En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 8 min 24 sec
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 1 heure 33 min
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 3 heures 52 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 10 heures 5 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Economie
Réalité des chiffres

Hôpitaux, retraites ou inégalités : la fiscalité, ce verrou français qui étrangle toute vraie réforme.

il y a 11 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Hong-Kong s’enflamme, sa jumelle historique, Singapour, récupère les flux de capitaux et redoute la contagion…

il y a 12 heures 39 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 51 min 16 sec
pépites > France
Climat
Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, estime que le "degré de violence" est inédit en France
il y a 2 heures 12 min
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 7 heures 25 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 7 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 8 heures 48 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Société
Protection de l'enfance

Parents dangereux : ces violences contre les enfants dont on parle si peu

il y a 12 heures 16 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès
il y a 12 heures 57 min
© REUTERS/Vincent Kessler
© REUTERS/Vincent Kessler
Stratégie de sidération

Et finalement, après 6 mois de mélodrame, que va vraiment changer la version finale de la loi El Khomri dans la vie des français

Publié le 22 juillet 2016
Définitivement adoptée au Parlement le jeudi 21 juillet, la loi travail a été au centre de l'actualité en France jusqu'au début de l'édition 2016 de Euro de Football. Après un ping-pong entre Assemblée et Sénat, le texte est désormais très volumineux, très technique... et pas très ambitieux.
Bertrand Martinot, collaborateur de l'Institut Montaigne, est économiste, ancien délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle. Co-auteur notamment, avec Franck Morel, de "Un autre droit du travail est possible" (Fayard, mai 2016). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Martinot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Martinot, collaborateur de l'Institut Montaigne, est économiste, ancien délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle. Co-auteur notamment, avec Franck Morel, de "Un autre droit du travail est possible" (Fayard, mai 2016). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Définitivement adoptée au Parlement le jeudi 21 juillet, la loi travail a été au centre de l'actualité en France jusqu'au début de l'édition 2016 de Euro de Football. Après un ping-pong entre Assemblée et Sénat, le texte est désormais très volumineux, très technique... et pas très ambitieux.

Atlantico : Définitivement validée par l'Assemblée, la loi travail, dite El Khomri, a  focalisé l'attention des médias et de la population depuis plusieurs mois. Désormais, le texte étant adopté, quelles en seront les conséquences concrètes pour les français ?

Bertrand Martinot : Les conséquences concrètes pour les salariés seront très faibles. La principale mesure en leur faveur, le compte personnel d’activité n’apporte rien par rapport à l’existant (compte personnel formation et compte pénibilité). Ce nouveau droit, qui est intellectuellement innovant, n’est pas financé et il est toujours autant cadenassé par les branches professionnelles qui choisissent les formations éligibles et celles qui ne le sont pas. 

Il y a toutefois un impact réel du côté des droits syndicaux : accroissement des heures de délégation pour les délégués syndicaux, création de représentations syndicale pour les TPE qui fonctionnent en franchise, droits nouveaux pour les salariés qui travaillent sur des plateformes électroniques. C’est ce seul et dernier aspect qui me paraît se justifier. 

Du côté des conditions et du temps de travail, il n’y a pas non plus de bouleversements à attendre : l’essentiel de l’inversion de la hiérarchie des normes en la matière a déjà eu lieu pour l’essentiel dans la loi de 2008 assouplissant les 35 heures. Quant au fameux article 2, qui étend cette logique principalement au taux de majoration des heures supplémentaires, il restera assez symbolique : imagine-t-on des délégués syndicaux majoritaires (car il faut maintenant un accord réunissant des syndicats ayant obtenu plus de 50 % des voix aux élections) négocier un passage de ce taux de majoration en –dessous de ce que prévoit la loi, soit 25 % ? Je ne dis pas que cela n’arrivera jamais s’il y a des contreparties, mais cela sera sans doute assez rare…

D'un point de vue global, faut-il s'attendre à des effets pour le pays ? La Loi travail, dans sa forme définitive, est -elle susceptible de profiter au climat économique du pays ? Des emplois peuvent -ils être créés sur cette base, combien, et quels seraient les secteurs susceptibles d'en profiter le plus ? 

Il n’y a pas grand-chose de très révolutionnaire qui permettrait d’escompter des gains en termes de créations d’emplois.

En matière de dialogue social, il y a certes un peu de souplesse avec l’introduction du référendum d’entreprise sur saisine de syndicats minoritaires. Mais on peut regretter que la loi pose comme condition une saisine par des syndicats ayant obtenu au moins 30 % des voix aux dernières élections professionnelles. C’est un verrou excessif. 

S’agissant de la législation sur la rupture du contrat de travail, on n’a pas beaucoup avancé non plus. D’un côté, on introduit des nouveaux cas de motifs légitimes de licenciement économique. Mais de l’autre on sanctuarise une jurisprudence peu adaptée à la vie économique selon laquelle celle-ci doit prouver que les licenciements sont nécessaires à la "sauvegarde de la compétitivité de l’entreprise", notion floue et à géométrie variable s’il en est…

En la matière, la seule mesure claire et simple, consistait à plafonner les indemnités de licenciement puisqu’en fait, le problème du droit du licenciement en France est moins le code du travail que l’interprétation qu’en fait le juge. Comme on le sait, cette mesure, présente dans le projet initial, a été abandonnée en rase campagne. Elle aurait pourtant eu un effet psychologique considérable sur les employeurs : en finir avec les incertitudes sur les coûts des licenciements. Mieux, aurait favorisé les transactions : quand vous savez à l’avance combien, au maximum, vous auriez en allant au tribunal, en général, vous transigez. 

Au total, donc, rien de bien bouleversant pour les entreprises. Mais si l’on prend en compte l’hystérie collective que cette loi a déclenchée, les blocages idéologiques mis crûment à jour et l’impression que décidément il est tellement difficile de réformer dans notre pays, le bilan sur le climat général dans le pays est clairement négatif.

Le 17 février 2016, Myriam El Khomri présentait sa nouvelle loi lors d'une interview aux Echos. A la question "Quels sont les grands objectifs de votre projet de loi ?", la ministre répondait : "Nous voulons améliorer la compétitivité des entreprises, développer et préserver l'emploi, réduire la précarité du travail et améliorer les droits des salariés". Au regard des ambitions initiales, ou est on-aujourd’hui ?

Cette loi se voulait une sorte de Big Bang, une vaste adaptation du droit du travail aux nécessités économiques de notre époque, la décentralisation du dialogue social, la prise en compte de l’irruption du numérique sur la relation de travail, etc. Au fil du temps et au gré des amendements, c’est devenu une collection de mesures techniques, parfois intéressantes, parfois malheureuses, mais qui ne changent pas vraiment la donne. Ni pour les salariés, ni pour les entreprises. 

Finalement, ce texte s’inscrit dans la lignée des réformes précédentes : quelques éléments de souplesse par ci, quelles complexités ou tracasseries supplémentaires par là. Et au total, notre pays n’avance pas. Nous continuons de perdre des parts de marché, notre marché du travail continue de mal fonctionner. Et nous payons collectivement le prix fort de cette étrange apathie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 22/07/2016 - 14:51
Rien...!
Pas plus que la déchéance de nationalité ..........
Des hochets pour les médias !
Paulquiroulenamassepasmousse
- 22/07/2016 - 14:51
Rien...!
Pas plus que la déchéance de nationalité ..........
Des hochets pour les médias !
Yves3531
- 22/07/2016 - 09:15
Et qu'est devenue l'article sur ...
la religion ? L'article n'en fait pas mention !