En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 12 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 heures 44 min
light > Social
Colère des usagers
Grève RATP : sera-t-il possible de se faire rembourser son pass Navigo ?
il y a 6 heures 58 min
pépites > Politique
Engagement
Retraites : Emmanuel Macron défend son projet, salue les efforts du gouvernement et évoque "une réforme historique pour le pays"
il y a 8 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Trois femmes (l'échappée)" de Catherine Anne : une interprétation séduisante

il y a 12 heures 9 min
décryptage > France
Réforme

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

il y a 12 heures 52 min
pépites > International
Algérie
Présidentielle algérienne : Abdelmadjid Tebboune, l'ancien Premier ministre de Bouteflika, est élu dès le premier tour avec 58,15% des voix
il y a 13 heures 26 min
décryptage > Culture
Check news

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Science
Art préhistorique

La première œuvre figurative de l’histoire vient d’être découverte. Elle date d’il y a 44 000 ans

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Europe
Brexit

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

il y a 16 heures 58 min
décryptage > Politique
La grande illusion

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

il y a 17 heures 34 min
pépite vidéo > Social
Main tendue
Grève : Jean-Pierre Farandou, patron de la SNCF, demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes de Noël
il y a 4 heures 2 min
pépites > International
Réconciliation
Fin de la guerre commerciale ? : les États-Unis et la Chine annoncent un accord
il y a 8 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"De l'autre côté, la vie volée" de Aroa Moreno Duran : le soleil se lève à l'est

il y a 11 heures 45 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand coulent les heures de bronze et quand roulent les nanobilles dorées : c’est l’actualité des montres à la veille de l’hiver
il y a 12 heures 29 min
décryptage > Social
Réforme protéiforme

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

il y a 13 heures 6 min
pépites > France
Agression
Un homme qui menaçait des policiers avec une arme blanche a été "neutralisé" à la Défense
il y a 14 heures 10 min
décryptage > International
Vote

Elections algériennes : manifestations et abstention record, le peuple algérien plus déterminé que jamais à en finir avec les années Bouteflika

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Santé
Activité physique

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

il y a 16 heures 15 min
décryptage > France
Clownerie généralisée

Retraites : le jeu des 7 erreurs

il y a 17 heures 13 min
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 1 jour 11 heures
© Reuters
© Reuters
Ambigu à souhait

Emmanuel Macron dans la peau d'un candidat sans jamais prendre ses distances avec François Hollande

Publié le 15 juillet 2016
Mardi soir, à la Mutualité, le ministre de l’Économie a fait un discours de candidat, défendant la laïcité et l'identité française, se disant profondément "de gauche" tout en voulant dépasser les clivages.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mardi soir, à la Mutualité, le ministre de l’Économie a fait un discours de candidat, défendant la laïcité et l'identité française, se disant profondément "de gauche" tout en voulant dépasser les clivages.

Emmanuel Macron ne dira rien. Rien de rien. Ni s'il est candidat, ni s'il compte quitter le gouvernement. Pourtant, hier soir, les circonstances s'y prêtaient. La dramaturgie était à son comble. Sur le trottoir, devant l'entrée de la Mutualité où le locataire de Bercy tenait son premier meeting, quelques centaines de manifestants, armés d’œuf pourris, criant "Macron Medef même combat". Dans la salle, les marcheurs, ces soutiens du ministre de l’Économie : jeunes, beaux, sympas, parisiens ou venus, comme Axelle, de la Silicon Valley pour soutenir le ministre. Un brin agaçants. Deux gauches qui semblent, en effet, irréconciliables. La théâtralité est bien là. Indéniablement. 

L'espoir aussi est palpable chez ceux qui sont venus écouter le ministre de l’Économie. Tellement nombreux que certains ont dû faire demi tour faute de place. Tous rêvent qu'Emmanuel Macron soit l'homme providentiel qui sauve la gauche en 2017. Les discours, en préambule, tournent d’ailleurs parfois au culte de la personnalité. Certains louant sa modestie, son sens de l'écoute, d'autres son courage et sa joie de vivre... L'un de ses soutiens, la député Richard Ferrant l'incitant même à "ne plus se poser la question du j'y vais j'y vais pas mais à dire j'y vais". 

Malgré ces appels du pied, Macron ne dira rien. Certes, il y a cette phrase, ambiguë à souhait, prononcée en fin de discours "ce mouvement, rien ne l’arrêtera, nous le porterons jusqu'en 2017, jusqu'à la victoire". Mais de quelle victoire parle-t-il ? De la sienne, de celle de la gauche ? 

Tout au long de son discours, il va ainsi jouer sur le fil du rasoir. Parlant très peu de lui, seulement pour se dire "de gauche, c’est mon histoire, mes filiations, mes indignations". Préférant mettre l'accent sur son mouvement qui "souhaite dépasser les clivages".

Il oscille ainsi entre légères piques adressées à François Hollande "notre pays est usé par les promesses non tenues" ou encore "j'ai vu que quand on n'a pas bien expliqué ce que l'on voulait faire au début, on a plus de mal" et les allégeances "François Hollande m'a fait confiance et je ne le remercierai jamais assez. Je ne veux pas faire un mouvement qui dit du mal du président de la République".

Il parle ainsi sans notes, comme un prof au milieu d'un amphi, tournant parfois le dos à la salle pour s’adresser à ses soutiens assis sur la scène. Il balaye rapidement les questions d’écologie, explique qu’il veut réconcilier la France des startupper et cette France "qui a peur du déclassement, qui habite en province et qui voudrait réussir". 

Mais c'est sur les questions de laïcité et d'identité qu'il va s’arrêter le plus longtemps, prenant le contre pied de Manuel Valls en affirmant qu'il ne faut pas légiférer sur la question du voile dans les universités mais exigeant "que toutes les religions se conforment aux règles de la République. Dans notre République il n'y a pas d'inégalité être les hommes et les femmes, il y a des règles qui doivent être respectées par tous mais ça ne doit pas être combat contre une religion. Ce serait une erreur fondamentale". Et il poursuit sur l'un des autres sujet cher au cœur du Premier ministre : l'identité française, pour cette fois le rejoindre. "Ça n'est pas un grand tout la France, elle a des origines chrétiennes mêmes judéo-chrétiennes mais est-ce que ça n'est que ça ? Elle repose aussi sur un projet d'émancipation par rapport à une religion". Il y a quelques temps, le Premier ministre déclarait : " Nous sommes une vieille nation chrétienne. La force de la société française, c’est d’accueillir la communauté juive, c’est d’accueillir comme deuxième religion l’islam. Et c’est en même temps d’être le pays de 1789, le pays de la République, le pays de la loi de 1905. C’est ça, la France, c’est ce mélange, ce métissage".

Emmanuel Macron, lui, poursuit devant une salle en liesse : "l'identité française c’est un projet, c'est que que nous sommes en train d'inventer". Et de se fixer, pour la fin de l'année, un but : "un plan de transformation de la société française" . Qu'en fera-t-il ? Il n'en dit pas un mot. Le mettra-t-il au service de sa propre candidature ou de celle de François Hollande ? La salle répond à sa place en scandant "Macron président Macron président"....

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 14/07/2016 - 19:14
Et l'enfumage continue....
Hollande, Macron ou le "deal" gagnant - gagnant. Le plus jeune vise 2022 et va aider pépère à enterrer Valls, qui d'ailleurs à déjà un pied dans la tombe. Hollande compte aussi sur son futur premier ministrable pour ringardiser Juppé au centre et favoriser Sarko plus à droite, C e qui aménera Bayrou à se présenter et offrira un boulevard à Hollande qui ne fera qu'une bouchée de Mélanchouille trop proche des extrémistes de gôche......bravo l'artiste !

langue de pivert
- 14/07/2016 - 11:09
Macron cartonne...ou Macron cachetonne ?
Tout sonne faux chez ce yuppie ! Vraiment la voix de son maitre ! Hier à "C dans l'air" (et ça se sentait :-) les larbins de service se pâmaient devant l'aisance du "petit-nouveau-qui-apprend-vite". Moi je croyais voir un feuilleton à deux balles sur le cynisme politico-financier surjoué par des acteurs de troisième classe. Jeunes cadres dynamiques pour la figuration.
Benvoyons
- 14/07/2016 - 10:34
Il est conseillé économique
Il est conseillé économique 2011 jusqu'à 2014. Extrait Fiche W.....:"Énarque, inspecteur des finances, il est banquier d'affaires chez Rothschild & Cie avant d'être nommé secrétaire général adjoint de la présidence de la République auprès de François Hollande de 2012 à 2014. Depuis 2014, il est ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique dans le gouvernement Manuel Valls II. Après avoir été membre du Parti socialiste entre 2006 et 2009, il fonde en 2016 le mouvement En marche !". Mais son gros problème tout de même est et cela je ne puis l'accepter: Il dirige la cellule qui fait augmenter de plus de 70 milliards d'€ l’impôt sur la classe moyenne, qui interdit aux bas salaires de gagner plus de sous avec les heures sup (9000000 de salariés ont subit directement une perte plus que substantiel sur les salaires.) Mais plus grave car délit d’initié car en sachant cela ( lui haut fonctionnaire 'Inspecteur des Finances) excusé du peu , il ne donne pas tout son patrimoine pour moins payer d'impôt. Désolé mais pour moi cela est rédhibitoire. Quand vous voyez ce qu'a donné notre Caton H Haut Fonctionnaire qui à 30 ans participe affaire Caton ! Rage! Pourriture sur le dos des Fr