En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 6 heures 14 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 9 heures 16 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 10 heures 7 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 11 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 13 heures 24 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 16 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 16 heures 45 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 17 heures 19 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 6 heures 39 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 9 heures 42 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 11 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 13 heures 9 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 13 heures 43 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 15 heures 8 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 15 heures 45 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 16 heures 41 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 17 heures 37 min
© Pixabay
© Pixabay
A l’école du Darknet

Bac : ces pirates informatiques qui se font payer pour changer vos notes (et risquent de vous attirer de gros ennuis si vous essayez)

Publié le 24 juin 2016
Avec H16
Selon le patron de la société de sécurité informatique Radware, Daniel Smith, il est désormais relativement facile pour un étudiant ou un lycéen de se procurer des programmes permettant de modifier ses notes dans les serveurs informatiques de son établissement par le biais du Darknet, réseau privé virtuel généralement crée pour échanger des fichiers en pair à pair anonymement.
H16
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon le patron de la société de sécurité informatique Radware, Daniel Smith, il est désormais relativement facile pour un étudiant ou un lycéen de se procurer des programmes permettant de modifier ses notes dans les serveurs informatiques de son établissement par le biais du Darknet, réseau privé virtuel généralement crée pour échanger des fichiers en pair à pair anonymement.
Avec H16

Selon le patron de la société de sécurité informatique Radware, Daniel Smith, il est désormais relativement facile pour un étudiant ou un lycéen de se procurer des programmes permettant de modifier ses notes dans les serveurs informatiques de son établissement. De quels programmes s'agit-il et en quoi rendent-ils ce type de piratage plus accessible ?

H16 : Depuis que les notes des examens sont saisies sur du matériel informatique, il existe en substance pour les étudiants ou les lycéens pas trop doués en études et suffisamment mal intentionnés deux moyens de bidouiller leurs résultats : le premier consiste à s'introduire dans les systèmes informatiques, et le second consiste à payer pour qu'un pirate le fasse pour eux. En termes de technicité, la première méthode reste assez complexe et nécessite de comprendre un minimum ce qu'on fait, d'obtenir ou de développer des outils qui permettront d'atteindre le but fixé, et d'effectuer la manœuvre de préférence sans laisser de traces au risque de se faire prendre. Dans la pratique, sauf à tomber sur des systèmes informatiques particulièrement fragiles ou exposés, l'apprenti pirate risque bien de se faire prendre. En effet, les outils génériques disponibles (scripts "tout faits", méthodes d'attaques basiques) nécessitent pas mal de précautions à l'usage : protéger sa propre adresse, ou mieux, ne pas utiliser la moindre machine personnelle, attaquer depuis des serveurs étrangers (qui n'enregistrent pas toutes les transactions qui passent par eux), utiliser des e-mails jetables, des tunnels VPN, effacer ses traces après l'intrusion, etc...

La plupart de ces techniques ne sont simplement pas à la portée d'un étudiant ou d'un lycéen lambda. L'autre grande catégorie d'attaques, celle par "ingénierie sociale", consiste à obtenir des droits d'accès élevés (ceux d'un professeur ou d'un directeur d'établissement) en trompant la personne ou l'administration ciblée. Ces attaques emploient les mêmes principes de base que les attaques pour obtenir les codes d'accès à votre compte bancaire en ligne. Là encore, la difficulté n'est pas l'attaque elle-même mais l'importance de ne pas laisser de traces. Cela demande donc une bonne connaissance des institutions et des habitudes de la cible. Là encore, on peut douter que ce soit à la portée de lycéens ou d'étudiants qui n'ont d'ailleurs pas le temps ou les moyens de mener proprement de telles attaques ciblées.

En revanche, la seconde méthode est finalement bien plus simple pour le commun des étudiants et des lycéens : pas besoin de comprendre, il "suffit" de payer. Un pirate, ou un groupe de pirate, se chargera de réaliser le travail pour vous. Pour contacter le pirate, on pourra se contenter de comprendre de façon superficielle comment fonctionne le "darknet", en utilisant Tor et Tor Search par exemple. Une fois contacté et payé, le pirate s'occupera d'infiltrer la cible et d'y modifier les notes désignées. Evidemment, cela suppose que la cible ne soit pas trop bien défendue. On imagine sans mal que le tarif d'intervention des pirates s'adapte à la demande et à la difficulté rencontrée : pirater les serveurs académiques pour le Bac est globalement plus complexe que les machines d'un petit établissement de province, la sécurité informatique de ce dernier n'ayant pas les mêmes moyens à disposition. On le comprend : c'est certainement plus simple que ça ne le fut dans le passé où celui qui tentait l'aventure devait réaliser toute l'opération lui-même, à ses risques et périls, mais cela n'est pas encore complètement trivial.

Combien coûtent ces logiciels et quelles compétences informatiques faut-il tout de même avoir pour se les procurer ? L'accès au Darknet est-il réellement à la portée du premier venu ?

On trouve de tout. Récemment étaient proposés des programmes "standards" pour 1 bitcoin (environ 600 euros actuellement) mais des prestations personnalisées peuvent être achetées pour plus cher. De la même façon, des petits scripts "standards" qui attaquent les principaux sites en exploitant des failles connues (injection SQL, XSS ou cross-site scripting, typiquement) seront moins chers que des outils développés "à façon" pour un site spécifique. Pour localiser et acheter ces outils, comme dit plus haut, on devra aller fouiller le darknet, c'est-à-dire cette partie de l'Internet pas directement accessible au travers des outils traditionnels (comme Chrome ou Firefox). Quelques minutes de recherches sur Wikipedia permettent à un étudiant ou un lycéen motivé d'installer un client VPN (qui permettra de sécuriser un peu ses opérations dans un tunnel crypté), d'installer Tor, et d'aller ensuite chercher ces outils. Mais l'investissement financier et en temps n'est pas nul.

Que risquent exactement les lycéens ou les étudiants qui attaqueraient les serveurs de leur lycée ou de leur fac pour changer leurs notes ? Combien d'affaires de ce type recense-t-on en France chaque année et comment ce chiffre évolue-t-il ?

Sur le plan de la loi, ça dépend mais cela peut aller de sanctions disciplinaires au sein de l'établissement à la poursuite pénale pour faux et usage de faux, introduction et maintien frauduleux dans un "système de traitement automatisé de données" (article 323-1 et suivants du code pénal). Pour ce dernier cas, c'est trois ans de prison et 45.000 euros d'amende puisqu'on supposera qu'il y a eu modification des données présentes. Et régulièrement, des élèves se font pincer (une poignée de cas tous les ans). Il est évidemment difficile de connaître les chiffres précis, l'Education Nationale ne faisant pas trop de publicité de ces cas, d'autant que pour chaque pirate attrapé, plusieurs sont probablement passés inaperçus.

De leur côté, les établissements scolaires et universitaires sont-ils techniquement armés pour se protéger de telles attaques ? La sécurité de leurs serveurs informatiques nécessite-t-elle d'être encore améliorée, ou ne sera-t-elle jamais fiable à 100% ?

La fiabilité à 100% n'est pas de ce monde et il y a toujours une "course à l'armement" en matière de sécurité : pour chaque nouvelle technique permettant de mieux sécuriser un site, on pourra trouver une ou plusieurs failles nécessitant un nouveau "patch", une nouvelle technique. À ceci s'ajoute le facteur humain, toujours maillon faible dans la sécurité informatique. En substance, les administrations publiques sont dans la même position que les entreprises privées qui doivent chaque jour tenir compte de leur sécurité informatique... À la différence que ces entreprises ont rapidement compris qu'un piratage de leurs données pouvait signifier la mort commerciale, là où l'Education Nationale n'est de toute façon pas confrontée à ce souci. En conséquence, les entreprises commerciales qui dépendent fortement de leurs données mettent rapidement des moyens pour les sécuriser. En revanche, pour l'Education Nationale, les moyens de lutte contre ces attaques sont modestes, et les bonnes pratiques encore dures à appliquer. On apprend régulièrement que les sites "education.gouv.fr" sont visités et piratés, généralement en utilisant des failles qui sont pourtant connues depuis un moment. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
adroitetoutemaintenant
- 22/06/2016 - 10:11
Vu le niveau du bac
Faut vraiment être con pour ne pas l'avoir!