En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

07.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

01.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 10 heures 4 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 11 heures 2 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 11 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 15 heures 23 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 16 heures 26 sec
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 17 heures 19 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 10 heures 35 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 11 heures 24 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 12 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 15 heures 14 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 16 heures 14 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 17 heures 9 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 17 heures 20 min
© Reuters
© Reuters
Le changement, c'est tout le temps !

La véritable raison pour laquelle vous continuez d’acheter vos meubles chez Ikea comme tout le monde (et n’arrêterez pas de si tôt)

Publié le 01 juillet 2016
Alors que les intentions d’achats de meubles des ménages présentent des résultats globalement en hausse pour l’année 2016, selon une étude de l’Union Nationale des Industries Française de l’Ameublement (UNIFA), 83% des Français sondés disent accorder beaucoup d’attention au design du produit. Pourtant, le géant suédois Ikea uniformise toujours autant de nos intérieurs urbains.
Emilie Coutant est sociologue, consultante en mode, médias, tendances, risques et addictions.Docteur de l’Université Paris V, elle a soutenu une thèse intitulée “Le mâle du siècle : mutation et renaissance des masculinités. Archétypes, stéréotypes, et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emilie Coutant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emilie Coutant est sociologue, consultante en mode, médias, tendances, risques et addictions.Docteur de l’Université Paris V, elle a soutenu une thèse intitulée “Le mâle du siècle : mutation et renaissance des masculinités. Archétypes, stéréotypes, et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les intentions d’achats de meubles des ménages présentent des résultats globalement en hausse pour l’année 2016, selon une étude de l’Union Nationale des Industries Française de l’Ameublement (UNIFA), 83% des Français sondés disent accorder beaucoup d’attention au design du produit. Pourtant, le géant suédois Ikea uniformise toujours autant de nos intérieurs urbains.

Atlantico : En trois ans, un tiers des Français a réalisé des aménagements d’intérieur. Un Français sur trois a réalisé des travaux d’amélioration ou de réhabilitation de son logement au cours des trois dernières années et 83% disent accorder beaucoup d’attention au design du produit (UNIFA, voir ici). Tout le monde connaît le géant suédois Ikea, auquel on reproche souvent l'uniformisation de nos intérieurs urbains. Mais selon Alison J. Clarke, professeur d'histoire du Design à l'université de Vienne, le succès de la marque repose justement sur le fait qu'elle incarne le contraire de l'expression personnelle. Alors que l'image de soi n'a jamais été aussi importante à nos yeux, comment expliquer que nous soyons aussi massivement séduits par une marque qui nous garantit que notre intérieur n'aura rien d'original ?

Emilie Coutant : Ce n'est pas forcément un paradoxe. Un magasin comme Ikea propose des objets communs que tout le monde va s'acheter en masse. Mais ces pièces correspondent à des styles bien précis, même s'ils sont repris par beaucoup. Aujourd'hui, pour se construire une image propre, on emprunte aux autres, on suit les autres. Il y a cette tendance tribale dans la mode. On a l'impression que tout le monde à la même chose et c'est l'objectif souhaité : appartenir à un clan, en l'espèce, le clan IKEA. Le clan IKEA se retrouve au même endroit pour acheter les mêmes meubles. Mais ensuite se distinguent des sous-clans, et c'est là que naît la différenciation, avec le choix de telle ou telle option, telle ou telle couleur. L'offre est tellement pléthorique que chacun va y trouver un détail pour parfaire son intérieur et se distinguer des autres. On part d'une base commune, les coussins, les posters se retrouveront d'une maison à l'autre, mais la combinaison, l'association, va faire le style de la personne.

La tendance "Ikea-hacking" qui consiste à détourner des meubles Ikéa pour en créer d'autres plus originaux est représentative de cette tendance. On s'approprie l'objet grand public pour construire son style, en fonction toujours de la "tribu" à laquelle on appartient. Aujourd'hui nous ne cherchons plus à nous exprimer personnellement mais en groupe. La construction du paraître, du soi, est beaucoup plus relationnelle. Elle est centrée sur du collectif, du tribal. Sur une idée du partage.

 

Imitation-distinction sont les deux processus d'une même dialectique.

 

De quelles évolutions socio-économiques Ikea est-il le symbole ?

Les meubles Ikéa peuvent être remplacés rapidement- leur coût faible est aussi à prendre en compte- ils peuvent être arrangés, transformés. C'est un indice de la société qui n'est plus ancrée ad vitam aeternam. Les gens n'ont plus de CDI pendant 40 ans dans la même entreprise. La stabilité n'est pas valorisée. Nous sommes aujourd'hui dans une société de l'éphémère, du nomade, du mobile.

 

Le caractère changeant est très important. Il faut pouvoir faire évoluer son mobilier. Et, avec Ikea, il est possible de changer de décoration très facilement. De transformer une chambre de bébé, en chambre d'enfant, en chambre d'adolescent. Ikéa est une réponse réussie à cette volonté de changement permanent, de cumul d'expériences.

Ça illustre le changement de notre société. Nous passons d'une société moderne à une société post-moderne.

 

Pourquoi n'éprouve-t-on plus le besoin d'aménager un intérieur sur le long terme ?

La population souhaite pouvoir consommer, de consumer les choses rapidement, passer à autre chose. L'intérieur reflète notre quotidien. Or nous vivons beaucoup plus dans le temps présent. Nous valorisons le temps présent face au long terme. "Carpe diem" est la caractéristique de notre temps. Le rapport à l'habitat a évolué. On ne cherche plus à avoir un mobilier qui dure 40 ans. On préfère pouvoir changer au grée des relations affectives successives, au grée des enfants qui arrivent.

 

Le renouvellement de la mode sans interruption fait partie de cette idée du multiple, de l'accumulation sans engagement. On retrouve cette logique de la consommation –consumation dans la mode de vêtements: regardez Mango, Zara, H§M: c'est une mode éphémère qui propose des "vêtements cleenex".

 

Pouvez-vous citer d'autres illustrations, dans la consommation, de ce phénomène?

Ikea fédère comme Apple, ou Picard. On consomme dans ces enseignes pour être ensemble ou pour se reconnaître. "Je me reconnais en l'autre qui consomme comme moi".

Et en même temps, il y a toujours la possibilité de trouver des objets alternatifs : la mode éthique se trouve dans le mobilier durable et robuste. La récupération de mobilier usé fait aussi son retour.

On peut associer cela à des meubles de grands designers. Rien n'est incompatible : le style devient de cette façon beaucoup moins uniforme. Il n'y a pas un style : classique, branché, etc, mais une combinaison personnalisée.

 

Propos recueillis par Clémence Houdiakova

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

07.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

01.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cauchoise
- 30/06/2016 - 10:37
La fin des meubles anciens
C'est une simple constatation, tous les "jeunes" veulent de l'ameublement zen qui ne demande qu'un minimum d'entretien et qu'on peut changer avec la mode ou les besoins ! Les meubles anciens en bois massifs ont perdu les 4/5ème de leur valeur en 15 ans, ils ne trouvent plus d'acquéreurs. Il faut un meuble exceptionnel pour trouver une place dans un intérieur moderne. Les armoires normandes sculptées et autres tables en chêne n'intéressent même plus Emmaüs, elles finiront en déchetterie. Et il parait que l'écologie est à la mode, que serait-ce si ce n'était pas le cas !
Ganesha
- 30/06/2016 - 09:02
Pourriture fabriquée en Chine
Article ''totalement à côté de la plaque'', ramassis de conneries ! La base du succès d'Ikéa, c'est que ces meubles sont beaucoup moins chers que les autres marques. C'est donc une illustration magistrale de l'appauvrissement, non seulement des pauvres mais aussi de la classe moyenne. Les riches ont leurs meubles de famille, ou peuvent s'offrir des meubles originaux, mais la majorité de la population doit désormais vivre avec de la pourriture fabriquée en Chine. J'utilise le mot ''pourriture'', en pensant à un autre encore plus explicite, mais je veux éviter de me faire censurer. Je m'explique : j'ai eu deux fauteuils Ikéa qui se sont brisés sous moi. Je précise que mon poids est normal. Un fauteuil de bureau en cuir a vu son support central, une tige métallique, se briser. Ainsi que le fauteuil de salon en bois, le modèle le plus connu, une pièce en bois s'est brisée (j'ai pu la réparer). Enfin, erreur de montage ou de conception, le lit en bois, le modèle le plus simple, s'est effondré sous moi en pleine nuit. Vive Ikea !