participent à terme à l’élection du leader. À l’image de ce qui se passe au parti travailliste dont le leader Jeremy Corbyn sera précisément élu, en septembre 2015, par des centaines de milliers de sympathisants, qui pouvaient s’enregistrer en ligne pour la modique somme de 3 £.

Cameron expérimente, encore et toujours, en introduisant des primaires ouvertes pour la sélection des candidats dans certaines circonscriptions. Bilan : en le démocratisant, Cameron a aussi exposé son parti et son gouvernement au risque du populisme, en utilisant précisément les instruments démocratiques (référendum, primaires) qui peuvent facilement y être associés, a fortiori dans un pays culturellement imprégné de parlementarisme et plus méfiant envers ces dispositifs.

La montée de l’idéal participatif et ses dérives

À l’heure où la Grande-Bretagne s’apprête à quitter l’Union européenne, la révolution modernisatrice de Cameron est pourtant, ironiquement, l’illustration britannique d’un mouvement qui traverse le reste de l’Europe.

En France, en Italie, en Grèce, au Portugal, la vie politique est soumise à cette sacro-sainte injonction délibérative qui exhorte les partis politiques à multiplier les primaires ou les jurys-citoyens pour répondre au clivage entre les élites et la base. Et ce faisant, l’élite politique fournit aux citoyens les armes qu’ils pourront retourner contre elle.

Au-delà de la question européenne, il faut donc voir dans le verdict populaire une sentence dont Cameron n’est pas le seul responsable, mais le résultat d’un mouvement beaucoup plus ample qui voit désormais dans l’idéal participatif l’absolue panacée de nos démocraties occidentales.

Cameron en a peut-être pris conscience tout récemment : pour accélérer la prise de fonctions de Theresa May à la tête du parti et donc du gouvernement, il a court-circuité, grâce au retrait de l’autre candidate Andrea Leadsom, le vote des adhérents qui devaient se prononcer à la fin de l’été. Ce vote aurait été symbolique, mais tout de même essentiel pour asseoir la légitimité du nouveau premier ministre.

Ce rétropédalage montre que Cameron a peut-être fini par admettre les dérives de cette course vers toujours plus de démocratie directe, qu’il a lui-même démarrée. Mais dans le même temps, c’est Theresa May qui devra en subir les effets car l’intronisation prématurée de la nouvelle dirigeante, qui a été la seule candidate, risque d’affaiblir le mandat de celle qui n’aura finalement reçu l’aval ni des électeurs ni de sa base militante pour mettre en œuvre le changement historique le plus important de ces quarante dernières années.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vacciné
- 29/07/2016 - 16:35
je ne comprends pas trop bien
ce que vous appelez populisme , c'est bien ce qu'on appelait avant "démocratie " n'est ce pas?