En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

03.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

04.

Brest : les urinoirs retirés à la gare sous pression d'une association féministe

05.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

ça vient d'être publié
décryptage > Insolite
Bonnes feuilles

Comment Charles de Gaulle a été envoûté par Brigitte Bardot lors de sa visite à l'Elysée

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Comment la violence a envahi l'espace public face à la faiblesse de ceux qui conservent le monopole de la force

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Economie
Liberté chérie

Joseph Macé-Scaron : "Face à la montée des totalitarismes, se passer du libéralisme est plus qu’un crime, c’est une faute"

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Media
Censure

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

il y a 1 heure 20 min
décryptage > France
Equité générationnelle

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

il y a 1 heure 20 min
décryptage > International
Avertissement

Après les manifestations, l'Iran à l'heure du choix

il y a 1 heure 21 min
pépite vidéo > France
Violences
L'IGPN ouvre une enquête après la diffusion d'une vidéo montrant deux policiers frapper un manifestant à terre le 5 décembre
il y a 16 heures 50 min
pépites > International
Drame
Pakistan : les autorités enterrent l'enquête sur les centaines de femmes chrétiennes vendues à des Chinois
il y a 18 heures 2 min
pépites > France
Autre mouvement de protestation
Prix du gazole : des blocages routiers organisés dans toute la France
il y a 19 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Léonard 2 Vinci" : Une étonnante fresque, qui magnifie le grand Léonard, et le "9ème art"

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sport et la marche : ces outils précieux pour aider et guérir certains jeunes en souffrance à l'adolescence

il y a 1 heure 15 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le plan de Joe Biden face à Donald Trump dans le cadre d'une élection qui ne ressemblera à aucune autre dans l'histoire des Etats-Unis

il y a 1 heure 17 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ces 5 tendances planétaires qui définissent notre futur climatique
il y a 1 heure 19 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Pourquoi l’Occident ne devrait pas avoir peur de la Chine

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Histoire
Atlantico Litterati

De Gaulle chef de guerre, ou la panoplie du visionnaire

il y a 1 heure 21 min
décryptage > France
Implacable justice prolétarienne

L'Humanité se surpasse dans le comique. « Le gouvernement a fait appel à des cars privés pour briser la grève ! », s'indigne le journal. Rions un peu.

il y a 1 heure 21 min
pépite vidéo > People
Plus de peur que de mal
Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain
il y a 17 heures 17 min
pépites > Politique
Friends will be Friends
Mise en examen de François Bayrou : Emmanuel Macron continuera à échanger avec lui
il y a 18 heures 47 min
light > Société
Inégalités
Brest : les urinoirs retirés à la gare sous pression d'une association féministe
il y a 19 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'A-Démocratie. Volet 1: Elf, la pompe Afrique" : un des plus grands scandales politico-financiers de la fin du XXème siècle

il y a 20 heures 33 min
© Reuters
© Reuters
Menace imminente

Plus de décès que de naissances : aux racines du grand vertige européen

Publié le 11 juillet 2016
Pour la première fois, le nombre de décès dépasse celui des naissances en Europe selon un rapport d'Eurostat. Un résultat qui amène à s'interroger sur ses causes profondes dans le contexte de menace démographique qui pèse sur nos sociétés occidentalisées.
Yves Roucaute est philosophe. Agrégé de philosophie et de sciences politiques, il enseigne à la faculté de droit de l’université de Paris-X.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute est philosophe. Agrégé de philosophie et de sciences politiques, il enseigne à la faculté de droit de l’université de Paris-X.
Voir la bio
Eric Deschavanne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour la première fois, le nombre de décès dépasse celui des naissances en Europe selon un rapport d'Eurostat. Un résultat qui amène à s'interroger sur ses causes profondes dans le contexte de menace démographique qui pèse sur nos sociétés occidentalisées.

Atlantico : Ce vendredi 8 juillet, Eurostat a publié un rapport révélant que pour la première fois, l'Europe affiche un taux d'accroissement négatif, soit un nombre de décès plus important que celui des naissances. S'agit-il là d'une simple étape de la transition démographique de nos pays, ou bien d'une conséquence de l'évolution des mentalités dans nos sociétés toujours plus individualistes ?

Yves Roucaute : C'est d’abord une conséquence des politiques de natalité et de fécondité en Europe. Il n'y a pas, aujourd'hui, de politique qui soit menée sur tout une partie du continent permettant un accroissement naturel de la population. A cet égard, il est largement possible de constater la différence entre de nombreux pays d'Europe et la Russie : la politique qui a été mise en place par Poutine a conduit à ce que la Russie sorte de sa baisse naturelle. Via une politique offensive (le matkpital) composée d'une aide au mère, la Russie a pu repartir sur un accroissement de son taux de natalité. En Europe, c'est d'ailleurs le troisième accroissement naturel démographique, juste derrière l'Irlande et le Kosovo.

A tout cela se greffe évidemment un deuxième élément non négligeable : la hausse du niveau de vie entraîne mécaniquement la baisse du nombre d'enfants par femme. C'est quelque chose que l'on sait : un enfant représente un coût. Or, quand il s'agit de donner à un enfant des études, un niveau de vie conforme au projet que l'on peut avoir pour lui, la tendance à ne pas les multiplier – à l'inverse de ce qui se fait dans certains pays très pauvres – est manifeste. Il s'agit d'un phénomène social assez classique, qui s'ajoute au phénomène politique que nous avons déjà développé.

>>> A lire aussi : Le début d'une certaine fin pour l'Europe ? Pour la 1ère fois en temps de paix, le solde démographique naturel du continent est négatif

A mon sens, il s'agit d'une tendance assez lourde. En l'absence de ces politiques de natalité et de fertilité, il est évident que la baisse va se poursuivre. La Chine fait d'ailleurs un excellent exemple en la matière : elle connait un renversement de la courbe quand on attendait une poursuite de sa démographie de manière formelle et incessante. Or les projections d'ici 20 ans illustrent clairement le risque d'une baisse de la natalité en Chine. A cet égard, il me semble qu'il s'agit d'un phénomène massif qui explique que l'Asie voit probablement sa démographie baisser à moyen terme. C'est là quelque chose d'assez universel, qui touche l'ensemble des pays riches : sans appui politique, la démographie chute.

L'individualisme est également à blâmer, oui. Il est de plus en plus responsable. C'est clairement une évolution des mentalités de plus en plus responsable. C'est du à l'idée qui existait encore dans les populations très classiques, agricoles, qui voulait que plus d'enfants permettait une meilleure survie de la famille. Or, la baisse de la mortalité des enfants combinée à une hausse du niveau de vie et des nécessités qui vont avec génèrent un phénomène massif, qui n'épargne guère que l'Afrique. Où le sentiment qu'avaient auparavant nos populations agricoles persiste.

Eric Deschavanne : Les deux. Il s'agit d'abord d'une étape prévisible. Le nombre des naissances reste stable, mais à mesure que les générations du baby-boom avancent en âge le nombre de décès augmente, de sorte qu'il en résulte inéluctablement un "accroissement naturel négatif", lequel devrait cependant s'estomper après la disparition de ces générations. L'individualisme est toutefois dans la durée le facteur culturel explicatif de la transition démographique qui conduit dans tous les pays développés à une situation où le renouvellement de la population paraît fragilisé du fait que le taux de fécondité tombe à environ de deux enfants par femme, voire moins. Encore faut-il s'entendre sur ce qu'on entend par individualisme. Principalement, il s'agit de l'accès des femmes au statut d'individu autonome, disposant  désormais d'une liberté sociale et d'une maîtrise de leur fécondité dont elles ne jouissaient pas auparavant. Cet individualisme est aussi un humanisme. Le taux de fécondité dépend de l'autonomie de la volonté et de la raison humaines, et non plus seulement de la nature ou de la volonté de Dieu.  Les couples choisissent librement le nombre d'enfants qu'ils souhaitent avoir ou qu'ils s'estiment en mesure de pouvoir éduquer.

L'individualisme se traduit également par le fait de considérer l'enfant en tant qu'individu, comme une fin en soi et non comme un moyen au service de la prospérité de la famille ou de la nation. Ce qui nous importe, c'est de pouvoir donner à nos enfants non seulement de l'amour mais aussi les moyens de l'indépendance et de la réussite sociale dans un monde complexe où le processus d'éducation et de formation est de plus en plus long, exigeant et coûteux. Il est donc rationnel, dès lors que la mortalité infantile est à peu près éradiquée et  que la religion ne dicte plus les conduites humaines, de ne vouloir mettre au monde qu'un nombre restreint d'enfants. Cela se conçoit sans qu'il soit besoin de faire intervenir l'hypothèse d'un "individualisme négatif", défini par l'égoïsme d'individus indifférents à l'avenir de la civilisation et refusant de sacrifier leurs désirs ou leurs ambitions pour s'occuper des enfants.

Nombreux sont les commentateurs à avoir alerté l'opinion (et à continuer de le faire) quant à la menace démographique qui plane sur l'Europe. Avons-nous réellement conscience de cette menace ? Faisons-nous vraiment en sorte d'y faire face ?

Yves Roucaute : Justement, le problème vient du fait que nous n'avons absolument pas conscience de la menace que cela représente. Une population importante correspond à du pouvoir ; à de la puissance. L'une des raisons de la puissance de la Chine aujourd'hui, c'est précisément sa population aussi importante. C'est, pour part, ce qui fait son poids stratégique. La démographie est une question proprement stratégique, quand bien même la corrélation que j'ai évoquée n'est pas nécessairement directe. Néanmoins, à l'heure du numérique, le poids démographique conduit à un poids économique plus fort et donc, à moyen terme, à un poids stratégique plus conséquent. La question qui se pose, donc, c'est de savoir comment les pays européens et parmi eux la France (mais pas seulement) vont pouvoir inverser la courbe naturelle démographique. L’immigration ne peut pas être une solution, qui semble pourtant être la seule réponse politique. Cela explique pourquoi l'Allemagne a ouvert les frontières : toutes les projections indiquent qu'elle ne tiendra pas sa place démographique et qu'elle fait face à une baisse de sa natalité. Pour conserver son rôle, elle doit rester au-dessus des 80 millions d'habitants, ce qui représente un défi réel pour elle aujourd'hui. Toute l'Europe fait face à un vrai problème de choix démographique. Le vieillissement de la population est acté et particulièrement visible en France. Nous avons besoin d'une politique volontariste française et européenne. Il n'est pas possible d'attendre que, naturellement, les gens décident d'avoir 3 ou 4 enfants. Dans nos sociétés, cela revient à se ruiner financièrement sans pouvoir être sûr de leur assurer une vie décente. Pourtant, c'est bien là la perspective qu'il faut donner aux familles : qu'il est possible de faire des enfants, sans se ruiner et sans mettre en péril l'avenir de ceux-ci. Or, la solution ne peut se trouver que dans une réponse politique de type gouvernementale.

Eric Deschavanne : La réflexion politique, sur ce sujet comme sur tant d'autres, est à peu près nulle. Soit on considère paresseusement que l'immigration est destinée en Europe à prendre le relai de la natalité (mais on commence à s'apercevoir que l'intégration des immigrés n'a rien de naturel et requiert un gros effort politique). Soit on défend, tout aussi paresseusement, une politique nataliste à l'ancienne, à base d'allocations familiales, sans vraiment réfléchir aux facteurs susceptibles d'infléchir le taux de natalité dans un sens ou dans un autre -  ce qui exigerait de se placer sérieusement du point de vue des acteurs (individus, couples) qui prennent la décision de concevoir un enfant. Cela exigerait, par exemple de réfléchir aux conditions de l'harmonisation entre carrière professionnelle et "carrière féconde" des femmes, ainsi qu'aux conditions de l'harmonisation entre vie familiale et vie professionnelle. Cette absence de réflexion, qui me paraît commune aux intellectuels et aux politiques, résulte sans doute d'une forme d'inconscience, comme si on estimait que le renouvellement de la population nécessaire au maintien de la civilisation européenne ne constituait pas un enjeu politique essentiel. Peut-être faut-il ajouter à cette indifférence à l'avenir une inclination libérale à penser que la natalité ressortit à la liberté des individus et des familles et ne constitue donc pas une affaire politique. Il va de soi qu'une politique nataliste démocratique ne peut être que libérale; il n'empêche, la liberté individuelle s'exerce en situation, et le cadre politique peut sans doute déterminer une variation du taux de natalité, dans une certaine fourchette bien sûr.

Face à ce constat démographique, pourrait-on dire que la société occidentale aurait renoncé à elle-même, à sa survie ? Quelles pourraient être, à terme, les conséquences d'un tel comportement s'il était avéré ?

Yves Roucaute : Les peuples et les sociétés européennes ne renoncent à rien ; c'est l'élite politique qui renonce à aider les familles. Ni les Français, ni les Allemands, ni les Italiens, ni les autres ont moins envie de faire des enfants. Si on se concentre sur les plus fortes chutes des taux de natalité, on constate aisément qu'il s'agit de pays en difficulté économiques majeures, comme le Portugal, la Grèce ou l'Espagne. Aujourd'hui, les familles sont dans des situations de stress que nous avons abordé précédemment et le concept de famille se retrouve désormais attaqué moralement. Le politiquement correct l'attaque sur le plan moral, lui nie sa dimension de lieu de production du vivant. Au lieu de la mettre au centre, on l'accuse. Que tout cela soit clair : que des homosexuels puissent se marier n'est pas mon problème. Ce qui l'est en revanche, c'est la nécessité de réinstaller la famille au cœur de nous soucis ; de la protéger moralement, culturellement et de montrer qu'elle est la clef de la nation. Il n'y a pas de politique en sa faveur. Il faut la valoriser. Aujourd'hui, elle est seule face à deux problèmes considérables que sont ces attaques morales et les considérations financières. Finalement, ces deux problèmes se retrouvent sur le plan politique, mais en l'absence de réponse, on constate clairement la débandade européenne. Il faut cesser la gestion à court terme, cesser de dévaloriser la famille.

La politique de la famille ne peut se concevoir et n'est possible que si l'on répond à une vision à moyen ou long terme. Or, nos politiques publiques sont mises en œuvres par des gens qui n'ont pas ces visions. Ils agissent selon le temps court. Il va de soi qu'un enfant représente une charge pour la société tout entière, mais le limiter à ce seul aspect c'est se comporter en gestionnaire – comme le font nos politiques – et rater toute la dimension stratégique. Voir les implications sur le long terme c'est nécessairement chercher un taux de renouvellement naturel important. Or, en France et en Europe, ce taux est principalement nourri par l'immigration (et leurs enfants). La politique familiale européenne, toute stratégique qu'elle soit, est sous-estimée sur tout le continent. Rares sont les exceptions.

Eric Deschavanne : Je ne crois pas que les sociétés occidentales renoncent à elles-mêmes, mais elles connaissent une crise de l'avenir, liée à la fois à la déstabilisation provoquée par la mondialisation et au raccourcissement de l'horizon temporel de la politique. Le Baby-boom demeure une énigme. Les sociétés occidentales étaient déjà en un sens individualistes, mais la confiance en l'avenir – liée sans doute à l'optimisme de la reconstruction d'après-guerre, à la croissance économique et aux systèmes de protection sociale qui furent alors mis en place -  poussait les couples à  faire d'avantage d'enfants. Aujourd'hui, l'avenir apparaît à la fois plus incertain et plus exigeant. Accompagner un enfant jusqu'à l'âge adulte est un processus long et coûteux. Pour inciter les couples à vouloir mettre au monde un ou deux enfants supplémentaires dans le contexte de l'individualisme, il faudrait une nouvelle "sécurité sociale", tandis que la croissance économique, la sécurité de l'emploi et les anciens dispositifs de protection sociale sont aujourd'hui mis à mal. Or, comme dit précédemment, le problème n'est pas même posé, car pour nos gouvernements démocratiques, le long terme, c'est la fin d'un quinquennat. La question de savoir si le long terme peut encore être pris en charge par la politique me semble devoir être posée. On pourrait faire valoir comme objection l'omniprésence de certains thèmes écologistes, tel que le réchauffement climatique. J'ai toutefois le sentiment qu'il ne s'agit que de mode idéologique, et non véritablement de priorités inscrites à l'agenda politique.

Depuis quelques années, la société israélienne se caractérise par une hausse de son taux de natalité. Peut-on établir un lien entre cette hausse et le sentiment de menace qui pèse quotidiennement sur cette société ? Dans quelle mesure ce phénomène nous renseigne-t-il sur la question de la démographie européenne actuelle et à venir ? 

Yves Roucaute : Je ne suis pas sûr de la relation que vous dressez entre le phénomène de stress, d'insécurité et de la hausse des naissances. Si on se base sur le précédent qu'est le Baby Boom, on constate clairement que durant la guerre, le phénomène d'insécurité sur l'avenir, celui de stress ont engendrés une baisse claire des naissances. En revanche, à la libération, les familles étaient rassurées, envisageaient l'avenir et ont fait plus d'enfants. C'est cela qui a engendré le Baby Boom. Le stress et l'insécurité ne permettent pas un contexte propice aux naissances. Sauf, effectivement, dans le cadre d'une insécurité sociale : quand il est dur à dire si les enfants vont survivre, que la mortalité infantile est élevée, qu'on fait face à la misère, à la pauvreté… là, effectivement, le nombre de naissance augmente. Cette insécurité n'a en revanche rien à voir avec l'insécurité politique, ou même militaire. Ces insécurités-là conduisent à une baisse des naissances.

Pour autant, Israël demeure une question très à part. Le modèle de natalité qu'on y observe y est très propre au pays. Ce qui explique en partie le développement de la natalité sur place est scindé en plusieurs facteurs, parmi lesquels un sentiment patriotique qui pousse à faire des enfants. En outre, les familles sont beaucoup plus aidées qu'en Europe et ne sont pas dévaluées, pas abandonnées. L'élite politique Israélienne aide les familles. Persiste également, au-delà du religieux puisque 50% des israéliens se disent laïcs, le sentiment d'appartenir à une même communauté. Cela génère plus d'entraide et un climat plus propice à faire des enfants. Ces éléments constituent des clefs ; sans oublier que les populations juives et musulmanes ont plus d'enfants que les populations chrétiennes.

Eric Deschavanne : Israël représente en effet par son taux de natalité une anomalie parmi les sociétés démocratiques modernes. On peut risquer quelques hypothèses explicatives. Le nationalisme constitue sans doute un facteur de poids. Israël est une jeune nation pour laquelle l'avenir n'est pas une abstraction, pour laquelle peupler, c'est exister. Il existe cependant un autre facteur explicatif, peut-être plus déterminant : le facteur religieux, qui constitue un contrepoids à l'individualisme moderne. Ce facteur est à l'oeuvre parmi la population arabe d'Israël (même si la transition démographique y est à l'oeuvre); mais ce sont surtout les Juifs ultra-orthodoxes, dont le taux de natalité est "archaïque" (7 ou 8 enfants par femme) qui portent ce dynamisme démographique. Je ne pense pas qu'on puisse tirer de ce contexte particulier des leçons pour l'Europe. L'enjeu du renouvellement des générations en Europe est celui de la survie de la civilisation européenne, humaniste, libérale et "individualiste". Le moyen du salut ne saurait être le retour à l'intégrisme religieux, ni même au nationalisme exacerbé.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

03.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

04.

Brest : les urinoirs retirés à la gare sous pression d'une association féministe

05.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 12/07/2016 - 13:43
Franchement faut arrêter de se reproduire
comme des lapins.. On aurait moins de naissances, plus de décès et plus de chômage !!

Hou hou les zéconomistes vous en pensez quoi exactement ??
Deneziere
- 11/07/2016 - 23:29
Aucune population ne peut augmenter indéfiniment
Article globalement inepte. Roucaute a une vision passéiste de la population, de type armée napoléonienne ou guerre de 14. Aujourd'hui, la corrélation entre taille de population et puissance d'un pays ne vaut que dans des facteurs de 1 à 50, pas de 1 à 2. Depuis les années 70, la population de la France a augmenté, le chômage aussi, et sa puissance a diminué. Ce n'est pas plus d'africains qu'il nous faut, c'est plus de drones et de robots. Et puis de quoi parle-t-on exactement ? On assiste à une fluctuation ou à une énorme décrue ? L'article ne le dit pas
vangog
- 11/07/2016 - 22:27
l'égalitarisme gauchiste crée des êtres asexués...
frustrés de cette différence si nécessaire à la quête de l'autre, à l'amour...eh, oui! Tout se rejoint! L'idéal uniforme et univoque de la gauche crée très rapidement une société Orwellienne nivelée et stérile, par abstraction des trois autres grands idéaux! Pourquoi croyez-vous que les gauchistes se précipitent avec une telle appétence vers les ersatz fallacieux de la créativité, la PMA et la GPA, confluence de leurs délires égalitaristes et source de leur nouvel eugénisme? Socialisme et national-docialisme s'y rejoignent dans leurs buts et desseins sociétaux morbides...la société bourgeoise capitaliste, telle que l'a créee l'histoire naturelle est mauvaise! alors il faut inverser le rythme et la fonction de la nature, afin de créer l'homme nouveau universel, asexué, formaté par le socialisme, poursuivant le même dessein contre-naturel. Alors, la solution? Revenir sur toutes les erreurs du gauchisme, extirper l'idéologie de l'éducation, de la justice, abolir les lois societales malsaines et surnaturelles ( pratiquement toutes), rétablir l'idéal bourgeois naturel ( oh purain! Le gros mot), les différences homme-femme, bref, tout cette liberté dangereuse source de l'amour individuel