En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

02.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

03.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

04.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

07.

Angela Merkel va réussir la fin de son mandat en déboulonnant les dogmes politiques auxquels les Allemands étaient si attachés

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Acte 2
Phase 2 du déconfinement : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe
il y a 9 heures 45 min
light > Culture
Disparition
L’humoriste Guy Bedos est mort à l’âge de 85 ans
il y a 11 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La naissance du vaccin, entre utopie et rejets" de Yves-Marie Bercé : avant Pasteur, la vaccination préventive n'était pas un long chemin tranquille !

il y a 14 heures 23 min
pépites > High-tech
Portrait flatteur
Les administrateurs de Wikipédia traquent les contenus promotionnels publiés par des agences de communication
il y a 15 heures 13 min
pépites > Economie
Forte augmentation
Impact du coronavirus : le chômage atteint en France son plus haut niveau depuis 1996
il y a 16 heures 41 min
pépite vidéo > Santé
Assurance maladie
Brigades Covid-19 : les enquêteurs ont débuté leur mission pour retracer les cas contacts
il y a 17 heures 40 min
décryptage > Politique
Remaniement

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

il y a 19 heures 9 min
décryptage > International
Relations internationales

Coronavirus : deux leçons géopolitiques majeures

il y a 19 heures 35 min
décryptage > France
Elle est toujours vivante

Vous avez aimé la "France périphérique" de Christophe Guilluy. Raymond Depardon, le plus grand photographe français vivant, l’a mise en image

il y a 20 heures 7 min
décryptage > Europe
Prix de la pandémie

750 milliards d’euros pour la relance européenne : attention à ne pas oublier les PME

il y a 20 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Jetez-moi aux chiens" de Patrick McGuinness : un roman décevant, ni un subtil polar, ni un grand livre sur le harcèlement

il y a 10 heures 58 min
pépites > Politique
Indicateurs positifs
Edouard Philippe a dévoilé les nouvelles mesures pour la phase 2 du déconfinement
il y a 13 heures 43 min
pépites > Politique
Elections municipales
Gérard Collomb retire sa candidature pour la présidence de la métropole de Lyon dans le cadre d’une alliance avec le candidat LR François-Noël Buffet
il y a 14 heures 38 min
pépites > International
Emprise
Le Parlement chinois a adopté la mesure controversée sur la sécurité nationale à Hong Kong
il y a 16 heures 1 min
light > Science
Sage décision
Le premier lancement habité de SpaceX a été reporté à samedi en raison du mauvais temps
il y a 17 heures 8 min
pépites > Politique
Disparition
Claude Goasguen, député LR de Paris, est mort d'un arrêt cardiaque après avoir été atteint par le Covid-19
il y a 18 heures 29 min
décryptage > International
Tensions

Pourquoi Trump s’en prend à l’OMS ?

il y a 19 heures 22 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette
il y a 19 heures 59 min
décryptage > Défense
"Opération dignité"

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

il y a 20 heures 20 min
décryptage > Société
Vertige de l'amour

Si la Covid-19 a congelé votre libido, vous n’êtes pas le seul

il y a 21 heures 5 min
© Flickr
© Flickr
Le temps, c'est de l'argent

Plus d’argent ou plus de temps ? Une étude menée sur 4000 personnes révèle ce qui nous rend le plus heureux et la réponse est…

Publié le 08 juillet 2016
Selon une étude des Universités de Californie et de Pennsylvanie publiée dans la revue Social Psychological and Personality Science, les personnes cherchant à accorder plus de temps à leur vie intime et sociale seraient plus heureuses que celles qui recherchent une meilleure situation financière.
Carl Cederström est enseignant chercheur à la Stockholm Business School. Il est le coauteur de Le syndrome du bien-être (Edition de l'échappée 2016) de Dead Man Working (Zero Books, 2012) et de How to Stop Living and Start Worrying (Polity Press,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Carl Cederström
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Carl Cederström est enseignant chercheur à la Stockholm Business School. Il est le coauteur de Le syndrome du bien-être (Edition de l'échappée 2016) de Dead Man Working (Zero Books, 2012) et de How to Stop Living and Start Worrying (Polity Press,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude des Universités de Californie et de Pennsylvanie publiée dans la revue Social Psychological and Personality Science, les personnes cherchant à accorder plus de temps à leur vie intime et sociale seraient plus heureuses que celles qui recherchent une meilleure situation financière.

Atlantico : Selon une étude des Universités de Californie et de Pennsylvanie publiée dans la revue Social Psychological and Personality Science, les personnes cherchant à accorder plus de temps à leur vie intime et sociale seraient plus heureuses que celles qui recherchent une meilleure situation financière. Comment cette étude a-t-elle été menée ? Que nous apprend-elle exactement ?

Carl Cederström : Oscar Wilde a dit un jour : "Le temps, c'est de l'argent". Cela signifie que sans argent, il est difficile de profiter de son temps libre. Cette étude démontre que tandis que davantage d'individus décideraient de choisir l'argent au détriment du temps, c'est bien le temps qui mène à une vie épanouie et heureuse. Ce qu'il ne faut pas oublier, c'est que pour de nombreux habitants des Etats-Unis, où cette étude a été menée, leur situation financière est tendue au point qu'ils peuvent difficilement accorder leur temps à autre chose. Etant donné que les inégalités de salaire s'accroissent, nous voyons de plus en plus de personnes lutter pour avoir un salaire décent. Beaucoup d'entre eux sont dans l'obligation de trouver un travail d'appoint pour joindre les deux bouts. Dans une telle situation, où vous êtes dans l'obligation de consacrer tout votre temps dans le travail, vous réalisez combien le temps est précieux et important. Cependant, votre but principal est de gagner de l'argent. Il vous en faut pour payer la nourriture, vos factures et bien souvent, une bonne éducation.

En quoi accorder plus d'importance à son temps libre qu'à l'argent peut-il nous rendre plus heureux ? Pour quelles raisons ?

Aujourd'hui, on voit à quel point le travail devient de plus en plus prédominant dans la vie des gens. Alors que beaucoup le voient comme un moyen de s'affirmer, davantage de personnes commencent à se rendre compte de son caractère stressant et anxiogène. Devoir vivre sous une pression constante et être incapable de déconnecter est un cauchemar auquel nombre de personnes sont confrontées tous les jours. Le temps est devenu un objet de contestation. Un nombre grandissant de personnes doivent travailler les week-ends ou être disponible après le travail. Avoir plus de contrôle sur son temps est donc une manière de maintenir une frontière entre soi-même et l'employeur.

Est-on nécessairement plus heureux lorsque l'on a plus de temps libre ? Confirmez-vous le fait, mentionné par l'étude, que ceux qui accordent plus de valeur au temps libre qu'à l'argent sont des personnes qui gagnent bien leur vie ? Pourquoi ?

Il ne faut pas oublier que le terme "bonheur" est très compliqué et que les gens le cherchent de façon totalement différente. Une expérience a été menée en Suède, ou des personnes à la retraite et vivant avec peu de revenus ont reçu 50 euros de plus. Elles ont avoué avoir été extraordinairement heureuses par rapport à ce don d'argent car il leur permettait de pouvoir faire des choses qu'elles n'auraient pas pu faire autrement. D'ailleurs, il faut aussi prendre en compte le fait que de nombreuses personnes ayant beaucoup de temps libres, qu'elles soient en congé maladie ou au chômage, peuvent se sentir malheureuses malgré ça car elles ont l'impression de ne pas avoir l'opportunité de faire bon usage de leur temps.

A l'inverse, un individu aux revenus modestes peut-il être heureux lorsqu'il choisit de mettre de côté les questions d'argent et de privilégier son temps libre ?

Oui, je pense que c'est vrai. Mais encore, il ne faut pas se servir de ça comme d'une excuse pour normaliser les inégalités de revenu. David Cameron a par exemple été très influencé par la notion de psychologie positive et par des études démontrant que le bonheur n'est pas strictement lié à des questions matérielles, comme le revenu et l'éducation. Cela devient problématique si les politiciens se servent de ce genre de point de vue pour rendre les questions d'inégalités légitimes.

Propos recueillis par Thomas Gorriz

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

02.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

03.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

04.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

07.

Angela Merkel va réussir la fin de son mandat en déboulonnant les dogmes politiques auxquels les Allemands étaient si attachés

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fondation pour l'innovation politique
- 08/07/2016 - 12:20
Le bonheur : une quête sans fin ?
Sans que nous en ayons réellement pris conscience, une révolution a affecté nos représentations collectives dans la seconde moitié du XXe siècle. Alors que des valeurs transcendantes flottaient au-dessus de nos têtes et inspiraient nos actions depuis des siècles (valeurs liées à la grandeur, à la patrie, au travail, à la religion), le bonheur est devenu en quelques décennies « la valeur princeps de la société française ». C’est ce que note l’historien Rémy Pawin dès son introduction, avant d’affirmer à plusieurs reprises que le bonheur a été érigé par nos contemporains en « norme des normes ». Retrouvez l'article "Le bonheur : une quête sans fin ?" sur le blog Trop Libre de la Fondation pour l'innovation politique: http://goo.gl/cU8vT2