En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

03.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

07.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

01.

Cyber attaques : la France en danger?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

L’Oréal a décidé de supprimer les mots "clair" et "blancheur" de ses produits cosmétiques !

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 18 min 43 sec
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 59 min 56 sec
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 3 heures 48 sec
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 18 heures 47 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 19 heures 25 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 20 heures 38 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 21 heures 24 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 23 heures 25 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 38 min 59 sec
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 1 heure 53 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 2 heures 35 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 3 heures 9 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 19 heures 3 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 19 heures 50 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 21 heures 6 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 22 heures 46 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 23 heures 40 min
© Reuters
© Reuters
Merci papa, merci maman

Une bande d'égoïstes immatures ? Pourquoi le portrait de la Génération Y a surtout été peint pour détourner l'attention des erreurs de leurs parents

Publié le 08 juillet 2016
Alors que les Millennials, enfants de la désormais célèbre génération Y, voire Z, sont souvent pointés du doigt pour leur narcissisme et leur désespoir, la réalité pourrait bien être bien différente.
Xavier Camby
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Voir la bio
Jean-Noël Chaintreuil
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Noël Chaintreuil analyse les changements dans les organisations dus au digital et accompagne ces transformations à travers le laboratoire d'acculturation et d’innovations pragmatiques, 231 E 47 .Il enseigne dans plusieurs écoles (Sorbonne,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les Millennials, enfants de la désormais célèbre génération Y, voire Z, sont souvent pointés du doigt pour leur narcissisme et leur désespoir, la réalité pourrait bien être bien différente.

Atlantico : Le discours concernant les Millennials, génération née à l'aube de l'an 2000, décrit souvent une jeunesse désabusée, narcissique et peu indépendante. Ce type de généralité dit pourtant peu de chose de la réalité de cette jeunesse qui va aujourd'hui sur ses 30 ans. En quoi ce mode de réflexion par tranche générationnelle dit peu de choses de la jeunesse occidentale ?

Xavier Camby : C'est toujours avec effroi que j'entends énoncer ces tentatives de nomenclatures générationnelles ou que j'en apprends de nouvelles : chacune tente au mieux d'enserrer une réalité complexe dans des archétypes étroits. Donc faux, bien que soi-disant explicatifs et prétendument prédictifs. Je ne peux m'empêcher d'entendre aussi potentiellement le pire : sous le masque d'anodins "marronniers journalistiques" sont créés des compartiments sociaux, premières manœuvres pour imposer des sociétés tyranniques et/ou pour y désigner des boucs émissaires. Oui, ces généralisations générationnelles, en plus d'être ineptes, sont dangereuses : un soupçon de prétendu narcissisme, un zeste de réputation cynique ou une présomption de manque d'autonomie et voilà artificiellement créée une redoutable fracture générationnelle et sociale.

On ne peut nier que les comportements évoluent, souvent nécessairement et plus encore, fort heureusement. Ne pourrions-nous donc pas considérer ces comportements différents, nouveaux ou renouvelés, plutôt que de vouloir imposer des catégories artificielles, négativement définies qui veulent s'en distinguer ? Plutôt que de les stigmatiser, ne serait-il pas judicieux d'entendre ce qu'ils affirment, bien au-delà des frontières de l'économie occidentale ou occidentalisée ?

Ces comportements nouveaux sont en fait observables dans le monde entier et ce renouveau est une vraie révolution : tous déclarent qu'ils ne veulent pas vivre comme leurs parents ont accepté de le faire !

Jean-Noël Chaintreuil : Tout d’abord, il ne faut pas oublier que la segmentation générationnelle des Millennials (ou de toute autre génération) ne sert qu’à les observer de façon macroscopique afin de dégager de grandes tendances comportementales. Le terme Millennial regroupe aujourd’hui quasiment deux générations : les Y (nés entre 1980 et 1995) et les premiers Z (nés entre 1995 et 2000). Les seconds sont encore plus connectés et mobiles et entrent à peine sur le marché du travail, alors que les seconds ont pour certains des enfants et une carrière bien entamée. Leurs modes de consommation, de communication, leurs mythes fondateurs ne sont donc pas tout à fait les mêmes. Les études permettent de mettre en évidence des effets a posteriori, mais pas des comportements présents ou même futurs. De plus, on a tendance à imaginer que les Millennials ont les mêmes usages partout dans le monde. Si Internet crée une forme de culture commune où deux jeunes Millennials ont plus en commun que deux baby boomers de pays différents, il ne faut pas négliger l’héritage familial de chaque Millennial, mais aussi l’héritage culturel du pays dans lequel il vit. On peut ainsi se demander si le Printemps Arabe pourrait arriver demain aux Philippines. Probablement pas. Malgré ces différences, les Millennials sont plus que jamais dans la communication et l’ouverture à l’autre. S’ils prennent des selfies, ils n’en sont pas moins curieux et adeptes de formes de partage et de dialogue nouvelles, mais pas plus narcissiques. Enfin, les Millennials sont plus indépendants que leurs aînés. Saisis d’une crise de foi vis-à-vis des institutions et des entreprises, ils forment une génération d’entrepreneurs, que ce soit sur le plan économique ou dans la création de nouveaux modèles et moyens d’actions politiques et sociaux.

En quoi est-ce que la situation de cette jeunesse est plus compliquée que ce que certains en disent ? Leur vision désespérée de l'économie est-elle si défaitiste que cela ?

Jean-Noël Chaintreuil : La vision qu’ont les Millennials de l’économie et du monde qui les entoure n’est pas tant défaitiste que profondément en prise avec la réalité qui les entoure. Les Gen Z sont nés avec le 11 septembre, premier événement mondial dramatique couvert en quasi-temps réel et avec une transparence inédite, notamment grâce à Internet, puis ils ont connu la crise des subprimes, la télévision en temps réel, les analyses politiques et économiques qui n’émanent plus seulement des médias institutionnels mais aussi des experts qui prennent la parole sur le web. C’est la première génération à ne pas avoir le souvenir d’une période de stabilité et d’insouciance, et ce dans une ère de transparence et d’accès quasi-immédiat à l’information. Cela les pousse à être dans une permanente quête de sens et de retour à des valeurs qu’ils ne trouvent pas ou plus dans l’entreprise. Ils sont dans une recherche de transparence et de vérité qui entraîne une méfiance vis-à-vis des institutions qui n’y répondent pas, plus que du défaitisme.

Xavier Camby : Je ne crois pas que leur vision soit du monde soit si désespérée. Mais il est certain qu'ils veulent vivre différemment. La première remarque est qu'ils ne croient absolument plus en la loyauté d'un éventuel employeur, quel qu'il soit, et d'autant moins d'ailleurs que ce dernier la réclamerait avec plus de force. Ils ont vu leurs parents s'investir et travailler intensément, au mépris de leur bien-être, pour ensuite se faire licencier au moindre toussotement du dividende, sans démérite de leur part. Ils savent donc tous qu'ils exerceront plusieurs métiers, successivement et concomitamment pour éviter que la subordination contractuelle d'un seul employeur devienne une soumission dangereuse, aussi risquée qu'inhumaine. Ils sont donc naturellement entrepreneurs, plutôt que salariés. La seconde remarque est qu'il veulent d'abord créer une vraie valeur ajoutée, humaine, sociale, culturelle, économique... avant d'être financière. Ils rejettent donc le paradigme de leurs parents, qui ont fondé toute leur vie sur leur réussite patrimoniale et leur consommation. Ils vivent donc dans une logique écologique, avec un souci esthétique autant qu'ascétique et une constante recherche du partage, qu'il s'agisse d'appartement, de voiture, de savoir ou de richesse.

Qu'est-ce qui explique cette image peu flatteuse de cette génération que la société renvoie aujourd'hui ? Est-ce une façon de ne pas regarder la morosité économique ? Ou de masquer les erreurs d'hier ?

Xavier Camby : Cette image médiatique s'explique en effet sans doute par l'incompréhension de certains, trop grassement installés, face au choix d'un mode de vie excluant l'hyper-consommation, l'intégrisme capitaliste de la captation prédatrice et égoïste des richesses comme les erreurs des utopies collectivistes, pareillement, ou encore l'inconscience écologique généralisée (des Etats, notamment) et l'individualisme forcené d'un système exclusivement fondé sur la compétition-élimination... Je ne crois pas que l'attitude de ces nouveaux citoyens du monde soit lâche, bien au contraire. Ils ne fuient pas les enjeux de la réalité de notre monde actuel. Ils essaient simplement, avec courage, détermination et discrétion d'en créer un bien meilleur, pour tous, loin des errances passées. En ce sens, quels que soient les discours actuels et leur réputation, ils inventent notre vrai futur !

Jean-Noël Chaintreuil : Tout d’abord, il ne faut pas oublier que les journalistes qui parlent des Millennials de façon peu flatteuse sont le plus souvent des membres de la génération X. De la même façon que nos grands-mères disaient à nos mères que les Stones étaient satanistes, de la même façon que les parents d’il y a quelques années trouvaient la tecktonik abrutissante, ceux d’aujourd’hui s’inquiètent de voir leurs enfants regarder des vidéos de YouTubers. Cette incompréhension et cette tendance au “c’était mieux avant” se reflètent chez certains journalistes. Pourtant, il est indispensable qu’analystes, journalistes, entreprises, sans nécessairement adopter les usages des Y et Z, fassent l’effort de les comprendre. Comme le disait Jack Welch, "lorsque la vitesse d'évolution du marché dépasse celle de l'organisation, la fin est proche". C’est le cas pour les entreprises, mais c’est aussi le cas pour la société. Si les institutions politiques ou culturelles et les médias ne comprennent pas et n’intègrent pas les Millennials, ils construiront leurs propres modèles sans se soucier des anciens - et au-delà de bouleversements économiques, ils créeront des espaces de dialogue et d’échange dont eux seuls comprendront les codes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 05/07/2016 - 18:58
Sont très biens ces jeunes
pas comme les gros et vieux cons qui avaient 20 ans en mai 68!