En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

05.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

06.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 12 heures 11 sec
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 12 heures 51 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 19 heures 42 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 21 heures 35 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 22 heures 49 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 23 heures 31 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 15 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 16 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 18 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 12 heures 27 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 19 heures 12 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 20 heures 25 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 21 heures 12 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 22 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 23 heures 19 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 23 heures 45 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 16 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 18 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 18 heures
© Reuters
© Reuters
Auto-médication mentale

Apprendre à gérer son angoisse en la transformant en excitation, mode d’emploi

Publié le 08 juillet 2016
Se servir de trois mots "Je suis excité" dans une situation où l'on est stressé et anxieux peut potentiellement changer notre perception des événements et donner de meilleures résultats. Cette technique, nommée "anxious reappraisal” (ou réévaluation de l'anxiété) et menée par Alison Wood Brooks de la Harvard Business School, permet de se focaliser sur l'excitation et la réussite plutôt que sur son anxiété et la peur de l'échec.
Catherine Berliet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Berliet intervient depuis 15 ans en conseil, formation, coaching de cadres et dirigeants pour le compte de grandes entreprises françaises. Diplômée en communication, elle est également thérapeute, praticien en Rêve Eveillé libre. Elle est co...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Se servir de trois mots "Je suis excité" dans une situation où l'on est stressé et anxieux peut potentiellement changer notre perception des événements et donner de meilleures résultats. Cette technique, nommée "anxious reappraisal” (ou réévaluation de l'anxiété) et menée par Alison Wood Brooks de la Harvard Business School, permet de se focaliser sur l'excitation et la réussite plutôt que sur son anxiété et la peur de l'échec.

Atlantico : Selon Alison Wood Brooks, chercheuse à la Harvard Business School, il suffirait de se dire que l'on est enthousiaste, excité à l'idée de faire quelque chose, pour calmer son stress ou son anxiété. En quoi la technique de réévaluation de l'anxiété permet-elle de changer notre anxiété en excitation, et donc de mieux percevoir et de mieux appréhender la façon dont les événements vont être perçus par les autres ?

Catherine Berliet : La technique prônée par Alison Wood Brooks est d’une simplicité extrême, mais aussi et surtout complètement contre-intuitive. En effet elle part du principe que l’injonction « keep calm and carry on » que nous devons aux anglais et à leur fameux flegme tout britannique du quoiqu’il arrive « reste calme et continue », constitue pour partie une forme de non sens contre lequel elle s’élève en faux. Selon cette devise le meilleur moyen d’affronter des situations difficiles serait d’être relaxé ou de se calmer afin de revoir notre anxiété à la baisse. Après avoir étudié le phénomène de plus près, Brooks nous suggère de bâillonner notre pilote interne qui se rappelle à nous pour nous enjoindre d’être calme afin de mieux déjouer nos peurs. Pourquoi ? Et bien parce que la sérénité n’étant pas vecteur d’énergie, les leviers censés actionner les bonnes réponses sont passablement au ralenti. Aussi elle nous suggère de réinitialiser notre disque dur et de suggérer au Jiminy Cricket que nous avons sur l’épaule, de nous distiller un message qui ressemblerait beaucoup plus à : « Sois plein d’enthousiasme et d’énergie, et assume ! » Il ne tiendrait donc qu’à nous de reprogrammer notre cerveau avec un mantra qui se psalmodierait en trois mots : « Je suis excité ! »

Vous allez me demander ce qui distingue l’anxiété de l’excitation, et je vous répondrai que la première de ces émotions est induite par du négatif et axée sur du négatif tandis que la seconde est induite par du positif et axée sur du positif. Bien sûr dans ces deux cas de figures vos symptômes seront les mêmes, votre cœur battra la chamade, et votre cortisol s’emballera. Pourtant vous noterez une différence fondamentale : l’excitation est une promesse et en physique c’est un phénomène qui sort un système d’un état de repos pour le ramener à une énergie supérieure. L’anxiété, elle, est une émotion qui peut vous paralyser. Si l’appel au calme vous dit de mettre notre réactivité en berne, l’incitation à l’excitation vous force à trouver en vous les solutions ad hoc à déployer : courage, stratégie, créativité, bref vos plus beaux atours pour y parvenir. Brooks a expérimenté ce processus de reconditionnement de son anxiété, lorsqu’elle a demandé à deux groupes différents de chanter la même chanson très connue : « Don’t stop believein ‘ » du groupe Journey, devant un public. Elle demanda simplement a chaque groupe de se préparer différemment avant la performance, l’un se jetant dans l’action avec un « je suis anxieux », l’autre avec un « je suis excité » pour seul viatique. Le résultat fût spectaculaire et validé par des mesures informatisées.

Les excités de départ, l’étaient encore plus lors du passage à l’action et chantaient mieux que les autres avec une hauteur et une justesse de ton tout à fait remarquables. Alors customisons et relookons notre anxiété de fond, pour la transformer d’un coup de baguette magique en excitation motrice et énergisante. Au lieu de craindre le pire, de supputer des peurs, d’imaginer les conséquences d’une mauvaise performance, d’envisager des défaites, au lieu de faire la part belle à la fuite et à une forme de passivité utilisons notre dynamisme, changeons notre posture et notre état d’esprit en nous concentrant entièrement sur un objectif positif. Notre enthousiasme et notre pep’s reconditionneront nos craintes de fond pour mieux les focaliser sur notre réussite, notre victoire, nos bénéfices secondaires. Rentrons dans le cercle vertueux de ceux qui veulent sortir de leur zone de confort, aller de l’avant, oser dans une quête perpétuelle de valeur et de performance. Ce prisme n’est rien d’autre qu’une appétence que Sigmund (Freud) nommerait libido et que Bergson dirait « élan vital ». In fine promettons-nous d’être excité pour mieux passer à l’action en dépit de nos craintes les plus manifestes, car à n’en point douter l’action balaie le stress.

Cette technique est-elle efficace chez tous les individus ? Dans quels cas précis peut-elle se révéler particulièrement utile ?

Attention si cette technique marche dans la plupart des situations, elle est totalement inopérante dans certains métiers, en particulier pour les professions qui nécessitent une acuité attentionnelle très forte et surtout pour les personnes qui ont besoin de contrôler leur motricité fine. Je pense en particulier aux chirurgiens et à tous les métiers nécessitant une haute précision de gestes rendue impossible par l’excitation. Hormis ces exceptions, cette technique est à utiliser dans son quotidien professionnel face à toutes sortes d’enjeux : qu’il s’agisse d’affronter des situations anxiogènes et complexes, comme prendre une décision, intervenir face à un public.

Quels sont les autres moyens considérés comme efficaces pour vaincre son anxiété ?

Je considère qu’il existe d’autres techniques dont la visualisation positive. Avant de prendre la parole en public, je visualise la difficulté certes, mais comme un sportif de haut niveau, et je pense au skieur qui visionne intérieurement son slalom à venir, les chicanes qui l’attendent tout en se voyant réussir, et en s’imaginant félicité, ovationné, applaudi, et certainement pas en train de rater une porte, ni de tomber ou déraper. Je crois également beaucoup à la méthode Kaizen, c’est-à-dire à l’amélioration personnelle et professionnelle continue à petits pas, qui nous pousse à sortir de notre zone de confort pour grandir et avancer, sans nous faire violence. Autrement dit, « je ne me contente pas de ce que je suis aujourd’hui, je me pose la question de savoir comment faire mieux et je me demande ce que je dois déployer pour monter les marches du succès. »

Enfin je pense à la SRE : stratégie rationnelle émotive. Une méthode qui consiste à décortiquer ce qui déclenche le stress ou l’émotion, les effets induits tels que les changements de comportements, les répercussions physiques, psychiques, et la pensée automatique irrationnelle qui vient à l’esprit, du style : « Ils vont penser que je ne suis pas à la hauteur... ». L’idée force de cette technique sera d’opposer une pensée rationnelle à cette même pensée. Exemple : « Ne crains rien, la dernière fois que tu as pris la parole face au comité de direction, tu as assuré comme un professionnel hors pair. » Le temps est venu de nous reprogrammer car comme le dit si bien Woody Allen : « Je suis le seul obstacle à ma grandeur. » Dont acte.

Propos recueillis par Thomas Gorriz

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires