En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
De quoi sont-ils le nom ?
De quoi sont-ils le nom ? Conseil national sur le projet des Républicains : petit retour sur ce qu’était idéologiquement le parti à chaque présidentielle depuis 1981
Publié le 08 juillet 2016
Depuis 1981 et la défaite de la droite face à François Mitterrand, la droite s'est restructurée autour de l'idée d'un programme commun. Lundi 2 juillet se tient le conseil national des Républicains qui tentera encore une fois d'unifier la droite gouvernementale. Mais le programme proposé par l'équipe de Nicolas Sarkozy pourrait aussi réveiller certaines vieilles et pérennes fractures.
David Desgouilles est chroniqueur pour Causeur.fr, au Figaro Vox et auteur de l'ouvrage Le Bruit de la douche aux éditions Michalon (2015).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues est professeur d'histoire contemporaine à l'université d'Orléans et président du Comité d'histoire parlementaire et politique. Il a notamment publié L'histoire secrète de la corruption sous la Vème République (Nouveau...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Desgouilles
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Desgouilles est chroniqueur pour Causeur.fr, au Figaro Vox et auteur de l'ouvrage Le Bruit de la douche aux éditions Michalon (2015).
Voir la bio
Jean Garrigues
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues est professeur d'histoire contemporaine à l'université d'Orléans et président du Comité d'histoire parlementaire et politique. Il a notamment publié L'histoire secrète de la corruption sous la Vème République (Nouveau...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis 1981 et la défaite de la droite face à François Mitterrand, la droite s'est restructurée autour de l'idée d'un programme commun. Lundi 2 juillet se tient le conseil national des Républicains qui tentera encore une fois d'unifier la droite gouvernementale. Mais le programme proposé par l'équipe de Nicolas Sarkozy pourrait aussi réveiller certaines vieilles et pérennes fractures.

Atlantico : Samedi 2 juillet se tient le conseil des Républicains. Le parti présente à cette occasion son programme pour l'élection présidentielle 2017, élaboré sous la houlette de Nicolas Sarkozy. En termes d'offre politique, que représente aujourd’hui le parti Les Républicains ? Comment cette offre a-t-elle évolué au gré des élections présidentielles depuis 1981 ?

Jean Garrigues : Le phénomène le plus marquant du courant gaulliste dont se réclament plusieurs ténors du parti LR aujourd'hui, que ce soit Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé mais aussi d'autres, est qu'il a connu à partir des années 1980 ce que l'on pourrait qualifier d' "infection" néo-libérale, sous l'impulsion de Jacques Chirac. Ce dernier avait d'ailleurs pris ses distances avec le néo-libéralisme en 1995, lorsqu'il a choisi de mettre en avant le thème de la fracture sociale. Mais c'est à ce moment-là que le courant gaulliste s'est divisé, avec d'un côté Jacques Chirac qui incarnait le gaullisme social, interventionniste voire même prenant ses distances avec la construction européenne, et un autre courant incarné par Edouard Balladur, lequel assumait ce néo-libéralisme, doublé d'un atlantisme assez marqué. D'ailleurs, l'un de ses proches n'était autre que Nicolas Sarkozy, qui a par la suite prolongé et incarné ce mouvement néo-libéral au sein de la droite. 

Cela a beaucoup brouillé les cartes à droite car ce courant était, jusqu'en 1995, représenté par un autre parti : la droite giscardienne. Cette droite s'est par la suite ralliée à Edouard Balladur. Les deux familles ayant fusionné au sein de l'UMP pour l'élection de 2002 et soutenir Jacques Chirac.

La droite se réclame donc historiquement de l'héritage de Charles de Gaulle, invoque les vertus du "rassemblement", de la "grandeur nationale". Mais dans le même temps, et sur un certain nombre de points comme par exemple les fondements de la politique socio-économique à mener, la droite est aujourd'hui ancrée dans une tradition libérale qui n'est pas celle du Général de Gaulle, lequel était très interventionniste, étatique, centralisateur et méfiant envers l'Europe. Ces fondements du gaullisme permettent de comprendre qu'une partie de la droite ait pris ses distances par rapport à cette inflexion néo-libérale. On pense à la dissidence de Philippe Séguin, qui avait fait figure de rival de Jacques Chirac dans les années 1990, incarnant une sorte de gardien de l'orthodoxie gaulliste. On se souvient de son combat contre le traité de Maastricht en 1992. Enfin, il y a Nicolas Dupont-Aignan qui lui revendique aujourd'hui une intégrité absolue vis-à-vis de l'héritage gaullien.

Il existe un paradoxe dans cette histoire mouvementée et complexe de la droite. Celui qui était considéré comme le disciple de Philippe Séguin, c'est à dire François Fillon, qui a, ne l'oublions pas, lui aussi incarné ce gaullisme et combattu le néo-libéralisme, incarne aujourd'hui l'aile la plus néo-libérale de cette droite rassemblée. On sait bien que les grands principes de ce que serait une politique d'un président élu de droite en 2017 sont ceux que l'on trouve essentiellement dans le programme de François Fillon comme la fin des 35 heures, l'aménagement du code du travail... Les héritages ont été totalement brouillés par les évolutions des uns et des autres. 

De même Nadine Morano, qui doit sa carrière à Nicolas Sarkozy, s'est justement séparée de son mentor au nom de l'héritage gaulliste. Héritage qu'elle utilise et revendique par ailleurs de manière anachronique, en insistant beaucoup sur l'idée d'identité nationale qui à l'époque n'était pas au cœur de la pensée gaullienne. A l'époque, le cœur de sa pensée était plutôt l'indépendance nationale. L'identité nationale était un concept qui allait de soi, liée à son histoire personnelle, puisqu'il avait incarné cette identité. L'immigration, de même, ne se posait pas du tout dans les mêmes termes à l'époque. On peut considérer qu'il y a eu un détournement d'héritage ici, tout comme chez Nicolas Sarkozy dans la mesure où on sait bien qu'il a toujours revendiqué son atlantisme, et son néo-libéralisme, idées que le général de Gaulle réfutait. 

Alain Juppé, dans sa trajectoire politique, conserve quelques traits de cet héritage. Mais c'est moins au général de Gaulle qu'à Jacques Chirac, qui lui a légué une interprétation mesurée et moyenne de l'héritage gaulliste, en ne reniant pas l'inflexion libérale de la droite tout en gardant le côté social, protecteur, et libéral du gaullisme. Le maire de Bordeaux essaye de conserver une fidélité à son héritage politique, mais l'héritage politique de Jacques Chirac est beaucoup plus gaullien que gaulliste, car c'était l'homme de Georges Pompidou, lequel avait une vision beaucoup plus libérale, économiste que le général de Gaulle.

On a pu reconnaître cependant des clins d’œil de l'Histoire comme lors du discours de Dominique de Villepin à l'ONU en 2003 qui était une vraie référence au général de Gaulle. 

Aujourd'hui, paradoxalement, ceux qui se réfèrent le plus au Général de Gaulle sont les souverainistes car ils se réfèrent à l'idée d'une Europe des nations. C'est un discours que l'on retrouve chez Nicolas Dupont-Aignan, mais aussi chez Florian Philippot, fait paradoxal puisque les antécédents du FN ont toujours combattu le général de Gaulle.

David Desgouilles : La principale évolution est l'apparition entre 1981 et 2016 d'un parti unique, apparu en 2001. C'est l'accomplissement de ce que Jacques Chirac avait commencé à imaginer à partir de 1988 et sa défaite à la présidentielle. A l'époque il nomme Alain Juppé comme secrétaire général du RPR et commence à écouter ce que propose Edouard Balladur. Progressivement, le RPR a aligné son programme et son corpus idéologique sur celui de l'UDF. Il y a une phrase de Charles Pasqua qui fait encore sourire, qui disait : "nous on amène les électeurs et les militants, eux ils amènent les candidats et les idées". Le trait était grossi pour les candidats, pas du tout pour les idées. D'où la révolte de Pasqua et de Séguin au début des années 90 qui s'est amplifiée par la suite, notamment sur le dossier européen. Cette bagarre s'est prolongée jusqu'à la fin des années 90 et a été gagnée en 2001 par Jacques Chirac et Alain Juppé en fondant ce parti unique en vue de la présidentielle remportée l'année suivante. Ce qui fait ce que les Républicains sont aujourd'hui que ce soit sur les idées, l'économie ou l'Europe, totalement alignés sur l'UDF du début des années 80.

Alors effectivement, une personnalité comme Nicolas Sarkozy, par son tempérament quelque peu bonapartiste, retrouve un peu de l'ADN du RPR. Mais dans les idées, au-delà des postures, particulièrement sur le dossier européen, ce genre de candidats est toujours aligné sur l'idée politique de l'Europe et la France selon Giscard.

Comment a évolué le profil sociologique des électeurs de ce parti au fil des différentes échéances présidentielles ? Que nous apprend-elle de l'évolution du parti lui-même ?

Jean Garrigues : Finalement, je pense que l'électorat de la droite classique est peut-être celui qui a le moins évolué. On voit bien que la gauche a perdu une grande partie du monde ouvrier, qui est allée vers le FN. Celui des FN, qui rassemblait les petits commerçants et les artisans est mieux implanté aujourd'hui chez les ouvriers mais aussi dans le monde paysan alors que cette droite classique fait appel à un électorat plus âgé, son discours est bien reçu chez l'électorat senior. Et cela s'est toujours observé. 

Au fond, il n'y a pas eu beaucoup d'évolution. Il existe toujours une surreprésentation dans les professions libérales, dans le monde du petit et moyen patronat. La droite est aussi bien représentée par rapport à la gauche dans le monde rural, et finalement dans tous les secteurs du privé, comme auprès des couches moyennes supérieures. 

David Desgouilles : Les électorats libéraux et gaullistes ont fusionné par la force des choses et du fait de la fidélité de ces électorats à leurs partis. Mais si on regarde les scrutins européens de 1992 à 2005, les électorats de droite étaient encore très partagés. Une forte partie des électeurs sont eurosceptiques et ne se retrouvent pas dans leurs dirigeants. Et ce à l'exception de quelques voix isolées, telles Henri Guaino, Jacques Myard par exemple. 

Quant à l'Europe et l'économie, la ligne du parti est clairement libérale, et depuis deux ans, il y a en plus une véritable course au libéralisme au sein du parti, qu'illustrent très bien les candidatures de certains à la primaire.

Quels ont été les basculements idéologiques successifs de cette famille politique ? Dans quelle mesure ces changements de ligne ont-ils été le fait de la volonté de ses responsables ou plutôt des événements ?

Jean Garrigues : Un peu des deux : l'événement majeur a été en 1974 le changement d'hégémonie des gaullistes vers les libéraux, c'est à dire avec Valéry Giscard d'Estaing. Ce tournant a été très important, et il s'est confirmé au milieu des années 1980 avec l'évolution opportuniste de Jacques Chirac. Au fond, ce tournant a été entériné avec la candidature d'Edouard Balladur en 1995, et par cette synthèse qu'il a opéré entre Pompidou et Giscard. Cette synthèse a débouché en 2002 sur l'UMP, qui avait vocation à représenter toutes les droites.

Cette fusion idéologique a éclaté en 2005 avec la constitution européenne. D'un côté il y avait au sein de la droite classique une dynamique libérale, européiste et atlantiste, et de l'autre une approche plus souverainiste, protectrice et dirigiste. La synthèse s'est alors rompue. A partir de là, nous avons vu la dissidence d'un Nicolas Dupont-Aignan par exemple.

Au fond, celui qui incarnerait le mieux l'héritage gaulliste aujourd'hui est Henri Guaino. Cet héritage, on sent qu'il l'a construit à travers son compagnonnage avec Philippe Séguin, et il s'illustre aujourd'hui à travers sa critique contre l'Europe et contre le néo-libéralisme. Mais le problème est qu'il ne représente pas grand chose chez le parti LR. Et son message a par ailleurs été brouillé par son histoire personnelle puisqu'il était le conseiller de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, un néo-libéral balladurien. 

David Desgouilles : 2001 est un moment très important avec la fusion des deux électorats. Il y a aussi les référendums européens qui ont joué un rôle clé. Celui de 2005 a plus partagé la gauche, car souvent les référendums suscitent le plus l'opposition dans l'opposition. Laurent Fabius s'était alors chargé de cette revendication au sein du PS. En revanche, en 1992, à droite, on a vu Séguin porter l'estocade.

La droite a changé depuis 1981, ne serait-ce que d'un point de vue géographique. Le développement du périurbain, l'immigration ont nourri ce que le professeur Laurent Bouvet appelle l'insécurité culturelle problème qui sont aussi importants que l'économie… Dès lors, sécurité et souveraineté sont à nouveau liés, et sur ce point, la droite ne parait pas unifiée aujourd'hui.

En 1981, point de départ d'une restructuration de la droite, cette famille politique semblait s'être unie derrière les deux figures de Valery Giscard d'Estaing et de Jacques Chirac. En 2001, les deux camps fusionnaient en formant l'UMP pour promouvoir une offre politique commune. Comment a évolué cette relation complexe entre héritiers du gaullisme et partisans d'une droite plus sociale et plus libérale ? Où en sont ces sensibilités en 2016 au regard des propositions qui émergent chez Les Républicains ?

Jean Garrigues : D'une certaine façon, il y a deux périodes : la première, caractérisée par les duels dont vous parlez, qui relève de l'avant 2001 et la création de l'UMP. L'autre qui vient après qui met fin à ces duels en empêchant les confrontations. L'UMP a synthétisé toutes les familles, et cela a été l'oeuvre d'Alain Juppé. Ce n'est pas pour rien s'il représente aujourd'hui encore une synthèse entre ces différents courants de la droite.

David Desgouilles : Henri Guaino est considéré comme le type qui du bout de la table rappelle leurs mauvaises consciences à tout le monde. Il emm… tout le monde ! Nicolas Sarkozy aujourd'hui est furieux de voir Henri Guaino candidat ; mais à mon sens, c'est à Guaino d'être en colère, car c'est Guaino qui a apporté à Sarkozy, ne serait-ce qu'avec ses discours en 2007. On va voir que tous vont s'écharper pour empêcher Henri Guaino d'avoir ses parrainages. Et ce même si certaines lignes ont bougé. Dans Causeur il y a quelques jours, je montrais que certains candidats commencent à prendre un vernis eurosceptique avec le Brexit. Par exemple Bruno Le Maire, qui était un européen bon teint et qui commence à dire qu'il a eu tort de voter le traité de Lisbonne, parce que c'était mépriser le peuple qui avait voté non. Il y a aussi des personnalités proches de Sarkozy, telles que Wauquiez, qui parle par exemple de suppression de la Commission européenne, et d'en faire un secrétariat au service du Conseil européen. C'est ce que propose aussi Arnaud Montebourg d'ailleurs. 

Les Républicains ne sont pas fous : ils constatent que chez leurs électeurs, il y a un sentiment anti-européen très développé, notamment sur les questions d'immigration.

Quelles sont les autres scissions ou affrontements originels dans la généalogie des Républicains qui permettent de comprendre son offre politique aujourd'hui ? Les oppositions entre Edouard Balladur et Jacques Chirac ? Philippe Séguin et Jacques Chirac ? Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy ?

David Desgouilles : Pour ce qui est de Villepin-Sarkozy, je pense que ce n'est pas du tout le cas. A mon avis, c'est une simple histoire de tempérament et de style. D'un point de vue géopolitique, on a cru un instant que Sarkozy était plus pro-américain que Villepin, mais les cinq années passées à l'Elysée n'ont pas particulièrement montré cela, si ce n'est avec le symbole de l'OTAN. Il n'a pas particulièrement dévié en tout cas de ce que faisait Jacques Chirac. 

1992 reste la dernière grande bataille. Même s'il y a eu des redites avec 95, entre Chirac et Balladur, quand Chirac prend le contrepied de Balladur en étant anti-européen. A l'époque, il avait promis de faire un référendum pour le passage à l'euro. Mais il n'avait évidemment pas tenu. Le thème de la fracture sociale correspondait à la campagne de Séguin. D'une certaine façon Séguin fait monter Chirac dans les sondages de la même façon qu'il avait fait monter le non auparavant.  Enfin, il y a 1999, le moment où Pasqua passe devant Sarkozy aux européennes. Pasqua est en tête alors devant Sarkozy et la liste de Bayrou. C'est à ce moment précis qu'ils ont voulu "tuer" Pasqua parce qu'il devenait dangereux. Le documentaire de Lecomte sur le sujet (fait pour France 3) est excellent, et montre très bien l'atmosphère de l'époque et les contradictions de cette droite. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Ne l’appelez plus Shinzo Abe mais Abe Shinzo
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
chamouton
- 05/07/2016 - 08:43
@ arcole 34 Voilà la suite
Je soutiens Fillon, parce qu'il est le seul à proposer les réformes radicales pour adapter notre pays au monde d'aujourd'hui et le préparer au monde de demain. Avec son équipe, ils ont analysé les maux qui nous rongent et proposent des solutions courageuses mais nécessaires pour y remédier, au niveau économique (emploi croissance ..) ; sociétal (éducation, famille ..) ; diplomatique (renouer des relations internationales pour gagner la guerre islamique..) et européen (recentrer l'UE sur quelques priorités stratégiques). Préparer et organiser l'avenir pour nos enfants devrait être notre priorité, comme nos pères ont eu le courage de le faire pour nous.
chamouton
- 05/07/2016 - 08:41
@ arcole 34 On est d'accord sur le constat
Le Général, par son envergure et son amour de la France fait partie de ces grands personnages qui ont façonné l'histoire de notre pays. Que la création de l'ENA ait été nécessaire à un moment crucial, comme vous l'expliquez avec justesse, est indéniable, mais si les fondateurs de la cinquième république ont eu le génie de remédier aux maux de la société blessée et divisée par 4 années de malheur, au fil du temps, leurs remèdes sont devenus un handicap, un peu comme un médicament, qui devient dangereux quand on continue de le prendre une fois guéri. Ce qui est vrai pour l'ENA l'est également pour toutes ces mesures d'après-guerre qui n'ont pas été adaptées à l'évolution du monde et de notre société. On retrouve le même problème avec la sécu, la retraite par répartition et j'en passe. Nos maux d'aujourd'hui ne viennent pas des réformes des années 50, mais du manque de courage à mettre en œuvre celles qui s'imposent aujourd'hui. On a pris tellement de retard que la situation est devenue urgente.
arcole 34
- 03/07/2016 - 11:42
@Chamouton - FIN
pas seulement à une coterie de politichiens du type allant d 'hidalgo en passant par Philippot et consorts qui après avoir capter les valeurs de patriotisme tentent de s'accapare la personne du Grand Homme et cela à de basses fins électoralistes. Et effectivement peut être qu'il doit se retourner dans sa tombe mais cependant c'était un homme pragmatique à la vue acérée et au trait féroce vis à vis tant de ses ennemis que de ses amis qui n'avaient de cesse de le trahir pour sauvegarder leurs rentes de situations électorales . J'espère avoir répondu à vos interrogations , c'est du droit constitutionnel mais aussi de l'organisation du cadre juridique et administratif de notre cher et vieux Pays que nous avons tous au cœur dans la diversité de ses paysages et de ses citoyens .Cordialement