En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

03.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

06.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

07.

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

04.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

05.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

04.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

05.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

ça vient d'être publié
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 2 heures 17 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 3 heures 33 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 4 heures 29 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 7 heures 48 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 8 heures 39 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 9 heures 57 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 20 heures 20 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 21 heures 52 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 2 heures 58 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 3 heures 52 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 7 heures 29 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 8 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 10 heures 15 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 21 heures 11 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 22 heures 30 min
© Flickr
La Troïka est composée de personnes de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du FMI.
© Flickr
La Troïka est composée de personnes de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du FMI.
La Troïka à Paris ?

Ce projet (plus ou moins) caché de Wolfgang Schäuble qui pourrait doucher les espoirs d'influence de la France sur l’avenir de l’Europe

Publié le 16 juin 2016
Selon Yanis Varoufakis, Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, souhaiterait exporter la Troïka européenne à Paris. Un tel projet correspondrait à une mise sous tutelle de la France et poserait un véritable problème démocratique.
Mathieu Plane
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur adjoint du Département analyse et prévision à l'OFCE
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon Yanis Varoufakis, Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, souhaiterait exporter la Troïka européenne à Paris. Un tel projet correspondrait à une mise sous tutelle de la France et poserait un véritable problème démocratique.

Atlantico : Selon Yanis Varoufakis, qui rapporte une conversation qu'il aurait eue avec Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances souhaiterait exporter la Troïka européenne à Paris. Est-ce vraiment son ambition ? Dans quelle mesure les autorités européennes ont-elles profité de la crise économique pour modifier les standards des sociétés européennes ? Avec quelles conséquences ?

Mathieu Plane : En ce qui concerne la volonté d'exportation de la Troïka, il est difficile de répondre dans la mesure où il s'agit d'une conversation off et qu'il n'y a aucune version officielle de Schäuble. S'il a véritablement cette ambition, c'est très inquiétant car ce serait une forme de mise sous tutelle de la France, ce qui poserait un vrai problème démocratique. La Troïka s'applique pour les pays qui sont sous programme (c’est-à-dire les pays qui ne peuvent plus se financer sur les marchés). Pour ces pays, la Troïka reprend le contrôle de la politique économique en contrepartie de financements. Cela concerne donc des pays en situation d'asphyxie financière. Pour que la Troïka débarque à Paris, il faudrait que la France ne puisse pas se refinancer sur les marchés. On est très loin de cette situation puisque les taux sont historiquement bas et qu'il y a plutôt une appétence pour la dette française. Que la France se retrouve dans une telle situation n'est souhaitable pour personne car cela mettrait l'Europe toute entière en grande difficulté.

Deuxièmement, est-ce que ce sont les autorités européennes qui ont profité de la crise pour modifier les standards des sociétés européennes ou est-ce que c'est la crise économique qui a conduit les autorités européennes à ce type de réponse ? Il me semble que ce sont les réponses aujourd'hui à la crise qui ne sont pas adaptées et qui ont conduit les autorités européennes à renforcer les règles budgétaires au moment de la crise de la dette souveraine. Ce sont les politiques budgétaires surcalibrées avec une austérité extrêmement violente qui ont provoqué la récession de la zone euro en 2012-2013 alors même que d'autres pays en-dehors de la zone euro connaissaient une reprise.

Les orientations de politique économique qui ont été choisies ne se sont pas avérées être les bonnes. On peut tout à fait admettre que des erreurs aient été commises, mais le problème est que les conséquences n'ont pas été tirées : les règles budgétaires ont été renforcées et gravées dans le marbre, ne donnent aucune souplesse et paraissent irréformables quels que soient les éléments de diagnostic apportés et les expériences vécues.

Pour caricaturer, deux visions sur la politique économique s'opposent : d'une part, une grande partie des macroéconomistes montrent que l'austérité a provoqué des dégâts considérables sur la croissance et plaident pour une nouvelle gouvernance européenne plus tournée sur la croissance et moins sur les équilibres budgétaires et d'autre part, une autre vision moins partagée chez les macroéconomistes mais majoritaire chez les gouvernants actuels en Europe qui soutient l'idée que la condition de la croissance est celle des équilibres budgétaires, de la compétitivité à tout prix, etc. Cette seconde position est selon moi une erreur d'un point de vue macroéconomique car elle n'a pas donné de croissance et a plutôt provoqué de la déflation.

Pour le moment, le côté orthodoxe l'emporte et les voix en faveur de solutions nouvelles à la gouvernance qui permettraient aux pays d'avoir des politiques économiques un peu plus souples sont peu entendues.

Quels sont les hommes qui incarnent cette Troïka et détiennent le pouvoir réel en Europe ?

La Troïka est composée de personnes de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du FMI.

Au moment de la crise grecque et du référendum sur l'acceptation ou non du nouveau programme, on a vu une ligne extrêmement dure émerger, notamment avec Wolfgang Schäuble qui a évoqué un Grexit temporaire. Il s'agissait d'une véritable menace consistant à dire "si vous n'acceptez pas ce programme, les conséquences seront terribles d'un point de vue économique et social puisque vous seriez obligés de quitter l'euro". Dans ce cadre-là, l'euro n'est plus démocratique puisque finalement, les citoyens grecs qui souhaitaient rester dans l'euro n'avaient d'autre choix que d'accepter le programme de la Troïka pour y rester. Le débat budgétaire (ou celui des finances publiques) a été assimilé à celui sur la question du maintien ou non dans une monnaie. Les conditions de la Troïka étaient terribles et forçaient quasiment à accepter le deal sans aucune possibilité de négocier. Si les citoyens grecs avaient la certitude que la Banque centrale continuerait à financer leur système bancaire et qu'ils pourraient rester dans l'euro, les conditions de négociation seraient certainement différentes.

Alors que François Hollande avait promis lors de sa campagne électorale de "réorienter" l’Europe afin de lui donner un contenu social et fiscal et combler le fossé qui se creuse entre les citoyens et le projet européen, il n'a formulé aucune proposition alternative depuis le début de son quinquennat. La France est-elle une victime consentante des orientations prises par l'Europe ?

L'Europe n'est pas une nébuleuse où personne ne peut faire de choix politiques. La France est un élément central dans la mesure où la zone euro pourrait difficilement fonctionner sans elle. La France a son avis à donner mais le président de la République, suite à son élection, est tombé face à un mur. Il voulait réformer les traités mais ça n'a pas été possible.

Soit les dirigeants européens ont une prise de position politique avec un rapport de force important (c'est un peu ce qu'a fait Cameron), soit, à l'instar de François Hollande, ils sont rattrapés par le fonctionnement des traités et le pacte de stabilité. Renégocier les traités (et notamment les traités budgétaires) est extrêmement compliqué et le rapport de force, avec des alliances avec d’autres pays, semble la seule issue pour faire bouger les lignes.

Il n'y a pas de consensus en Europe sur la bonne gouvernance : certains considèrent que c'est en renforçant la discipline budgétaire que l'Europe ira mieux et d'autres considèrent au contraire qu’il faut des marges de manœuvre budgétaires pour générer de l'investissement et de la croissance. Les 19 pays de la zone euro ont probablement 19 façons d'appréhender la façon dont la zone devrait fonctionner. Bien sûr, il y a une hégémonie allemande même si la Banque centrale a beaucoup évolué depuis l'arrivée de Draghi et s'est éloignée de la "ligne allemande". D'ailleurs, alors même que l'Allemagne est très pro-indépendance de la Banque centrale, Wolfgang Schäuble a critiqué la politique opérée par la Banque centrale dès qu'elle s'est éloignée de la conception allemande du rôle d'une banque centrale. Par ailleurs, l'Allemagne est actuellement le gardien du temple de l'orthodoxie budgétaire et du couple compétitivité-réformes structurelles.

Ce qui est compliqué, c'est que les positions des pays et leurs objectifs peuvent être différents à des moments de leur histoire : l'Allemagne a un problème sur le long terme avec une démographie vieillissante qui occasionne un problème de soutenabilité de ses finances publiques à long terme, ce qui donne beaucoup plus de sens à l'orthodoxie budgétaire, mais pour des pays qui ont des niveaux de chômage très élevés, le problème est de savoir comment générer de la croissance à court-moyen terme, relancer de l'investissement pour créer de l'emploi et résorber le chômage. La difficulté est donc d'avoir les mêmes règles pour tout le monde alors même qu'elles ne profitent pas de la même façon aux pays.

Propos recueillis par Emilia Capitaine

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Oyentin
- 16/06/2016 - 17:30
Pas de problème:
La Troika à Paris et la Légion à Berlin!
Ganesha
- 16/06/2016 - 12:49
Poubelles de l'Histoire
Même le FMI et Christine Lagarde ne sont pas d'accord. Juncker, Merkel et son ministre des finances vont bientôt rejoindre les poubelles de l'Histoire !