En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

Congrès des maires de France : ce que le profil de nos élus nous dit de... l’illusion de la démocratie participative

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 3 heures 58 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 5 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 7 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 8 heures 36 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 9 heures 34 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 9 heures 48 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 10 heures 56 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 11 heures 26 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 40 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 6 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 7 heures 17 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 8 heures 38 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 13 heures 44 min
Le début de la fin

Loi Travail : ce coup de canif dans l’inversion de la hiérarchie des normes qui pourrait signer la fin de la crise et le début de gros ennuis pour les entreprises

Publié le 30 juin 2016
Le conflit social relatif à la loi Travail qui a déchiré la France ces derniers mois est en passe de s'arrêter... au prix de concessions négociées en coulisses qui risquent de mettre les PME et TPE dans des situations délicates.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le conflit social relatif à la loi Travail qui a déchiré la France ces derniers mois est en passe de s'arrêter... au prix de concessions négociées en coulisses qui risquent de mettre les PME et TPE dans des situations délicates.

Le gouvernement et les partenaires sociaux nous ont encore régalé d'un joli spectacle digne du théâtre de Guignol. Les uns et les autres rivalisent d'idées pour aménager la loi Travail avant son passage au Parlement. En réalité, les amendements qui sortent du chapeau aujourd'hui sont négociés depuis plusieurs semaines, et comme on l'avait annoncé déjà (dans la foulée des déclarations du député Sirugue ou de Jean-Claude Mailly), ils limiteront encore fortement ce qui avait été présenté un temps comme une inversion de la hiérarchie des normes, et qui n'en est plus que l'évocation pâle et lointaine.

Une mise en scène digne de Guignol

Dès le 10 mai, le député socialiste Sirugue, rapporteur du texte, avait proposé la solution de compromis qui est aujourd'hui annoncée par toutes les parties, CFDT comprise : les branches pourront encadrer les dérogations prévues par les accords d'entreprise. Il aura donc fallu attendre près de deux mois pour que le gouvernement se décide à montrer un jeu dont on connaissait déjà les atouts.

Cette technique a tout d'une mise en scène à l'ancienne. On organise des grèves, des manifestations, on se met des bourre-pifs, on s'invective pour amuser la galerie. En sous-main, on a déjà négocié la sortie de crise et on connaît très exactement le scénario qui va se dérouler. Simplement, il faut donner aux prolétaires le sentiment qu'on les a farouchement défendus et que tout tient à la quantité de gomme de chaussures qu'ils ont usées sur le pavé.

Cette vieille mise en scène marchait bien à l'époque où Internet n'existait pas. Pourquoi s'obstiner, maintenant que tout se sait, à jouer les mêmes jeux éculés?

Peut-être que les syndicats et les gouvernants français devraient entrer dans la révolution numérique...

La démocratie sociale a neutralisé la réforme

Dans la pratique, la réécriture de l'article 13 de la loi devrait permettre aux branches d'empêcher les accords d'entreprise d'être trop turbulents. La question qui reste est de savoir si oui ou non les branches pourront utiliser les entreprises à négocier le comptage des heures supplémentaires. FO dit non, le gouvernement voudrait bien que ce soit oui.

Dans la pratique, la loi Travail, qui a justifié 11 journées de grève et une mise régulière de nos rues à feu et à sang sous l'oeil médusé des observateurs du monde entier, ne changera pratiquement rien par rapport aux dispositions existantes. Les entreprises qui imaginaient avoir gagné une liberté contractuelle vont en réalité se trouver en liberté surveillée.

Il aura fallu quatre mois pour faire passer le texte. En un quadrimestre, la France des réticences et de la frilosité aura complètement étouffé toutes les mesures qui auraient pu produire une espèce de coup de fouet sur le marché du travail. En bout de course, il n'en restera rien, sinon une pâle copie dont les effets seront ceux d'un placebo.

Voilà ce qu'on appelle la démocratie sociale en France: une grande machine à conserver, à freiner, à n'accepter que des petits pas sans ambition.

Les petites entreprises en danger

Dans la pratique, la loi Travail maintient un danger majeur pour les petites entreprises. Dès lors que la loi favorise les dérogations au Code du Travail par accord collectif, elle pénalise automatiquement toutes les entreprises qui ne sont pas en capacité de négocier.

C'est particulièrement le cas des petites entreprises où l'implantation syndicale est rare et fluctuante. Comment bénéficier des mêmes dérogations que les autres quand on ne dispose d'aucun salarié désireux de s'investir dans la négociation collective ?

Plus radical encore : les très petites entreprises, qui emploient moins de dix salariés, sont exclues du dispositif, puisque la loi ne les autorise pas à disposer d'un représentant du personnel ni à négocier des accords collectifs. Ce sont pourtant ces entreprises-là qui sont les plus susceptibles de recruter, de faire de la croissance et de l'emploi.

Plus grave : la loi donnera aux branches la faculté d'encadrer strictement les dispositions sociales qui leur sont applicables. La grande entreprise désireuse de javeliser la concurrence sera donc face à un jeu d'enfants. Elle pourra promouvoir des normes sociales élevées dans la branche à laquelle elle appartient, tout en négociant pour son propre compte des dérogations compétitives à l'accord de branche qu'elle aura promu.

Qui aurait imaginé, en février, que cette loi qui devait libérer les entreprises, se transformerait en arme d'oppression ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

Congrès des maires de France : ce que le profil de nos élus nous dit de... l’illusion de la démocratie participative

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 30/06/2016 - 21:24
C'est à l'identique de la loi Macron sur le dimanche !
Cette loi, à quelques exceptions, a fait reculer le travail le dimanche, surtout dans des villes comme à Paris !
lasenorita
- 30/06/2016 - 17:27
Loi Travail et la C.G.T.
La C.G.T. est un syndicat minoritaire (8% des salariés) et elle impose ses ''points de vue '' à tout le peuple français! Les manières des adhérents de la C.G.T. sont celles de voyous: ils lancent des pavés sur nos policiers, ils mettent le feu aux locaux de la C.F.D.T. de Bordeaux, ils saccagent les vitrines des commerces et celle d'un hôpital pour enfants malades...La plupart des adhérents de la C.G.T. sont des cocos, ils appliquent les méthodes de leurs ''copains'': les Soviets au temps de Staline et des fellouzes à qui ils donnaient des armes pendant ''la guerre d'Algérie'' pour que le F.L.N. tue nos soldats et des ''civils innocents''...eux, les cocos restaient ''planqués en Métropole!.. Sur la feuille de paie de mon fils, j'ai vu que ''notre gouvernement'' lui retirait des sous ''pour les syndicats'' bien que mon fils ne soit pas syndiqué et surtout qu'il ne VEUT PAS qu'on donne ses sous à ces terroristes.. que sont les C.G.Tistes!...
crobard007
- 30/06/2016 - 13:44
Démocatie sociale ????
Non, lobbyisme de groupuscules ultra minoritaires, ultra idéologisés ne cherchant au prix du mensonge et de la coercition, qu'à maintenir ou accroitre leurs privilèges au détriment des intérêts du pays et de ses citoyens.