En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

05.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

06.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

07.

Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 12 heures 50 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 14 heures 11 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 14 heures 49 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 15 heures 51 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 19 heures 13 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 19 heures 16 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 19 heures 33 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 19 heures 46 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 20 heures 30 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 21 heures 10 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 13 heures 22 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 14 heures 30 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 15 heures 8 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 18 heures 42 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 19 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 19 heures 17 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 19 heures 35 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 20 heures 13 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 20 heures 47 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 21 heures 31 min
© POOL New / Reuters
© POOL New / Reuters
Feu-follet

Dégradation inattendue de la conjoncture économique au mois de juin : le “ça va mieux” de François Hollande aurait-il déjà fait long feu ?

Publié le 24 juin 2016
Avec Eric Heyer
L'Insee et l'institut Markit ont récemment publié deux analyses complémentaires sur la conjoncture de la France en juin 2016. Les résultats ne sont pas rassurants.
Eric Heyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Heyer est directeur du Département analyse et prévision depuis 2015 à l'OFCE.Le département compte 17 économistes. Ils réalisent deux fois par an une prévision à court terme (6 trimestres) de l'économie mondiale ainsi que des prévisions à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Insee et l'institut Markit ont récemment publié deux analyses complémentaires sur la conjoncture de la France en juin 2016. Les résultats ne sont pas rassurants.
Avec Eric Heyer

Atlantico : Selon le dernier point de conjoncture publié par l'Insee, le climat des affaires se replie en juin 2016, pour en revenir à son niveau moyen de long terme. L'institut Markit propose une analyse similaire, dans la mesure où il est estimé que l'activité du secteur privé se replie pour la première fois en juin depuis 4 mois : l'indice de l'activité globale en France repasse en dessous de 50, signe de contraction pour ce mois de juin. Comment expliquer ce tassement pour le mois de juin, quels sont les secteurs touchés ? La gestion des mouvements sociaux par le gouvernement peut-elle être mise en cause ?

Eric Heyer : Ce tassement touche essentiellement le secteur de l'industrie. Celui de la construction est en train de redémarrer tandis que les services restent relativement stables. En restant prudent, on peut potentiellement y voir les effets des grèves et des intempéries, davantage que l'impact d'un climat général. En effet, quand on rentre dans le détail des questions explorées par l'Insee, on constate que ce qui a chuté, c'est essentiellement la production. Pas les perspectives à venir. A défaut d'être encourageant, ce n'est pas "trop" décourageant. Cela permet d'anticiper des perspectives en hausse. C'est ce qui permet de dire que cette situation ne serait qu'un "petit hoquet" lié à cette période mouvementée par les grèves et les inondations. 

On peut effectivement mettre en cause la  gestion des mouvements sociaux par le gouvernement. C'est, du moins, la première lecture de la situation actuelle. La deuxième lecture est de prendre en compte que le fait de revenir à 100 consiste à revenir au niveau tendanciel de l'économie, qui se situe globalement à un rythme de croissance du PIB de 0.3 à 0.4% par trimestre. Cela correspond tout à fait aux perspectives de croissance avancées par l'Insee qui estime que, dans les prochains trimestres, la croissance devrait être de 0.3% à 0.4% par trimestre. Ce qui correspond à une croissance annule d'1.6%. Concrètement, il s'agit d'une croissance en accélération par rapport aux années précédentes, qui permet la création d'emplois – suffisamment pour faire baisser le chômage – mais demeure une reprise faible. Particulièrement, compte-tenu de l'espoir que l'on pouvait placer dans la perspective d'une reprise. Dans le cadre d'une reprise, l'ampleur de la croissance est généralement bien supérieure à celle-ci : elle correspond le plus souvent à des valeurs de 2.5%. C'est décevant, mais c'est un niveau moyen. 

Le "ça va mieux" revendiqué par François Hollande ces derniers mois est-il en danger ? L'amélioration observée sur le front de l'emploi depuis le début de l'année est-elle en danger pour les prochains mois ? Malgré ces améliorations, peut-on vraiment se contenter d'un tel niveau de croissance ? L'accepter comme un rythme de croisière ne correspondrait-il pas, in fine, à un renoncement ?

Nous sommes actuellement sur un niveau de croissance de 1.6%. À un tel niveau, on peut effectivement dire que cela va mieux, parce qu'il permet la baisse du chômage. Une baisse faible, certes, mais une baisse. Il permet la baisse – faible, là encore – des déficits. À partir de là, de ce type de rythmes sur lesquels on est aujourd'hui, cela commence en effet à aller mieux. Cependant, cela reste particulièrement léger comme reprise économique (qui ne commence qu'à partir de 1.3% de croissance). Il ne faut pas non plus oublier que nous ne sommes pas à l'abri d'une très mauvaise nouvelle exogène – comme pourrait l'être le Brexit – susceptible de remettre en question cette fragile reprise.

Ce qu'il y a d'intéressant avec les chiffres de la comptabilité nationale c'est que cette croissance, qui n'est pas de grande ampleur, n'en est pas moins solide. Elle ne repose pas sur un seul moteur mais bien sur plusieurs : la consommation, l'investissement des entreprises, la création d'emplois. Certes, il s'agit de petits moteurs, mais avoir ces trois acteurs en marche au même moment permet la mise en place d'un cercle vertueux : ils s'auto-entretiennent. La consommation a, dans un premier temps, été soutenue par la baisse du prix du pétrole qui générait un plus grand pouvoir d'achat. Aujourd'hui, cela a créé des emplois, qui ont eux-mêmes généré de la distribution de salaires. Ce pouvoir d'achat n'est donc plus entraîné par la baisse du prix du baril mais par la création d'emplois. De facto, la consommation se maintient, les entreprises redémarrent, investissent plus, créant donc plus de croissance et, au final, plus d'emplois. Néanmoins, même si la machine tourne aujourd'hui, elle tourne à faible régime et il devient crucial de faire attention de ne pas caler, bien que les chiffres dont on dispose à ce jour ne mettent pas en lumière ce risque.

Il est évident que nous ne devons pas nous contenter d'un tel rythme : 1.6% de croissance annuel permet de faire baisser le chômage d'environ 0.2 à 0.3 point par an. Si on se contente uniquement de la croissance économique pour faire baisser le chômage, en fin d'année le chômage sera passé de 10% à 9.7%. C'est sensiblement la même chose. Il faut accompagner et soutenir cette croissance économique, pour qu'elle puisse créer plus d'emplois et gagner en dynamisme. Les pistes que l'on pourrait mettre en œuvre sont essentiellement européennes et portent sur une coopération des Etats (mise en place de grands plans d'investissement dans la transition écologique, dans l'innovation, dans la robotique ; lever le pied sur l'austérité dans les pays européens ; etc.). Nous sommes actuellement dans la moyenne des pays européens (la croissance en zone euro est également de 1.6%), ce qui justifierait qu'à l'échelle européenne on mette en place de telles politiques pour passer, comme aux États-Unis ou au Royaume-Uni, de 1.6% par an à 2.5%. C'est grâce à des politiques macro-économiques plus actives que ces pays parviennent à de tels résultats. 

Cependant, il existe aussi quelques choix français : on peut très bien, à budget identique, avoir une stratégie différente. Reprenons l'exemple du pacte de responsabilité dont la dernière tranche doit être votée en 2017 : il y est prévu 11 milliards de baisses d'impôts. Ce sont essentiellement les grandes entreprises qui en profiteront, dans la mesure où les plus petites ont déjà eu accès à des baisses. Or, on sait que c'est quelque chose qui n'est pas particulièrement rentable, dans la mesure où ces entreprises connaissent moins de difficultés et ne créeront pas d'emplois ni n'investiront beaucoup plus. Il serait plus efficace de distribuer ces 11 milliards sous forme de crédits d'impôt à l'investissement, permettant donc aux entreprises qui investissent dans certains secteurs (recherche, robotique, par exemple) de bénéficier de tels crédits. Concrètement, cela boosterait très fortement l'investissement à très court terme et permettrait donc de relancer beaucoup plus la machine France, sans avoir besoin de l'Europe sur cette thématique… qui n'en reste pas moins indispensable pour dégager des marges de manœuvre.

De quoi la France est-elle capable dans les faits ? Quel pourrait-être son potentiel ?

C'est une grande question, à laquelle personne n'a de réponse exacte et où il n'est guère possible de donner autre chose qu'une évaluation. L'économie n'est pas une science exacte, dure, et il peut donc y avoir autant d'évaluations que d'économistes – ce qui n'exclut pas de tomber parfois d'accord.

À mes yeux, le rythme normal de croissance de l'économie française, c'est 1.3% par an. Cependant, le niveau de production français est en-dessous de son potentiel : on a à peu près 2 points et demi à 3 points de retard. Ces points de retard doivent être rattrapés. S'il fallait les rattraper sur 4 ans,  par exemple, cela représenterait un gain potentiel de 0.6% de croissance par an. Ce qui permettrait à la France d'afficher une croissance de 1.9% pendant 4 ans, sans choc – qu'il soit positif ou négatif.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Philippine
- 25/06/2016 - 19:35
C'est fou......
ce qu' Eric Heyer est optimiste dans ses analyses économiques quand il s'agit de défendre le gouvernement en vantant notamment les mérites du pacte de responsabilité et du cice, mais ce qu'il oublie d'ajouter, c'est la pression fiscales des 2 premières années du quinquennat ( je crois une bonne cinquantaine de milliards d'euros entre classes moyennes et entreprises, excusez du peu ! ) . Constatant les résultats de leur gestion calamiteuse, faillites en cascades et pouvoir d'achat en berne, ils ont bien été obligés de restituer à tout le monde un peu d'argent pour essayer de sauver ce qui pouvait l'être, mais Mr Heyer ,qui a, je crois des problèmes de mémoire, ne parle jamais de tout cela, il s'en garde bien, il préfère dire que c'est grâce aux mesures prises que cela va mieux. Alors que tout simplement, c'est surtout à cause de la baisse du pétrole, de la baisse de l'euro et surtout de la planche à billet de Mario Draghi qui contribue à faire baisser les taux d'intérêts à 0%; Jusqu'à quand allons pratiquer cette politique folle qui est en train de ruiner les petits épargnants ? Nul ne le sait ! Peut-être un clash provoqué par le Brexit ? Tout devient possible .
vangog
- 24/06/2016 - 20:36
5 années de socialisme à la Heyer...
et on demande encore à cette grande famille d'idéologues mortifères de trouver des solutions à leur incompétence...
Lazydoc
- 24/06/2016 - 08:55
Ben oui
Le spécialiste a parlé = il suffit juste de rattraper le retard de production et de mettre 11 milliards dans un autre tuyau que ce qui etait prévu.
Fastoche. Mais qu'il est nul ce gouvernement. Faut écouter les spécialistes. L'économie c'est facile (Yaca Faucon)