En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Alerte

Pourquoi le ralentissement de l’activité dans le secteur des services, essentiel à la création d’emplois, commence à devenir inquiétant pour l’économie française

Publié le 08 juillet 2016
Après deux mois de croissance modeste, l’Indice final Markit de l’Activité de Services en France s’établit à 49.9, un plus bas de 3 mois. Ce recul de l'activité du secteur des services trouve son explication dans la détérioration du climat social avec la loi El Khomri, le terrorisme, la remontée récente du chômage, les inondations, le Brexit... et annonce un ralentissement de la croissance économique française.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après deux mois de croissance modeste, l’Indice final Markit de l’Activité de Services en France s’établit à 49.9, un plus bas de 3 mois. Ce recul de l'activité du secteur des services trouve son explication dans la détérioration du climat social avec la loi El Khomri, le terrorisme, la remontée récente du chômage, les inondations, le Brexit... et annonce un ralentissement de la croissance économique française.

Atlantico : Après deux mois de croissance modeste, l’Indice final Markit de l’Activité de Services en France s’établit à 49.9 (51.6 en mai), un plus bas de 3 mois. Quelles sont les causes de cette quasi-stagnation de l'activité dans le secteur des services ? Dans quelle mesure les mouvements sociaux ont-ils impacté ce recul de l'activité ?

Jean-Paul Betbeze : L’indice Markit des services est, sans doute, l’indicateur le plus sensible dont nous disposons pour savoir ce qu'il se passe, ou plutôt ce qu'il se passera en France. 

Voilà en effet plusieurs mois que nous vivons un "effet de ciseaux" entre une économie qui s’améliore dans les chiffres, en particulier dans l’industrie, mais qui se détériore dans les têtes. Depuis quelques mois en effet, la France bénéficie d’un effet de rattrapage, avec l’amélioration de ses voisins et avec l’amélioration de ses marges, sous l’effet du CICE. 

Cependant, si l’on regarde ce qu'il se passe dans les services et dans les têtes, la situation est plus inquiétante. La détérioration du climat social avec la loi El Khomri, le terrorisme, la remontée récente du chômage, les inondations et maintenant le Brexit font penser que nous allons dans des territoires nouveaux, plus inquiétants. De fait, en matière de services, on voit des interrogations croître pour le transport, le tourisme, l’hôtellerie et aussi l’immobilier. On les retrouve dans le sondage.

Quelle est la part des services dans la création d'emplois en France ? Alors que les services sont censés être un moteur de la reprise économique en France, dans quelle mesure leur faible croissance est-elle inquiétante ? 

Le secteur des services est profondément diversifié et décisif dans la création actuelle d’emploi, puisque l’industrie et l’immobilier en détruisent. Il comprend par exemple les soins et la santé, qui vont se développer avec le vieillissement de la population, et les nouvelles technologies qui sont également en expansion. Cependant, à côté, il abrite le secteur de l’hébergement-restauration qui souffre de l’effet Airbnb, comme celui de la communication qui se trouve lui-même concurrencé par les nouvelles technologies (mail). Les secteurs de la banque et de la finance sont actuellement sous forte pression des nouvelles technologies, là encore, avec les tentatives de "désintermédiation" et des taux d’intérêt très bas. Dans tous ces domaines, il est de plus en plus clair que la croissance sera très modérée. 

Au total, en matière de création d’emplois, les services ne rempliront leurs promesses qu’avec plus de formation que jamais. Il ne s’agit plus de s’imaginer que les services vont se développer aux deux bouts : à un extrême, dans des emplois très qualifiés, dans le big data par exemple, et à l’autre extrême dans des endroits peu ou pas qualifiés, dans les services à la personne par exemple. Il faudra partout de la qualification, de plus en plus, et constamment.

Quelles sont les perspectives d'activités ? Alors que les dernières données datent d'avant le Brexit, quel pourrait être l'impact de la sortie du Royaume-Uni sur la santé du secteur ? 

Le Brexit va avoir un premier effet négatif sur l’hôtellerie, le tourisme, les campings et les maisons secondaires, très prisées par nos amis britanniques, en Dordogne notamment. Cet effet Brexit, par l’inquiétude et la baisse de la livre sterling, pourrait durer si la situation se détériore durablement au Royaume-Uni. Mais, en sens inverse, si le ralentissement économique se poursuit, les taux d’intérêt sont appelés à baisser encore, ce qui soutiendra l’immobilier. 

A terme plus éloigné, s’il apparaît que la France, et plus particulièrement la place de Paris, gagne au Brexit, ceci aura des effets très positifs sur les services. Mais nous n’en sommes pas là. Pour le moment, ce sont plutôt les interrogations qui demeurent, avec la préparation, de part et d’autre, de négociations qui ne seront pas nécessairement amicales. Au total, la croissance française, qui était bien partie, peut vivre actuellement une phase de ralentissement, dont les services sont le signe annonciateur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

05.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

06.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

07.

Psychogénéalogie : comment les générations familiales qui nous précèdent laissent leur empreinte sur notre identité

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 06/07/2016 - 20:09
Cette modeste croissance
N'est pas due aux nouvelles technologies , il faut le noter , , mais à des PME qui innovent dans le secteur de la grande distribution . Ils attendent tous la fameuse" innovation " qui résoudra tout , c'est mal parti,ce n'est pas non plus Uber ou son équivalent pour les locations qui vont créer de l'emploi . Pour le moment les emplois de secrétariat , d'employès dans les banques les assurances, etc semblent se raréfier , si le chômage augmente ,forcément la demande en services est moindre , Or les directives de. Bruxelles veulent cette austeritè , les programmes des candidats LR changeront ils quelque chose ?
Deudeuche
- 06/07/2016 - 11:09
@vangog
oui, et ça fait longtemps, et elle est complètement débordée par les monstres qu'elle a créés et qui ravagent cette administration Rue de Grenelle, et dans les académies.
vangog
- 06/07/2016 - 10:46
L'Education nationale socialiste ne joue plus son rôle!
Malgré l'allongement constant de la durée des études pour une mauvaises raison, le chômage, et malgré un bac transforme en pochette-surprise accordée à tous, les salariés et les chômeurs doivent effectuer de plus en plus de formations, pour compenser celles que ne fournit plus l'éducation nationale socialiste... Même au sortir du BAC, les jeunes ne savent pas écrire ni developper leur pensée, et c'est aux chefs d'entreprise de parfaire l'éducation des jeunes, quand ils ne sont pas obligés de se passer de leurs salariés pour "remise en formation"...un système typiquement gauchiste qui constitue un nouvel impôt humain ( et financier) pour les entreprises et, donc, un nouvel handicap de productivité face à leurs concurrents étrangers...