En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

07.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 4 heures 1 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 6 heures 14 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 7 heures 26 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 7 heures 54 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 9 heures 54 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 11 heures 43 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 12 heures 53 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 3 heures 48 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 4 heures 28 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 7 heures 1 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 7 heures 44 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 8 heures 14 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 11 heures 2 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 12 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 13 heures 18 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 13 heures 33 min
© wikipédia
© wikipédia
Identité

Nos empreintes digitales (et autres données biométriques) nous appartiennent-elles encore maintenant qu'elles sont utilisées par les géants du web ?

Publié le 15 juillet 2016
Désormais indispensables pour déverrouiller son iPhone et particulièrement pratiques pour identifier des amis sur les photos Facebook (par exemple), les données biométriques font parties de notre quotidien à tous. Pour autant, elles tombent dans un flou légal relatif qu'il est important de connaître avant de choisir de les utiliser.
Jessica Eynard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jessica Eynard, lauréate du Prix Informatique et Libertés de la CNIL 2012, est maître de conférences en droit à l'Université de Toulouse 1 Capitole et à l'IUT de Rodez.
Voir la bio
Fabrice Epelboin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Epelboin est enseignant à Sciences Po et cofondateur de Yogosha, une startup à la croisée de la sécurité informatique et de l'économie collaborative.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Désormais indispensables pour déverrouiller son iPhone et particulièrement pratiques pour identifier des amis sur les photos Facebook (par exemple), les données biométriques font parties de notre quotidien à tous. Pour autant, elles tombent dans un flou légal relatif qu'il est important de connaître avant de choisir de les utiliser.

Atlantico : Alors que les données biométriques (empreintes digitales, rétiniennes, voix, etc.) se développent de plus en plus, la législation autour de ce business reste encore assez vague. Juridiquement, comment encadre t-on la collecte et l'utilisation des données biométriques ? Sommes-nous d'ailleurs propriétaires de nos propres données biométriques ?

Jessica Eynard : L'utilisation de la biométrie nécessite en principe de requérir une autorisation de la CNIL qui donne son accord en différenciant les biométries à trace (empreinte digitale, ADN,...) et sans trace (contour de la main, réseau veineux, ...). La CNIL privilégiera toujours les biométries sans trace moins risquées par nature (pas de prélèvement sans l'accord de la personne concernée) si elle le peut.

Je ne pense pas que l'on puisse parler de droit de propriété sur les données biométriques. En droit, le droit de propriété est composé de l'usus, du fructus et de l'abusus, OR ce dernier attribut permet à la personne de vendre le bien objet du droit de propriété et donc de s'en détacher complètement. Tel n'est pas ce qui se passe pour les données biométriques qui restent inéluctablement attachées à la personne qu'elles concernent. On se rapprocherait en réalité davantage d'un droit de la personnalité tel que le droit qu'une personne a sur son image ou sa voix.

Fabrice Epelboin : La loi est pour le moins floue, et comme pour les Etats-Unis, les citoyens doivent s’appreter à être pris entre deux feux : les Etats, qui collectent déjà massivement des données biométrique comme les empreintes digitales et qui font de même avec la reconnaissance faciale, dans le cadre de dispositifs de surveillance de la population comme le programme INDECT (voir ici) et les entreprises privées, comme Facebook, qui utilise la reconnaissance faciale pour identifier les individus sur les photos que vous mettez en ligne (sans vous donner, en Europe, accès à la fonctionnalité) ou Apple, qui utilise vos empreintes digitales pour verouiller votre iPhone.

La loi sur les transfert de données personnelles hors Union Européenne ont certes été rendue caduque suite aux révélations d’Edward Snowden, mais le “privacy shield” venu les remplacer est en tous points identique, souligant à quel point l’Europe n’est pas en mesure de protéger ses citoyens et les laisse à la merci d’une surveillance globale mise en œuvre par les Etats-Unis. A l’heure où des candidats tels que Donald Trump s’imposent sans difficultés dans la course aux présidentielles, il serait peut être bon de prendre ce signal faible au sérieux et de mesurer l’ampleur de l’impuissance de nos institutions à protéger ses citoyens, car en l’état, toutes nos données biométriques sont en passe d’appartenir à la NSA.

En 2008, une loi a été votée dans l'Illinois (Etats-Unis) suite à la faillite de la société Pay By Touch, dont la technologie de paiement par toucher était utilisée par de nombreux commerces. Cette société proposait de vendre sa base de données biométriques. Quels sont les risques que nous encourrons si nos données étaient possédées par un tiers ? Cela peut-il développer le phénomène de vol d'identité ?

Jessica Eynard : La question des enjeux et des risques est une question très large.

La donnée biométrique est-elle devenue un élément de l'identité ? Doit-on donc se fonder sur elle pour prendre des décisions tel que cela se fait au niveau du système européen Eurodac par exemple, qui "trie" les demandes d'asile sur la base des empreintes digitales, ce qui conduit les demandeurs d'asile à s'abîmer les bouts des doigts (brûlures profondes, voire pire) ?

