En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 9 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 10 heures 29 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 12 heures 9 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 13 heures 16 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 15 heures 54 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 16 heures 14 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 16 heures 55 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 18 heures 5 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 19 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 10 heures 13 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 11 heures 20 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 12 heures 44 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 15 heures 17 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 16 heures 7 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 16 heures 27 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 17 heures 20 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 18 heures 19 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 19 heures 2 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 19 heures 39 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Cette fracture générationnelle révélée par le Brexit et que sont incapables de percevoir nos (vieux) dirigeants

Publié le 27 juin 2016
Après le choc du Brexit, les analyses révèlent une vraie fracture entre les jeunes et les plus âgés, riches ou pauvres. Les jeunes croient en l’Europe. Les seniors n’y croient pas, mais ce sont eux qui décident.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après le choc du Brexit, les analyses révèlent une vraie fracture entre les jeunes et les plus âgés, riches ou pauvres. Les jeunes croient en l’Europe. Les seniors n’y croient pas, mais ce sont eux qui décident.

Ce clivage entre les générations n’a sans doute pas échappé aux élites politiques, mais les dirigeants ont préféré nier le phénomène pour ne pas avoir à en tirer les leçons. Avant et juste après le vote britannique, tout le monde a préféré considérer que le vote (légèrement majoritaire) des Britanniques s’expliquait par la crise économique, le risque d'une immigration massive, le sentiment d’être tenu à l’écart d’une Europe dont la gouvernance était trop bureaucratique (eurocratique), trop éloignée du peuple ou des vrais gens, comme l’a martelé la presse tabloïde.

Autant d’arguments qui ne sont pas sans provoquer d’échos favorables en Europe continentale, en Espagne, en Italie, en France. Les tentations populistes sont fortes et donnent aux démagos de tous les extrémismes des leviers pour accéder au pouvoir.

Toutes ces analyses sont sans doute justes, mais la vérité, c’est qu’elles dissimulent une autre réalité.

Les jeunes ont voté massivement pour rester dans l’Union européenne, qu’ils habitent Londres où tout est chic et cher, ou à Glasgow où tout est triste et pauvre.

Les Britanniques qui ont voté pour la sortie appartiennent massivement aux classes les plus âgées. Des riches comme des pauvres. Ce qui explique que la Grande-Bretagne se soit réveillée avec la gueule de bois, que beaucoup regrettent leur vote, que les pétitions lancées pour obtenir un nouveau référendum se multiplient, et qu'une grande partie des votants pour le Out reconnaissent avoir voté sans savoir exactement pourquoi. Une étude réalisée sur le vote britannique révèle que si l'on pondère le vote par l’espérance de vie, on s’aperçoit que les moins de 50 ans auraient voté à plus de 80% pour l’Europe.

Les plus de 60 ans ont voté à plus de 70% contre l'Europe. Comme les moins de 50 ans sont plus nombreux mais qu’ils votent beaucoup moins, on arrive au résultat qu’on connaît.

Les jeunes interrogés savent précisément pourquoi ils sont favorables à une Union européenne. Dans tous les pays de l’Union, les moins de 30 ans n’imaginent pas leur avenir en dehors du cadre européen. Et cela pour trois grandes raisons.

D'abord parce qu’ils ne sont pas prisonniers de l’histoire du pays dans lequel ils sont nés. Les jeunes Allemands ne se sentent pas coupables des horreurs passées, les jeunes Français ou Anglais ont sans doute beaucoup de respect pour ce qu’ont fait leurs grands-parents, mais ça reste théorique. La notion de nation où de patrie forgée par l’histoire et par les guerres n’a pas la même densité que pour leurs parents, et c’est normal.

Ensuite, parce que qu’on le veuille ou non, cette génération des moins de 40 ou 30 ans est beaucoup plus éduquée que la précédente. Près de 90% des jeunes Français ont le bac. Alors on peut dire que le bac s’est dévalorisé (sans doute un peu). Mais le niveau culturel s’est considérablement élevé pour le plus grand nombre. C’est vrai partout.

Enfin, cette génération est la génération X, puis Y et demain W. C’est la génération qui a fait et qui assume la révolution digitale avec tous les moyens de communication qui ont transformé le monde. Internet, les réseaux sociaux, le mobile, les Google et autres Windows ont forgé une nouvelle façon de penser et de vivre.

Les jeunes ont appris aux anciens la pratique d'Internet.

Que les plus anciens le veuillent ou non, leurs enfants sont des enfants du monde, qui n’ont jamais connu d’autre système que celui de l'économie de marché (le mur de Berlin est tombé avant qu'ils ne soient nés). Ils sont dopés à la concurrence, ils sont bilingues, souvent trilingues. Ils ont voyagé comme aucun autre de leurs ancêtres ne l’a fait.

La majorité sont des enfants d’Erasmus, d’Easyjet et de Twitter. Qu’on le veuille ou non.

Et l'Europe dans tout cela ? C’est non seulement leur espace de jeu, mais c’est aussi le seul cadre capable de leur offrir un projet d’avenir. Un job, un rêve de vie. Cette génération est sans doute attachée à ses racines, mais c’est pour mieux s'épanouir ailleurs.

Ce phénomène-là touche absolument toute la génération des moins de 30 ans, quelle que soit l’origine sociale, ou géographique. A l’exception d’une frange marginale de 10 à 15% des jeunes de moins de 30 ans dans chaque pays membre de l’Union européenne qui sont restés sur le quai de l'évolution technologique. Complètement abandonnés par la société, écartés des bénéfices de la technologie. 10% de laissés pour compte, de désespérés de la vie, c’est beaucoup certes... Beaucoup trop.

Mais l’immense majorité de cette génération est aux antipodes des tentations protectionnistes ou conservatrices que cultivent leurs aînés.

Le problème, c’est qu'ils ne votent pas tous, loin s'en faut. Ils ont d’autres passions et d’autres expressions, d’autres engagements (les ONG par exemple).

Le problème, c’est que les dirigeants politiques représentent les générations les plus âgées, les seniors. Lesquels sont inquiets pour eux-mêmes alors qu'ils sont pour la plupart très sécurisés. Ils sont inquiets pour l’avenir, mais ne le regardent souvent que dans un rétroviseur. L’avenir a tellement changé le présent.

Pour les aînés, le passé reste plus que parfait... Du coup, ils ont le pouvoir partout et étouffent les initiatives des plus jeunes. Dans les entreprises, les collectivités locales ou l’administration centrale. Ils serrent les boulons pour éviter que ça bouge.

Politiquement, c’est du pain béni pour les mouvements conservateurs... En Grande-Bretagne, en Italie, en Espagne ou en France. Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon peuvent faire du surf sur cette vague d’inquiétude sans offrir de solutions alternatives ou d’analyse très cohérente. Ils se contentent de taper sur ce qui est nouveau. Trop subversif, trop dérangeant.

Pendant ce temps-là, les jeunes essayent de lancer des projets, partent dans le monde où on les écoutera (pourquoi rêvent-ils tous de la Californie ? Parce que là-bas on les écoute). Ou alors, ils se replient sur eux-mêmes, en attendant de vieillir. Souvent résignés, et frustrés.

La politique est pour l’heure incapable de leur apporter ce dont ils auraient besoin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fondation pour l'innovation politique
- 30/06/2016 - 11:09
Le Royaume-Uni quitte l’Union européenne: l’espoir et la réforme
"L'Europe est aujourd’hui menacée dans sa réalité et ceux qui défendent la construction européenne doivent désormais réagir de façon imminente, avant que la défiance ne ravage et détruise l’UE." Retrouvez une analyse du Brexit sur le blog TropLibre http://goo.gl/7zpC1E
clint
- 27/06/2016 - 15:03
Moins qu'une question d'age, c'est l'ouverture au monde
Certes les "vieux" ont peut-être la propension à aimer moins le changement, à être moins ouverts à des moeurs, des modes de vie qu'ils ont du mal à comprendre, mais c'est ridicule de généraliser. Chacun a ses peurs, certains peuvent avoir une peur presque panique pour le monde nouveau, et on vote alors souverainiste, d'autres comme moi, c'est la peur d'être dans un pays qui m'enferme, qui me mette dans le carcan du "chez nous". C'est un choix sur lequel jouent les populistes de droite et de gauche. Le Brexit m'a fait comprendre que mon choix en 2017 sera celui du candidat qui sera le plus apte à enfin tout faire pour que la France ne rate plus la mondialisation.
Labarthe
- 27/06/2016 - 12:33
Agitprop libérale
Il faut savoir que beaucoup de jeunes Anglais, surtout dans les grandes villes, vivent des aides sociales, n’ont souvent jamais travaillé, ou de façon occasionnelle, et n’ont pas vraiment envie d’intégrer le monde du travail. Ils vivent très bien avec des prestations multiples dépassant souvent au total les 1500€ par mois. Ils n’ont qu’une peur, c’est que ça s’arrête. Raison pour laquelle ils ont voté contre le Brexit…. Et que les « vieux » qui sont ceux qui travaillent et supportent tout ce système complètement fou ont voté pour le Brexit.
Après avoir joué sur les minorités, les possibles conflits entres genres et voyant quand même vote après vote que le peuple lui échappe, la dernière arme des libéraux libertaires, sévissant notamment dans les medias audio-visuels, est de tenter de créer un fracture, qui n’existe pas, entre les jeunes et les vieux (qui est jeune et qui est vieux !). Peu de chances que cela fonctionne. Pour le reste, la caricature consistant à dire que ceux qui ont voté pour le Brexit sont des illettrés, imbéciles, racistes, qui ne comprennent rien à rien c’est indigne d’une intelligence même moyenne et cela ne va nulle part.