En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

05.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 6 heures 13 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 7 heures 11 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 7 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 8 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 12 heures 9 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 13 heures 28 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 6 heures 44 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 7 heures 33 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 8 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 11 heures 23 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 11 heures 55 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 12 heures 23 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 13 heures 18 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 13 heures 29 min
Situation tragique

Tensions raciales maximum aux Etats-Unis : Barack Obama en a-t-il fait assez pour les Afro-Américains ?

Publié le 15 juillet 2016
La fusillade de Dallas et l'assassinat de deux Afro-Américains cette semaine par des policiers aux États-Unis ne font qu'augmenter la longue liste de ce type d'incidents recensés ces dernières années. Un problème qui présente des caractéristiques structurelles et vis-à-vis duquel Barack Obama aurait pu néanmoins être plus actif, malgré l'hostilité du Congrès.
Yannick Mireur est l’auteur de deux essais sur la société et la politique américaines (Après Bush: Pourquoi l'Amérique ne changera pas, 2008, préface de Hubert Védrine, Le monde d’Obama, 2011). Il fut le fondateur et rédacteur en chef de Politique...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Audrey Célestine est politiste, maître de conférence à l’université Lille 3 en études américaines. Elle travaille actuellement, en collaboration avec l’historien Nicolas Martin-Breteau, sur le mouvement Black Lives Matter. Tous deux co-dirigent un...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yannick Mireur
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yannick Mireur est l’auteur de deux essais sur la société et la politique américaines (Après Bush: Pourquoi l'Amérique ne changera pas, 2008, préface de Hubert Védrine, Le monde d’Obama, 2011). Il fut le fondateur et rédacteur en chef de Politique...
Voir la bio
Audrey Célestine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Audrey Célestine est politiste, maître de conférence à l’université Lille 3 en études américaines. Elle travaille actuellement, en collaboration avec l’historien Nicolas Martin-Breteau, sur le mouvement Black Lives Matter. Tous deux co-dirigent un...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fusillade de Dallas et l'assassinat de deux Afro-Américains cette semaine par des policiers aux États-Unis ne font qu'augmenter la longue liste de ce type d'incidents recensés ces dernières années. Un problème qui présente des caractéristiques structurelles et vis-à-vis duquel Barack Obama aurait pu néanmoins être plus actif, malgré l'hostilité du Congrès.

Atlantico : Ce jeudi, lors d'un rassemblement à Dallas en hommage aux deux Afro-Américains tués par des policiers ces derniers jours, cinq membres des forces de l'ordre ont été tués par des tirs de sniper. N'est-ce pas le signe d'un retour en force du racisme aux Etats-Unis ? 

Yannick Mireur : Je ne crois pas qu'il y ait un retour en force du racisme aux Etats-Unis dans la mesure où le racisme est inhérent à la société américaine, et à nos sociétés en général. Néanmoins, depuis une cinquantaine d'années, on a pu assister à une évolution de la condition et de l'acceptation des Afro-américains dans la société américaine, même si des poches de résistance géographiques, sociales et culturelles demeurent. Dans le cas américain, il ne faut pas oublier les autres facteurs qui viennent s'agréger à ces vestiges de l'Histoire, comme l'imparfaite transformation de la condition des Afro-américains aux Etats-Unis. Une partie est encore marginalisée économiquement et socialement. Au tout début de son mandat, Barack Obama a été courageux de pointer du doigt la responsabilité des Afro-américains eux-mêmes, notamment en ce qui concerne la destructuration de la cellule familiale au regard du nombre important de femmes afro-américaines élevant seules leurs enfants. Ceci ne constitue pas une condition optimale pour le développement de jeunes hommes, d'autant plus que le taux de criminalité et d'incarcération aux Etats-Unis est plus important chez cette population tout particulièrement.

Il y a une autre caractéristique de la société américaine, profondément culturelle, à prendre en compte et dont il ne faut pas attendre à ce qu'elle change demain – à moins d'être utopiste : il s'agit du second amendement et de la liberté du port d'armes. Si l'on mêle toutes ces conditions, vous obtenez un contexte de fébrilité structurelle : un taux élevé de criminalité dans les zones de population majoritairement afro-américaines, la liberté du port d'armes. La crainte existe donc des deux côtés, aussi bien chez les jeunes hommes afro-américains que chez les policiers.

Ce qui permettra une amélioration de la situation, ce n'est certainement pas une réécriture du second amendement dans un sens plus restrictif – et encore moins sa suppression. Obama a déjà essayé d'agir sur le plan législatif en encadrant techniquement les armes qui jouissent de l'implication de ce deuxième amendement, permettant ainsi d'exclure un certain nombre d'armes, telles que les armes particulièrement létales, de ce principe de liberté du port d'arme. Sans succès. 

Audrey Célestine : Si l’événement de Dallas a une dimension exceptionnelle dans un contexte de forte médiatisation et mobilisation autour de l’assassinat par des policiers de deux hommes identifiés comme Afro-américains dont la mort a été filmée, on ne peut pas parler de retour en force du racisme aux Etats-Unis. Il peut sembler difficile de ne pas envisager l’élection d’Obama en 2008 comme une rupture importante dans l’histoire du racisme aux Etats-Unis. Pourtant, si on parle des inégalités qui touche les populations noires aux Etats-Unis, on voit leur caractère persistant, en dépit des progrès législatifs. Depuis les années 1970, on a une augmentation considérable des arrestations et condamnations qui touchent de façon très importante les hommes afro-américains. On sait qu’un homme afro-américain sur trois est ou a été mis en prison au moins une fois dans sa vie. Depuis le début des années 1970, le chômage des Afro-américains a toujours été deux fois supérieur à celui des personnes identifiées comme blanches. En dépit d’une augmentation de leurs revenus depuis les années 1960, les Afro-américains ont fait l’objet de mesures empêchant la constitution de patrimoines familiaux, y compris immobiliers, plaçant un certain nombre d’entre eux, y compris dans la "classe moyenne", dans une vulnérabilité sociale auxquelles des familles blanches plus modestes sont moins exposées.

Dans ce que l’on définit comme sa dimension structurelle, on ne peut pas parler d’un retour en force du racisme mais d’une persistance de celui-ci. Ce qui change depuis 2013 et la création du mouvement Black Lives Matter, c’est la publicisation faite autour des questions de violence policière. Les interactions avec les forces de l’ordre qui se terminent par la mort de la personne contrôlée font l’objet de mobilisations à la fois sur les réseaux sociaux et lors de manifestations. Ils sont mêmes souvent présentés par les militants comme des formes de "lynchages" dont le but serait de terroriser les populations noires. 

Depuis la mort de Michael Brown, abattu en août 2014 par un officier de police, la liste des Afro-Américains tués dans des circonstances troubles par des policiers ne cesse de s'allonger. Comment expliquer ce phénomène ? Les forces de l'ordre américaines sont-elles racistes ? Observe-t-on des disparités sur le territoire américain en la matière ? 

Yannick Mireur : La police américaine n'est pas tout entièrement un monolithe anti-noir, d'autant plus qu'il y a un nombre important de policiers afro-américains aux Etats-Unis. Néanmoins, dans certaines zones des Etats-Unis, comme les plaines agricoles ou le Sud – les pays de la Confédération en général où la lutte contre l'esclavage a été politique - certains officiers peuvent présenter des sentiments hostiles à l'égard de certaines communautés. Un certain nombre d'Américains trouvent inacceptable d'avoir un Afro-Américain à la tête du pays, ce qui n'empêche pourtant pas Obama d'être sur une crête de 50% d'opinions favorables. Malgré cette haine d'une partie de la population à son égard, aucune tentative d'assassinat n'a été perpétrée à son encontre, contrairement à ce que certains pouvaient redouter au moment de son élection. 

Audrey Célestine : Depuis le début de l’année, le site killedbypolice.net recense près de 607 morts tués par la police. Près d’une quinzaine pour le seul mois de juillet. Plusieurs facteurs ayant trait à la formation des policiers, à la militarisation des forces de l’ordre peuvent contribuer à expliquer le phénomène. Les militants antiracistes insistent cependant sur le fait qu’alors que les policiers savent dans certaines situations abaisser des situations de tension au moment d’arrestation – on parle de "de-escalation" - l’usage des armes est beaucoup plus important et systématique quand il s’agit d’Afro-américains. Il est frappant de constater qu’un nombre important de personnes dont la mort a été médiatisée ont été arrêtées pour des délits mineurs (absence de clignotant, feu arrière cassé, vente à la sauvette, etc.). On sait que le nombre de personnes non armées tuées par la police est cinq fois plus élevé pour les Afro-américains que pour les blancs. Beaucoup insistent sur la vulnérabilité particulière du corps noir aux Etats-Unis.

L’auteur Ta-Nehisi Coates en a fait l’objet d’un livre important (Between the World and Me, traduit en français cette année sous le titre Colère noire. Lettre à mon fils). Mais le maire de New York ne dit pas autre chose quand il parle de ses craintes lorsque son fils, adolescent métis, est à l’extérieur et qu’il est mis en danger par une police qui devrait le protéger comme n’importe quel citoyen américain. Les parents d’enfants identifiés comme afro-américains savent qu’ils seront plus souvent contrôlés, arrêtés. Ils leurs donnent des conseils spécifiques pour minimiser les risques en cas de contrôle policier. Mais ils savent qu’ils seront vus comme suspects et partant davantage en danger en cas d’interaction avec les forces de l’ordre. Et cela nourrit une peur qui donne à Black Lives Matter une force émotionnelle particulière. Il est significatif que le mouvement ait débuté par une "Lettre d’amour aux personnes noires" après l’acquittement de George Zimmerman.

Dans quelle mesure la situation actuelle peut-elle être comparée à de précédentes périodes de l'histoire contemporaine américaine ? Lesquelles et pourquoi ? 

Audrey Célestine : Lorsqu’on examine les dénonciations faites du racisme et des violences raciales aujourd’hui aux Etats-Unis, on voit que des connexions avec le passé sont clairement établies. On fait remonter la question de la violence structurelle contre les Noirs aux Etats-Unis à la période de l’esclavage. Les prises de parole publiques de personnalités et militants antiracistes, et un certain nombre de contributions académiques, font ce lien et ces allers-retours entre passé et présent, évoquant davantage un continuum qu’une véritable rupture après le Mouvement pour les Droits civiques. En ce qui concerne le mouvement Black Lives Matter, il est très souvent rattaché au Civil Rights Movement. S’il existe des éléments de continuité, Black Lives Matter s’en distingue également par la mise en avant de profils nouveaux dans le leadership (femmes, personnes s’identifiant comme LGBTQ), d’une absence des églises noires dans l’organisation du mouvement notamment. 

Yannick Mireur : Il s'agit en réalité d'un phénomène latent sur lequel les projecteurs ont été braqués à cause de cette malheureuse série d'évènements. Ce qui est également mis en cause et qui alimente les débats, ce sont également les violences policières qui touchent aussi bien les Afro-Américains que les autres franges de la population. Il y a, aux Etats-Unis, un grand respect de l'uniforme de police que l'on ne constate pas avec une telle intensité en Europe ou en Amérique latine. 

En réaction aux événements de Dallas et à l'assassinat de deux Afro-Américains en l'espace de deux jours par des policiers, Barack Obama a déclaré que les Etats-Unis ont vécu "trop de fois des tragédies comme celle-ci". Comment juger l'action d'Obama à ce propos ? En a-t-il fait assez ? Sinon, qu'aurait-il pu faire de plus ?

Yannick Mireur : Il convient d'établir une distinction entre ses deux mandats. Lorsqu'il a été élu, il était très important pour lui de ne pas apparaître comme le président des Afro-Américains, mais de tous les Américains. Aux alentours de son deuxième mandat, des incidents similaires à ceux dont il est question aujourd'hui se sont produits, qui l'ont plutôt bien servi. Malgré un Congrès qui lui était très hostile, je pense qu'il aurait pu avoir un discours plus incisif. C'est au fond, et d'une manière générale, ce qui ressort de sa présidence : un manque d'autorité sur ces sujets, comme sur d'autres afin d'éveiller les consciences des Américains. Sa présidence a manqué de gestes forts, comme par exemple, la réunion de figures symboliques et anciennes du Parti républicain. Ceci aurait pu lui permettre de contreblancer la contrainte d'un Congrès qui lui était hostile. Barack Obama n'est pas un très bon opérateur politique : il n'est pas très à l'aise dans les négociations de couloir, ni dans l'entretien des rapports avec l'opposition, d'autant plus qu'il a eu affaire à une opposition très virulente à son égard et désaxée idéologiquement. 

Audrey Célestine : Ce n’est pas la première fois qu’Obama s’exprime sur le sujet des violences policières s’exerçant contre les Afro-américains. Il l’a fait suite à l’acquittement de George Zimmerman dans le procès pour la mort du jeune Trayvon Martin en évoquant le fait que l’adolescent aurait pu être son fils, ou lui. Il a en outre, au cours de ses deux mandats, mené des actions pour lutter contre les inégalités comme la réforme de la Sécurité sociale ou la revalorisation des heures supplémentaires. Tout cela est cependant considéré comme tout à fait insuffisant par les militants antiracistes de Black Lives Matter et une portion non négligeable de la population noire. Son élection a suscité des espoirs importants qui sont largement déçus et c’est la tension entre le rêve et les promesses d’une Amérique "postraciale" et la réalité de la situation du pays qui peut expliquer l’émergence d’un tel mouvement. On peut ajouter qu’une partie des difficultés d’Obama à s’attaquer à un certain nombre d’enjeux tient aux réactions racistes liées à son élection, qui a contribué à dynamiser un mouvement comme le Tea Party et favorisé l’obstruction des élus républicains au Congrès.

En 2012, Obama avait affirmé "Je ne suis pas le président de l'Amérique noire". Quel danger politique cela aurait-il représenté pour Obama de mettre davantage en avant son identité afro-américaine ? A l'inverse, dans quelle mesure aurait-il pu être plus efficace que d'autres en termes de lutte contre le racisme du fait de cette identité ? 

Audrey Célestine : Comme je le disais, en dépit d’un discours extrêment prudent et qui reprend même parfois le discours conservateur et moralisateur sur la famille noire – par exemple quand il exhorte les pères afro-américains à s’occuper de leur famille ou aux parents des minorités à s’impliquer davantage pour améliorer leur environnement, leurs écoles, niant implicitement le caractère structurel des inégalités touchant les Afro-américains – l’élection d’Obama a fait l’objet de réactions extrêmement violentes et a contribué à polariser l’espace politique. Il a, de fait, repris à son compte un discours qui, très concrètement, envisage la famille afro-américaine à travers le prisme de la pathologie sociale. On ne peut pas dire qu’il n’a pas affirmé une "identité afro-américaine". De fait, il a choisi de rendre publique son auto-identification comme African-american dans le recensement américain, en dépit du fait que sa mère et la famille dans laquelle il a grandi étaient identifiées comme blanches. Ses apparitions télévisées font souvent référence à des codes généralement associés à la culture afro-américaine au sens large (on peut penser au "Slow Jam the News " dans l’émission de Jimmy Fallon). Mais faire cela ne constitue pas une politique de lutte contre le racisme. En particulier si on l’envisage moins comme les stéréotypes ou clichés sur les Afro-américains et davantage en termes de désavantage structurel et persistant qui donne, concrètement, une moindre valeur à la vie des Noirs. 

Yannick Mireur : Je pense que cela aurait contribué à le marginaliser un peu auprès de l'opinion américaine car en tant qu'élu, il est censé représenter les intérêts de l'ensemble de la population, et pas simplement d'une minorité.

Sur le deuxième point, je ne pense pas qu'il faille focaliser sur le racisme, mais surtout porter l'attention sur les outils à mettre en œuvre afin d'améliorer les conditions de vie d'une partie de la communauté afro-américaine. Des politiques de discrimination positives ont été mises en place, mais elles ont fini par atteindre leurs limites. De nouveaux instruments doivent être élaborés pour améliorer l'intégration de cette partie de la population afro-américaine marginalisée. Barack Obama a essayé de lutter contre la pauvreté en général, et pas seulement celle qui touche une partie de la communauté afro-américaine, notamment avec l'assurance-maladie universelle. 

 

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

05.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 10/07/2016 - 11:13
@Leucate
1) Il n'y a pas que les microbes et les virus qui ont décimé les civilisations amérindiennes ! Les arquebuses et les hallebardes ne rouillaient pas ! Vous "reprochez" aux Amérindiens leurs mœurs - certes - "brutaux" : ☺ en somme heureusement pour eux que les missionnaires leurs ont appris les "bonnes manières" et les ont "vaccinés" contre la "vérole" ? La brutalité est elle plus douce quand elle s'exerce contre "l'autre" ? Quand les Espagnols faisaient fondre l'or inca c'était pour les détourner de leurs dieux païens ? Ou pour s'en mettre simplement plein les poches et les voler ? Les 2 mon capitaine ? Le Mexique et le Venezuela (et tant d'autres en Amérique du sud et centrale, pour ne pas dire tous) ne sont plus des civilisations amérindiennes et n'ont jamais été européennes ! Elles sont "une autre civilisation". 2) je n'ai jamais écrit que les négriers européens allaient chercher eux-même leur matière première. Donc aux Amériques ils apportaient "la civilisation" et en Afrique ils s’accommodaient bien de la "sauvagerie" africaine ? ☺ Vous seriez pas blanc par hasard ? Catholique peut-être ? Cordialement.
lémire
- 10/07/2016 - 10:30
stats
Il existe des stats de victimisation sur "qui tue qui", ventilées par "races" (j'ai la référence quelque part). Les auteurs d'articles ne citent jamais celle sur les tueurs de policiers, alors que souvent, il est manifeste que ceux-ci tirent plus par peur ("blue lives matter") que par haine.

Et deux des affaires citées, celle de Travyon Martin et celle de Ferguson, laissent des doutes sur la manière dont les média européens la racontent (tout comme pour celle de LA en 92).

Dans les cas de ces derniers jours, hélas, peu de doutes à avoir
rodmcban
- 10/07/2016 - 01:18
Obama
Obama a, au contraire, fait énormément pour attiser les tensions raciales aux Etats-Unis. Ce pays est en fait au bord de la guerre civile à cause de son action.