Par ailleurs, quelle confiance peut-on vraiment accorder à ces données ? Il ne faut pas oublier que malgré l'hyper identification qu'elles permettent, les modes de récolte et de conservation peuvent ne pas être idéaux et conduire à des faux résultats. En cas de collecte de données biométriques à l'insu de la personne, nous pourrions aussi nous retrouver dans des situations où l'on retrouve des empreintes digitales ou de l'ADN sur une scène de crime alors que la personne n'a jamais été sur les lieux.

Enfin, un autre problème réside dans le fait que certaines données biométriques peuvent révéler des données très intrusives, telles que des  données de santé (cas de l'iris de l'oeil ou de l'ADN notamment).

Fabrice Epelboin : Le risque le plus évident est assez simple à comprendre, et pour le mettre en contexte, rappelons que la plus célèbre et respectée organisation de hackers, le Chaos Computer Club, a mis quelques jours à peine avant de contourner le système de verrouillage par empreinte digitale de l’iPhone en se basant sur une empreinte relevé à l’insu de son propriétaire. Imaginons maintenant que vous verrouillez l’accès à un système par un mot de passe, ce que vous faites sans arrêt, pour votre compte mail ou votre banque en ligne, par exemple, et que votre mot de passe soit dérobé. C’est ennuyeux, mais pas dramatique, vous pouvez en changer et continuer à utiliser ces services. Si vous avez utilisé le même mot de passe partout - ce qui n’est pas du tout une pratique sécurisée - vous pouvez aussi en changer et continuer, mais si c’est votre empreinte digitale qui a été dérobée, vous vous retrouvez dans une situation pour le moins impossible à résoudre, et vous êtes condamné à vivre pour le restant de vos jour en vous passant des technologies qui auront adopté ce type de sécurité, ce qui peut vite s’avérer très handicapant si cela est massivement adopté.

Autre risque, à partir du moment où ces données sont stockées, elle ont de grandes chances d’être vendues, ou de tomber dans une législation qui peut être en tout point opposée à votre pays de résidence, vous imposant des contraintes que vous n’avez peut-être pas anticipé.

Plus grave encore, et c’est quelque chose qu’il faut avoir présent à l’esprit quand on utilise et qu’on adopte de nouvelles technologies, nous ne vivons pas dans un environnement politique stable. Les gentilles démocraties d’aujourd’hui pourraient tout à fait se transformer en méchantes dictatures, ce ne serait pas la première fois, et nous mettre dans une position où notre vie privée, à laquelle nous n’accordons hélas que bien peu d’importance, deviendrait un élément capital. Vous aurez peut-être demain besoin de cacher le fait que vous êtes musulman tout comme d’autres ont eu besoin de cacher qu’ils étaient juifs hier, à moins que ce ne soit le fait d’être homosexuel ou communiste qui ne fasse de vous, demain, une cible privilégié d’un pouvoir despotique. Ce genre d’argument sonnait dans le vide il y a quelques années, mais la situation particulièrement instable de l’Europe d’aujourd’hui laisse entrevoir de réelles possibilité d’un avenir particulièrement sombre.  Associer des éléments de vie privée à une donnée biométrique est quelque chose de définitif sur lequel vous ne pourrez jamais revenir en arrière. Les résistants durant l’occupation nazi pouvaient disposer de faux papiers, mais vous ne pourrez pas changer d’empreintes digitales si vous vous retrouvez dans la même situation demain.

En 2015, plusieurs entreprises (Facebook, Google, Shutterfly, Take-Two Interactive Software) ont été attaquées en justice par des particuliers, notamment autour de la question de la reconnaissance faciale. À l'heure d'Internet et des réseaux sociaux, est-il vraiment aisé de définir un cadre juridique sur ces questions ?

Fabrice Epelboin : Le Patriot Act, combiné au Privacy Shield, définissent parfaitement la situation des données personnelles des citoyens Européens : elle ne leur appartiennent pas, et ils n’ont pas le moindre recours quand à l’utilisation qui en est faite. Au mieux, ils arriveront à faire du buzz en ayant recours à une loi qui sera immédiatement réécrite à l’identique.

Il est illusoire d’imaginer que le droit puisse être d’un quelconque recours et offrir quelque protection que ce soit, cette responsabilité revient avant tout aux citoyens, qui doivent pour cela comprendre les technologies qu’ils utilisent et agir en toute responsabilité. Seuls les individus peuvent se protéger, et attendre d’un Etat ou d’une institution qu’il le fasse à votre place revient à se comporter de façon parfaitement puérile et irresponsable.

Si vous n’êtes pas capable de comprendre les tenants et les aboutissants des technologies qui manipulent vos données personnelles - biométriques ou pas - alors contentez vous de retenir que vous prenez un sérieux pari sur l’avenir et l’évolution du monde, et que vous ne pourrez pas revenir en arrière le jour où vous réaliserez les conséquences de vos décisions. C’est un pari, à chacun de prendre ses responsabilités, mais se défausser sur l’Etat ou la Justice c’est faire preuve d’une naïveté qui confine à la bêtise.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires