En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

07.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 14 heures 38 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 17 heures 9 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 19 heures 11 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 20 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 20 heures 55 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 21 heures 17 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 21 heures 34 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 21 heures 37 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 21 heures 42 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 15 heures 5 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 18 heures 56 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 20 heures 31 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 20 heures 51 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 21 heures 3 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 21 heures 36 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 21 heures 42 min
© Reuters
malgré le chômage, les Français sont plus optimistes pour eux­-mêmes que pour la France. C’est l’idée de la France comme patrie qui est en souffrance.
© Reuters
malgré le chômage, les Français sont plus optimistes pour eux­-mêmes que pour la France. C’est l’idée de la France comme patrie qui est en souffrance.
Bonnes feuilles

Comment penser ce monde de nomades et de néosédentaires alors qu'il nous faut défendre des valeurs

Publié le 03 août 2016
Avec Jean Viard
Le monde est en ce moment souvent noir - comme Daech - ou brun - comme les extrêmes droites. Pourtant, la société collaborative et numérique nous entraîne dans une mutation économique et culturelle aussi puissante que celle de la révolution industrielle. Ce livre est le récit des réussites de nos sociétés, mais aussi celui de leurs bouleversements. Jean Viard ­propose une analyse des limites du ­politique dans la société contemporaine et exhorte les acteurs culturels à se réapproprier le rôle de guide en matière de vision sociétale à long terme. Extrait de "Le moment est venu de penser à l'avenir", de Jean Viard, aux éditions de l'Aube 2/2
Jean Viard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Viard est directeur de recherches CNRS au CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po.Il est spécialiste des temps sociaux (les 35 heures et les vacances), des questions agricoles et de l'aménagement du territoire. Il est l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le monde est en ce moment souvent noir - comme Daech - ou brun - comme les extrêmes droites. Pourtant, la société collaborative et numérique nous entraîne dans une mutation économique et culturelle aussi puissante que celle de la révolution industrielle. Ce livre est le récit des réussites de nos sociétés, mais aussi celui de leurs bouleversements. Jean Viard ­propose une analyse des limites du ­politique dans la société contemporaine et exhorte les acteurs culturels à se réapproprier le rôle de guide en matière de vision sociétale à long terme. Extrait de "Le moment est venu de penser à l'avenir", de Jean Viard, aux éditions de l'Aube 2/2
Avec Jean Viard

La course continue. Nos armées agissent, la police est partout, le chômage est lourd, l’opinion lassée, la foule en colère. Les innovations technologiques s’accélèrent, la COP21 a été signée, le marché financier mondial est instable, les extrêmes droites en progrès. Matin brun et assassins nomades au drapeau noir se renvoient la balle. Chacun se replie sur sa proximité – la famille, les amis, l’entreprise, la commune. Plus on s’éloigne, plus on est inquiet, sauf les nomades créatifs qui surfent sur les flux et les dynamisent. 

Nos sociétés se défont des règles collectives du monde d’hier et s’extraient des mots que nous avions inventés pour les raconter et les organiser. Les grandes organisations de production, agricoles d’abord, puis industrielles et bureaucratiques, cèdent. Les partis politiques, les syndicats, les bureaucraties d’État se figent. Les entreprises et les créateurs luttent au jour le jour pour s’adapter et imaginer le monde. La mobilité est devenue un moteur puissant. Le travail comme les liens interpersonnels sont de plus en plus constitués en réseaux et en grappes, structures éphémères, concentrations événementielles, pluri­activités. Les mots pour le dire sont, eux aussi, de plus en plus désuets. « Classes », « nation », en particulier. Mais aussi « mariage » et peut-­être « contrat de travail », voire « syndicat » et « parti politique ». La famille, qui avait failli subir le même sort que le mariage dans les années 1970 et 1980, a trouvé un nouveau fonctionnement en tribu solidaire. Heureusement que nous avons inventé cette nouvelle famille flexible à quatre générations ! Elle tient la société. 

Des élites isolées et des valeurs à défendre

La distance entre les élites et le peuple a rarement été aussi grande, et la crise entre les nomades gagneurs et les néosédentaires nationaux ou les extrémistes attirés par l’islamisme sudiste ne cesse de croître. Le noir et le brun progressent et égarent de plus en plus les populations et les stratégies. Quand 86 % des Français sont favorables à la déchéance de nationalité pour des terroristes binationaux nés en France et qu’une bonne part des leaders de la gauche, mais pas seulement, y est opposée, où est le lien politique ? Ce sont pourtant des « représentants » élus. Représenter, c’est bien « parler au nom de » ? Le peuple a-­t-­il tort face aux sachants politiques et militants ? Pourquoi le peuple n’écoute­-t-­il plus ses « représentants » ? Ou pourquoi les représentants n’écoutent­ils plus leurs électeurs ? Est­-ce cela la France : des élites en leur vérité et un peuple lointain ? Où est le « lien » politique ? 

On peut faire de grandes envolées lyriques sur la République, citer avec élégance des phrases célèbres, la distance entre les élites et le peuple ne peut être masquée. Le peuple : qui est « nous », et qui n’est pas « nous » ? Les élites : « Soyons fidèle à notre tradition. » Mais le monde n’a-t-­il pas changé, toutes les traditions sont­-elles bonnes à garder ? Disait-­on autre chose à la cour de Versailles, en 1789 ? Face à cette distance considérable, il faut d’abord se questionner. Cesser les certitudes. Penser ce monde de nomades et de néosédentaires. Entendre la peur, surtout la peur symbolique, celle du manque de sens, du désarroi face au destin commun. Car malgré le chômage, les Français sont plus optimistes pour eux­-mêmes que pour la France. C’est l’idée de la France comme patrie qui est en souffrance. Et dans ce genre de situation, je me sens plus proche de Mirabeau que de Robespierre, mais Robespierre a plus de chance de gagner, soyons lucide. 

Être français, pour moi, ce n’est pas d’abord avoir lu Montesquieu, de Gaulle, Zola ou Régis Debray et habiter au centre de Paris ; c’est se sentir appartenir à une aventure qui se déroule sur un territoire, la France, où l’on cherche à vivre, à élever ses enfants, à travailler et à pouvoir voter. Avoir un toit, un repas, un amour, du respect. Or cela n’est plus vrai. Le chômage nous ronge. L’avenir du travail est incertain. Les « quartiers » sont très loin de la France républicaine. L’école méconnaît la diversité et la souplesse des petites entreprises. Les terroristes de 2015 venaient presque tous de zones dites « sensibles ». Si la politique ne sait à nouveau dire où nous voulons aller, et avec qui, et pour quoi faire, la révolte du peuple peut être terrible. Patrick Weil dit avec justesse qu’être français, c’est se reconnaître dans la philosophie des Lumières, la Révolution de 1789 (et 1848), la laïcité et parler français. C’est d’ailleurs pourquoi il y a beaucoup de « néo­-Français hors de France », car des millions de Belges ou d’Africains pourraient se reconnaître dans ces quatre éléments de valeurs et de culture. Et il faut tout faire pour renforcer cela. 

Extrait de "Le moment est venu de penser à l'avenir", de Jean Viard, publié aux éditions de l'Aube. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires