En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

03.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 26 sec
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 46 min 16 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 1 heure 2 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 1 heure 46 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 2 heures 6 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 2 heures 29 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

il y a 3 heures 19 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 17 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 18 heures 42 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 8 min 43 sec
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 47 min 20 sec
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 1 heure 28 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 1 heure 53 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 2 heures 28 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Economie
Diversions budgétaires

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

il y a 3 heures 3 min
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 17 heures 2 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 18 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 19 heures 4 min
© Reuters
© Reuters
Home Sweet Home

Moins de suicides, moins de divorces, mais moins de temps consacré à ses enfants... Ces étonnantes conséquences de la crise financière de 2008 sur la vie quotidienne de millions de Français

Publié le 24 juin 2016
Moins de suicides, moins de divorces... Si la détérioration du marché du travail due à la grande récession (2007-2008) a bien des impacts sur le quotidien de la vie de familles françaises, ils ne sont pas forcément ceux qu'on s'imagine.
Louis Maurin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Louis Maurin est directeur de l’Observatoire des inégalités.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Moins de suicides, moins de divorces... Si la détérioration du marché du travail due à la grande récession (2007-2008) a bien des impacts sur le quotidien de la vie de familles françaises, ils ne sont pas forcément ceux qu'on s'imagine.

Atlantico : Selon une étude relayée par le U.S. Bureau of Labor Statistics (voir ici), la détérioration du marché du travail due à la grande récession (2007-2008) est corrélée avec une augmentation des violences domestiques aux Etats-Unis. Un tel phénomène est-il également observable en France ? Plus largement, quelles ont été les conséquences "non économiques" de la grande récession sur les ménages ?

Louis Maurin : Sur les violences domestiques, il n'existe pas de statistiques françaises démontrant une relation entre la crise économique et les violences domestiques.

En revanche, on peut observer une incidence de la crise sur les divorces en France. Selon une étude de l'INSEE (voir ici), le nombre de divorces était resté relativement stable jusqu'en 2010. Depuis, la tendance est à la baisse en France. Cette baisse récente des divorces est due pour l'essentiel à un léger recul de la propension à divorcer, et très peu à la baisse du nombre des mariages.

Concernant ces chiffres, la Fondation Abbé Pierre a observé que les femmes avaient moins tendance à demander le divorce, car si elles sont au chômage ou qu'elles occupent un emploi précaire, elles n'arrivent pas à retrouver de logement après la séparation.

Néanmoins, ces chiffres sont à relativiser, car ils peuvent aussi être mis en relation avec une autre tendance sociétale, qui est que les couples se testent plus avant de se marier - Les partenaires emménagent d'abord ensemble, voire ont un premier enfant avant d'officialiser leur union - ce qui façonne des couples plus solides. Le couple demeure une norme solide (voir ici). Comme le souligne l’Insee, 95 % des personnes âgées de 26 à 65 ans vivent ou ont déjà vécu une relation amoureuse qu’elles considèrent comment importante et 90 % cohabitent ou ont déjà cohabité avec un partenaire (données 2013).

Les partenaires s’enferment moins souvent dans une union qui ne fonctionne plus. C’est bien le modèle du couple unique, de sa formation au décès, dont la portée s’est amoindrie, non celle du couple tout court.

De la même façon, selon l'observatoire national du suicide "sur la période très récente, plusieurs études suggèrent que la crise économique et financière de 2008 se serait traduite par une hausse des suicides et par une dégradation de la santé mentale pour les hommes en âge de travailler dans la plupart des pays concernés, les femmes étant moins affectées" (voir ici). A quel point peut-on évaluer le mal être de la société depuis la survenance de la crise ?

Je ne pense pas qu'il y ait aujourd'hui des études qui permettent formellement d'établir un lien entre la crise économique et l'augmentation du nombre de suicides. Comme je le précisais dans un article pour le Centre d'observation de la société (voir ici), le taux de décès par suicide en France tend à diminuer (voir graphique) sur longue période. Entre 1990 et 2011, il est passé chez les hommes de 29,1 à 23,2 p 100 000 habitants et chez les femmes de 10,2 à 7,0 p 100 000, selon les données de l'Inserm. Soit - 20 % pour les premiers et - 31 % pour les secondes.

Contrairement à une idée répandue, la situation économique, sociale ou politique et la montée des inégalités n'ont guère d'influence : le taux de chômage n'a pas grande influence sur le phénomène au moins au niveau global. Les guerres, par exemple, sont historiquement les moments où l'on se suicide le moins. Le suicide résulte de la perte de repères, de règles structurant le comportement des individus, qui peut exister aussi en période de croissance et de remise en cause des normes sociales. En phase de crise, chacun cherche plutôt à se préserver. La baisse du taux de suicide tendrait plutôt à montrer que nos sociétés ne sont pas en phase de "désintégration" sociale ou de dépression collective .

En ce sens, la crise économique n'a pas que des impacts négatifs sur la vie de famille. Elle développe de nouvelles formes de solidarité, comme l'économie de partage avec des entreprises comme Blablacar par exemple, ou encore les associations caritatives, qui encouragent le lien social.

De plus, il faut bien avoir en tête que la crise économique n'a pas le même impact sur toutes les familles de France. La crise économique dessert principalement les familles jeunes, issues de milieux sociaux défavorisés. Pour eux, il est clair que l'absence de perspective d'avenir due au chômage, à la précarisation et à la flexibilisation de plus en plus forte du marché du travail perturbe leur confort de vie. Il est très difficile de prévoir des vacances en famille ou de devenir propriétaire quand les deux membres du couple sont en CDD ou en recherche d'emploi, très difficile de prévoir les sorties en famille quand on connait ses horaires la veille pour le lendemain, de plus en plus difficile de dégager du temps de famille quand on travaille de plus en plus le dimanche, et difficile d'être heureux quand on fait un travail qui nous déplait car on ne l'a pas choisi.

Concernant les séniors, le chômage les touche plus que la moyenne mais beaucoup moins que les jeunes. De plus, comme je le précisais dans un article pour le Centre d'observation de la société (voir ici), l'impact du chômage sur les revenus des plus âgés est plus lent, du fait d'une meilleure indemnisation, mais aussi plus durable : on se serre moins facilement la ceinture quand il faut faire vivre une famille que quand on est seul. En revanche, une fois au chômage, ils restent bloqués plus longtemps, donc cela leur coupe les perspectives d'avenir, pour leur retraite notamment.

Ces phénomènes sont-ils réellement réversibles ? Une reprise économique suffirait-elle à inverser la tendance ?

Comme je le précisais dans un article pour le Centre d'observation de la société (voir ici), le processus est profond : aux Trente glorieuses ont succédé trente années de dégradation pour les ouvriers non qualifiés. Des générations déjà anciennes de populations peu diplômées, nées à partir de la fin des années 1960, n’ont connu que le chômage de masse. Difficile dans ce cas de continuer à parler de "crise" : c’est bien une situation de déséquilibre structurel, un nouveau régime, qui s’est installé sur le marché du travail et il frappe essentiellement les moins favorisés.

Mais je pense aussi qu'il est aussi important de ne pas tomber dans le misérabilisme, car nous avons encore un des meilleurs systèmes de sécurité sociale au monde, qui amortit malgré tout assez bien l'impact de la crise, même sur les familles des milieux défavorisés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires