En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg

07.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 18 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 11 heures 34 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 13 heures 7 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 14 heures 49 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 17 heures 12 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 17 heures 33 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 17 heures 56 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 18 heures 20 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 18 heures 36 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 18 heures 57 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 10 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 12 heures 33 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 14 heures 19 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 15 heures 53 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 17 heures 22 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 17 heures 37 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 18 heures 36 sec
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 18 heures 21 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 18 heures 54 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 19 heures 18 min
© Reuters
© Reuters
Ni dehors ni dedans

Toujours en marche ou déjà en panne ? Ce que peut encore espérer Emmanuel Macron (ou pas) après avoir annoncé ne pas être candidat à la présidentielle maintenant

Publié le 18 juin 2016
Alors que les ambitions personnelles d'Emmanuel Macron font beaucoup parler depuis plusieurs semaines, le ministre de l'Economie a affirmé vendredi ne pas être candidat "aujourd'hui" à l'élection présidentielle.
Frédéric Métézeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Métézeau est journaliste depuis 15 ans. Il a été journaliste pour France Bleu Nord, basé à Lille, et a présenté les informations sur France Inter avant devenir chef du service politique sur France Culture. Depuis août 2015, il est chef du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les ambitions personnelles d'Emmanuel Macron font beaucoup parler depuis plusieurs semaines, le ministre de l'Economie a affirmé vendredi ne pas être candidat "aujourd'hui" à l'élection présidentielle.

Atlantico : Ce vendredi, au micro de RTL, Emmanuel Macron a déclaré qu'il n'était pas "aujourd'hui" candidat à l'élection présidentielle, tout en rappelant une nouvelle fois que l'offre politique actuelle était insuffisante selon lui. Comment peut-on interpréter cette sortie ? Emmanuel Macron est-il vraiment rentré dans le rang ?

Frédéric Métézeau : Il n'y a rien de neuf sous le soleil. Aujourd'hui, Emmanuel Macron est ministre de l'Economie. S'il ne s'est pas déclaré, il précise bien qu'il n'est pas candidat "aujourd'hui" pour ne se fermer aucune porte. Mais il ne s'agit pas forcément de rentrer dans le rang, puisqu'il n'en est jamais véritablement sorti. Il détonne par sa façon de penser, mais fondamentalement, il est toujours là. Il ne se ferme aucune porte, mais ne va pas non plus franchir le Rubicon.

Pour ce qui est de son mouvement En Marche!, il n'est pas le premier à lancer un mouvement, un cénacle, un club de reflexion, un think tank, quel que soit le nom qu'on lui donne. Il y en a toujours eu à droite comme à gauche. Ensuite, quelle est la réalité de cette mobilisation sur le terrain ? J'aimerais bien pouvoir la mesurer. C'est un mouvement pour lequel on peut adhérer gratuitement. S'il suffit de cliquer pour être considéré comme un membre... Au-delà de la communication médiatique, quelle est la réalité de ce mouvement ?

Avec En Marche!, Emmanuel Macron assure vouloir faire exister le débat d'idées. En réalité, il n'y a pas grand-chose de neuf dans la façon de faire. Dire que l'on va rencontrer des gens pour constater ce qui ne va pas et essayer de trouver des solutions, c'est la démocratie participative de Ségolène Royal, et ça a quaisment dix ans.

J'ajoute qu'Emmanuel Macron a besoin d'exister, et les médias l'aident en cela. Quoi qu'il en dise, il est comptable des résultats économiques de la France. Il a été conseiller économique de François Hollande, puis son ministre de l'Economie. S'il y a donc bien quelqu'un qui personnifie la politique économique du quinquennat, c'est bien lui. Contrairement à Montebourg, il n'est pas parti.

Si jamais Emmanuel Macron décidait effectivement de ne pas être candidat, quel avenir s'offrirait à lui à court terme ? Pourrait-il rester à Bercy jusqu'à la fin du quinquennat ? Serait-il dans son intérêt de quitter le gouvernement prochainement ? A plus long terme, quelles sont les possibilités qui s'offrent à lui ?

Je ne prédirai pas l'avenir, car je ne suis ni Emmanuel Macron ni François Hollande. Maintenant, si Emmanuel Macron souhaite continuer à exister, il vaut mieux être dans un gouvernement qu'en-dehors. S'il quitte le gouvernement, il n'a pas de mandat. Il a par ailleurs une légitimité, un bilan, un héritage qui, somme toute, ne saute pas aux yeux pour le moment... Ce n'est pas Raymond Barre, Dominique de Villepin ou Jean-Louis Borloo quand il ont quitté la politique. En-dehors du gouvernement, il lui faudra d'abord une activité qui lui permette de gagner sa vie. Il lui faudra ensuite un espace pour exister médiatiquement et électoralement parlant, sachant qu'il n'a jamais été élu. Il vaut mieux être ministre à Bercy avec une exposition médiatique que conférencier ou de retour dans une banque d'affaires privée.

Avec sa popularité actuelle et le désir des Français de ne plus avoir à choisir de nouveau entre François Hollande et Nicolas Sarkozy comme en 2012, la présidentielle 2017 n'est-elle pas l'occasion ou jamais pour Emmanuel Macron ? Quels sont les obstacles qui s'opposeraient à lui s'il décidait de se lancer ? 

Le premier obstacle, c'est déjà de savoir si François Hollande est candidat ou pas, et si le Parti socialiste présente un candidat ou pas. Le danger pour Emmanuel Macron, c'est de se retrouver face à un candidat soutenu par le PS (sa famille d'origine) et un candidat de droite qui voudra mener une politique d'inspiration libérale (qui est aussi la sienne). Il serait coincé entre sa famille d'origine et son idéologie.

Le deuxième grand obstacle réside dans l'obtention des 500 parrainages et signatures. J'imagine que si Emmanuel Macron se présente contre un candidat soutenu par le Parti socialiste, les signatures ne viendront pas d'élus socialistes, et ne viendront pas non plus d'élus de la droite.

Enfin, vous parlez de sa popularité. Oui, il a une forte popularité sondagière, c'est certain. Je me souviens que Bernard Kouchner et Simone Veil étaient dans ce cas-là aussi. Cela ne se concrétise pas toujours en termes politiques... Par ailleurs, il rencontre un certain succès dans les médias, mais d'un autre côté les sondages nous disent que 60% des Français sont opposés à la loi El Khomri, une loi qui ne va pas assez loin selon lui. Il y a donc un certain paradoxe à approuver de façon massive Emmanuel Macron et à trouver que la loi El Khomri n'est pas bonne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Babaswami
- 18/06/2016 - 16:38
Moyens
Pour faire une campagne il faut - beaucoup - d'argent (cf l'affaire Pygmalion)
D'où viendrait l'argent pour Rastignac ? de la banque Rothschild ?
vangog
- 18/06/2016 - 13:00
Tu veux ou tu veux pas?
L'éternelle inconstance ( et manque de courage) socialiste...la France crève de cette lâcheté!
CSV
- 18/06/2016 - 12:24
en marche sur un tapis de course
E.M. est en marche sur un tapis de course, ses pieds ne touchent pas le sol. Il plait aux medias et aux bourgeois de gauche. Il agace ses comperes politiques -ce serait etonnant qu'il ait des amis ou des soutiens fiables dans son milieu actuel. Il n'a aucun sens du contact avec les gens simples, et pas de chance, ce sont des electeurs tout autant que les "elites". Nombreux sont ceux qui le trouvent creux et arrogrant